Clientèle privée Intermédiaires financiers

Devenir client

Vous êtes déjà client ? Nous vous invitons à contacter votre banquier privé. 
Vous n’êtes pas client mais aimeriez en savoir plus ? Merci de remplir le formulaire ci-dessous.

Contacts locaux

France : +33 (0) 1 42 14 20 00 (9h - 17h)
Luxembourg : +352 47 93 11 1 (8h30 - 18H00)
Monaco : +377 97 97 58 00 (9h/12h - 14h/17h)
Suisse : Genève au +41 22 819 02 02
et Zurich au +41 44 218 56 11 (8h30 - 17h30)

Vous souhaitez nous contacter au sujet de la protection de vos données personnelles ?

Merci de bien vouloir contacter le Délégué à la Protection des Données de Société Générale Private Banking France en envoyant un email à l'adresse suivante : protectiondesdonnees@societegenerale.fr.

Merci de bien vouloir contacter Bieneke Russon, Délégué à la Protection des Données de Société Générale Bank & Trust Luxembourg par téléphone : +352-47.93.93.11.5046 ou en envoyant un email à l'adresse suivante : lux.dpooffice@socgen.com.

Merci de bien vouloir contacter Julien Garnier, Délégué à la Protection des Données de Société Générale Private Banking Monaco en envoyant un email à l'adresse suivante : list.mon-privmonaco-dpo@socgen.com

Merci de bien vouloir contacter Omar Otmani, Délégué à la Protection des Données de Société Générale Private Banking Suisse en envoyant un email à l'adresse suivante : sgpb-gdpr.ch@socgen.com.

Vous souhaitez faire une réclamation ?

Merci de bien vouloir adresser votre réclamation à Société Générale Private Banking France en envoyant un email à : FR-SGPB-Relations-Clients@socgen.com ou un courrier à l'adresse suivante : 

Société Générale Private Banking France
Direction Commerciale
29 boulevard Haussmann CS 614
75421 Paris Cedex 9

Société Générale Private Banking France s’engage à accuser réception de votre réclamation dans un délai de dix jours ouvrables à compter de la date de sa réception et à vous apporter une réponse dans un délai de deux mois à compter de cette même date. Si nous ne sommes pas en mesure de respecter ce délai de 60 jours, vous en serez informé par courrier.
 

En dernier recours, vous pouvez saisir gratuitement, selon la nature de votre réclamation 

 

Le Médiateur auprès de Société Générale

Il s'engage à étudier votre dossier au vu de votre position et de celle de la banque, à apprécier les arguments des parties et à prendre une décision fondée sur l'équité. Le Médiateur vous répondra directement dans un délai maximum de deux mois.

Vous pouvez saisir le Médiateur auprès de Société Générale par voie électronique sur le site internet du Médiateur : mediateur.societegenerale.fr ou en adressant un courrier à l’adresse suivante :

Le Médiateur auprès de Société Générale
17 cours Valmy
92987 Paris La Défense Cedex 7

 

Le Médiateur de l’Autorité des Marchés Financiers

Vous pouvez saisir le Médiateur de l’Autorité des Marchés Financiers en adressant un courrier à l’adresse suivante :

Le Médiateur de l’Autorité des Marchés Financiers
17 Place de la Bourse
75082 Paris Cedex 2

 

Le Médiateur des Assurances

Vous pouvez saisir le Médiateur des Assurances : ses coordonnées doivent être mentionnées aux termes de votre contrat d’assurance.

Afin d’assurer un traitement optimal de vos demandes, toute réclamation auprès de notre établissement peut être adressée à l'adresse suivante :

Service réclamations Banque privée
11, Avenue Emile Reuter
L-2420 Luxembourg

La Banque s’engage à accuser réception de votre demande dans les 10 jours suivant sa date de réception et à vous apporter une réponse dans un délai maximum de 30 jours à compter de sa réception. Si votre demande devait nécessiter un délai de traitement supplémentaire (recherches complexes…), nous vous en informerons endéans ce même délai de 30 jours.

Dans  l’hypothèse où la réponse qui vous est apportée ne correspondrait pas à vos attentes, nous vous informons de la possibilité :

En premier lieu, d’adresser à la Direction de Société Générale Bank & Trust en charge du traitement des réclamations, votre demande à l’adresse suivante :

Secrétariat Général de Société Générale Bank & Trust
11, Avenue Emile Reuter
L-2420 Luxembourg

En second lieu, si la réponse de la Direction en charge du traitement des réclamations ne permet pas de clore la réclamation, de disposer de la faculté de saisir l’Autorité de tutelle de SGBT, la Commission de Surveillance du Secteur Financier (CSSF) :

Par courrier : 283, Route d’Arlon L-1150 Luxembourg
Par courriel : direction@cssf.lu

Afin d’assurer un traitement optimal de vos demandes, toute réclamation auprès de notre établissement peut être adressée soit par e-mail à l’adresse suivante : servicequalite.privmonaco@socgen.com ou par courrier à notre service dédié :

Societe Generale Private Banking Monaco
Middle Office – Service Réclamation 
11 avenue de Grande Bretagne 
98000 Monaco

La Banque s’engage à accuser réception de votre demande dans les 2 jours suivants sa date de réception et à vous apporter une réponse dans un délai maximum de 10 jours à compter de sa réception. Si votre demande devait nécessiter un délai de traitement supplémentaire (recherches complexes…), nous vous en informerons endéans ce même délai de 30 jours. 

Dans l’hypothèse où la réponse qui vous est apportée ne correspondrait pas à vos attentes, nous vous informons de la possibilité d’adresser à la Direction de Société Générale Private Banking Monaco en charge du traitement des réclamations, votre demande à l’adresse suivante : 

Secrétariat Général de Societe Generale Private Banking Monaco 
11 avenue de Grande Bretagne
98000 Monaco

Toute réclamation auprès de notre établissement peut être adressée par messagerie électronique à l’adresse suivante : sgpb-reclamations.ch@socgen.com.

Les clients peuvent également avoir recours à l’Ombudsman des banques suisses dont les coordonnées figurent sur le site www.bankingombudsman.ch

 

La Biennale de Venise, rendez-vous mondial de l'art

Parmi les nombreuses manifestations consacrées à l'art contemporain, la Biennale de Venise demeure incontestablement la plus prestigieuse (par Laurent Issaurat, Banquier Privé spécialiste de l'Art chez Société Générale Private Banking).

Une brève histoire de la Biennale

 

Grâce à son pouvoir d’attraction planétaire, la Biennale attire les passionnés d’art, des simples amateurs aux collectionneurs les plus avertis, en passant par les marchands, directeurs de musée et commissaires d’exposition, journalistes et reporters du monde entier, sans oublier les cohortes d’artistes qui viennent présenter leur travail ou découvrir celui d’autres créateurs.

Conçue en 1893, la première « Exposition internationale d’art de la cité de Venise » se tint en 1895 et accueillit 200 000 visiteurs. Dès sa deuxième édition, en 1897, elle fut rebaptisée « Biennale », puis, en 1934, « Biennale d’art contemporain ». Elle connut, bien sûr, quelques interruptions liées aux soubresauts de l’histoire du xxe siècle. Aujourd’hui, rançon – peut-être – de sa notoriété, elle est tout simplement la « Biennale de Venise », dont la 58e édition se tient du 11 mai au 24 novembre 2019.

Une organisation originale

 

Lors de sa création, la Biennale organisait assez classiquement une exposition de plusieurs artistes dans les Giardini (« les jardins ») de Castello, dessinés en 1834, et les accueillait pour de vastes fêtes nocturnes. Rapidement, sont édifiés des pavillons nationaux, au nombre de 29 aujourd’hui, que chaque pays confie à un ou plusieurs artistes de son choix. Le trentième pavillon des Giardini – le pavillon italien – est au cœur du dispositif, car c’est là qu’un directeur, différent à chaque Biennale, invite des artistes à venir s’exprimer autour d’un thème donné. Dopée par sa popularité toujours grandissante, la Biennale s’appuie aujourd’hui également sur un deuxième site, industriel celui-là, jadis chantier de construction navale appelé L’Arsenale (« l’arsenal »).

À l’avant-garde de la création

 

Fidèle à l’esprit de ses origines, l’objectif de la Biennale est d’être la vitrine de la création internationale de son époque. Aussi, ses organisateurs successifs se sont employés à y inviter les artistes les plus novateurs et à encourager la création grâce à l’attribution de récompenses et de prix, les fameux « Lions ». La Biennale se veut le reflet, et le promoteur, des tendances artistiques contemporaines. À l’écoute des grandes mutations de la création artistique mondiale, de la multiplication de ses modes d’expression, elle consacre des artistes confirmés, mais soutient également la montée en puissance d’artistes plus jeunes. Laure Prouvost, par exemple, à 41 ans, représente la France cette année. Camille Henrot remporta, quant à elle, à l’âge de 40 ans, le Lion d’argent en 2013 avec sa vidéo Grosse Fatigue. En 2017, à 39 ans, l’Allemande Anne Imhof gagne le Lion d’or du meilleur pavillon, avec une performance hors norme, inquiétante et inoubliable.

La Biennale 2019, ses principales manifestations

 

Si l’Europe occupe une large part des pavillons nationaux, tous les continents sont représentés. Cette année, on note la première participation de Madagascar, ce qui renforce la représentation de la diversité géographique dans cette manifestation et l’ouverture à des expressions artistiques parfois méconnues. On peut aussi souligner le choix du Canada de confier son pavillon à Isuma, un collectif inuit de réalisation et de production vidéo. Parmi les autres installations très attendues, citons celles de Natascha Süder Happelmann (Allemagne), Jos De Gruyter et Harald Thys (Belgique), Martin Puryear (États-Unis), Laure Prouvost (France), Cathy Wilkes (Grande-Bretagne), Pauline Boudry et Renate Lorenz (Suisse).

En ce qui concerne l’exposition thématique, « May you live in interesting times » est le sujet que Ralph Rugoff, le charismatique directeur de la Hayward Gallery de Londres et commissaire de la Biennale 2019, a choisi de soumettre aux artistes invités. Cette imprécation, attribuée depuis plus de cent ans à la Chine, est en réalité une invention occidentale, une fake news avant l’heure ! Ralph Rugoff a souvent souligné son intérêt pour un art qui associe plaisir et pensée critique. Et il n’a jamais eu peur d’organiser tout au long de sa carrière des expositions autour des enjeux et défis actuels avec une bonne dose d’humour. Pour lui, « May you live in interesting times » est un thème assez ambigu pour réunir les deux. « C’est moins une imprécation qu’un défi, et l’art peut nous aider quand le monde fait face à des crises et des changements qui peuvent causer anxiété, désespoir et frustration. » Et, ajoute-t-il, « “May you live in interesting times” inclura des créations largement ludiques, illustrant le fait que c’est lorsque l’on joue que nous sommes le plus pleinement humain*. »

(*) Javier Pes, ”‘We Can All Be in Different Worlds’: Ralph Rugoff’s Venice Biennale Will Respond to the Rise of Fake News“, news.artnet.com, 16 juillet 2018. 
bit.ly/newsartnetrugoff

[Translate to Français:]

 

 

 

Une effervescence artistique dans toute la ville

 

Au-delà des deux institutions que sont la Fondation Peggy Guggenheim pour l’art moderne et la Fondation Pinault pour l’art moderne et contemporain, le « off » existe aussi à Venise : nombre de palais et de monuments sont le cadre d’expositions variées. La collection Peggy Guggenheim, abritée au sein du palais Venier dei Leoni, au bord du Grand Canal, présente une des plus belles collections d’art moderne d’Europe. La Fondation Pinault montre une partie de sa collection dans le magnifique édifice de la Pointe de la douane (Punta della Dogana), mais consacre de surcroît, lors de chaque Biennale, une exposition à un artiste contemporain majeur, dans le non moins splendide palais Grassi. En 2019, ce sera la première exposition personnelle en Italie de l’artiste belge Luc Tuymans, mégastar de la scène mondiale.

Mais tout est art à Venise : une simple balade dans ses ruelles… et ses palais et églises, dont l’architecture aussi bien que les intérieurs sont un témoignage du lien ancestral de la ville avec la création artistique.