Contact

Vous êtes déjà client ? Nous vous invitons à contacter votre banquier privé. 
Vous n’êtes pas client mais aimeriez en savoir plus ? Merci de remplir le formulaire ci-dessous.

Contacts locaux

France : +33 (0) 1 42 14 20 00 (9h - 17h)
Luxembourg : +352 47 93 11 1 (8h30 - 18H00)
Monaco : +377 97 97 58 00 (9h/12h - 14h/17h)
Suisse : Genève au +41 22 819 02 02
et Zurich au +41 44 218 56 11 (8h30 - 17h30)

Vous souhaitez nous contacter au sujet de la protection de vos données personnelles ?

Merci de bien vouloir contacter le Délégué à la Protection des Données de Société Générale Private Banking France en envoyant un email à l'adresse suivante : protectiondesdonnees@societegenerale.fr.

Merci de bien vouloir contacter Bieneke Russon, Délégué à la Protection des Données de Société Générale Bank & Trust Luxembourg par téléphone : +352-47.93.93.11.5046 ou en envoyant un email à l'adresse suivante : lux.dpooffice@socgen.com.

Merci de bien vouloir contacter Céline Pastor, Déléguée à la Protection des Données de Société Générale Private Banking Monaco en envoyant un email à l'adresse suivante : list.mon-privmonaco-dpo@socgen.com

Merci de bien vouloir contacter Omar Otmani, Délégué à la Protection des Données de Société Générale Private Banking Suisse en envoyant un email à l'adresse suivante : sgpb-gdpr.ch@socgen.com.

Vous souhaitez faire une réclamation ?

Merci de bien vouloir adresser votre réclamation à Société Générale Private Banking France en envoyant un email à : FR-SGPB-Relations-Clients@socgen.com ou un courrier à l'adresse suivante : 

Société Générale Private Banking France
Direction Commerciale
29 boulevard Haussmann CS 614
75421 Paris Cedex 9

Société Générale Private Banking France s’engage à accuser réception de votre réclamation dans un délai de dix jours ouvrables à compter de la date de sa réception et à vous apporter une réponse dans un délai de deux mois à compter de cette même date. Si nous ne sommes pas en mesure de respecter ce délai de 60 jours, vous en serez informé par courrier.
 

En dernier recours, vous pouvez saisir gratuitement, selon la nature de votre réclamation 

 

Le Médiateur auprès de Société Générale

Il s'engage à étudier votre dossier au vu de votre position et de celle de la banque, à apprécier les arguments des parties et à prendre une décision fondée sur l'équité. Le Médiateur vous répondra directement dans un délai maximum de deux mois.

Vous pouvez saisir le Médiateur auprès de Société Générale par voie électronique sur le site internet du Médiateur : mediateur.societegenerale.fr ou en adressant un courrier à l’adresse suivante :

Le Médiateur auprès de Société Générale
17 cours Valmy
92987 Paris La Défense Cedex 7

 

Le Médiateur de l’Autorité des Marchés Financiers

Vous pouvez saisir le Médiateur de l’Autorité des Marchés Financiers en adressant un courrier à l’adresse suivante :

Le Médiateur de l’Autorité des Marchés Financiers
17 Place de la Bourse
75082 Paris Cedex 2

 

Le Médiateur des Assurances

Vous pouvez saisir le Médiateur des Assurances : ses coordonnées doivent être mentionnées aux termes de votre contrat d’assurance.

Afin d’assurer un traitement optimal de vos demandes, toute réclamation auprès de notre établissement peut être adressée à l'adresse suivante :

Service réclamations Banque privée
11, Avenue Emile Reuter
L-2420 Luxembourg

La Banque s’engage à accuser réception de votre demande dans les 10 jours suivant sa date de réception et à vous apporter une réponse dans un délai maximum de 30 jours à compter de sa réception. Si votre demande devait nécessiter un délai de traitement supplémentaire (recherches complexes…), nous vous en informerons endéans ce même délai de 30 jours.

Dans  l’hypothèse où la réponse qui vous est apportée ne correspondrait pas à vos attentes, nous vous informons de la possibilité :

En premier lieu, d’adresser à la Direction de Société Générale Bank & Trust en charge du traitement des réclamations, votre demande à l’adresse suivante :

Secrétariat Général de Société Générale Bank & Trust
11, Avenue Emile Reuter
L-2420 Luxembourg

En second lieu, si la réponse de la Direction en charge du traitement des réclamations ne permet pas de clore la réclamation, de disposer de la faculté de saisir l’Autorité de tutelle de SGBT, la Commission de Surveillance du Secteur Financier (CSSF) :

Par courrier : 283, Route d’Arlon L-1150 Luxembourg
Par courriel : direction@cssf.lu

Afin d’assurer un traitement optimal de vos demandes, toute réclamation auprès de notre établissement peut être adressée soit par e-mail à l’adresse suivante : reclamation.privmonaco@socgen.com ou par courrier à notre service dédié :

Societe Generale Private Banking Monaco
Middle Office – Service Réclamation 
11 avenue de Grande Bretagne 
98000 Monaco

La Banque s’engage à accuser réception de votre demande dans les 2 jours suivants sa date de réception et à vous apporter une réponse dans un délai maximum de 10 jours à compter de sa réception. Si votre demande devait nécessiter un délai de traitement supplémentaire (recherches complexes…), nous vous en informerons endéans ce même délai de 30 jours. 

Dans l’hypothèse où la réponse qui vous est apportée ne correspondrait pas à vos attentes, nous vous informons de la possibilité d’adresser à la Direction de Société Générale Private Banking Monaco en charge du traitement des réclamations, votre demande à l’adresse suivante : 

Secrétariat Général de Societe Generale Private Banking Monaco 
11 avenue de Grande Bretagne
98000 Monaco

Toute réclamation auprès de notre établissement peut être adressée par messagerie électronique à l’adresse suivante : sgpb-reclamations.ch@socgen.com.

Les clients peuvent également avoir recours à l’Ombudsman des banques suisses dont les coordonnées figurent sur le site www.bankingombudsman.ch

 

Weekly Update - Sur des charbons ardents

Dans notre récente Market Update sur les élections américaines (voir Le compte à rebours final), nous avons présenté un scénario qui pourrait bien se matérialiser, à savoir une courte victoire de Joe Biden, les Républicains conservant le contrôle majoritaire du Sénat. Cette situation contraste fortement avec le consensus pré-électoral des instituts de sondage et des marchés de prédiction en ligne qui révoyaient le déferlement d’une vague bleue (c’est-à-dire démocrate) sur le Congrès et la Maison blanche. Ces attentes ayant été déçues, quelles sont les perspectives pour l’économie et les marchés américains ?

A l’heure où nous écrivons, le résultat réel demeure très incertain. Dans cinq Etats, rien n’est encore tranché. Et le Président a déjà demandé un recomptage des votes dans le Wisconsin où Joe Biden mène de seulement 49,4% à 48,8% avec plus de 98% des bulletins dépouillés. Et de nouvelles difficultés sont vraisemblables, par exemple en Pennsylvanie et en Géorgie où les écarts actuels entre les deux candidats ne sont que de 18 230 et 917 voix, respectivement. Le climat d’incertitude pourrait durer des semaines. La date limite pour résoudre tout litige et finaliser les choix d’électeurs de chaque Etat est fixée au 8 décembre, et le vote officiel du collège électoral se tiendra le 14 décembre.

Durant les semaines qui ont précédé l’élection, influencés par la probabilité perçue d’une vague bleue, les investisseurs se sont focalisés sur les effets du plan d’investissement massif de 2 000 Md$ sur quatre ans du candidat Biden. Ce plan devait doper la croissance à long terme, mais aussi faire grimper l’inflation, encourageant les « positions initiées pour profiter d’une reprise » face à une hausse des rendements obligataires et à un repositionnement sur des secteurs plus cycliques. Le rendement des bons du Trésor à 10 ans a ainsi augmenté d’environ 0,51% début août à 0,90% le jour de l’élection, avant de corriger à 0,76% le 5 novembre. Sur la même période, l’indice S&P des valeurs industrielles a progressé de 11,9%, contre 2,5% pour le secteur des technologies de l’information. Curieusement, les actions américaines ont rebondi de 3,0% lundi et mardi, portées par l’espoir d’une vague bleue, puis de 4,2% mercredi et jeudi, ces espoirs ayant été déçus !

Si, comme nous le prévoyons, Joe Biden est investi Président et le Sénat reste aux mains des Républicains, la nouvelle administration pourrait alors se trouver dans une impasse. Comme nous l’avons écrit dans la Market Update, dans ce scénario, « les politiques seraient ainsi difficiles à mettre en œuvre, en maintenant en place les baisses d’impôts décidées par D. Trump. Une telle impasse ne serait pas préjudiciable aux marchés, mais elle pourrait entraver les chances d’un plan de relance fiscale à court terme ». Il n’y aurait donc pas d’amélioration à long terme du potentiel de croissance des Etats-Unis, même si nous restons convaincus que l’aggravation de la pandémie fera apparaître un soutien bipartite en faveur d’un nouveau plan de relance dans les prochains mois. Le Président dispose d’une plus grande marge de manœuvre dans des domaines comme la politique étrangère, laissant entrevoir une position moins conflictuelle avec des alliés comme l’UE et le Japon dans le but de construire une coalition pour maintenir la Chine sous pression. Joe Biden a également promis de réintégrer l’accord de Paris sur le climat lorsqu’il deviendra Président, ce qui pourrait encourager une accélération de la recherche et du développement dans les technologies propres aux Etats-Unis.

Jeudi, se sont tenues les dernières réunions de politique monétaire de banques centrales à Washington et à Londres. La Réserve fédérale (Fed) a maintenu sa politique, comme prévu. Les taux directeurs demeurent à 0-0,25% et la Fed poursuivra ses achats d’obligations à hauteur de 120 Md$ par mois. Le Président Jerome Powell a également renouvelé son appel à de nouvelles mesures d’aide fiscale pour soutenir l’économie. La surprise est venue de la Banque d’Angleterre. De fait, les taux ont été maintenus à 0,1%, mais les achats d’actifs ont été augmentés de 150 Md£, au lieu des 50-100 Md£ attendus. Cette situation reflète les craintes de la banque centrale concernant la baisse des dépenses de consommation liée à la COVID-19 et les attentes selon lesquelles les entraves aux exportations à la frontière ralentiront la reprise une fois le Brexit entré en vigueur l’année prochaine.

Conclusion. A court terme, nous estimons qu’en raison du surendettement et du chômage élevé l’inflation restera faible et que les taux directeurs américains demeureront près de zéro, les achats réalisés par la Fed limitant les pressions à la hausse exercées sur le rendement des bons du Trésor. Alors que les incertitudes sur la situation post-électorale s’estompent, nous estimons que les flux vers la valeur refuge qu’est le dollar devraient baisser, l’euro repartant à la hausse en 2021. S’agissant des marchés actions, l’impasse politique a souvent été d’un grand soutien puisqu’elle offre une grande visibilité aux investisseurs comme aux entreprises. Par ailleurs, les politiques monétaires et fiscales devraient rester favorables dans les années à venir.

Lire l'intégralité de l'article

Responsable de la Stratégie d’Investissement Société Générale Private Banking