Contact

Vous êtes déjà client ? Nous vous invitons à contacter votre banquier privé. 
Vous n’êtes pas client mais aimeriez en savoir plus ? Merci de remplir le formulaire ci-dessous.

Contacts locaux

France : +33 (0) 1 42 14 20 00 (9h - 17h)
Luxembourg : +352 47 93 11 1 (8h30 - 18H00)
Monaco : +377 97 97 58 00 (9h/12h - 14h/17h)
Suisse : Genève au +41 22 819 02 02
et Zurich au +41 44 218 56 11 (8h30 - 17h30)

Vous souhaitez nous contacter au sujet de la protection de vos données personnelles ?

Merci de bien vouloir contacter le Délégué à la Protection des Données de Société Générale Private Banking France en envoyant un email à l'adresse suivante : protectiondesdonnees@societegenerale.fr.

Merci de bien vouloir contacter Bieneke Russon, Délégué à la Protection des Données de Société Générale Bank & Trust Luxembourg par téléphone : +352-47.93.93.11.5046 ou en envoyant un email à l'adresse suivante : lux.dpooffice@socgen.com.

Merci de bien vouloir contacter Céline Pastor, Déléguée à la Protection des Données de Société Générale Private Banking Monaco en envoyant un email à l'adresse suivante : list.mon-privmonaco-dpo@socgen.com

Merci de bien vouloir contacter Omar Otmani, Délégué à la Protection des Données de Société Générale Private Banking Suisse en envoyant un email à l'adresse suivante : sgpb-gdpr.ch@socgen.com.

Vous souhaitez faire une réclamation ?

Merci de bien vouloir adresser votre réclamation à Société Générale Private Banking France en envoyant un email à : FR-SGPB-Relations-Clients@socgen.com ou un courrier à l'adresse suivante : 

Société Générale Private Banking France
Direction Commerciale
29 boulevard Haussmann CS 614
75421 Paris Cedex 9

Société Générale Private Banking France s’engage à accuser réception de votre réclamation dans un délai de dix jours ouvrables à compter de la date de sa réception et à vous apporter une réponse dans un délai de deux mois à compter de cette même date. Si nous ne sommes pas en mesure de respecter ce délai de 60 jours, vous en serez informé par courrier.
 

En dernier recours, vous pouvez saisir gratuitement, selon la nature de votre réclamation 

 

Le Médiateur auprès de Société Générale

Il s'engage à étudier votre dossier au vu de votre position et de celle de la banque, à apprécier les arguments des parties et à prendre une décision fondée sur l'équité. Le Médiateur vous répondra directement dans un délai maximum de deux mois.

Vous pouvez saisir le Médiateur auprès de Société Générale par voie électronique sur le site internet du Médiateur : mediateur.societegenerale.fr ou en adressant un courrier à l’adresse suivante :

Le Médiateur auprès de Société Générale
17 cours Valmy
92987 Paris La Défense Cedex 7

 

Le Médiateur de l’Autorité des Marchés Financiers

Vous pouvez saisir le Médiateur de l’Autorité des Marchés Financiers en adressant un courrier à l’adresse suivante :

Le Médiateur de l’Autorité des Marchés Financiers
17 Place de la Bourse
75082 Paris Cedex 2

 

Le Médiateur des Assurances

Vous pouvez saisir le Médiateur des Assurances : ses coordonnées doivent être mentionnées aux termes de votre contrat d’assurance.

Afin d’assurer un traitement optimal de vos demandes, toute réclamation auprès de notre établissement peut être adressée à l'adresse suivante :

Service réclamations Banque privée
11, Avenue Emile Reuter
L-2420 Luxembourg

La Banque s’engage à accuser réception de votre demande dans les 10 jours suivant sa date de réception et à vous apporter une réponse dans un délai maximum de 30 jours à compter de sa réception. Si votre demande devait nécessiter un délai de traitement supplémentaire (recherches complexes…), nous vous en informerons endéans ce même délai de 30 jours.

Dans  l’hypothèse où la réponse qui vous est apportée ne correspondrait pas à vos attentes, nous vous informons de la possibilité :

En premier lieu, d’adresser à la Direction de Société Générale Bank & Trust en charge du traitement des réclamations, votre demande à l’adresse suivante :

Secrétariat Général de Société Générale Bank & Trust
11, Avenue Emile Reuter
L-2420 Luxembourg

En second lieu, si la réponse de la Direction en charge du traitement des réclamations ne permet pas de clore la réclamation, de disposer de la faculté de saisir l’Autorité de tutelle de SGBT, la Commission de Surveillance du Secteur Financier (CSSF) :

Par courrier : 283, Route d’Arlon L-1150 Luxembourg
Par courriel : direction@cssf.lu

Afin d’assurer un traitement optimal de vos demandes, toute réclamation auprès de notre établissement peut être adressée soit par e-mail à l’adresse suivante : reclamation.privmonaco@socgen.com ou par courrier à notre service dédié :

Societe Generale Private Banking Monaco
Middle Office – Service Réclamation 
11 avenue de Grande Bretagne 
98000 Monaco

La Banque s’engage à accuser réception de votre demande dans les 2 jours suivants sa date de réception et à vous apporter une réponse dans un délai maximum de 10 jours à compter de sa réception. Si votre demande devait nécessiter un délai de traitement supplémentaire (recherches complexes…), nous vous en informerons endéans ce même délai de 30 jours. 

Dans l’hypothèse où la réponse qui vous est apportée ne correspondrait pas à vos attentes, nous vous informons de la possibilité d’adresser à la Direction de Société Générale Private Banking Monaco en charge du traitement des réclamations, votre demande à l’adresse suivante : 

Secrétariat Général de Societe Generale Private Banking Monaco 
11 avenue de Grande Bretagne
98000 Monaco

Toute réclamation auprès de notre établissement peut être adressée par messagerie électronique à l’adresse suivante : sgpb-reclamations.ch@socgen.com.

Les clients peuvent également avoir recours à l’Ombudsman des banques suisses dont les coordonnées figurent sur le site www.bankingombudsman.ch

 

Sur les chemins de Kumano Kodo

« Dans les montagnes sauvages de la péninsule de Kii, au Japon, au sud du Kansaï, le Kumano Kodo, ou « chemins de pèlerinage de Kumano », est un réseau de splendides sentiers très battus, sans doute le plus grand trek méconnu du monde. Une échappée qui m’est devenue indispensable. » (Jérôme Galland – photographe explorateur)

Deux expériences culinaires

Ryokan Adumaya

Ce ryokan (« auberge traditionnelle ») permet, avec ses bains de source chaude, intérieurs et extérieurs, les onsen et les rotenburo, une halte revigorante. En provenance directe de la source, l’eau chaude sert également, côté cuisine, à cuire aussi bien les légumes, les viandes et les poissons que le tofu. Résultat : une carte exquise et de haute volée. 122 Yunomine, Hongu-cho.

 

Minshuku Tsugizakura

Chef professionnel, M. Yuba a travaillé dans tout le pays avant de revenir dans sa ville pour transformer sa maison, située non loin du temple Tsugizakura-oji, en minshuku (« chambres d’hôte »). Le dîner à plats multiples, de style kaiseki ryôri (« haute gastronomie »), est un véritable festin. 403-1 Nonaka, Nakahechi-cho.

 

Kiri-no-Sato Takahara Lodge Organic Hotel

La vue, ici, est à couper le souffle. Depuis la terrasse et même depuis son propre tatami, on peut contempler la chaîne de montagnes Hatenashi. Lorsque la vallée s’emplit de la brume matinale, le moment est magique. L’eau chaude du bain provient directement du Wataze Onsen, à Hongu. La cuisine y est excellente. 826 Takahara, Nakahechi-cho.

Se fondre dans une nature profonde

 

Qui imaginerait que la nature pouvait être engendrée par la géométrie ? La forêt, dans la péninsule de Kii, est dense. Mais, surtout, elle s’affiche rectiligne, scandée par une armée de troncs alignés. Il s’agit de Cryptomeria japonica, autrement dit des cryptomères, essence endémique sur l’archipel, de la famille des cèdres, dite sugi. Ce qui rend ces frondaisons extraordinaires, ce sont ces arbres, géants magnifiques hauts de plusieurs dizaines de mètres, d’un âge respectable : 700, voire 1 000 ans. Certains sont sacrés, comme en témoigne la ceinture de papier plié blanc qui enserre leur tronc. Entre les arbres, serpentent ces multiples sentiers, dont on imagine qu’ils étaient tous jadis, au Moyen Âge, revêtus de pierre.

Crapahuter sur un chemin monastique

Le Kumano Kodo est ponctué de multiples respirations. On y trouve nombre de sources et autres fontaines de jouvence, d’autels et de petits temples érigés au pied d’un arbre ou sur des roches, de statuaires avec ou sans animaux, de bornes ou stèles mémoriales, ainsi que des bouddhas, parfois entièrement habillés de mousse. À Oyunohara, près du sanctuaire de Hongu Taisha, au milieu des rizières, se dresse un immense et majestueux torii [portail traditionnel japonais], de près de 40 mètres de hauteur. Non loin du temple de Fushiogami-oji, se déploient de splendides plantations de thé d’un vert dru, réveillées, en arrière-plan, par les taches orangées des yuzus.

Lâcher prise

 

Pour un premier voyage au Japon, on ne saurait rêver meilleure situation. Observer le bus s’éloigner, après avoir été déposé à l’intersection d’une route de montagne, dans le hameau de Takiriji, procure un intense vague à l’âme. Un site reculé, la perte de repères et une langue ô combien mystérieuse. Bref, l’appréhension de l’inconnu. À deux pas – les deux premiers –, le sanctuaire de Takiriji‑oji, point de départ des chemins de pèlerinage de Kumano, est considéré comme la porte d’entrée vers les montagnes sacrées. Les interrogations fusent : où mène ce sentier ? Que va-t-on y trouver ? Il est grand temps d’amorcer l’ascension. Drôle de sentiment que ce bonheur de lâcher prise…

Fouler une enceinte sacrée

Depuis la vallée, avant d’arriver au grand sanctuaire de Nachi Taisha, ultime étape sur le Kumano Kodo, il faut encore gravir un spectaculaire escalier de pierre. Son nom : Daimon-zaka, ce qui, en japonais, signifie « grand portail d’ascension ». Il se compose de 267 marches, cernées d’arbres multicentenaires et de bosquets de bambou. La rude montée est récompensée par un panorama époustouflant sur les gorges avec, en guise d’horizon, l’océan Pacifique. La visite des multiples temples s’impose, notamment la pagode rouge vermillon Seiganto-ji, haute de trois étages. Le clou du spectacle, lui, se situe juste en arrière-plan : Nachi-no-Otaki, gigantesque chute d’eau avec ses 133 mètres de hauteur et 13 de largeur, la plus haute du Japon.

Se détendre dans une source thermale millénaire

 

Dans une vallée boisée, Yunomine est LE village thermal par excellence. Découverte il y a quelque 1 800 ans, sa source volcanique naturelle serait la plus ancienne du Japon. Elle change de couleur sept fois par jour, paraît-il, jaillit à une température initiale de 92,5 °C pour se réguler, ensuite, autour des 42 °C. D’où ces nombreux bains intérieurs, les onsen (« source chaude »), ou extérieurs, les rotenburo. La rivière qui coule au milieu du bourg est, elle aussi, issue de la source, si bien que les habitants y trempent directement oeufs et pousses de bambou pour les cuire. Le joyau de Yunomine est Tsuboyu, cabanon datant du xiie siècle, seul onsen inscrit au patrimoine mondial de l’Unesco. On peut le louer pour se baigner en privé : pour deux personnes et une demi-heure au maximum.

Cinq indispensables avant de partir

Une clochette : Ne vous étonnez pas si, chemin faisant, vous entendez, dans le lointain, le tintement d’une clochette. Il s’agit à coup sûr de randonneurs nippons qui l’ont fixée sur leur sac à dos, suivant à la lettre les instructions en matière de prévention contre les ours.

Une paire de jumelles : Pour admirer le paysage montagnard, voire, au loin, l’océan Pacifique, mais aussi pour repérer dans le ciel le fameux Yatagarasu, corbeau sacré, messager de Dieu.

Un carnet à dessin : Non seulement il servira vos talents de dessinateur, mais surtout il vous permettra de récolter les nombreux et souvent splendides tampons souvenirs qui scandent le Kumano Kodo.

Un pocket wi-fi : En montagne, les cybercafés ne sont pas légion et, lorsqu’on craint de se perdre, ce petit boîtier – 120-150 grammes – connecté à Internet peut vous être utile.

Un livre ou deux : Un monde flottant de Nicolas de Crécy (éd. Soleil, 2016), sur les yokaï, monstres, divinités ou esprits japonais. À lire aussi, A Modern Pilgrimage: Along the Kumano Kodo, un ouvrage conçu par le photographe américain Harold Davis, édité en série limitée de 12 exemplaires + 4 épreuves d’artiste.

EN MODE TREKKING

 

Prévoyez un séjour d’au moins cinq jours pour la découverte en trek (encore méconnu) des splendides chemins de pèlerinage.

 

La meilleure période pour y marcher reste, évidemment, le printemps. Afin d’organiser un périple sur mesure, avec hébergements, ravitaillements divers et service (efficace !) de transport de bagages, mieux vaut passer par le Tanabe City Kumano Tourism Bureau.

Site Internet de cet office de tourisme dédié au Kumano Kodo : www.tb-kumano.jp/en