Contact

Vous êtes déjà client ? Nous vous invitons à contacter votre banquier privé. 
Vous n’êtes pas client mais aimeriez en savoir plus ? Merci de remplir le formulaire ci-dessous.

Contacts locaux

France : +33 (0) 1 42 14 20 00 (9h - 17h)
Luxembourg : +352 47 93 11 1 (8h30 - 18H00)
Monaco : +377 97 97 58 00 (9h/12h - 14h/17h)
Suisse : Genève au +41 22 819 02 02
et Zurich au +41 44 218 56 11 (8h30 - 17h30)

Vous souhaitez nous contacter au sujet de la protection de vos données personnelles ?

Merci de bien vouloir contacter le Délégué à la Protection des Données de Société Générale Private Banking France en envoyant un email à l'adresse suivante : protectiondesdonnees@societegenerale.fr.

Merci de bien vouloir contacter Bieneke Russon, Délégué à la Protection des Données de Société Générale Bank & Trust Luxembourg par téléphone : +352-47.93.93.11.5046 ou en envoyant un email à l'adresse suivante : lux.dpooffice@socgen.com.

Merci de bien vouloir contacter Céline Pastor, Déléguée à la Protection des Données de Société Générale Private Banking Monaco en envoyant un email à l'adresse suivante : list.mon-privmonaco-dpo@socgen.com

Merci de bien vouloir contacter Omar Otmani, Délégué à la Protection des Données de Société Générale Private Banking Suisse en envoyant un email à l'adresse suivante : sgpb-gdpr.ch@socgen.com.

Vous souhaitez faire une réclamation ?

Merci de bien vouloir adresser votre réclamation à Société Générale Private Banking France en envoyant un email à : FR-SGPB-Relations-Clients@socgen.com ou un courrier à l'adresse suivante : 

Société Générale Private Banking France
Direction Commerciale
29 boulevard Haussmann CS 614
75421 Paris Cedex 9

Société Générale Private Banking France s’engage à accuser réception de votre réclamation dans un délai de dix jours ouvrables à compter de la date de sa réception et à vous apporter une réponse dans un délai de deux mois à compter de cette même date. Si nous ne sommes pas en mesure de respecter ce délai de 60 jours, vous en serez informé par courrier.
 

En dernier recours, vous pouvez saisir gratuitement, selon la nature de votre réclamation 

 

Le Médiateur auprès de Société Générale

Il s'engage à étudier votre dossier au vu de votre position et de celle de la banque, à apprécier les arguments des parties et à prendre une décision fondée sur l'équité. Le Médiateur vous répondra directement dans un délai maximum de deux mois.

Vous pouvez saisir le Médiateur auprès de Société Générale par voie électronique sur le site internet du Médiateur : mediateur.societegenerale.fr ou en adressant un courrier à l’adresse suivante :

Le Médiateur auprès de Société Générale
17 cours Valmy
92987 Paris La Défense Cedex 7

 

Le Médiateur de l’Autorité des Marchés Financiers

Vous pouvez saisir le Médiateur de l’Autorité des Marchés Financiers en adressant un courrier à l’adresse suivante :

Le Médiateur de l’Autorité des Marchés Financiers
17 Place de la Bourse
75082 Paris Cedex 2

 

Le Médiateur des Assurances

Vous pouvez saisir le Médiateur des Assurances : ses coordonnées doivent être mentionnées aux termes de votre contrat d’assurance.

Afin d’assurer un traitement optimal de vos demandes, toute réclamation auprès de notre établissement peut être adressée à l'adresse suivante :

Service réclamations Banque privée
11, Avenue Emile Reuter
L-2420 Luxembourg

La Banque s’engage à accuser réception de votre demande dans les 10 jours suivant sa date de réception et à vous apporter une réponse dans un délai maximum de 30 jours à compter de sa réception. Si votre demande devait nécessiter un délai de traitement supplémentaire (recherches complexes…), nous vous en informerons endéans ce même délai de 30 jours.

Dans  l’hypothèse où la réponse qui vous est apportée ne correspondrait pas à vos attentes, nous vous informons de la possibilité :

En premier lieu, d’adresser à la Direction de Société Générale Bank & Trust en charge du traitement des réclamations, votre demande à l’adresse suivante :

Secrétariat Général de Société Générale Bank & Trust
11, Avenue Emile Reuter
L-2420 Luxembourg

En second lieu, si la réponse de la Direction en charge du traitement des réclamations ne permet pas de clore la réclamation, de disposer de la faculté de saisir l’Autorité de tutelle de SGBT, la Commission de Surveillance du Secteur Financier (CSSF) :

Par courrier : 283, Route d’Arlon L-1150 Luxembourg
Par courriel : direction@cssf.lu

Afin d’assurer un traitement optimal de vos demandes, toute réclamation auprès de notre établissement peut être adressée soit par e-mail à l’adresse suivante : servicequalite.privmonaco@socgen.com ou par courrier à notre service dédié :

Societe Generale Private Banking Monaco
Middle Office – Service Réclamation 
11 avenue de Grande Bretagne 
98000 Monaco

La Banque s’engage à accuser réception de votre demande dans les 2 jours suivants sa date de réception et à vous apporter une réponse dans un délai maximum de 10 jours à compter de sa réception. Si votre demande devait nécessiter un délai de traitement supplémentaire (recherches complexes…), nous vous en informerons endéans ce même délai de 30 jours. 

Dans l’hypothèse où la réponse qui vous est apportée ne correspondrait pas à vos attentes, nous vous informons de la possibilité d’adresser à la Direction de Société Générale Private Banking Monaco en charge du traitement des réclamations, votre demande à l’adresse suivante : 

Secrétariat Général de Societe Generale Private Banking Monaco 
11 avenue de Grande Bretagne
98000 Monaco

Toute réclamation auprès de notre établissement peut être adressée par messagerie électronique à l’adresse suivante : sgpb-reclamations.ch@socgen.com.

Les clients peuvent également avoir recours à l’Ombudsman des banques suisses dont les coordonnées figurent sur le site www.bankingombudsman.ch

 

Weekly Update - Vague après vague

Cette semaine, le nombre quotidien de cas confirmés de COVID-19 a atteint de nouveaux sommets avec plus de 885 000 nouveaux cas, tirés pour l’essentiel à la hausse par l'Inde, qui a enregistré plus de 330 000 nouvelles contaminations sur la journée du 22 avril seulement. L’Inde signe donc un triste record mondial depuis le début de la pandémie. Cette nouvelle vague fera-t-elle dérailler l’imminent rebond économique mondial ? Et quel en sera l'impact sur les marchés ?

Sous l’effet de la récente flambée des infections, le monde enregistre désormais 145,4 millions de cas de coronavirus et 3,1 millions de décès. 123,7 millions de personnes se sont remises du virus, 18,6 millions de cas sont toujours actifs, et parmi ces cas 110 000 sont actuellement considérés comme critiques. Au cours des 7 derniers jours, le monde a recensé 5,6 millions de nouveaux cas, représentant une hausse de 9 % par rapport à la précédente période de 7 jours. La hausse est toutefois dominée par l'Inde, qui enregistre une hausse de 60 % pour un total sur sept jours de 2 millions de personnes. Parmi les 10 principaux pays affectés, seules l'Argentine et la Colombie ont connu des hausses significatives (+8 % et +7 % respectivement), tandis que les États-Unis, le Brésil, la France et l'Italie ont enregistré des baisses hebdomadaires du nombre de nouveaux cas, comprises entre 11 et 13 %.

Il faut bien évidemment replacer les chiffres de l’Inde dans leur contexte - avec 1,39 milliard d’habitants, le pays se classe deuxième derrière la Chine en termes de taille de population et dispose d’un gouvernement central beaucoup moins centralisé et autoritaire. De plus, l'Inde organise un grand nombre de rassemblements de masse, dont celui de la Kumbh Mela, qui est le plus grand pèlerinage religieux au monde, et durant lequel près de 3 millions d'hindous se sont, selon le rituel, baignés dans les eaux sacrées du Gange, le 14 avril. Cependant, le nombre de cas en Inde semble moins dramatique rapporté à la taille de sa population. Au cours des 7 derniers jours, l’Inde a recensé 1 416 cas et 9 décès pour 1 million d'habitants, tandis que la Turquie, au troisième rang en termes d’infections, a enregistré 4 872 cas et 27 décès.

Depuis le début de la pandémie, les protocoles de traitement se sont améliorés, ce qui implique que les patients sont désormais moins nombreux à nécessiter des soins intensifs et que les taux de mortalité ont diminué. Au cours des 21 premiers jours d'avril 2020, le monde dénombrait un total de 1,6 million de nouveaux cas et 133 700 décès. Sur la même période cette année, les totaux sont de 14,7 millions nouveaux cas et de 239 500 décès. Le nombre de nouveaux cas a naturellement augmenté à mesure que les tests se sont généralisés, mais le nombre de décès n’a pas emboîté le pas : le nombre total de décès quotidiens moyens sur 7 jours est de 12 196, un chiffre qui demeure inférieur au plus-haut de 14 462 enregistré en janvier.

Les progrès rapides des programmes de vaccination ont fait naître l'espoir que la pandémie pourrait être maîtrisée. En effet, cela semble déjà être le cas dans des pays comme Israël et le Royaume-Uni. Israël a, à ce jour, administré 120 doses de vaccins pour 100 habitants et a vu le nombre moyen de nouveaux cas chuter de 8 395 à la mi-janvier à 157 cette semaine, tandis que le nombre moyen de décès quotidiens a chuté de 65 à 5. Au Royaume-Uni, 66 doses ont été administrées pour 100 habitants, permettant aux totaux moyens de reculer des plus-hauts de janvier, qui étaient de 59 591 nouveaux cas et 1 250 décès, à 2 493 nouveaux cas et 22 décès aujourd’hui.

Au sein de l'Union européenne, les programmes de vaccination ont démarré lentement, mais l'amélioration de la disponibilité des doses a permis aux pays d'accélérer leurs campagnes. L’Allemagne, la France, l’Italie et l’Espagne ont administré 4,1 doses pour 100 habitants au cours des 7 derniers jours, juste derrière le taux actuel de 5,1 au Royaume-Uni. De plus, l’UE a exercé son droit d’obtenir 100 millions de doses supplémentaires du vaccin Pfizer/BioNTech, au moment même où les premières livraisons du vaccin de Johnson & Johnson démarrent.

En Inde cependant, le programme de vaccination s'est avéré jusqu'ici insuffisant. Bien que le pays se classe au troisième rang des vaccinations totales derrière la Chine et les États-Unis, il n'a administré que 9,4 doses pour 100 habitants et les progrès sont terriblement lents - seulement 1,1 inoculation pour 100 au cours des 7 derniers jours. Étant l’un des principaux producteurs mondiaux de vaccins, l’Inde devra considérablement accélérer ses commandes si elle veut réduire la pression sur son système de santé.

Conclusion. Malgré la hausse récente du nombre de cas, nous ne pensons pas que la crise indienne sera en mesure de faire dérailler la reprise mondiale - le pays est beaucoup moins ancré dans les chaînes d’approvisionnement mondiales que la Chine, où nous prévoyons que la croissance accélérera cette année à plus de 8 %. À la lumière de la bonne performance enregistrée ces 12 derniers mois et des valorisations quelque peu tendues, nous avons récemment décidé de verrouiller certains bénéfices sur les actions mondiales tout en conservant une surpondération, compte tenu du contexte cyclique favorable.

Lire l'intégralité de l'article

Responsable de la Stratégie d’Investissement Société Générale Private Banking