Contact

Vous êtes déjà client ? Nous vous invitons à contacter votre banquier privé. 
Vous n’êtes pas client mais aimeriez en savoir plus ? Merci de remplir le formulaire ci-dessous.

Contacts locaux

France : +33 (0) 1 42 14 20 00 (9h - 17h)
Luxembourg : +352 47 93 11 1 (8h30 - 18H00)
Monaco : +377 97 97 58 00 (9h/12h - 14h/17h)
Suisse : Genève au +41 22 819 02 02
et Zurich au +41 44 218 56 11 (8h30 - 17h30)

Vous souhaitez nous contacter au sujet de la protection de vos données personnelles ?

Merci de bien vouloir contacter le Délégué à la Protection des Données de Société Générale Private Banking France en envoyant un email à l'adresse suivante : protectiondesdonnees@societegenerale.fr.

Merci de bien vouloir contacter Bieneke Russon, Délégué à la Protection des Données de Société Générale Bank & Trust Luxembourg par téléphone : +352-47.93.93.11.5046 ou en envoyant un email à l'adresse suivante : lux.dpooffice@socgen.com.

Merci de bien vouloir contacter Céline Pastor, Déléguée à la Protection des Données de Société Générale Private Banking Monaco en envoyant un email à l'adresse suivante : list.mon-privmonaco-dpo@socgen.com

Merci de bien vouloir contacter Omar Otmani, Délégué à la Protection des Données de Société Générale Private Banking Suisse en envoyant un email à l'adresse suivante : sgpb-gdpr.ch@socgen.com.

Vous souhaitez faire une réclamation ?

Merci de bien vouloir adresser votre réclamation à Société Générale Private Banking France en envoyant un email à : FR-SGPB-Relations-Clients@socgen.com ou un courrier à l'adresse suivante : 

Société Générale Private Banking France
Direction Commerciale
29 boulevard Haussmann CS 614
75421 Paris Cedex 9

Société Générale Private Banking France s’engage à accuser réception de votre réclamation dans un délai de dix jours ouvrables à compter de la date de sa réception et à vous apporter une réponse dans un délai de deux mois à compter de cette même date. Si nous ne sommes pas en mesure de respecter ce délai de 60 jours, vous en serez informé par courrier.
 

En dernier recours, vous pouvez saisir gratuitement, selon la nature de votre réclamation 

 

Le Médiateur auprès de Société Générale

Il s'engage à étudier votre dossier au vu de votre position et de celle de la banque, à apprécier les arguments des parties et à prendre une décision fondée sur l'équité. Le Médiateur vous répondra directement dans un délai maximum de deux mois.

Vous pouvez saisir le Médiateur auprès de Société Générale par voie électronique sur le site internet du Médiateur : mediateur.societegenerale.fr ou en adressant un courrier à l’adresse suivante :

Le Médiateur auprès de Société Générale
17 cours Valmy
92987 Paris La Défense Cedex 7

 

Le Médiateur de l’Autorité des Marchés Financiers

Vous pouvez saisir le Médiateur de l’Autorité des Marchés Financiers en adressant un courrier à l’adresse suivante :

Le Médiateur de l’Autorité des Marchés Financiers
17 Place de la Bourse
75082 Paris Cedex 2

 

Le Médiateur des Assurances

Vous pouvez saisir le Médiateur des Assurances : ses coordonnées doivent être mentionnées aux termes de votre contrat d’assurance.

Afin d’assurer un traitement optimal de vos demandes, toute réclamation auprès de notre établissement peut être adressée à l'adresse suivante :

Service réclamations Banque privée
11, Avenue Emile Reuter
L-2420 Luxembourg

La Banque s’engage à accuser réception de votre demande dans les 10 jours suivant sa date de réception et à vous apporter une réponse dans un délai maximum de 30 jours à compter de sa réception. Si votre demande devait nécessiter un délai de traitement supplémentaire (recherches complexes…), nous vous en informerons endéans ce même délai de 30 jours.

Dans  l’hypothèse où la réponse qui vous est apportée ne correspondrait pas à vos attentes, nous vous informons de la possibilité :

En premier lieu, d’adresser à la Direction de Société Générale Bank & Trust en charge du traitement des réclamations, votre demande à l’adresse suivante :

Secrétariat Général de Société Générale Bank & Trust
11, Avenue Emile Reuter
L-2420 Luxembourg

En second lieu, si la réponse de la Direction en charge du traitement des réclamations ne permet pas de clore la réclamation, de disposer de la faculté de saisir l’Autorité de tutelle de SGBT, la Commission de Surveillance du Secteur Financier (CSSF) :

Par courrier : 283, Route d’Arlon L-1150 Luxembourg
Par courriel : direction@cssf.lu

Afin d’assurer un traitement optimal de vos demandes, toute réclamation auprès de notre établissement peut être adressée soit par e-mail à l’adresse suivante : servicequalite.privmonaco@socgen.com ou par courrier à notre service dédié :

Societe Generale Private Banking Monaco
Middle Office – Service Réclamation 
11 avenue de Grande Bretagne 
98000 Monaco

La Banque s’engage à accuser réception de votre demande dans les 2 jours suivants sa date de réception et à vous apporter une réponse dans un délai maximum de 10 jours à compter de sa réception. Si votre demande devait nécessiter un délai de traitement supplémentaire (recherches complexes…), nous vous en informerons endéans ce même délai de 30 jours. 

Dans l’hypothèse où la réponse qui vous est apportée ne correspondrait pas à vos attentes, nous vous informons de la possibilité d’adresser à la Direction de Société Générale Private Banking Monaco en charge du traitement des réclamations, votre demande à l’adresse suivante : 

Secrétariat Général de Societe Generale Private Banking Monaco 
11 avenue de Grande Bretagne
98000 Monaco

Toute réclamation auprès de notre établissement peut être adressée par messagerie électronique à l’adresse suivante : sgpb-reclamations.ch@socgen.com.

Les clients peuvent également avoir recours à l’Ombudsman des banques suisses dont les coordonnées figurent sur le site www.bankingombudsman.ch

 

Weekly Update - Joe Biden attend son heure

Lundi prochain, le 14 décembre, le collège électoral américain votera, avant que le Congrès ne valide l’élection du nouveau président le 6 janvier. La victoire de Joe Biden est bien évidemment encore contestée par Donald Trump qui n’a pas encore concédé sa défaite. Il a toutefois autorisé le déblocage des fonds pour permettre à Biden de commencer à travailler sur la transition, en constituant notamment l’équipe qui composera son administration. A moins d’un choc majeur, J. Biden sera investi le 20 janvier prochain, annonçant un changement radical de nombreuses politiques américaines. Qui sont les principaux candidats et qu’impliqueraient leurs politiques pour l’économie et les marchés ?

Economie La nomination de Janet Yellen pour remplacer Steven Mnuchin au Trésor renforce notre conviction que la Maison blanche de Joe Biden poursuivra des politiques économiques expansionnistes. Bien évidemment, Mme Yellen est surtout connue pour ses quatre années à la tête de la Réserve fédérale (Fed) avant que le Président Trump ne la remplace par Jerome Powell. Durant son mandat à la banque centrale, elle a acquis une réputation de « colombe », bien qu’elle ait supervisé le début de la normalisation de la politique monétaire à partir de décembre 2015. Avant de prendre la présidence de la Fed, elle a évolué au cours de sa carrière dans le monde universitaire (se spécialisant dans l’économie du marché du travail) et dans les services publics (en qualité de Présidente du CEA, le Conseil des conseillers économiques, de Bill Clinton et d’adjointe du Président de la Fed Ben Bernanke avant son départ). La priorité donnée à l’emploi par Mme Yellen revêtira une importance particulière pour la politique économique. Durant son mandat à la tête de la Fed, elle a fait pression pour que l’on accorde moins d’importance au taux de chômage global et que l’on mette davantage l’accent sur l’exclusion du marché du travail et les taux de participation. Cette approche correspond à la nouvelle orientation de M. Powell en faveur du « taux d’emploi maximum » (voir notre Weekly Update du 4 septembre) et semble particulièrement pertinente à l’heure actuelle. Les chiffres des créations d’emplois non-agricoles pour le mois de novembre publiés la semaine dernière ont indiqué un ralentissement bien en deçà des attentes, tandis que les premières inscriptions au chômage hebdomadaires publiées hier se sont envolées, tout comme le nombre des inscriptions au chômage.

Commerce M. Biden pourrait nommer Katherine Tai comme Représentante américaine au commerce, en remplacement de Robert Lighthizer bien connu pour ses positions antichinoises avant d’être nommé par le Président Trump. Mme Tai est jugée plus diplomate, ayant déjà travaillé au bureau du Représentant américain au commerce sur la supervision des échanges commerciaux avec la Chine. Comme nous l’avons évoqué dans notre Market Update sur l’élection américaine, la future administration Biden pourrait tenir une ligne dure vis-à-vis de la Chine mais pourrait chercher à renouer des relations avec les alliés des Etats-Unis en Europe et au Japon en vue d’exercer des pressions collectives sur Pékin. Cela étant, M. Biden a clairement fait savoir que les investissements domestiques seront prioritaires sur les nouveaux accords commerciaux. Il projette de diriger 400 Md$ d’achats du gouvernement fédéral vers des entreprises nationales et d’investir massivement dans la reconversion de la main-d’œuvre et les nouvelles technologies, de l’intelligence artificielle aux véhicules électriques. Cette orientation nationale signifie que le conflit commercial qui oppose actuellement les Etats-Unis à l’UE sur la question des subventions accordées à l’industrie aéronautique pourrait s’éterniser. En octobre 2019, l’Organisation mondiale du commerce (OMC) a statué que l’UE avait accordé des aides d’Etat illégales à Airbus et a autorisé la mise en place de 7,5 Md$ de droits de douane américains sur les exportations européennes de denrées alimentaires et d’avions. Un an plus tard, l’OMC a jugé que les Etats-Unis avaient illégalement aidé Boeing et a donné son feu vert à 4 Md$ de droits de douane européens sur les marchandises américaines.


Conclusion. Les négociations sur un nouveau plan de relance fiscal se poursuivent, mais sans garantie que le projet actuel de 908 Md$ sera approuvé par le Congrès avant l’investiture du Président. Nous estimons toutefois que la nouvelle administration Biden annoncera des politiques plus expansionnistes dans le cadre de la recherche par Janet Yellen d’un consensus fondé sur les faits, stimulant les perspectives de croissance à moyen terme. S’agissant des échanges commerciaux, nous anticipons un changement de style mais peu de différences en substance compte tenu de la priorité donnée par Joe Biden aux investissements nationaux. Les politiques devraient être favorables aux actions, en particulier celles susceptibles de profiter le plus d’une reprise cyclique. La dégradation des finances publiques, d’autre part, pourrait exercer de nouvelles pressions baissières sur le dollar.

Lire l'intégralité de l'article

Responsable de la Stratégie d’Investissement Société Générale Private Banking