Contact

Vous êtes déjà client ? Nous vous invitons à contacter votre banquier privé. 
Vous n’êtes pas client mais aimeriez en savoir plus ? Merci de remplir le formulaire ci-dessous.

Contacts locaux

France : +33 (0) 1 42 14 20 00 (9h - 17h)
Luxembourg : +352 47 93 11 1 (8h30 - 18H00)
Monaco : +377 97 97 58 00 (9h/12h - 14h/17h)
Suisse : Genève au +41 22 819 02 02
et Zurich au +41 44 218 56 11 (8h30 - 17h30)

Vous souhaitez nous contacter au sujet de la protection de vos données personnelles ?

Merci de bien vouloir contacter le Délégué à la Protection des Données de Société Générale Private Banking France en envoyant un email à l'adresse suivante : protectiondesdonnees@societegenerale.fr.

Merci de bien vouloir contacter Bieneke Russon, Délégué à la Protection des Données de Société Générale Bank & Trust Luxembourg par téléphone : +352-47.93.93.11.5046 ou en envoyant un email à l'adresse suivante : lux.dpooffice@socgen.com.

Merci de bien vouloir contacter Julien Garnier, Délégué à la Protection des Données de Société Générale Private Banking Monaco en envoyant un email à l'adresse suivante : list.mon-privmonaco-dpo@socgen.com

Merci de bien vouloir contacter Omar Otmani, Délégué à la Protection des Données de Société Générale Private Banking Suisse en envoyant un email à l'adresse suivante : sgpb-gdpr.ch@socgen.com.

Vous souhaitez faire une réclamation ?

Merci de bien vouloir adresser votre réclamation à Société Générale Private Banking France en envoyant un email à : FR-SGPB-Relations-Clients@socgen.com ou un courrier à l'adresse suivante : 

Société Générale Private Banking France
Direction Commerciale
29 boulevard Haussmann CS 614
75421 Paris Cedex 9

Société Générale Private Banking France s’engage à accuser réception de votre réclamation dans un délai de dix jours ouvrables à compter de la date de sa réception et à vous apporter une réponse dans un délai de deux mois à compter de cette même date. Si nous ne sommes pas en mesure de respecter ce délai de 60 jours, vous en serez informé par courrier.
 

En dernier recours, vous pouvez saisir gratuitement, selon la nature de votre réclamation 

 

Le Médiateur auprès de Société Générale

Il s'engage à étudier votre dossier au vu de votre position et de celle de la banque, à apprécier les arguments des parties et à prendre une décision fondée sur l'équité. Le Médiateur vous répondra directement dans un délai maximum de deux mois.

Vous pouvez saisir le Médiateur auprès de Société Générale par voie électronique sur le site internet du Médiateur : mediateur.societegenerale.fr ou en adressant un courrier à l’adresse suivante :

Le Médiateur auprès de Société Générale
17 cours Valmy
92987 Paris La Défense Cedex 7

 

Le Médiateur de l’Autorité des Marchés Financiers

Vous pouvez saisir le Médiateur de l’Autorité des Marchés Financiers en adressant un courrier à l’adresse suivante :

Le Médiateur de l’Autorité des Marchés Financiers
17 Place de la Bourse
75082 Paris Cedex 2

 

Le Médiateur des Assurances

Vous pouvez saisir le Médiateur des Assurances : ses coordonnées doivent être mentionnées aux termes de votre contrat d’assurance.

Afin d’assurer un traitement optimal de vos demandes, toute réclamation auprès de notre établissement peut être adressée à l'adresse suivante :

Service réclamations Banque privée
11, Avenue Emile Reuter
L-2420 Luxembourg

La Banque s’engage à accuser réception de votre demande dans les 10 jours suivant sa date de réception et à vous apporter une réponse dans un délai maximum de 30 jours à compter de sa réception. Si votre demande devait nécessiter un délai de traitement supplémentaire (recherches complexes…), nous vous en informerons endéans ce même délai de 30 jours.

Dans  l’hypothèse où la réponse qui vous est apportée ne correspondrait pas à vos attentes, nous vous informons de la possibilité :

En premier lieu, d’adresser à la Direction de Société Générale Bank & Trust en charge du traitement des réclamations, votre demande à l’adresse suivante :

Secrétariat Général de Société Générale Bank & Trust
11, Avenue Emile Reuter
L-2420 Luxembourg

En second lieu, si la réponse de la Direction en charge du traitement des réclamations ne permet pas de clore la réclamation, de disposer de la faculté de saisir l’Autorité de tutelle de SGBT, la Commission de Surveillance du Secteur Financier (CSSF) :

Par courrier : 283, Route d’Arlon L-1150 Luxembourg
Par courriel : direction@cssf.lu

Afin d’assurer un traitement optimal de vos demandes, toute réclamation auprès de notre établissement peut être adressée soit par e-mail à l’adresse suivante : servicequalite.privmonaco@socgen.com ou par courrier à notre service dédié :

Societe Generale Private Banking Monaco
Middle Office – Service Réclamation 
11 avenue de Grande Bretagne 
98000 Monaco

La Banque s’engage à accuser réception de votre demande dans les 2 jours suivants sa date de réception et à vous apporter une réponse dans un délai maximum de 10 jours à compter de sa réception. Si votre demande devait nécessiter un délai de traitement supplémentaire (recherches complexes…), nous vous en informerons endéans ce même délai de 30 jours. 

Dans l’hypothèse où la réponse qui vous est apportée ne correspondrait pas à vos attentes, nous vous informons de la possibilité d’adresser à la Direction de Société Générale Private Banking Monaco en charge du traitement des réclamations, votre demande à l’adresse suivante : 

Secrétariat Général de Societe Generale Private Banking Monaco 
11 avenue de Grande Bretagne
98000 Monaco

Toute réclamation auprès de notre établissement peut être adressée par messagerie électronique à l’adresse suivante : sgpb-reclamations.ch@socgen.com.

Les clients peuvent également avoir recours à l’Ombudsman des banques suisses dont les coordonnées figurent sur le site www.bankingombudsman.ch

 

Marie Bochet : La vie, intensément

Au sommet - Une vie de voyages, de rencontres, de glisse, de quête de performance et… de Beaufortain. La multichampionne de ski alpin paralympique Marie Bochet commence à envisager l’après-Jeux 2022. Par Cécile Cau, journaliste société.

Les compétitions presque terminées, la saison se clôt, la neige disparaît, le printemps s’installe. Si la skieuse, atteinte d’une agénésie (malformation) de l’avant-bras gauche, n’a pas échappé au virus, elle déclare avoir, malgré tout, réussi à prendre « ce qu’il y avait à prendre » dans cette année très particulière. Le « ski intensément », toujours. Des pistes réservées aux seuls sportifs professionnels, des entraînements en Europe, multi-tests PCR à l’appui, et chez elle, en Savoie… « On a bricolé ! », résume cette sportive vorace. L’instabilité d’organisation fut finalement le plus dur à vivre pour cette habituée des agendas calés au jour près quatre ans à l’avance. Son plus gros regret ? L’impossibilité d’aller découvrir les toutes nouvelles pistes des Jeux paralympiques d’hiver 2022 en Chine. Marie aurait souhaité appréhender au mieux ses quatrièmes Jeux paralympiques : la culture locale, la neige, les déplacements, etc. « Se rendre sur place permet de dégrossir et d’être prêt à réaliser des performances.

Moi, j’ai l’habitude d’avoir beaucoup d’éléments, de prendre beaucoup de repères, reconnaît-elle. Il va falloir être très fort en adaptation, mais ce sont les leçons de cette année. Ça change notre façon de fonctionner. » L’objectif est d’autant plus important pour Marie Bochet que ce seront sans doute les dernières paralympiades pour celle qui a appris à skier à peine quelques années après avoir appris à marcher.

Des médailles à foison

Née à Chambéry en hiver, Marie Bochet dévalait déjà les pistes à 5 ans, avant de rejoindre le ski club d’Arêches-Beaufort, en Savoie, à 13 ans, et de participer aux Jeux de Vancouver à l’âge de 16 ans. « J’ai touché le podium du bout des spatules, avec la quatrième place à deux reprises. » Depuis, la championne, soutenue par Société Générale depuis 2010, n’a cessé d’enrichir son palmarès.

Il tient sur trois écrans de son site internet : quatre médailles d’or à Sotchi, en 2014, autant à PyeongChang, en 2018, vingt titres de championne du monde, 126 podiums en Coupe du monde et 35 victoires en Coupe d’Europe, et ceci, pour cinq disciplines (descente, super-combiné, Super-G, slalom et slalom géant) !

L’une des nombreuses médailles remportées par Marie Bochet.

Marie Bochet, à Arêches-Beaufort(73), à la fois son havre de paix et son terrain d’entraînement.

« La montagne, ce n’est pas qu’un endroit, ce sont aussi des valeurs : le respect de l’autre, la cohésion avec les gens avec qui l’on travaille… »

« Le sport m’a définie »

Au-delà des « sensations de vol, de glisse ou de légèreté, le ski, c’est un moment où tu es le maître. Tout ne dépend que de toi ». C’est un moment de liberté, évoque celle qui est bientôt diplômée de Sciences Po Paris. « On apprend beaucoup. C’est un effort dur et doux à la fois, mais une fois qu’on a la médaille d’or autour du cou, c’est unique et extraordinaire, on sait pourquoi on a fait tous ces sacrifices. » Intellectuellement formatée pour gagner, la Savoyarde invoque son environnement physique et familial comme source d’inspiration.

Pas une famille de champions, ni même de sportifs, mais des parents agriculteurs, « qui ont pris peu de vacances, ont toujours travaillé en extérieur… Ça a infusé dans mon éducation. Le sport a guidé ma vie. Cela m’a composée, formée, définie ».

La montagne, un « bureau » de rêve

Cette personnalité, qui défend des valeurs de travail, de persévérance, de volonté de se donner à fond, cultive un vif attachement pour sa région du Beaufortain. « Quand tu arrives au sommet de la station, tu te dis “waouh, le bureau !”, s’exclame cette ultra-sportive. La montagne, ce n’est pas qu’un endroit, ce sont aussi des valeurs : le respect de l’autre, la cohésion avec les gens avec qui l’on travaille… » Les moments en extérieur, comptés pendant le confinement, ont été très importants. Quand elle ne descend pas les pistes, la skieuse jardine, troque avec ses voisins, voit beaucoup ses proches. « Je suis assez altruiste. Avec ce sentiment, proche de celui d’un marin en mer, que seul, on n’est rien. Ici, on trouvera toujours quelqu’un », se dit Marie, qui n’envisage pas de s’éloigner de ses racines. Pour ce qui est de la haute compétition, c’est une autre affaire…

« Les grands sportifs ne font pas de bons petits vieux, on le sait », rappelle celle qui a passé quatorze de ses 27 ans en équipe de France. « La fin de carrière est l’aboutissement d’un long processus psychologique. Ce qui reste, c’est le dernier souvenir, explique la bientôt trentenaire, qui mise donc gros sur les Jeux en Chine. On se retrouve face à nous-même, face au néant. C’est sans retour ou presque. Un peu comme avoir un enfant : il faut arriver à se rédéfinir autrement, le processus est en cours. Je laisse une partie de ma vie derrière, même si ma passion première restera ancrée en moi. »

L’avenir qui se dessine

Son avenir post-Pékin pourrait tourner autour des valeurs de l’éducation. Aucun projet précis encore mais « pas mal de choses m’intéressent : le management d’équipes, l’organisation de circuits… Un besoin de mouvement, de rencontres, de partage, le tout dans un univers hivernal ».

Cette jeune femme, qui a évolué dans un milieu d’hommes, se verrait désormais davantage au contact d’enfants que d’équipes de haut niveau. Si le handisport a pris de l’avance sur la parité – Guislaine Westelynck est présidente de la Fédération française de handisport, Marie-Amélie Le Fur est présidente du comité paralympique –, Marie ne cache pas avoir toujours été un peu traitée comme un homme. La réflexion autour de la condition de l’athlète dans les Jeux– remettre le sport au centre, oublier la politique – la préoccupe tout autant. Son agénésie ne l’empêchant pas d’être, paradoxalement, très manuelle et créative, il lui faudra cependant du temps pour pouvoir faire quelque chose avec ses mains. « Est-ce parce que la performance sportive manque un peu de concret ? », s’interroge-t-elle.

Être des porte-parole

Si la relation au corps commence à se poser autrement, Marie n’envisage toutefois pas son « outil du sportif » comme différent. Skieuse debout – catégorie LW682, celle du handicap le moins lourd –, elle se sent très dégourdie avec ses seulement six doigts, avec lesquels « j’ai toujours appris. Ça ne m’intéresse pas vraiment d’avoir une deuxième main », balance-t-elle. « Ma vraie envie, c’est de partager. Grâce à la performance sportive, nous sommes nombreux à avoir mis en lumière le handicap. Cela donne confiance à d’autres et montre que de réelles performances peuvent se réaliser en handisport. Inspirer, confronter, être les porte-parole d’un regard différent sur la société, voilà comment je vois les choses, car le handicap, c’est la petite clé qui m’a ouvert des portes. »

Le confinement vu par Marie Bochet

Vous avez refusé le dépôt des cookies Youtube sur notre site, vous ne pouvez donc pas visualiser cette vidéo. Vous pouvez toujours autoriser le dépôt de cookies liés aux vidéos pour accéder à ce contenu en cliquant sur ce lien (En autorisant le partenaire Youtube) : Gestion des cookies