Contact

Vous êtes déjà client ? Nous vous invitons à contacter votre banquier privé. 
Vous n’êtes pas client mais aimeriez en savoir plus ? Merci de remplir le formulaire ci-dessous.

Contacts locaux

France : +33 (0) 1 42 14 20 00 (9h - 17h)
Luxembourg : +352 47 93 11 1 (8h30 - 18H00)
Monaco : +377 97 97 58 00 (9h/12h - 14h/17h)
Suisse : Genève au +41 22 819 02 02
et Zurich au +41 44 218 56 11 (8h30 - 17h30)

Vous souhaitez nous contacter au sujet de la protection de vos données personnelles ?

Merci de bien vouloir contacter le Délégué à la Protection des Données de Société Générale Private Banking France en envoyant un email à l'adresse suivante : protectiondesdonnees@societegenerale.fr.

Merci de bien vouloir contacter Bieneke Russon, Délégué à la Protection des Données de Société Générale Bank & Trust Luxembourg par téléphone : +352-47.93.93.11.5046 ou en envoyant un email à l'adresse suivante : lux.dpooffice@socgen.com.

Merci de bien vouloir contacter Céline Pastor, Déléguée à la Protection des Données de Société Générale Private Banking Monaco en envoyant un email à l'adresse suivante : list.mon-privmonaco-dpo@socgen.com

Merci de bien vouloir contacter Omar Otmani, Délégué à la Protection des Données de Société Générale Private Banking Suisse en envoyant un email à l'adresse suivante : sgpb-gdpr.ch@socgen.com.

Vous souhaitez faire une réclamation ?

Merci de bien vouloir adresser votre réclamation à Société Générale Private Banking France en envoyant un email à : FR-SGPB-Relations-Clients@socgen.com ou un courrier à l'adresse suivante : 

Société Générale Private Banking France
Direction Commerciale
29 boulevard Haussmann CS 614
75421 Paris Cedex 9

Société Générale Private Banking France s’engage à accuser réception de votre réclamation dans un délai de dix jours ouvrables à compter de la date de sa réception et à vous apporter une réponse dans un délai de deux mois à compter de cette même date. Si nous ne sommes pas en mesure de respecter ce délai de 60 jours, vous en serez informé par courrier.
 

En dernier recours, vous pouvez saisir gratuitement, selon la nature de votre réclamation 

 

Le Médiateur auprès de Société Générale

Il s'engage à étudier votre dossier au vu de votre position et de celle de la banque, à apprécier les arguments des parties et à prendre une décision fondée sur l'équité. Le Médiateur vous répondra directement dans un délai maximum de deux mois.

Vous pouvez saisir le Médiateur auprès de Société Générale par voie électronique sur le site internet du Médiateur : mediateur.societegenerale.fr ou en adressant un courrier à l’adresse suivante :

Le Médiateur auprès de Société Générale
17 cours Valmy
92987 Paris La Défense Cedex 7

 

Le Médiateur de l’Autorité des Marchés Financiers

Vous pouvez saisir le Médiateur de l’Autorité des Marchés Financiers en adressant un courrier à l’adresse suivante :

Le Médiateur de l’Autorité des Marchés Financiers
17 Place de la Bourse
75082 Paris Cedex 2

 

Le Médiateur des Assurances

Vous pouvez saisir le Médiateur des Assurances : ses coordonnées doivent être mentionnées aux termes de votre contrat d’assurance.

Afin d’assurer un traitement optimal de vos demandes, toute réclamation auprès de notre établissement peut être adressée à l'adresse suivante :

Service réclamations Banque privée
11, Avenue Emile Reuter
L-2420 Luxembourg

La Banque s’engage à accuser réception de votre demande dans les 10 jours suivant sa date de réception et à vous apporter une réponse dans un délai maximum de 30 jours à compter de sa réception. Si votre demande devait nécessiter un délai de traitement supplémentaire (recherches complexes…), nous vous en informerons endéans ce même délai de 30 jours.

Dans  l’hypothèse où la réponse qui vous est apportée ne correspondrait pas à vos attentes, nous vous informons de la possibilité :

En premier lieu, d’adresser à la Direction de Société Générale Bank & Trust en charge du traitement des réclamations, votre demande à l’adresse suivante :

Secrétariat Général de Société Générale Bank & Trust
11, Avenue Emile Reuter
L-2420 Luxembourg

En second lieu, si la réponse de la Direction en charge du traitement des réclamations ne permet pas de clore la réclamation, de disposer de la faculté de saisir l’Autorité de tutelle de SGBT, la Commission de Surveillance du Secteur Financier (CSSF) :

Par courrier : 283, Route d’Arlon L-1150 Luxembourg
Par courriel : direction@cssf.lu

Afin d’assurer un traitement optimal de vos demandes, toute réclamation auprès de notre établissement peut être adressée soit par e-mail à l’adresse suivante : servicequalite.privmonaco@socgen.com ou par courrier à notre service dédié :

Societe Generale Private Banking Monaco
Middle Office – Service Réclamation 
11 avenue de Grande Bretagne 
98000 Monaco

La Banque s’engage à accuser réception de votre demande dans les 2 jours suivants sa date de réception et à vous apporter une réponse dans un délai maximum de 10 jours à compter de sa réception. Si votre demande devait nécessiter un délai de traitement supplémentaire (recherches complexes…), nous vous en informerons endéans ce même délai de 30 jours. 

Dans l’hypothèse où la réponse qui vous est apportée ne correspondrait pas à vos attentes, nous vous informons de la possibilité d’adresser à la Direction de Société Générale Private Banking Monaco en charge du traitement des réclamations, votre demande à l’adresse suivante : 

Secrétariat Général de Societe Generale Private Banking Monaco 
11 avenue de Grande Bretagne
98000 Monaco

Toute réclamation auprès de notre établissement peut être adressée par messagerie électronique à l’adresse suivante : sgpb-reclamations.ch@socgen.com.

Les clients peuvent également avoir recours à l’Ombudsman des banques suisses dont les coordonnées figurent sur le site www.bankingombudsman.ch

 

Weekly Update - Une relance budgétaire à l'européenne

Ces deux dernières semaines, nous avons analysé l’ampleur et les implications des derniers plans de relance budgétaire aux Etats-Unis. Cette semaine, nous nous intéressons au fonds NGEU (le fonds de relance de l’Union européenne de 750 Md€, baptisé Next Generation EU) qui a été approuvé pour la première fois durant l’été 2020. Quand les investissements commenceront-ils et suffiront-ils pour relancer la croissance ? Et quelles sont les implications pour les marchés ?

Comme c’est souvent le cas à Bruxelles, la période de gestation du plan NGEU a été longue. L’opposition initiale des « Quatre frugaux » (l’Autriche, la Suède, le Danemark et les Pays-Bas) s’est concentrée sur la répartition entre subventions et de prêts prévue par le fonds, ainsi que sur le projet de l’UE d’émettre des obligations garanties conjointement par l’ensemble des membres. En l’occurrence, les membres ont convenu de poursuivre l’emprunt commun et de répartir le financement comme suit : 390 Md€ de subventions et 360 Md€ de prêts, au lieu de la ventilation de 500 Md€/250 Md€ initialement proposée par la Commission. Puis les opposants (la Hongrie et la Pologne, en tête, cette fois) ont suspendu la ratification en raison des dispositions relatives au « respect de l’état de droit », avant qu’un compromis ne soit trouvé lors du Sommet de l’UE de décembre qui a également ratifié le cadre financier pluriannuel (le budget de l'UE).

Puis, fin mars, un recours déposé par un groupe de législateurs auprès de la Cour constitutionnelle allemande a interrompu la ratification du fonds, malgré un vote favorable (478 voix contre 167) au Bundestag. De telles objections ne sont pas inhabituelles. L’année dernière, une contestation de la constitutionnalité des achats d’urgence pandémique réalisés par la Banque centrale européenne a retardé l’approbation officielle de l’Allemagne jusqu’à ce qu’une solution de compromis ait été trouvée. Nous estimons que ce schéma se reproduira, avec une ratification réussie du NGEU dans les temps impartis, permettant ainsi de débourser les premiers versements avant l’été.

Il est frappant de constater l’écart de taille entre le NGEU et le Plan pour l’emploi américain de Joe Biden de 2 290 Md$ (environ 1 930 Md€). Cette situation reflète en partie le fait que Joe Biden devrait obtenir l’approbation beaucoup plus facilement que la Commission européenne, qui a dû innover pour lancer ce plan. Les Etats-Unis gèrent un budget fédéral depuis des siècles, tandis que l’UE manque encore d’une capacité budgétaire centrale permanente. Mais cette situation reflète également en partie des points de départ et des besoins différents. Les membres de l’UE offrent une plus grande protection sociale aux citoyens, notamment des dispositifs de chômage partiel, tandis que les Etats-Unis ont dû renforcer l’assurance-chômage ; par ailleurs, l’UE a accumulé un retard d’investissement depuis la Grande récession, tandis que les EtatsUnis ont sous-investi dans leurs infrastructures physiques depuis des décennies.

Au cœur du fonds NGEU se trouvera la facilité pour la relance et la résilience de 672,5 Md€, créée en février 2021, laissant aux pays membres jusqu’à fin avril pour soumettre leurs projets d’investissements et de réformes dans six domaines clés (transition verte et transformation numérique, 37% et 20% du total, respectivement, suivies de l’emploi, de la cohésion sociale, de la santé, de l’éducation et de la formation). Les investissements devraient être étalés sur les six prochaines années, représentant plus de 1% du PIB européen par an en moyenne. Cela devrait contribuer à réduire l’écart de production de l’UE, que la Deutsche Bank estime à environ 5% du PIB potentiel antérieur à la pandémie. Dans l’ensemble, la Commission estime que le fonds de relance contribuera à renforcer le PIB européen d’environ 2% dans les prochaines années.

Les mécanismes de financement du NGEU et du Plan pour l’emploi américain seront également radicalement différents. Joe Biden projette de financer les dépenses au moyen de hausses d’impôts (voir notre publication Parlons « impôts »), tandis que le plan de l’UE est financé par endettement (30% provenant des émissions d’obligations vertes). Certains des avantages économiques du Plan pour l’emploi américain pourraient ainsi être émoussés par un régime fiscal moins favorable, un fardeau que le NGEU est susceptible d’éviter.

Conclusion. L’emprunt garanti conjointement pour financer le fonds de relance de l’UE contribuera à apaiser les craintes du marché d’un éclatement de la zone euro, un point positif pour la monnaie unique. L’emprunt constituera également un nouveau point de référence pour les obligations d’Etat libellées en euros, même si les rendements négatifs proposés ne seront guère attrayants pour les investisseurs. Le NGEU stimulera fortement la croissance du PIB européen dans les années à venir, mais cela pourrait être éclipsé dans les 18 prochains mois par la reprise cyclique qui devrait s’amorcer cet été, selon nous. Pour résumer, nous continuons de Surpondérer les actions de la zone euro au sein de portefeuilles diversifiés.

Lire l'intégralité de l'article

Responsable de la Stratégie d’Investissement Société Générale Private Banking