Contact

Vous êtes déjà client ? Nous vous invitons à contacter votre banquier privé. 
Vous n’êtes pas client mais aimeriez en savoir plus ? Merci de remplir le formulaire ci-dessous.

Contacts locaux

France : +33 (0) 1 42 14 20 00 (9h - 17h)
Luxembourg : +352 47 93 11 1 (8h30 - 18H00)
Monaco : +377 97 97 58 00 (9h/12h - 14h/17h)
Suisse : Genève au +41 22 819 02 02
et Zurich au +41 44 218 56 11 (8h30 - 17h30)

Vous souhaitez nous contacter au sujet de la protection de vos données personnelles ?

Merci de bien vouloir contacter le Délégué à la Protection des Données de Société Générale Private Banking France en envoyant un email à l'adresse suivante : protectiondesdonnees@societegenerale.fr.

Merci de bien vouloir contacter Bieneke Russon, Délégué à la Protection des Données de Société Générale Bank & Trust Luxembourg par téléphone : +352-47.93.93.11.5046 ou en envoyant un email à l'adresse suivante : lux.dpooffice@socgen.com.

Merci de bien vouloir contacter Céline Pastor, Déléguée à la Protection des Données de Société Générale Private Banking Monaco en envoyant un email à l'adresse suivante : list.mon-privmonaco-dpo@socgen.com

Merci de bien vouloir contacter Omar Otmani, Délégué à la Protection des Données de Société Générale Private Banking Suisse en envoyant un email à l'adresse suivante : sgpb-gdpr.ch@socgen.com.

Vous souhaitez faire une réclamation ?

Merci de bien vouloir adresser votre réclamation à Société Générale Private Banking France en envoyant un email à : FR-SGPB-Relations-Clients@socgen.com ou un courrier à l'adresse suivante : 

Société Générale Private Banking France
Direction Commerciale
29 boulevard Haussmann CS 614
75421 Paris Cedex 9

Société Générale Private Banking France s’engage à accuser réception de votre réclamation dans un délai de dix jours ouvrables à compter de la date de sa réception et à vous apporter une réponse dans un délai de deux mois à compter de cette même date. Si nous ne sommes pas en mesure de respecter ce délai de 60 jours, vous en serez informé par courrier.
 

En dernier recours, vous pouvez saisir gratuitement, selon la nature de votre réclamation 

 

Le Médiateur auprès de Société Générale

Il s'engage à étudier votre dossier au vu de votre position et de celle de la banque, à apprécier les arguments des parties et à prendre une décision fondée sur l'équité. Le Médiateur vous répondra directement dans un délai maximum de deux mois.

Vous pouvez saisir le Médiateur auprès de Société Générale par voie électronique sur le site internet du Médiateur : mediateur.societegenerale.fr ou en adressant un courrier à l’adresse suivante :

Le Médiateur auprès de Société Générale
17 cours Valmy
92987 Paris La Défense Cedex 7

 

Le Médiateur de l’Autorité des Marchés Financiers

Vous pouvez saisir le Médiateur de l’Autorité des Marchés Financiers en adressant un courrier à l’adresse suivante :

Le Médiateur de l’Autorité des Marchés Financiers
17 Place de la Bourse
75082 Paris Cedex 2

 

Le Médiateur des Assurances

Vous pouvez saisir le Médiateur des Assurances : ses coordonnées doivent être mentionnées aux termes de votre contrat d’assurance.

Afin d’assurer un traitement optimal de vos demandes, toute réclamation auprès de notre établissement peut être adressée à l'adresse suivante :

Service réclamations Banque privée
11, Avenue Emile Reuter
L-2420 Luxembourg

La Banque s’engage à accuser réception de votre demande dans les 10 jours suivant sa date de réception et à vous apporter une réponse dans un délai maximum de 30 jours à compter de sa réception. Si votre demande devait nécessiter un délai de traitement supplémentaire (recherches complexes…), nous vous en informerons endéans ce même délai de 30 jours.

Dans  l’hypothèse où la réponse qui vous est apportée ne correspondrait pas à vos attentes, nous vous informons de la possibilité :

En premier lieu, d’adresser à la Direction de Société Générale Bank & Trust en charge du traitement des réclamations, votre demande à l’adresse suivante :

Secrétariat Général de Société Générale Bank & Trust
11, Avenue Emile Reuter
L-2420 Luxembourg

En second lieu, si la réponse de la Direction en charge du traitement des réclamations ne permet pas de clore la réclamation, de disposer de la faculté de saisir l’Autorité de tutelle de SGBT, la Commission de Surveillance du Secteur Financier (CSSF) :

Par courrier : 283, Route d’Arlon L-1150 Luxembourg
Par courriel : direction@cssf.lu

Afin d’assurer un traitement optimal de vos demandes, toute réclamation auprès de notre établissement peut être adressée soit par e-mail à l’adresse suivante : reclamation.privmonaco@socgen.com ou par courrier à notre service dédié :

Societe Generale Private Banking Monaco
Middle Office – Service Réclamation 
11 avenue de Grande Bretagne 
98000 Monaco

La Banque s’engage à accuser réception de votre demande dans les 2 jours suivants sa date de réception et à vous apporter une réponse dans un délai maximum de 10 jours à compter de sa réception. Si votre demande devait nécessiter un délai de traitement supplémentaire (recherches complexes…), nous vous en informerons endéans ce même délai de 30 jours. 

Dans l’hypothèse où la réponse qui vous est apportée ne correspondrait pas à vos attentes, nous vous informons de la possibilité d’adresser à la Direction de Société Générale Private Banking Monaco en charge du traitement des réclamations, votre demande à l’adresse suivante : 

Secrétariat Général de Societe Generale Private Banking Monaco 
11 avenue de Grande Bretagne
98000 Monaco

Toute réclamation auprès de notre établissement peut être adressée par messagerie électronique à l’adresse suivante : sgpb-reclamations.ch@socgen.com.

Les clients peuvent également avoir recours à l’Ombudsman des banques suisses dont les coordonnées figurent sur le site www.bankingombudsman.ch

 

De la solidarité dans l'investissement ?

Une catégorie spécifique de l’investissement socialement responsable

En ce temps de pandémie où émergent des situations de grandes difficultés sanitaires, sociales et économiques, on pressent qu’on aura plus de chances de s’en sortir collectivement en faisant preuve de solidarité.

Mais qu’est-ce que la solidarité au fond ? Le dictionnaire Larousse nous dit qu’il s’agit « d’un rapport qui existe entre des personnes qui, ayant une communauté d'intérêts, sont liées les unes aux autres » ou bien que c’est « un sentiment d'un devoir moral envers les autres membres d'un groupe ». Cette deuxième précision correspond sans doute le mieux à nos expériences actuelles de solidarité : avec les soignants lorsqu’on les applaudit chaque soir à nos fenêtres et balcons, avec nos agriculteurs lorsqu’on préfère acheter leur production, avec nos aînés lorsqu’on passe leur faire un petit bonjour et vérifier qu’ils n’ont besoin de rien, ou bien encore en tapant « OUI » sur le terminal de carte bleue lorsqu’on nous propose un arrondi sous forme de microdon au profit d’une association. 

 


S’agissant des placements, où la relation est basée avant tout sur le profit et le rendement, comment alors intégrer la solidarité ? Depuis plus de 10 ans a été développé en France la finance solidaire qui comprend deux grandes familles de produits. 

La première comprend les placements qui intègrent un mécanisme de partage d’une partie ou de la totalité du rendement avec une organisation d’intérêt général comme une association ou une fondation. Certains produits d’épargne prévoient que le don est uniquement réalisé par le souscripteur, tandis que d’autres prévoient une symétrie de don entre l’épargnant et l’établissement financier. Le nombre de produits de cette dernière catégorie est en croissance sensible sur les dernières années.  
L’autre catégorie de placements solidaires est celle qui investit dans des titres émis par des acteurs de l’économie sociale et solidaire (ESS) afin de les financer. Il s’agit d’entreprises, de coopératives ou d’associations dont l’activité poursuit un double objectif de performance sociale ou environnementale d’une part et financière d’autre part : par exemple les foncières sociales gérées par des mouvements associatifs comme le mouvement Habitat & Humanisme ou la fondation Abbé Pierre ou bien des organismes de micro-crédit comme France Active. Il est possible pour un particulier de souscrire directement aux titres financiers que ces entreprises émettent.  Mais attention ces titres sont illiquides, sans aucune garantie de capital, ni de rendement. Ces titres devront par ailleurs correspondre au profil et aux objectifs et besoins de l’investisseur tout en ayant conscience du risque de perte en capital total ou partiel. 

Pour réduire le risque de non liquidité, tout en diversifiant les acteurs de l’économie sociale et solidaire qu’on finance, on peut investir dans des OPC (Organismes de Placement Collectif) solidaires dits « 90/10 » proposés par de nombreux établissements. Ils sont nommés comme cela car 10% de l’encours est investi dans des acteurs de l’ESS. Les 90 autres pourcents sont investis dans des titres financiers cotés plus liquides et dont le niveau de risque est variable.  Il faudra s’enquérir du niveau de risque global du support pour vérifier là encore qu’il correspond au profil et objectifs de l’investisseur et de sa capacité à subir des pertes. La possibilité d’investir dans des OPC solidaires est également proposé dans les plans d’épargne salariale. 
 

 

Quel est le lien entre les investissements solidaires et les investissements socialement responsables ? Rappelons que l’investissement socialement responsable vise, en tenant compte de critères extra financiers, à favoriser une économie et un développement plus durable. 
Les investissements solidaires appartiennent à la catégorie des investissements responsables à 2 titres : d’une part parce que l’intégration d’un don, même faible au regard du montant investi, ou bien le fait de financer des entreprises solidaires concoure précisément à bâtir une société plus durable. Et d’autre part parce que les process de gestion des OPC de partage ou des fonds 90/10 intègrent la prise en compte de critères extra-financiers propre à la gestion responsable. 
On le voit donc, la solidarité est bien compatible avec les placements socialement responsables ! Aussi lorsque nous aurons à faire notre prochain choix de placement, pourquoi ne pas évoquer cette possibilité avec notre banquier privé ? 

- - - - - - - - - - - - -

(1) Depuis le 1er janvier 2010, en application de la loi de modernisation de l'économie (LME), toute entreprise disposant d'un dispositif d’épargne salariale doit proposer un Fonds Commun de placement d’entreprise solidaire (FCPES) à ses salariés. Les FCPES donnent la possibilité d’investir dans la création d’emplois, la construction de logements sociaux, la protection de l’environnement, tout en offrant une certaine rentabilité.

Claire Douchy Responsable des offres philanthropiques et ISR Société Générale Private Banking