Contact

Vous êtes déjà client ? Nous vous invitons à contacter votre banquier privé. 
Vous n’êtes pas client mais aimeriez en savoir plus ? Merci de remplir le formulaire ci-dessous.

Contacts locaux

France : +33 (0) 1 42 14 20 00 (9h - 17h)
Luxembourg : +352 47 93 11 1 (8h30 - 18H00)
Monaco : +377 97 97 58 00 (9h/12h - 14h/17h)
Suisse : Genève au +41 22 819 02 02
et Zurich au +41 44 218 56 11 (8h30 - 17h30)

Vous souhaitez nous contacter au sujet de la protection de vos données personnelles ?

Merci de bien vouloir contacter le Délégué à la Protection des Données de Société Générale Private Banking France en envoyant un email à l'adresse suivante : protectiondesdonnees@societegenerale.fr.

Merci de bien vouloir contacter Bieneke Russon, Délégué à la Protection des Données de Société Générale Bank & Trust Luxembourg par téléphone : +352-47.93.93.11.5046 ou en envoyant un email à l'adresse suivante : lux.dpooffice@socgen.com.

Merci de bien vouloir contacter Céline Pastor, Déléguée à la Protection des Données de Société Générale Private Banking Monaco en envoyant un email à l'adresse suivante : list.mon-privmonaco-dpo@socgen.com

Merci de bien vouloir contacter Omar Otmani, Délégué à la Protection des Données de Société Générale Private Banking Suisse en envoyant un email à l'adresse suivante : sgpb-gdpr.ch@socgen.com.

Vous souhaitez faire une réclamation ?

Merci de bien vouloir adresser votre réclamation à Société Générale Private Banking France en envoyant un email à : FR-SGPB-Relations-Clients@socgen.com ou un courrier à l'adresse suivante : 

Société Générale Private Banking France
Direction Commerciale
29 boulevard Haussmann CS 614
75421 Paris Cedex 9

Société Générale Private Banking France s’engage à accuser réception de votre réclamation dans un délai de dix jours ouvrables à compter de la date de sa réception et à vous apporter une réponse dans un délai de deux mois à compter de cette même date. Si nous ne sommes pas en mesure de respecter ce délai de 60 jours, vous en serez informé par courrier.
 

En dernier recours, vous pouvez saisir gratuitement, selon la nature de votre réclamation 

 

Le Médiateur auprès de Société Générale

Il s'engage à étudier votre dossier au vu de votre position et de celle de la banque, à apprécier les arguments des parties et à prendre une décision fondée sur l'équité. Le Médiateur vous répondra directement dans un délai maximum de deux mois.

Vous pouvez saisir le Médiateur auprès de Société Générale par voie électronique sur le site internet du Médiateur : mediateur.societegenerale.fr ou en adressant un courrier à l’adresse suivante :

Le Médiateur auprès de Société Générale
17 cours Valmy
92987 Paris La Défense Cedex 7

 

Le Médiateur de l’Autorité des Marchés Financiers

Vous pouvez saisir le Médiateur de l’Autorité des Marchés Financiers en adressant un courrier à l’adresse suivante :

Le Médiateur de l’Autorité des Marchés Financiers
17 Place de la Bourse
75082 Paris Cedex 2

 

Le Médiateur des Assurances

Vous pouvez saisir le Médiateur des Assurances : ses coordonnées doivent être mentionnées aux termes de votre contrat d’assurance.

Afin d’assurer un traitement optimal de vos demandes, toute réclamation auprès de notre établissement peut être adressée à l'adresse suivante :

Service réclamations Banque privée
11, Avenue Emile Reuter
L-2420 Luxembourg

La Banque s’engage à accuser réception de votre demande dans les 10 jours suivant sa date de réception et à vous apporter une réponse dans un délai maximum de 30 jours à compter de sa réception. Si votre demande devait nécessiter un délai de traitement supplémentaire (recherches complexes…), nous vous en informerons endéans ce même délai de 30 jours.

Dans  l’hypothèse où la réponse qui vous est apportée ne correspondrait pas à vos attentes, nous vous informons de la possibilité :

En premier lieu, d’adresser à la Direction de Société Générale Bank & Trust en charge du traitement des réclamations, votre demande à l’adresse suivante :

Secrétariat Général de Société Générale Bank & Trust
11, Avenue Emile Reuter
L-2420 Luxembourg

En second lieu, si la réponse de la Direction en charge du traitement des réclamations ne permet pas de clore la réclamation, de disposer de la faculté de saisir l’Autorité de tutelle de SGBT, la Commission de Surveillance du Secteur Financier (CSSF) :

Par courrier : 283, Route d’Arlon L-1150 Luxembourg
Par courriel : direction@cssf.lu

Afin d’assurer un traitement optimal de vos demandes, toute réclamation auprès de notre établissement peut être adressée soit par e-mail à l’adresse suivante : reclamation.privmonaco@socgen.com ou par courrier à notre service dédié :

Societe Generale Private Banking Monaco
Middle Office – Service Réclamation 
11 avenue de Grande Bretagne 
98000 Monaco

La Banque s’engage à accuser réception de votre demande dans les 2 jours suivants sa date de réception et à vous apporter une réponse dans un délai maximum de 10 jours à compter de sa réception. Si votre demande devait nécessiter un délai de traitement supplémentaire (recherches complexes…), nous vous en informerons endéans ce même délai de 30 jours. 

Dans l’hypothèse où la réponse qui vous est apportée ne correspondrait pas à vos attentes, nous vous informons de la possibilité d’adresser à la Direction de Société Générale Private Banking Monaco en charge du traitement des réclamations, votre demande à l’adresse suivante : 

Secrétariat Général de Societe Generale Private Banking Monaco 
11 avenue de Grande Bretagne
98000 Monaco

Toute réclamation auprès de notre établissement peut être adressée par messagerie électronique à l’adresse suivante : sgpb-reclamations.ch@socgen.com.

Les clients peuvent également avoir recours à l’Ombudsman des banques suisses dont les coordonnées figurent sur le site www.bankingombudsman.ch

 

Gain du vendredi 13 : illustration de la « pensée magique », biais classique en Finance Comportementale

La ruée vers les jeux de hasard en ce jour précis traduit avant tout une tendance à la « pensée magique », biais bien connu de la finance comportementale.

La finance comportementale se définit par l’application de la psychologie à la finance : elle se distingue ainsi à la théorie financière classique, en considérant les individus non pas comme des êtres purement rationnels, mais influencés par leurs émotions ou encore par les biais de raisonnement.

Qui l’emportera entre le loto et Spirou ?

Le vendredi 13 est toujours attendu avec une certaine impatience par la Française des Jeux. Et pour cause ! Celle-ci voit le nombre de joueurs de loto quasiment doubler et le nombre de mises aux jeux de grattages augmenter de l'ordre de 20%. Bien que ce phénomène se répète chaque vendredi 13, il ne semble pas rationnel pour autant. Ainsi, considérant qu’un individu a statistiquement autant de chances de gagner le vendredi 13 que tout autre jour de l’année, il est difficile de cerner la logique de ce phénomène si ce n'est en l’imputant aux réactions émotionnelles. Cette ruée vers les jeux de hasard en ce jour précis traduit avant tout une tendance à la « pensée magique », biais bien connu de la Finance Comportementale.

Ce biais se définit comme le fait d’être convaincu de pouvoir influencer le cours des choses, notamment grâce à des fausses relations de causes à effets : « Je joue le vendredi 13, j'ai davantage de chances de gagner ! ». Cette tendance, particulièrement mise en lumière par les jeux de hasard, a été étudiée par Ellen Langer (« The illusion of control », 1975) avec les conclusions empiriques suivantes : un joueur pouvant choisir librement son billet de loto (et donc son numéro) misait en moyenne quatre fois plus que lorsque le billet lui est imposé. De plus, les joueurs acceptaient de céder le billet librement choisi dans seulement 63% des cas, contre 81% pour un billet dont le numéro leur avait été imposé. Enfin, le prix de revente de ce billet était quatre fois plus élevé quand le billet (et donc le numéro) avait été choisi par son détenteur ! De façon générale, le chiffre 13 ne laisse pas indifférent : absence de chambre 13 dans certains hôpitaux, absence de treizième étage dans certaines tours … A l’inverse, le magazine Spirou est connu pour sa page « 12 bis » visant à … tourner en dérision cette superstition !

Retour en enfance… au grand dam des performances financières !

Côté pile, ce biais nous offre un coup de jeune : c’est en effet entre les âges de cinq ans et de sept ans que l’être humain est le plus sensible aux pensées magiques ! Mais côté face, quand arrive l’âge de gérer ses finances personnelles, cette tendance nous entraîne malheureusement surtout dans un déni de la réalité ! S’il ne suffit pas d’encourager un sportif derrière sa télévision pour le voir gagner, il ne suffit pas plus de désirer ardemment une forte hausse de la valeur d’un investissement pour que - comme par magie - celui-ci s’apprécie. De façon concrète, le refus de céder un actif financier en moins-value et sans potentiel de rebond constitue sans doute l’une des principales conséquences néfastes de ce biais sur la gestion des finances personnelles. Victimes de cette tendance, certains individus peuvent également être amenés à prendre des décisions d’investissement malheureuses car reposant principalement sur des espoirs de gains totalement irrationnels. De façon plus générale, la pensée magique fait les délices de ceux qui cherchent à exploiter la crédulité, par exemple en présentant des produits « miracles » qu’ils soient financiers ou non.

Le vœu d’être lu jusqu’au bout s’étant réalisé - probablement à force de le formuler ! - il reste à souhaiter bonne chance à tous pour le prochain vendredi 13 !

Édouard Camblain Responsable projets stratégiques et développement