Contact

Vous êtes déjà client ? Nous vous invitons à contacter votre banquier privé. 
Vous n’êtes pas client mais aimeriez en savoir plus ? Merci de remplir le formulaire ci-dessous.

Contacts locaux

France : +33 (0) 1 42 14 20 00 (9h - 17h)
Luxembourg : +352 47 93 11 1 (8h30 - 18H00)
Monaco : +377 97 97 58 00 (9h/12h - 14h/17h)
Suisse : Genève au +41 22 819 02 02
et Zurich au +41 44 218 56 11 (8h30 - 17h30)

Vous souhaitez nous contacter au sujet de la protection de vos données personnelles ?

Merci de bien vouloir contacter le Délégué à la Protection des Données de Société Générale Private Banking France en envoyant un email à l'adresse suivante : protectiondesdonnees@societegenerale.fr.

Merci de bien vouloir contacter Bieneke Russon, Délégué à la Protection des Données de Société Générale Bank & Trust Luxembourg par téléphone : +352-47.93.93.11.5046 ou en envoyant un email à l'adresse suivante : lux.dpooffice@socgen.com.

Merci de bien vouloir contacter Julien Garnier, Délégué à la Protection des Données de Société Générale Private Banking Monaco en envoyant un email à l'adresse suivante : list.mon-privmonaco-dpo@socgen.com

Merci de bien vouloir contacter Omar Otmani, Délégué à la Protection des Données de Société Générale Private Banking Suisse en envoyant un email à l'adresse suivante : sgpb-gdpr.ch@socgen.com.

Vous souhaitez faire une réclamation ?

Merci de bien vouloir adresser votre réclamation à Société Générale Private Banking France en envoyant un email à : FR-SGPB-Relations-Clients@socgen.com ou un courrier à l'adresse suivante : 

Société Générale Private Banking France
Direction Commerciale
29 boulevard Haussmann CS 614
75421 Paris Cedex 9

Société Générale Private Banking France s’engage à accuser réception de votre réclamation dans un délai de dix jours ouvrables à compter de la date de sa réception et à vous apporter une réponse dans un délai de deux mois à compter de cette même date. Si nous ne sommes pas en mesure de respecter ce délai de 60 jours, vous en serez informé par courrier.
 

En dernier recours, vous pouvez saisir gratuitement, selon la nature de votre réclamation 

 

Le Médiateur auprès de Société Générale

Il s'engage à étudier votre dossier au vu de votre position et de celle de la banque, à apprécier les arguments des parties et à prendre une décision fondée sur l'équité. Le Médiateur vous répondra directement dans un délai maximum de deux mois.

Vous pouvez saisir le Médiateur auprès de Société Générale par voie électronique sur le site internet du Médiateur : mediateur.societegenerale.fr ou en adressant un courrier à l’adresse suivante :

Le Médiateur auprès de Société Générale
17 cours Valmy
92987 Paris La Défense Cedex 7

 

Le Médiateur de l’Autorité des Marchés Financiers

Vous pouvez saisir le Médiateur de l’Autorité des Marchés Financiers en adressant un courrier à l’adresse suivante :

Le Médiateur de l’Autorité des Marchés Financiers
17 Place de la Bourse
75082 Paris Cedex 2

 

Le Médiateur des Assurances

Vous pouvez saisir le Médiateur des Assurances : ses coordonnées doivent être mentionnées aux termes de votre contrat d’assurance.

Afin d’assurer un traitement optimal de vos demandes, toute réclamation auprès de notre établissement peut être adressée à l'adresse suivante :

Service réclamations Banque privée
11, Avenue Emile Reuter
L-2420 Luxembourg

La Banque s’engage à accuser réception de votre demande dans les 10 jours suivant sa date de réception et à vous apporter une réponse dans un délai maximum de 30 jours à compter de sa réception. Si votre demande devait nécessiter un délai de traitement supplémentaire (recherches complexes…), nous vous en informerons endéans ce même délai de 30 jours.

Dans  l’hypothèse où la réponse qui vous est apportée ne correspondrait pas à vos attentes, nous vous informons de la possibilité :

En premier lieu, d’adresser à la Direction de Société Générale Bank & Trust en charge du traitement des réclamations, votre demande à l’adresse suivante :

Secrétariat Général de Société Générale Bank & Trust
11, Avenue Emile Reuter
L-2420 Luxembourg

En second lieu, si la réponse de la Direction en charge du traitement des réclamations ne permet pas de clore la réclamation, de disposer de la faculté de saisir l’Autorité de tutelle de SGBT, la Commission de Surveillance du Secteur Financier (CSSF) :

Par courrier : 283, Route d’Arlon L-1150 Luxembourg
Par courriel : direction@cssf.lu

Afin d’assurer un traitement optimal de vos demandes, toute réclamation auprès de notre établissement peut être adressée soit par e-mail à l’adresse suivante : servicequalite.privmonaco@socgen.com ou par courrier à notre service dédié :

Societe Generale Private Banking Monaco
Middle Office – Service Réclamation 
11 avenue de Grande Bretagne 
98000 Monaco

La Banque s’engage à accuser réception de votre demande dans les 2 jours suivants sa date de réception et à vous apporter une réponse dans un délai maximum de 10 jours à compter de sa réception. Si votre demande devait nécessiter un délai de traitement supplémentaire (recherches complexes…), nous vous en informerons endéans ce même délai de 30 jours. 

Dans l’hypothèse où la réponse qui vous est apportée ne correspondrait pas à vos attentes, nous vous informons de la possibilité d’adresser à la Direction de Société Générale Private Banking Monaco en charge du traitement des réclamations, votre demande à l’adresse suivante : 

Secrétariat Général de Societe Generale Private Banking Monaco 
11 avenue de Grande Bretagne
98000 Monaco

Toute réclamation auprès de notre établissement peut être adressée par messagerie électronique à l’adresse suivante : sgpb-reclamations.ch@socgen.com.

Les clients peuvent également avoir recours à l’Ombudsman des banques suisses dont les coordonnées figurent sur le site www.bankingombudsman.ch

 

Weekly Update - La situation s'améliore, lentement, mais sûrement

Alors que les programmes de vaccination se sont accélérés à travers le monde, de nombreux gouvernements (en particulier en Amérique du Nord et en Europe) ont commencé à assouplir les mesures de confinement. La réouverture progressive consécutive des entreprises et des magasins a redonné confiance aux ménages et aux entreprises, comme en attestent les chiffres préliminaires des indices des directeurs d’achat (Purchasing Manager Index, PMI) pour le mois de mai. La crise économique est-elle derrière nous ? Et quelles sont les implications pour les marchés ?quelles sont les perspectives pour les marchés ?

Les rapports PMI sont des enquêtes mensuelles réalisées auprès de milliers d’entreprises à travers le monde, couvrant le secteur manufacturier et les services, qui permettent de mesurer l’activité de façon opportune. Il est demandé aux entreprises interrogées d’indiquer si leur activité s’est améliorée ou détériorée, et les résultats sont regroupés sur une échelle de 0 à 100 de sorte que le niveau de 50 points marque la frontière entre expansion et contraction de l’activité. Il va sans dire que les enquêtes ont touché des plus-bas historiques l’année dernière alors que la pandémie se propageait et que plus de la moitié des habitants de la planète étaient placés en confinement. Cette année, la confiance revient en force.

Dans la zone euro, les indices de mai ont encore été supérieurs aux anticipations du consensus. L’indice composite (qui couvre l’ensemble des secteurs) a atteint un plus-haut post-pandémie situé à 56,9 points, en hausse de 3,9 points en comparaison du mois d’avril. Les enquêtes nationales pour la France et l’Allemagne ont augmenté de 6,3 et 2,9 points, respectivement, ce qui implique que les économies de la périphérie comme l’Italie et l’Espagne doivent avoir gagné environ 5 points. Cette tendance est confirmée par les indicateurs de mobilité qui montrent que l’Italie et l’Espagne sont déjà revenus aux niveaux de l’été dernier, ce qui laisse entrevoir des dépenses de consommation solides dans les biens et les services durant les mois d’été.

L’amélioration de la confiance dans la région a été tirée par les services. Ici encore, la France a créé la plus grosse surprise en commençant à sortir du confinement. D’autre part, l’enquête sur l’activité manufacturière dans la zone euro a été globalement stable (en baisse de seulement 0,1 point par rapport au mois d’avril). Cette faiblesse s’est concentrée pour l’essentiel en Allemagne où l’industrie a été durement touchée par les ruptures d’approvisionnement, notamment dans les semi-conducteurs. Il convient également de noter que l’indice manufacturier est déformé par le sous-indice des délais de livraison des fournisseurs, qui a ajouté environ 3 points au total. Cet indice nous dit que les délais de livraison sont beaucoup, beaucoup plus longs qu’au plus-haut du cycle précédent en 2018, ce qui signifie que lorsque les perturbations des chaînes d’approvisionnement s’atténueront, les niveaux de confiance dans l’industrie faibliront.

Aux Etats-Unis, les enquêtes PMI ont été extrêmement solides également. L’enquête sur le secteur manufacturier a dépassé les attentes à 61,5 points, après s’être élevée à 60,5 en avril, portée par une amélioration du sentiment vis-à-vis de la production et les nouvelles commandes. Là encore, les entreprises interrogées ont constaté une forte hausse des retards en raison des pénuries de composants. Le secteur des services a quant à lui bénéficié d’un rebond marqué, la réouverture s’étant accélérée (l’indice a touché les 70,1 points, bien au-dessus des 64,4 attendus). L’indice composite a naturellement suivi, atteignant à son tour 68,1 points, son niveau le plus haut depuis la reprise qui a fait suite à la Grande récession en 2009.

Il convient toutefois de noter que les enquêtes PMI du T2 sont susceptibles de marquer le point culminant de la reprise. Comme nous l’avons mentionné précédemment, la construction de l’indice repose sur la comparaison du nombre des entreprises interrogées qui bénéficient d’une amélioration avec le nombre de celles qui connaissent encore un ralentissement. Il n’est pas surprenant que les chiffres soient aussi élevés à ce stade du cycle lorsque pratiquement tout le monde observe une reprise post-pandémie. A mesure que la reprise progressera, les indices PMI sont susceptibles de repartir à la baisse, comme cela a déjà été le cas en Chine. Le point haut de l’indice manufacturier chinois a été touché en novembre dernier. Depuis, il est retombé à 54,7 points, bien en deçà des niveaux observés actuellement aux Etats-Unis et dans la zone euro.

Conclusion. Les enquêtes PMI de mai contribuent à renforcer la conviction dans notre scénario d’une reprise mondiale synchronisée au second semestre 2021. Par ailleurs, les craintes inflationnistes ont commencé à s’apaiser (un peu plus tôt que nous ne l’avions anticipé), ce qui a permis aux marchés obligataires de regagner en partie le terrain perdu récemment. Dans ce contexte, nous restons convaincus que les actions sont la classe d’actifs la plus attractive et nous confirmons notre préférence pour les marchés plus sensibles aux cycles, comme la zone euro et le Royaume-Uni

Lire l'intégralité de l'article

Responsable de la Stratégie d’Investissement Société Générale Private Banking