Contact

Vous êtes déjà client ? Nous vous invitons à contacter votre banquier privé. 
Vous n’êtes pas client mais aimeriez en savoir plus ? Merci de remplir le formulaire ci-dessous.

Contacts locaux

France : +33 (0) 1 42 14 20 00 (9h - 17h)
Luxembourg : +352 47 93 11 1 (8h30 - 18H00)
Monaco : +377 97 97 58 00 (9h/12h - 14h/17h)
Suisse : Genève au +41 22 819 02 02
et Zurich au +41 44 218 56 11 (8h30 - 17h30)

Vous souhaitez nous contacter au sujet de la protection de vos données personnelles ?

Merci de bien vouloir contacter le Délégué à la Protection des Données de Société Générale Private Banking France en envoyant un email à l'adresse suivante : protectiondesdonnees@societegenerale.fr.

Merci de bien vouloir contacter Bieneke Russon, Délégué à la Protection des Données de Société Générale Bank & Trust Luxembourg par téléphone : +352-47.93.93.11.5046 ou en envoyant un email à l'adresse suivante : lux.dpooffice@socgen.com.

Merci de bien vouloir contacter Julien Garnier, Délégué à la Protection des Données de Société Générale Private Banking Monaco en envoyant un email à l'adresse suivante : list.mon-privmonaco-dpo@socgen.com

Merci de bien vouloir contacter Omar Otmani, Délégué à la Protection des Données de Société Générale Private Banking Suisse en envoyant un email à l'adresse suivante : sgpb-gdpr.ch@socgen.com.

Vous souhaitez faire une réclamation ?

Merci de bien vouloir adresser votre réclamation à Société Générale Private Banking France en envoyant un email à : FR-SGPB-Relations-Clients@socgen.com ou un courrier à l'adresse suivante : 

Société Générale Private Banking France
Direction Commerciale
29 boulevard Haussmann CS 614
75421 Paris Cedex 9

Société Générale Private Banking France s’engage à accuser réception de votre réclamation dans un délai de dix jours ouvrables à compter de la date de sa réception et à vous apporter une réponse dans un délai de deux mois à compter de cette même date. Si nous ne sommes pas en mesure de respecter ce délai de 60 jours, vous en serez informé par courrier.
 

En dernier recours, vous pouvez saisir gratuitement, selon la nature de votre réclamation 

 

Le Médiateur auprès de Société Générale

Il s'engage à étudier votre dossier au vu de votre position et de celle de la banque, à apprécier les arguments des parties et à prendre une décision fondée sur l'équité. Le Médiateur vous répondra directement dans un délai maximum de deux mois.

Vous pouvez saisir le Médiateur auprès de Société Générale par voie électronique sur le site internet du Médiateur : mediateur.societegenerale.fr ou en adressant un courrier à l’adresse suivante :

Le Médiateur auprès de Société Générale
17 cours Valmy
92987 Paris La Défense Cedex 7

 

Le Médiateur de l’Autorité des Marchés Financiers

Vous pouvez saisir le Médiateur de l’Autorité des Marchés Financiers en adressant un courrier à l’adresse suivante :

Le Médiateur de l’Autorité des Marchés Financiers
17 Place de la Bourse
75082 Paris Cedex 2

 

Le Médiateur des Assurances

Vous pouvez saisir le Médiateur des Assurances : ses coordonnées doivent être mentionnées aux termes de votre contrat d’assurance.

Afin d’assurer un traitement optimal de vos demandes, toute réclamation auprès de notre établissement peut être adressée à l'adresse suivante :

Service réclamations Banque privée
11, Avenue Emile Reuter
L-2420 Luxembourg

La Banque s’engage à accuser réception de votre demande dans les 10 jours suivant sa date de réception et à vous apporter une réponse dans un délai maximum de 30 jours à compter de sa réception. Si votre demande devait nécessiter un délai de traitement supplémentaire (recherches complexes…), nous vous en informerons endéans ce même délai de 30 jours.

Dans  l’hypothèse où la réponse qui vous est apportée ne correspondrait pas à vos attentes, nous vous informons de la possibilité :

En premier lieu, d’adresser à la Direction de Société Générale Bank & Trust en charge du traitement des réclamations, votre demande à l’adresse suivante :

Secrétariat Général de Société Générale Bank & Trust
11, Avenue Emile Reuter
L-2420 Luxembourg

En second lieu, si la réponse de la Direction en charge du traitement des réclamations ne permet pas de clore la réclamation, de disposer de la faculté de saisir l’Autorité de tutelle de SGBT, la Commission de Surveillance du Secteur Financier (CSSF) :

Par courrier : 283, Route d’Arlon L-1150 Luxembourg
Par courriel : direction@cssf.lu

Afin d’assurer un traitement optimal de vos demandes, toute réclamation auprès de notre établissement peut être adressée soit par e-mail à l’adresse suivante : servicequalite.privmonaco@socgen.com ou par courrier à notre service dédié :

Societe Generale Private Banking Monaco
Middle Office – Service Réclamation 
11 avenue de Grande Bretagne 
98000 Monaco

La Banque s’engage à accuser réception de votre demande dans les 2 jours suivants sa date de réception et à vous apporter une réponse dans un délai maximum de 10 jours à compter de sa réception. Si votre demande devait nécessiter un délai de traitement supplémentaire (recherches complexes…), nous vous en informerons endéans ce même délai de 30 jours. 

Dans l’hypothèse où la réponse qui vous est apportée ne correspondrait pas à vos attentes, nous vous informons de la possibilité d’adresser à la Direction de Société Générale Private Banking Monaco en charge du traitement des réclamations, votre demande à l’adresse suivante : 

Secrétariat Général de Societe Generale Private Banking Monaco 
11 avenue de Grande Bretagne
98000 Monaco

Toute réclamation auprès de notre établissement peut être adressée par messagerie électronique à l’adresse suivante : sgpb-reclamations.ch@socgen.com.

Les clients peuvent également avoir recours à l’Ombudsman des banques suisses dont les coordonnées figurent sur le site www.bankingombudsman.ch

 

Marchés du logement : des perspectives (trop?) favorables

Découvrez les perspectives économiques hebdomadaires de notre équipe Stratégie d'Investissement.

Les marchés immobiliers résidentiels ont bien résisté à la crise du Covid de part et d’autre de l’Atlantique
Au démarrage de la crise sanitaire, les marchés immobiliers résidentiels étaient d’ores et déjà engagés dans des cycles d’expansion relativement longs. En zone euro, les prix étaient en croissance depuis 2014, tandis que l’investissement augmentait depuis 2015. Aux Etats-Unis, les prix étaient en croissance depuis 2012, avec une croissance modérée de l’investissement depuis 2016. Le démarrage de la crise du COVID a provoqué une baisse marquée de l’investissement des ménages dans l’immobilier qui s’explique assez logiquement par les contraintes liées aux confinements. Cela aurait pu faire craindre le début du retournement des cycles déjà bien avancés, à l’image de ce que l’on a pu connaître lors de précédentes récessions. Au contraire, les marchés ont finalement bien résisté, avec des prix qui sont restés élevés même au pic des contraintes sanitaires, et avec à la fois une activité et des prix qui ont nettement reprogressé depuis (5% et 15% sur les prix respectivement en zone euro et aux Etats-Unis, 15% et 5% sur l’activité).

Les conditions vont rester favorables à moyen terme
Différents facteurs devraient continuer de soutenir les perspectives des marchés du logement. La poursuite attendue de la reprise de l'activité économique soutiendra les revenus des ménages et les perspectives d'emploi, y compris lorsque le soutien budgétaire s'estompera progressivement. Les conditions de financement devraient aussi rester favorables, avec notamment des taux d’intérêt en termes réels toujours très faibles. Enfin, une partie de l'épargne accumulée (évaluée à 680 milliards d’euros en zone euro et 2 500 milliards de dollars aux Etats-Unis) pendant la pandémie pourrait être réorientée vers le marché immobilier dans un contexte de faibles rendements et d'augmentation de l'attrait relatif du logement à des fins d'investissement. La part de l'immobilier résidentiel dans les portefeuilles immobiliers est susceptible d'augmenter car il est perçu comme un actif plus sûr en période d'incertitudes. Au-delà de l’appréciation agrégée du marché, les nouveaux usages de télétravail pourraient impliquer des évolutions régionales différentes de celles d’avant crise et limiter les tensions dans les centres des principales villes.

Une trop forte progression des marchés du logement pourraient inciter à un resserrement de la régulation
Les prix des logements contribuent aux tensions actuelles sur les prix des différents biens et services, et donc à la détérioration du pouvoir d’achat des ménages. Les régulateurs pourraient être incités à resserrer leur politique pour limiter ces effets. Aux Etats-Unis, cela pourrait inciter la Réserve fédérale à resserrer plus rapidement sa politique monétaire. En zone euro, où la BCE sera plus patiente, cela pourrait inciter à un resserrement des politiques macroprudentielles, ces politiques visant plus spécifiquement les conditions d’octroi de crédits.

Conclusion
Les marchés immobiliers résidentiels de la zone euro et des États-Unis ont bien résisté à la crise Covid et devraient continuer d’être soutenus par la poursuite de la reprise de l’activité économique dans les trimestres à venir. Les régulateurs resteront attentifs à ces évolutions qui contribuent au contexte actuel de tensions sur les prix des biens et services.

Lire l'intégralité de l'article

Clémentine Gallès Chef Economiste et Stratégiste Société Générale Private Banking