Clientèle privée Intermédiaires financiers

Devenir client

Vous êtes déjà client ? Nous vous invitons à contacter votre banquier privé. 
Vous n’êtes pas client mais aimeriez en savoir plus ? Merci de remplir le formulaire ci-dessous.

Contacts locaux

France : +33 (0) 1 53 43 87 00 (9h - 18h)
Luxembourg : +352 47 93 11 1 (8h30 - 17h30)
Monaco : +377 97 97 58 00 (9h/12h - 14h/17h)
Suisse : Genève au +41 22 819 02 02
et Zurich au +41 44 218 56 11 (8h30 - 17h30)

Vous souhaitez nous contacter au sujet de la protection de vos données personnelles ?

Merci de bien vouloir contacter le Délégué à la Protection des Données de Société Générale Private Banking France en envoyant un e-mail à l'adresse suivante : protectiondesdonnees@societegenerale.fr.

Merci de bien vouloir contacter le Délégué à la Protection des Données de Société Générale Luxembourg en envoyant un e-mail à l'adresse suivante : lux.dpooffice@socgen.com

Pour les clients résidant en Italie, merci de bien vouloir contacter le prestataire externe BDO en charge de la Protection des Données en envoyant un e-mail à l’adresse suivante :    lux.dpooffice-branch-IT@socgen.com

Merci de bien vouloir contacter le Délégué à la Protection des Données de Société Générale Private Banking Monaco en envoyant un email à l'adresse suivante : list.mon-privmonaco-dpo@socgen.com

Merci de bien vouloir contacter le Délégué à la Protection des Données de Société Générale Private Banking Suisse en envoyant un e-mail à l'adresse suivante : sgpb-gdpr.ch@socgen.com

Vous souhaitez faire une réclamation ?

Société Générale Private Banking a l’ambition de vous apporter la meilleure qualité de service possible. Toutefois, des difficultés peuvent parfois survenir dans le fonctionnement de votre compte ou dans l’utilisation des services mis à votre disposition.

Votre banquier privé  est votre interlocuteur privilégié pour recueillir et traiter votre réclamation.

En cas de désaccord avec votre banquier privé ou d’absence de réponse de sa part, vous pouvez adresser votre réclamation à la Direction de Société Générale Private Banking France en envoyant un e-mail à : FR-SGPB-Relations-Clients@socgen.com ou un courrier à l'adresse suivante : 

Société Générale Private Banking France
29 boulevard Haussmann CS 614
75421 Paris Cedex 9

Société Générale Private Banking France s’engage à accuser réception de votre réclamation sous 10 (dix) jours ouvrables à compter de la date de sa réception et à vous apporter une réponse dans un délai de 2 (deux) mois à compter de cette même date. Si nous ne sommes pas en mesure de respecter ce délai de 2 (deux) mois, vous en serez informé par courrier. 

En cas de désaccord avec la banque ou d’absence de réponse dans un délai de 2 (deux) mois après l’envoi de votre première réclamation écrite, ou de 15 (quinze) jours ouvrables pour une réclamation portant sur un service de paiement, vous pouvez saisir gratuitement, selon la nature de votre réclamation : 

 

Le Médiateur de la consommation auprès de la Fédération Bancaire Française

Le Médiateur de la consommation auprès de la Fédération Bancaire Française (FBF) est compétent pour les différends relatifs aux services fournis et aux contrats conclus en matière d’opérations de banque (gestion de compte de dépôt, opération de crédit, services de paiement par exemple), de services d’investissement, d’instruments financiers et de produits d’épargne, ainsi qu’à la commercialisation des contrats d’assurance.

Le Médiateur auprès de la FBF vous répondra directement, dans un délai de 90 (quatre-vingt-dix) jours à compter de la date à laquelle il aura reçu tous les documents sur lesquels est fondée la demande. En cas de litige complexe, ce délai peut être prolongé. Le Médiateur auprès de la FBF formulera une position motivée qu’il soumet à l’approbation des deux parties.

Vous pouvez saisir le Médiateur auprès de la FBF par voie électronique sur le site internet du Médiateur : www.lemediateur.fbf.fr ou en adressant un courrier à l’adresse suivante :

Le Médiateur CS 151
75 422 Paris cedex 09

 

Le Médiateur de l’Autorité des Marchés Financiers

Le Médiateur de l’Autorité des Marchés Financiers (AMF) est également compétent pour les différends relatifs aux services d’investissements, d’instruments financiers et de produits d’épargne financière.

Pour ce type de différend, en tant que client consommateur, vous disposez donc d’un choix entre le Médiateur de la consommation auprès de la FBF et le Médiateur de l’AMF. Dès lors que vous avez choisi l’un de ces deux médiateurs, vous ne pouvez plus saisir, pour ce même différend, l’autre Médiateur.

Vous pouvez saisir le Médiateur de l’AMF par voie électronique sur le site internet de l’AMF : www.amf-france.org ou en adressant un courrier à l’adresse suivante :

Le Médiateur de l’Autorité des Marchés Financiers
17 place de la Bourse
75082 Paris Cedex 2

Le Médiateur de l’Assurance

Le Médiateur de l’Assurance est compétent pour les litiges sur l’application ou l’interprétation d’un contrat d’assurance.

Vous pouvez saisir le Médiateur des Assurances en utilisant les coordonnées qui doivent être mentionnées aux termes de votre contrat d’assurance.

Afin d’assurer un traitement optimal de vos demandes, toute réclamation auprès de notre établissement peut être adressée à l'adresse suivante :

Service réclamations Banque privée
11, Avenue Emile Reuter
L-2420 Luxembourg

Ou par e-mail à l’adresse clienteleprivee.sglux@socgen.com et

pour les clients résidant en Italie à l’adresse societegenerale@unapec.it

La Banque s’engage à accuser réception de votre demande dans les 10 jours ouvrables suivant sa date de réception et à vous apporter une réponse dans un délai maximum de 30 jours ouvrables à compter de sa réception. Si votre demande devait nécessiter un délai de traitement supplémentaire (recherches complexes…), nous vous en informerons endéans ce même délai de 30 jours ouvrables.

Dans l’hypothèse où la réponse qui vous est apportée ne correspondrait pas à vos attentes, nous vous informons de la possibilité :

En premier lieu, d’adresser à la Direction de Société Générale Luxembourg en charge du traitement des réclamations, votre demande à l’adresse suivante :

Secrétariat Général de Société Générale Luxembourg
11, Avenue Emile Reuter
L-2420 Luxembourg

En second lieu, si la réponse de la Direction en charge du traitement des réclamations ne permet pas de clore la réclamation, de disposer de la faculté de saisir l’Autorité de tutelle de Société Générale Luxembourg, la Commission de Surveillance du Secteur Financier (CSSF) :

Par courrier : 283, Route d’Arlon L-1150 Luxembourg
Par courriel :
direction@cssf.lu

Afin d’assurer un traitement optimal de vos demandes, toute réclamation auprès de notre établissement peut être adressée soit par e-mail à l’adresse suivante : servicequalite.privmonaco@socgen.com ou par courrier à notre service dédié :

Sociéte Génerale Private Banking Monaco
Middle Office – Service Réclamation 
11 avenue de Grande Bretagne 
98000 Monaco

La Banque s’engage à accuser réception de votre demande dans les 2 jours ouvrables suivant sa date de réception et à vous apporter une réponse dans un délai maximum de 30 jours ouvrables à compter de sa réception. Si votre demande devait nécessiter un délai de traitement supplémentaire (recherches complexes…), nous vous en informerons endéans ce même délai de 30 jours ouvrables. 

Dans l’hypothèse où la réponse qui vous est apportée ne correspondrait pas à vos attentes, nous vous informons de la possibilité d’adresser à la Direction de Société Générale Private Banking Monaco en charge du traitement des réclamations, votre demande à l’adresse suivante : 

Sociéte Génerale Private Banking Monaco
Secrétariat Général 
11 avenue de Grande Bretagne
98000 Monaco

Toute réclamation auprès de notre établissement peut être adressée par messagerie électronique à l’adresse suivante :

sgpb-reclamations.ch@socgen.com

Les clients peuvent également avoir recours à l’Ombudsman des banques suisses dont les coordonnées figurent sur le site :

www.bankingombudsman.ch

 

 

Bonheur et philanthropie

Entretien avec Charles Sellen, chercheur sur la philanthropie.

Chez Société Générale Private Banking, nous avons pour ambition de promouvoir et de développer la philanthropie en vous aidant à structurer votre démarche, à maximiser votre impact sociétal et ainsi, à contribuer à construire le monde de demain. Nos experts ont pour mission de vous inspirer et de vous accompagner dans la structuration d’une stratégie solidaire qui a du sens pour vous et votre famille. Dans ce cadre, nous donnons la parole à des personnalités emblématiques de cet écosystème : chercheur sur la philanthropie, Charles Sellen partage aujourd’hui avec nous son analyse du lien entre philanthropie et bonheur.

Quel est le lien entre la philanthropie et le bonheur ?

Ces deux réalités sont absolument indissociables. Du côté des donateurs, elles s’alimentent réciproquement : on a davantage envie d’exprimer sa générosité lorsqu’on se sent heureux, et les gens qui affichent de plus hauts niveaux de bonheur ont généralement une tendance à être plus altruistes. C’est donc un cercle vertueux. Du côté des bénéficiaires, ces deux notions ont plutôt un lien de cause à effet : la philanthropie doit viser logiquement à rehausser le bien-être (il est difficile de parler de « bonheur » lorsque les personnes souffrent) des populations qui bénéficient d’un programme d’aide. Les liens entre philanthropie et bonheur sont donc multiples. Mais souvent, on pense que le bonheur n’est pas un sujet sérieux, alors on tend à le faire passer au second plan, sans lui accorder l’attention qu’il mérite. En vérité, de nombreux travaux scientifiques pluridisciplinaires (économie, sociologie, psychologie, neurosciences, etc.) ont désormais solidement établi que la quête du bonheur est un désir légitime et utile pour mener une vie équilibrée. La science aide à mieux connaître les mécanismes qui favorisent le bien-être, avec des déclinaisons concrètes pour les élus qui réfléchissent aux politiques publiques, les dirigeants d’entreprise qui souhaitent promouvoir la qualité de vie au travail, etc. Un champ de recherche passionnant s’est ouvert ces dernières années à l’intersection de ces deux notions.

Quels sont les bienfaits de l’altruisme ?

Ils sont innombrables pour celles et ceux qui le pratiquent. La générosité sous toutes ses formes (dons de temps, d’argent, etc.) est positivement corrélée à une meilleure santé et une plus grande longévité, ainsi qu’à la perception plus forte d’un véritable sens à sa vie. Concernant le bénévolat en particulier, s’y engager procure une meilleure estime de soi. Les personnes bénévoles subissent en moyenne moins de dépressions. Le bénévolat permet l’atténuation des effets psychologiques du vieillissement, et suscite même une sensation d’abondance de temps là où on pensait en manquer. Sur le plan des dons d’argent, le fait de réaliser une dépense au bénéfice d’autrui confère une satisfaction supérieure à celle que l’on éprouve lorsqu’on dépense la même somme pour soi-même (et ce résultat étonnant se vérifie pour tout type de montant et dans toutes les cultures du monde). Le simple fait de se souvenir d’avoir donné génère une humeur positive. Alors la « recette du bonheur » pourrait être de prendre régulièrement une dose de « vitamine G » en pratiquant une générosité fréquente et de se remémorer aussi souvent que possible la joie de se rendre ainsi utile à une cause qui nous est chère.

Vous avez interviewé de nombreuses personnalités du monde philanthropique, en France et aux États-Unis, quelles sont les principales leçons que vous en tirez ?

J’en tirerais trois grands enseignements. D’abord, la philanthropie a progressé si rapidement en Europe au cours des deux dernières décennies qu’on ne peut plus parler de « retard ». Il y a désormais une grande maturité du secteur philanthropique français et européen, à tous les points de vue. On n’a donc plus à rougir de la comparaison avec nos homologues américains – sauf sur la question des volumes de dons, qui demeurent d’ampleurs incomparables. Ensuite, la conception que se font les philanthropes d’eux-mêmes est plutôt empreinte de modestie de ce côté-ci de l’Atlantique. En Europe, ils perçoivent leur action caritative en complémentarité de celle des pouvoirs publics. Personne ne s’imagine sérieusement remplacer l’État, alors que du côté américain, il est plus fréquent que des grands donateurs se voient comme concurrents de l’action étatique, souvent pour des raisons idéologiques. Enfin, ce qui frappe en France, c’est le culte du secret autour de l’action philanthropique. C’est compréhensible, compte tenu du poids de l’histoire (il n’a pas toujours été judicieux d’afficher sa fortune et sa générosité) et de la discrétion qui est traditionnellement vue comme une vertu noble dans la bonne société. Cependant, chacun s’aperçoit aujourd’hui que les préventions légitimes d’antan constituent un frein majeur à la communication et à l’essaimage. Comment encourager d’autres vocations philanthropiques, comment faire des émules si personne n’ose témoigner publiquement de ses engagements solidaires ? Il faut des figures de proue qui en inspirent d’autres afin de multiplier les philanthropes et ériger leur action en modèle à suivre. Heureusement, certains osent franchir le pas, notamment dans des cercles professionnels où l’exposition médiatique est moindre et où la parole est plus libre. Citons par exemple l’initiative Changer par le don(1), une initiative française incitant les personnes aisées à consacrer 10% de leurs revenus annuels ou de leur patrimoine à la philanthropie.

 


Pour en savoir plus sur la thématique « philanthropie et bien-être », nous vous invitons à écouter le podcast enregistré par Charles Sellen en cliquant ici.

Charles Sellen est chercheur sur la philanthropie, affilié aux universités de Montréal et d’Ottawa. Docteur en économie (Sciences Po Paris), il a collaboré au CerPhi (centre d’étude et de recherche sur la philanthropie) et à l’Agence française de développement. Il a été administrateur puis président (2011-2018) de La Fabrique Spinoza, premier think tank(2) francophone sur le bonheur et le bien-être citoyen. Lauréat du programme Fulbright « NGO Leaders », il a été invité comme « Inaugural Global Philanthropy Fellow » à la Lilly Family School of Philanthropy à Indianapolis (2019-2021). Il mobilise actuellement cette expertise internationale en tant que conseiller auprès de différents acteurs philanthropiques.

 


(1) Pour en savoir plus, nous vous invitons à consulter le site web de Changer par le don : https://changerparledon.com/

(2) Think tank : groupe de réflexion privé qui produit des études sur des thèmes de société au service des décideurs.

 

Pour en savoir plus sur ce sujet, lisez l'interview de Sylvie Chokron,neuropsychologue et directrice de recherche au CNRS, dans notre magazine PB#8.

This document, of an advertising nature, has no contractual value. Its content is not intended to provide an investment service, it does not constitute investment advice or a personalised recommendation on a financial product, or a personalised advice or recommendation on insurance, or a solicitation of any kind, legal, accounting or tax advice from Société Générale Private Banking France.

The information contained is for information purposes only, may be modified without prior notice, and is intended to communicate information that may be useful for decision-making. Any information on past performance reproduced does not guarantee future performance.

Before any investment service, financial product or insurance product is subscribed, the potential investor (i) must be aware of all the information contained in the detailed documentation of the proposed service or product (prospectus, regulations, articles of association, document entitled “key information for the investor”, term sheet, information notice, contractual conditions, etc.), particularly those related to the associated risks; and (ii) consult their legal and tax advice to assess the legal consequences and tax treatment of the proposed product or service. His private banker is also at his disposal to provide him with further information, to determine with him whether he is eligible for the envisaged product or service which may be subject to conditions, and whether he meets his needs.  Consequently, Societe Generale Private Banking France cannot be held responsible under any circumstances for any decision taken by an investor based solely on the information contained in this document.

Future performance forecasts are based on assumptions that may not materialize. The scenarios presented are estimates of future performance, based on past information on how the value of an investment varies and/or current market conditions, and are not accurate indications. The return obtained by investors will have to vary according to the market performance and the duration of the investment’s retention by the investor. Future performance may be subject to tax, which depends on the personal situation of each investor and is likely to change in the future.