Clientèle privée Intermédiaires financiers

Devenir client

Vous êtes déjà client ? Nous vous invitons à contacter votre banquier privé. 
Vous n’êtes pas client mais aimeriez en savoir plus ? Merci de remplir le formulaire ci-dessous.

Contacts locaux

France : +33 (0) 1 42 14 20 00 (9h - 17h)
Luxembourg : +352 47 93 11 1 (8h30 - 18H00)
Monaco : +377 97 97 58 00 (9h/12h - 14h/17h)
Suisse : Genève au +41 22 819 02 02
et Zurich au +41 44 218 56 11 (8h30 - 17h30)

Vous souhaitez nous contacter au sujet de la protection de vos données personnelles ?

Merci de bien vouloir contacter le Délégué à la Protection des Données de Société Générale Private Banking France en envoyant un email à l'adresse suivante : protectiondesdonnees@societegenerale.fr.

Merci de bien vouloir contacter Bieneke Russon, Délégué à la Protection des Données de Société Générale Bank & Trust Luxembourg par téléphone : +352-47.93.93.11.5046 ou en envoyant un email à l'adresse suivante : lux.dpooffice@socgen.com.

Merci de bien vouloir contacter Julien Garnier, Délégué à la Protection des Données de Société Générale Private Banking Monaco en envoyant un email à l'adresse suivante : list.mon-privmonaco-dpo@socgen.com

Merci de bien vouloir contacter Omar Otmani, Délégué à la Protection des Données de Société Générale Private Banking Suisse en envoyant un email à l'adresse suivante : sgpb-gdpr.ch@socgen.com.

Vous souhaitez faire une réclamation ?

Merci de bien vouloir adresser votre réclamation à Société Générale Private Banking France en envoyant un email à : FR-SGPB-Relations-Clients@socgen.com ou un courrier à l'adresse suivante : 

Société Générale Private Banking France
Direction Commerciale
29 boulevard Haussmann CS 614
75421 Paris Cedex 9

Société Générale Private Banking France s’engage à accuser réception de votre réclamation dans un délai de dix jours ouvrables à compter de la date de sa réception et à vous apporter une réponse dans un délai de deux mois à compter de cette même date. Si nous ne sommes pas en mesure de respecter ce délai de 60 jours, vous en serez informé par courrier.
 

En dernier recours, vous pouvez saisir gratuitement, selon la nature de votre réclamation 

 

Le Médiateur auprès de Société Générale

Il s'engage à étudier votre dossier au vu de votre position et de celle de la banque, à apprécier les arguments des parties et à prendre une décision fondée sur l'équité. Le Médiateur vous répondra directement dans un délai maximum de deux mois.

Vous pouvez saisir le Médiateur auprès de Société Générale par voie électronique sur le site internet du Médiateur : mediateur.societegenerale.fr ou en adressant un courrier à l’adresse suivante :

Le Médiateur auprès de Société Générale
17 cours Valmy
92987 Paris La Défense Cedex 7

 

Le Médiateur de l’Autorité des Marchés Financiers

Vous pouvez saisir le Médiateur de l’Autorité des Marchés Financiers en adressant un courrier à l’adresse suivante :

Le Médiateur de l’Autorité des Marchés Financiers
17 Place de la Bourse
75082 Paris Cedex 2

 

Le Médiateur des Assurances

Vous pouvez saisir le Médiateur des Assurances : ses coordonnées doivent être mentionnées aux termes de votre contrat d’assurance.

Afin d’assurer un traitement optimal de vos demandes, toute réclamation auprès de notre établissement peut être adressée à l'adresse suivante :

Service réclamations Banque privée
11, Avenue Emile Reuter
L-2420 Luxembourg

La Banque s’engage à accuser réception de votre demande dans les 10 jours suivant sa date de réception et à vous apporter une réponse dans un délai maximum de 30 jours à compter de sa réception. Si votre demande devait nécessiter un délai de traitement supplémentaire (recherches complexes…), nous vous en informerons endéans ce même délai de 30 jours.

Dans  l’hypothèse où la réponse qui vous est apportée ne correspondrait pas à vos attentes, nous vous informons de la possibilité :

En premier lieu, d’adresser à la Direction de Société Générale Bank & Trust en charge du traitement des réclamations, votre demande à l’adresse suivante :

Secrétariat Général de Société Générale Bank & Trust
11, Avenue Emile Reuter
L-2420 Luxembourg

En second lieu, si la réponse de la Direction en charge du traitement des réclamations ne permet pas de clore la réclamation, de disposer de la faculté de saisir l’Autorité de tutelle de SGBT, la Commission de Surveillance du Secteur Financier (CSSF) :

Par courrier : 283, Route d’Arlon L-1150 Luxembourg
Par courriel : direction@cssf.lu

Afin d’assurer un traitement optimal de vos demandes, toute réclamation auprès de notre établissement peut être adressée soit par e-mail à l’adresse suivante : servicequalite.privmonaco@socgen.com ou par courrier à notre service dédié :

Societe Generale Private Banking Monaco
Middle Office – Service Réclamation 
11 avenue de Grande Bretagne 
98000 Monaco

La Banque s’engage à accuser réception de votre demande dans les 2 jours suivants sa date de réception et à vous apporter une réponse dans un délai maximum de 10 jours à compter de sa réception. Si votre demande devait nécessiter un délai de traitement supplémentaire (recherches complexes…), nous vous en informerons endéans ce même délai de 30 jours. 

Dans l’hypothèse où la réponse qui vous est apportée ne correspondrait pas à vos attentes, nous vous informons de la possibilité d’adresser à la Direction de Société Générale Private Banking Monaco en charge du traitement des réclamations, votre demande à l’adresse suivante : 

Secrétariat Général de Societe Generale Private Banking Monaco 
11 avenue de Grande Bretagne
98000 Monaco

Toute réclamation auprès de notre établissement peut être adressée par messagerie électronique à l’adresse suivante : sgpb-reclamations.ch@socgen.com.

Les clients peuvent également avoir recours à l’Ombudsman des banques suisses dont les coordonnées figurent sur le site www.bankingombudsman.ch

 

Podcast "L'Art de Collectionner" - Episode #4 : L'art d'acheter

Découvrez notre série de podcasts "L'Art de Collectionner", qui analyse les enjeux liés à la détention et à la gestion des oeuvres d'art et objets de collection.
Jouer sur Spotify
Jouer sur Apple Podcasts

Script intégral :

 

Laurent IssauratBonjour, C’est un grand plaisir de vous retrouver dans notre série de podcasts « L’Art de Collectionner ». Chaque épisode analyse un enjeu de la détention et de la gestion d’œuvres d’art ou d’objets de collection. Nous retrouvons Céline Fressart, Conseillère senior en art et Directrice des projets spéciaux de la société de conseil en art 1858 Ltd, qui nous parle de l’art d’acheter des objets de collection. Bonjour Céline, bienvenue de retour parmi nous.

Céline Fressart : Bonjour Laurent.

Laurent Issaurat : Quand on parle du marché de l’art, on rêve parfois de plus-values, de découvertes quasi-miraculeuses de chef-d ’œuvres oubliés au fond d’un grenier… Avec l’explosion des records de prix, on a l’impression que chacun peut y tenter sa chance et gagner, mais qu’en est-il, en réalité ?

Céline Fressart C’est vrai Laurent, que si l’on en croit les actualités, il peut sembler que chaque jour amène son lot de records de vente battus, d’artistes émergents devenant une valeur sûre, ou qu’un objet acheté aux puces se révèle être un trésor. Le dénominateur commun à tous ces faits est un sentiment de hasard sous-jacent. Cela laisse croire que tout-un-chacun peut tenter sa chance sur le marché de l’art et gagner. Mais en tant que conseillère en art, ma réponse est sans appel ; le hasard a peu de place sur ce marché et les écueils sont nombreux. C’est pourquoi il est essentiel de savoir les reconnaître lorsque l’on veut acquérir un objet de façon sereine.

Laurent Issaurat : Je comprends. Mais alors, concrètement, comment s’y prendre pour procéder ?

Céline Fressart : De notre point de vue, il est impératif de procéder de façon disciplinée et de suivre plusieurs étapes. La première d’entre elles consiste à consulter le marché dans sa globalité. En pratique, cela signifie que, lorsqu’un client ou une cliente recherche une œuvre d’un artiste donné, pour un ordre de prix bien défini, il est utile de savoir quels sont les objets répondant à ces critères. Pour cela, on va se baser non pas sur l’offre à disposition dans une ville, une foire commerciale ou une galerie particulière, mais en regardant de façon beaucoup plus large, dans l’ensemble du marché. C’est typiquement ce que nous sommes amenés à faire, en construisant des portfolios, ou dossiers, en d’autres termes, en rassemblant plusieurs œuvres, correspondant aux souhaits de nos clients et disponibles à un moment T dans le marché global, en Europe, en Amérique, en Asie ou ailleurs. La force d’un conseil indépendant tel que le nôtre, bien entendu, c’est d’avoir accès à un univers très large de vendeurs, incluant des marchands d’art ou maisons de vente, mais aussi des particuliers en position de céder des actifs.  Le portfolio est très utile car il apporte de la transparence, de la profondeur en termes d’offre. Il permet de comparer des actifs de même nature, qui peuvent être situés en différents endroits de la planète et de préciser un choix correspondant parfaitement aux attentes de nos clients.

Laurent Issaurat : L’importance du portfolio est très claire, à présent. Une fois cette connaissance des œuvres disponibles obtenue, quelles sont les étapes suivantes ?

Céline Fressart : A la vue du portfolio, l’acheteur va en général exprimer des préférences. Certaines œuvres correspondront exactement à ses goûts, d’autres beaucoup moins. Une sélection va donc prendre forme. Partant de là, les œuvres passant au second tour du processus d’achat vont passer par toute une série de vérifications en termes de prix, titre de propriété, authenticité, provenance ou conservation. Ces contrôles sont absolument essentiels pour minimiser les risques liés à un acte d’achat dans un marché de l’art où les intérêts du consommateur sont peu ou assez mal protégés. Les conditions de vente méritent également d’être négociées avec soin, pour s’assurer que le prix envisagé pour une transaction soit cohérent par rapport aux qualités intrinsèques de l’objet et conditions de marché prévalant au moment de la transaction. Il n’est pas rare que nous soyons appelés spécifiquement à ce moment crucial du processus d’acquisition, notamment pour les collectionneurs qui souhaitent avoir un avis indépendant, dans le cadre d’une vente de gré à gré, c'est-à-dire, une vente privée, de particulier à particulier, avec ou sans intermédiaire. Malheureusement, il arrive souvent que les collectionneurs surpayent leurs œuvres en raison de l’implication d’une chaîne d’intermédiaires (chacun ajoutant sa commission au passage), ou sur la base d’arguments exagérés, voire erronés, avancés par des vendeurs peu scrupuleux. Une analyse objective du prix demandé par le vendeur est donc cruciale, et permettra de déboucher sur une validation ou une négociation, selon les cas. Dans ces situations, le fait que nous n’intervenons qu’en qualité de conseiller, sans parti pris, contrairement aux propriétaires ou dépositaires d’œuvres disponibles à l’achat, est un fort garant de notre impartialité. 

Laurent Issaurat : On comprend que c’est toute une série d’étapes qu’il convient de passer avant d’arriver finalement à une transaction, à un accord sur la chose et le prix. Que se passe-t-il lorsque que l’on est arrivé justement à cet accord ?

Céline Fressart Eh bien le processus d’achat reste à finaliser et les dernières étapes nécessitent une attention particulière, car, comme le disent les Anglais, « le diable se cache dans les détails ». L’acquisition méritera d’être documentée, à travers une facture, la trace du paiement, la réception d’un éventuel certificat d’authenticité et de tout autre document attestant de l’authenticité de l’objet.  Cette documentation, loin d’être un détail administratif, s’avérera essentielle au moment de la revente ou de la transmission ultérieure et devra donc être conservée précieusement. Outre ceci, la sécurité du transport doit également être garantie, des assurances souvent souscrites de sorte que l’acheteur soit couvert dès que le transfert de propriété est intervenu, parfois des formalités administratives remplies, tout particulièrement en cas d’importation de biens, les obligations variant en fonction du pays d’origine, de la nature, de l’ancienneté et de la valeur de l’œuvre. Et puis une fois l’œuvre livrée, elle devra être accrochée (ou stockée) en toute sécurité, intégrée dans la police d’assurance de l’acheteur… Ces phases finales, parfois négligées, font pourtant partie intégrante d’un processus d’acquisition rigoureux. 

Laurent Issaurat : En d’autres termes, il n’y a pas de hasard sur le marché de l’art. Lorsque l’on souhaite se lancer, notamment pour acquérir une pièce, l’accompagnement de professionnels avertis est précieux. Merci beaucoup Céline, pour votre contribution passionnante, nous nous retrouverons certainement dans un prochain podcast. En attendant, je donne rendez-vous à nos auditeurs et auditrices dans notre prochain épisode, sur la question de l’assurance des œuvres et objets de collection. A très bientôt !

Notre série « L’Art de Collectionner » est disponible sur Apple Podcasts et Spotify, via notre programme « #PrivateTalk by Société Générale Private Banking ».

Vous souhaitez approfondir ces sujets avec nous ?

Les informations contenues dans ce contenu audio sont données à titre indicatif, peuvent être modifiées sans préavis, et visent à communiquer des éléments pouvant être utiles à une prise de décision. Les informations sur les performances passées éventuellement reproduites ne garantissent en aucun cas les performances futures. 
Le prix et la valeur des investissements ainsi que les revenus qui en dérivent peuvent fluctuer, à la hausse comme à la baisse. Les variations de l’inflation, de taux d’intérêts et de taux de change peuvent avoir des effets négatifs sur la valeur, le prix et le revenu des investissements libellés dans une devise différente de celle de l’investisseur. Les éventuels simulations et exemples contenus dans cette publication sont fournis à titre indicatif et à des fins d’illustration uniquement. La présente information peut être modifiée en fonction des fluctuations des marchés, et les informations et avis mentionnés dans cette publication peuvent être amenés à évoluer. Aucune entité Société Générale Private Banking ne s’engage à actualiser ni à modifier la présente publication, qui peut devenir obsolète après avoir été écoutée, et n’assumera aucune responsabilité à cet égard.

Les offres liées aux activités et aux informations patrimoniales et financières évoquées dans le présent contenu audio dépendent de la situation personnelle de chaque client, de la législation qui lui est applicable ainsi que de sa résidence fiscale. Il est de la responsabilité de l’investisseur potentiel de s’assurer avec ses conseils juridiques et fiscaux qu’il respecte les dispositions légales et réglementaires de la juridiction concernée. Ce contenu audio n’est en aucune manière destiné(e) à être écouté aux Etats-Unis, ni par un résident fiscal américain, ni par une personne ou dans une juridiction pour laquelle une telle diffusion serait restreinte ou illégale.

Les offres liées aux activités et aux informations patrimoniales et financières présentées peuvent ne pas être adaptées ou autorisées au sein de toutes les entités Société Générale Private Banking. En outre, l’accès à certaines de ces offres est soumis à des conditions notamment d’éligibilité.
Certaines offres liées aux activités et aux informations patrimoniales et financières citées peuvent présenter divers risques, impliquer une perte potentielle de la totalité du montant investi voire une perte potentielle illimitée, et n’être en conséquence réservées qu’à une certaine catégorie d’investisseurs, et/ou n’être adaptées qu’à des investisseurs avertis et éligibles à ces types d’offres. 

Avant toute souscription d'un service d’investissement, d'un produit financier ou d’un produit d’assurance, selon le cas et la législation applicable, l’investisseur potentiel sera interrogé par son banquier privé au sein de l’entité Société Générale Private Banking dont il est client sur ses connaissances, son expérience en matière d’investissement, ainsi que sur sa situation financière y  compris sa capacité à subir les pertes, et ses objectifs d’investissement  y compris sa tolérance aux risques, afin de déterminer avec lui s'il est éligible à souscrire le/les produit(s) financier(s) et/ou le/les service(s)  d’investissement envisagé(s) et si le(s) produit(s) ou le/les service(s) d’investissement est/sont compatible(s) avec son profil  d'investissement.
L’investisseur potentiel devra également (i) prendre connaissance de l’ensemble des informations contenues dans la documentation détaillée du service ou produit envisagé (document intitulé « informations clés pour l’investisseur », prospectus, règlement, statuts, document intitulé « informations clés pour l’investisseur », Term sheet, notice d’information, conditions contractuelles, …),  notamment celles liées aux risques associés; et (ii) consulter ses conseils juridiques et fiscaux pour apprécier les conséquences juridiques et le traitement fiscal du produit ou service envisagé. Il est rappelé que la souscription d'un service d’investissement, d'un produit financier ou d’un produit d’assurance peut avoir des conséquences fiscales et Société Générale Private Banking ne fournit pas de conseil fiscal. Son banquier privé sera également à sa disposition pour lui fournir de plus amples informations, déterminer avec lui s’il est éligible au produit ou service envisagé qui peut être soumis à des conditions, et s’il répond à ses besoins. 

En conséquence, aucune entité relevant de Société Générale Private Banking ne peut en aucun cas être tenue responsable pour toute décision prise par un investisseur sur la base des seules informations contenues dans ce contenu audio.

Cette ce contenu audio est confidentiel(le), destiné(e) exclusivement à la personne qui la/le consulte, et ne peut être communiqué(e) ni porté(e) à la connaissance de tiers, ni reproduit(e) totalement ou partiellement, sans accord préalable et écrit de l’entité Société Générale Private Banking concernée. 

Le groupe Société Générale maintient effective une organisation administrative prenant toutes les mesures nécessaires pour identifier, contrôler et gérer les conflits d’intérêts. A cet effet, les entités Société Générale Private Banking ont mis en place une politique de gestion des conflits d’intérêts permettant de gérer et prévenir les conflits d’intérêts. Pour plus de détails, les clients de Société Générale Private Banking peuvent se reporter à la politique de gestion des conflits d'intérêts disponible sur simple demande auprès de leur banquier privé. 
Société Générale Private Banking a également mis en place une politique de traitement des réclamations formulées par ses clients, disponible sur simple demande auprès de leur banquier privé ou sur le site Internet de Société Générale Private Banking.

AVERTISSEMENTS SPÉCIFIQUES PAR JURIDICTION 
France : Sauf indication contraire expresse, le présent document est publié et distribué par Société Générale, banque française autorisée et supervisée par l’Autorité de Contrôle Prudentiel et de Résolution, sise 4, place de Budapest, CS 92459, 75436 Paris Cedex 09, sous la supervision prudentielle de la Banque Centrale Européenne (« BCE ») et enregistrée auprès de l’ORIAS en qualité d’intermédiaire en assurance sous le numéro 07 022 493 orias.fr. Société Générale est une société anonyme française au capital de 1 066 714 367,50 EUR au 1er août 2019, dont le siège social est situé 29, boulevard Haussmann, 75009 Paris, et dont le numéro d'identification unique est 552 120 222 R.C.S. Paris. De plus amples détails sont disponibles sur demande ou sur www.privatebanking.societegenerale.com.

Luxembourg : Le présent document est distribué au Luxembourg par Société Générale Luxembourg, société anonyme enregistrée auprès du registre de commerce et des sociétés de Luxembourg sous le numéro B 6061 et établissement de crédit autorisé et régi par la Commission de Surveillance du Secteur Financier (« CSSF »), sous la supervision prudentielle de la Banque Centrale Européenne (« BCE »), et dont le siège social est sis 11, avenue Émile Reuter – L 2420 Luxembourg.  De plus amples détails sont disponibles sur demande ou sur www.societegenerale.lu. Aucune décision d’investissement quelle qu’elle soit ne pourrait résulter de la seule lecture de ce document. Société Générale Luxembourg n’accepte aucune responsabilité quant à l’exactitude ou autre caractéristique des informations contenues dans ce document. Société Générale Luxembourg n’accepte aucune responsabilité quant aux actions menées par le destinataire de ce document sur la seule base de ce dernier, et Société Générale Luxembourg ne se présente pas comme fournissant des conseils, notamment en ce qui concerne les services d’investissement. Les opinions, points de vue et prévisions exprimées dans le présent document (y compris dans ses annexes) reflètent les opinions personnelles de l’auteur/des auteurs et ne reflètent pas les opinions d’autres personnes ou de Société Générale Luxembourg, sauf indication contraire. Ce document a été élaboré par Société Générale.  La CSSF n’a procédé à aucune analyse, vérification ou aucun contrôle sur le contenu du présent document.   

Monaco : Le présent document est distribué à Monaco par Société Générale Private Banking (Monaco) S.A.M., sise 11 avenue de Grande Bretagne, 98000 Monaco, Principauté de Monaco, régie par l’Autorité de Contrôle Prudentiel et de Résolution et la Commission de Contrôle des Activités Financières. Les produits financiers commercialisés à Monaco peuvent être réservés à des investisseurs qualifiés conformément aux dispositions de la loi n° 1.339 du 07/09/2007 et de l’Ordonnance Souveraine n° 1.285 du 10/09/2007.  De plus amples détails sont disponibles sur demande ou sur www.privatebanking.societegenerale.com.

Suisse : Le présent document est distribué en Suisse par SOCIETE GENERALE Private Banking (Suisse) SA (« SGPBS »), dont le siège se trouve à la rue du Rhône 8, CH-1204 Genève.  SGPBS est une banque autorisée par l’Autorité fédérale de surveillance des marchés financiers (« FINMA »). Les placements collectifs et les produits structurés ne peuvent être offerts que conformément à la Loi fédérale sur les placements collectifs de capitaux (Loi sur les placements collectifs, LPCC) du 23 juin 2006 respectivement les Directives de l’Association suisse des banquiers (ASB) concernant l’information des investisseurs sur les produits structurés.  De plus amples détails sont disponibles sur demande auprès de SGPBS ou sur www.privatebanking.societegenerale.com.  

Le présent document n’est pas distribué par les entités du groupe Kleinwort Hambros qui agissent sous la marque « Kleinwort Hambros » au Royaume-Uni (SG Kleinwort Hambros Bank Limited), à Jersey et Guernesey (SG Kleinwort Hambros Bank (CI) Limited) et à Gibraltar (SG Kleinwort Hambros Bank (Gibraltar) Limited). En conséquence, les informations communiquées et les éventuelles offres, activités et informations patrimoniales et financières présentées ne concernent pas ces entités et peuvent ne pas être autorisées par ces entités ni adaptées sur ces territoires. De plus amples informations sur les activités des entités de la banque privée de Société Générale situées sur les territoires du Royaume-Uni, des îles anglo-normandes et de Gibraltar, incluant des informations complémentaires de nature légale et réglementaire, sont disponibles sur www.kleinworthambros.com.

Laurent Issaurat