Contact

Vous êtes déjà client ? Nous vous invitons à contacter votre banquier privé. 
Vous n’êtes pas client mais aimeriez en savoir plus ? Merci de remplir le formulaire ci-dessous.

Contacts locaux

France : +33 (0) 1 42 14 20 00 (9h - 17h)
Luxembourg : +352 47 93 11 1 (8h30 - 18H00)
Monaco : +377 97 97 58 00 (9h/12h - 14h/17h)
Suisse : Genève au +41 22 819 02 02
et Zurich au +41 44 218 56 11 (8h30 - 17h30)

Vous souhaitez nous contacter au sujet de la protection de vos données personnelles ?

Merci de bien vouloir contacter le Délégué à la Protection des Données de Société Générale Private Banking France en envoyant un email à l'adresse suivante : protectiondesdonnees@societegenerale.fr.

Merci de bien vouloir contacter Bieneke Russon, Délégué à la Protection des Données de Société Générale Bank & Trust Luxembourg par téléphone : +352-47.93.93.11.5046 ou en envoyant un email à l'adresse suivante : lux.dpooffice@socgen.com.

Merci de bien vouloir contacter Céline Pastor, Déléguée à la Protection des Données de Société Générale Private Banking Monaco en envoyant un email à l'adresse suivante : list.mon-privmonaco-dpo@socgen.com

Merci de bien vouloir contacter Omar Otmani, Délégué à la Protection des Données de Société Générale Private Banking Suisse en envoyant un email à l'adresse suivante : sgpb-gdpr.ch@socgen.com.

Vous souhaitez faire une réclamation ?

Merci de bien vouloir adresser votre réclamation à Société Générale Private Banking France en envoyant un email à : FR-SGPB-Relations-Clients@socgen.com ou un courrier à l'adresse suivante : 

Société Générale Private Banking France
Direction Commerciale
29 boulevard Haussmann CS 614
75421 Paris Cedex 9

Société Générale Private Banking France s’engage à accuser réception de votre réclamation dans un délai de dix jours ouvrables à compter de la date de sa réception et à vous apporter une réponse dans un délai de deux mois à compter de cette même date. Si nous ne sommes pas en mesure de respecter ce délai de 60 jours, vous en serez informé par courrier.
 

En dernier recours, vous pouvez saisir gratuitement, selon la nature de votre réclamation 

 

Le Médiateur auprès de Société Générale

Il s'engage à étudier votre dossier au vu de votre position et de celle de la banque, à apprécier les arguments des parties et à prendre une décision fondée sur l'équité. Le Médiateur vous répondra directement dans un délai maximum de deux mois.

Vous pouvez saisir le Médiateur auprès de Société Générale par voie électronique sur le site internet du Médiateur : mediateur.societegenerale.fr ou en adressant un courrier à l’adresse suivante :

Le Médiateur auprès de Société Générale
17 cours Valmy
92987 Paris La Défense Cedex 7

 

Le Médiateur de l’Autorité des Marchés Financiers

Vous pouvez saisir le Médiateur de l’Autorité des Marchés Financiers en adressant un courrier à l’adresse suivante :

Le Médiateur de l’Autorité des Marchés Financiers
17 Place de la Bourse
75082 Paris Cedex 2

 

Le Médiateur des Assurances

Vous pouvez saisir le Médiateur des Assurances : ses coordonnées doivent être mentionnées aux termes de votre contrat d’assurance.

Afin d’assurer un traitement optimal de vos demandes, toute réclamation auprès de notre établissement peut être adressée à l'adresse suivante :

Service réclamations Banque privée
11, Avenue Emile Reuter
L-2420 Luxembourg

La Banque s’engage à accuser réception de votre demande dans les 10 jours suivant sa date de réception et à vous apporter une réponse dans un délai maximum de 30 jours à compter de sa réception. Si votre demande devait nécessiter un délai de traitement supplémentaire (recherches complexes…), nous vous en informerons endéans ce même délai de 30 jours.

Dans  l’hypothèse où la réponse qui vous est apportée ne correspondrait pas à vos attentes, nous vous informons de la possibilité :

En premier lieu, d’adresser à la Direction de Société Générale Bank & Trust en charge du traitement des réclamations, votre demande à l’adresse suivante :

Secrétariat Général de Société Générale Bank & Trust
11, Avenue Emile Reuter
L-2420 Luxembourg

En second lieu, si la réponse de la Direction en charge du traitement des réclamations ne permet pas de clore la réclamation, de disposer de la faculté de saisir l’Autorité de tutelle de SGBT, la Commission de Surveillance du Secteur Financier (CSSF) :

Par courrier : 283, Route d’Arlon L-1150 Luxembourg
Par courriel : direction@cssf.lu

Afin d’assurer un traitement optimal de vos demandes, toute réclamation auprès de notre établissement peut être adressée soit par e-mail à l’adresse suivante : reclamation.privmonaco@socgen.com ou par courrier à notre service dédié :

Societe Generale Private Banking Monaco
Middle Office – Service Réclamation 
11 avenue de Grande Bretagne 
98000 Monaco

La Banque s’engage à accuser réception de votre demande dans les 2 jours suivants sa date de réception et à vous apporter une réponse dans un délai maximum de 10 jours à compter de sa réception. Si votre demande devait nécessiter un délai de traitement supplémentaire (recherches complexes…), nous vous en informerons endéans ce même délai de 30 jours. 

Dans l’hypothèse où la réponse qui vous est apportée ne correspondrait pas à vos attentes, nous vous informons de la possibilité d’adresser à la Direction de Société Générale Private Banking Monaco en charge du traitement des réclamations, votre demande à l’adresse suivante : 

Secrétariat Général de Societe Generale Private Banking Monaco 
11 avenue de Grande Bretagne
98000 Monaco

Toute réclamation auprès de notre établissement peut être adressée par messagerie électronique à l’adresse suivante : sgpb-reclamations.ch@socgen.com.

Les clients peuvent également avoir recours à l’Ombudsman des banques suisses dont les coordonnées figurent sur le site www.bankingombudsman.ch

 

Weekly Update - Toujours dans le tunnel

Le lundi 9 novembre, l’annonce par BioNTech et Pfizer des résultats préliminaires de leurs essais cliniques pour un vaccin contre la COVID-19 a entraîné des bouleversements majeurs sur les marchés financiers (voir La lumière au bout du tunnel). Les marchés boursiers européens se sont inscrits en forte hausse, surperformant leurs homologues américains alors que les valeurs technologiques étaient à la traîne des valeurs cycliques. Les prix pétroliers ont augmenté, portés par l’espoir d’une normalisation de la croissance qui a exercé, à son tour, des pressions vendeuses sur les obligations d’Etat à long terme. Quelles en sont les implications pour l’économie et les marchés mondiaux ?

Cette annonce constitue de toute évidence une nouvelle très encourageante. Le vaccin mis au point par les deux partenaires a été testé sur une cohorte de plus de 43 500 participants dans des essais de phase 3 (la dernière phase avant l’approbation des autorités sanitaires) dont 94 ont été testés positifs à la COVID-19. Plus de 90% des cas confirmés avaient reçu le placebo plutôt que le vaccin, suggérant un degré d’efficacité extrêmement élevé. Les vaccins contre la grippe saisonnière sont généralement beaucoup moins efficaces (voir graphique de gauche).

Moderna, une autre société de biotechnologie, a également annoncé qu’elle entamera très prochainement l’analyse intermédiaire des données des essais de phase 3 couvrant 30 000 personnes avec plus de 53 cas confirmés. Les marchés espèrent vivement que cet essai sera également concluant dans la mesure où le vaccin utilise la même technologie de l’acide ribonucléique messager (mRNA) que celui de BioNTech. D’autres vaccins expérimentaux mRNA sont également attendus de CureVac (Allemagne) et de l’Imperial College (Londres). Parmi leurs avantages, les vaccins mRNA sont potentiellement plus rapides à développer et plus faciles à produire que les vaccins traditionnels.

Bien évidemment, cela ne signifie pas qu’un vaccin sera disponible prochainement. Les essais doivent être menés à bien, et les demandes d’approbation doivent être déposées auprès des autorités sanitaires. De plus, la production devra être accélérée. Pfizer et BioNTech estiment qu’ils peuvent disposer de 50 millions de doses d’ici à la fin de l’année et de 1,3 milliard supplémentaire l’année prochaine (deux doses sont nécessaires pour garantir l’efficacité du vaccin). On estime toutefois que la demande mondiale de vaccins pourrait atteindre les 10 à 15 milliards de doses. Par ailleurs, le vaccin de BioNTech doit être conservé et expédié à des températures ultra-basses (environ -75 degrés Celsius), ce qui ne fait qu’accroître la complexité logistique pour les chaînes de distribution.

Les gouvernements pourraient donc bien être contraints de maintenir les restrictions et les mesures de confinement en place pendant quelque temps encore. Les systèmes de santé sont déjà sous pression, avec des taux d’hospitalisation supérieurs ou proches des plus-hauts d’avril en Europe et aux Etats-Unis. La confiance des chefs d’entreprise a plongé en territoire de contraction dans toute l’Europe continentale, fragilisée par l’effondrement des services, les plus directement touchés par les mesures de confinement. Une grande partie de l’Europe retombera donc en récession au T4, une reprise significative n’étant vraisemblable qu’à la fin de l’hiver dans l’hémisphère nord.

La Commission européenne a récemment actualisé ses prévisions économiques pour l’Union européenne. L’année 2020 sera marquée par la récession la plus grave de son histoire, avec une contraction économique de -7,4% par rapport à 2019, un niveau stable en comparaison des prévisions précédentes de la Commission. Il convient de souligner que la reprise l’année prochaine sera vraisemblablement plus lente qu’initialement prévu (avec une hausse de +4,1% au lieu de l’expansion de +6,1% attendue en mai). Fait important, cela dépend d’une accélération de la croissance début 2021, loin d’être acquise compte tenu de la crise sanitaire.

L’annonce faite cette semaine a toutefois égayé les perspectives à plus long terme. Les vaccins seront vraisemblablement réservés dans un premier temps aux professionnels de santé et aux personnes les plus vulnérables (personnes âgées, obèses, etc.), ce qui devraient alléger les pressions sur les systèmes de santé alors que la vaccination débutera pour l’ensemble de la population. Bien évidemment, de nombreuses personnes pourraient refuser la vaccination, au moins dans un premier temps, mais si les taux de conformité sont suffisants (disons supérieurs à 50%), nous devrions pouvoir envisager une normalisation de l’activité économique à partir de l’été 2021.

Conclusion. Les prochains mois pourraient s’avérer difficiles pour les entreprises, avec une dégradation de la rentabilité et une fragilisation des entreprises lourdement endettées, en particulier dans les services. Nous devrions donc nous attendre à de nouveaux épisodes d’instabilité. Cependant, l’amélioration des perspectives à partir du printemps prochain permettra aux dirigeants d’entreprise de commencer à planifier sur le long terme. Les marchés financiers ont tendance à se montrer impatients, et ce changement bienvenu dans les perspectives contribuera à limiter le potentiel de baisse pour les actifs risqués dans les prochains mois.

Lire l'intégralité de l'article

Responsable de la Stratégie d’Investissement Société Générale Private Banking