Contact

Vous êtes déjà client ? Nous vous invitons à contacter votre banquier privé. 
Vous n’êtes pas client mais aimeriez en savoir plus ? Merci de remplir le formulaire ci-dessous.

Contacts locaux

France : +33 (0) 1 42 14 20 00 (9h - 17h)
Luxembourg : +352 47 93 11 1 (8h30 - 18H00)
Monaco : +377 97 97 58 00 (9h/12h - 14h/17h)
Suisse : Genève au +41 22 819 02 02
et Zurich au +41 44 218 56 11 (8h30 - 17h30)

Vous souhaitez nous contacter au sujet de la protection de vos données personnelles ?

Merci de bien vouloir contacter le Délégué à la Protection des Données de Société Générale Private Banking France en envoyant un email à l'adresse suivante : protectiondesdonnees@societegenerale.fr.

Merci de bien vouloir contacter Bieneke Russon, Délégué à la Protection des Données de Société Générale Bank & Trust Luxembourg par téléphone : +352-47.93.93.11.5046 ou en envoyant un email à l'adresse suivante : lux.dpooffice@socgen.com.

Merci de bien vouloir contacter Céline Pastor, Déléguée à la Protection des Données de Société Générale Private Banking Monaco en envoyant un email à l'adresse suivante : list.mon-privmonaco-dpo@socgen.com

Merci de bien vouloir contacter Omar Otmani, Délégué à la Protection des Données de Société Générale Private Banking Suisse en envoyant un email à l'adresse suivante : sgpb-gdpr.ch@socgen.com.

Vous souhaitez faire une réclamation ?

Merci de bien vouloir adresser votre réclamation à Société Générale Private Banking France en envoyant un email à : FR-SGPB-Relations-Clients@socgen.com ou un courrier à l'adresse suivante : 

Société Générale Private Banking France
Direction Commerciale
29 boulevard Haussmann CS 614
75421 Paris Cedex 9

Société Générale Private Banking France s’engage à accuser réception de votre réclamation dans un délai de dix jours ouvrables à compter de la date de sa réception et à vous apporter une réponse dans un délai de deux mois à compter de cette même date. Si nous ne sommes pas en mesure de respecter ce délai de 60 jours, vous en serez informé par courrier.
 

En dernier recours, vous pouvez saisir gratuitement, selon la nature de votre réclamation 

 

Le Médiateur auprès de Société Générale

Il s'engage à étudier votre dossier au vu de votre position et de celle de la banque, à apprécier les arguments des parties et à prendre une décision fondée sur l'équité. Le Médiateur vous répondra directement dans un délai maximum de deux mois.

Vous pouvez saisir le Médiateur auprès de Société Générale par voie électronique sur le site internet du Médiateur : mediateur.societegenerale.fr ou en adressant un courrier à l’adresse suivante :

Le Médiateur auprès de Société Générale
17 cours Valmy
92987 Paris La Défense Cedex 7

 

Le Médiateur de l’Autorité des Marchés Financiers

Vous pouvez saisir le Médiateur de l’Autorité des Marchés Financiers en adressant un courrier à l’adresse suivante :

Le Médiateur de l’Autorité des Marchés Financiers
17 Place de la Bourse
75082 Paris Cedex 2

 

Le Médiateur des Assurances

Vous pouvez saisir le Médiateur des Assurances : ses coordonnées doivent être mentionnées aux termes de votre contrat d’assurance.

Afin d’assurer un traitement optimal de vos demandes, toute réclamation auprès de notre établissement peut être adressée à l'adresse suivante :

Service réclamations Banque privée
11, Avenue Emile Reuter
L-2420 Luxembourg

La Banque s’engage à accuser réception de votre demande dans les 10 jours suivant sa date de réception et à vous apporter une réponse dans un délai maximum de 30 jours à compter de sa réception. Si votre demande devait nécessiter un délai de traitement supplémentaire (recherches complexes…), nous vous en informerons endéans ce même délai de 30 jours.

Dans  l’hypothèse où la réponse qui vous est apportée ne correspondrait pas à vos attentes, nous vous informons de la possibilité :

En premier lieu, d’adresser à la Direction de Société Générale Bank & Trust en charge du traitement des réclamations, votre demande à l’adresse suivante :

Secrétariat Général de Société Générale Bank & Trust
11, Avenue Emile Reuter
L-2420 Luxembourg

En second lieu, si la réponse de la Direction en charge du traitement des réclamations ne permet pas de clore la réclamation, de disposer de la faculté de saisir l’Autorité de tutelle de SGBT, la Commission de Surveillance du Secteur Financier (CSSF) :

Par courrier : 283, Route d’Arlon L-1150 Luxembourg
Par courriel : direction@cssf.lu

Afin d’assurer un traitement optimal de vos demandes, toute réclamation auprès de notre établissement peut être adressée soit par e-mail à l’adresse suivante : reclamation.privmonaco@socgen.com ou par courrier à notre service dédié :

Societe Generale Private Banking Monaco
Middle Office – Service Réclamation 
11 avenue de Grande Bretagne 
98000 Monaco

La Banque s’engage à accuser réception de votre demande dans les 2 jours suivants sa date de réception et à vous apporter une réponse dans un délai maximum de 10 jours à compter de sa réception. Si votre demande devait nécessiter un délai de traitement supplémentaire (recherches complexes…), nous vous en informerons endéans ce même délai de 30 jours. 

Dans l’hypothèse où la réponse qui vous est apportée ne correspondrait pas à vos attentes, nous vous informons de la possibilité d’adresser à la Direction de Société Générale Private Banking Monaco en charge du traitement des réclamations, votre demande à l’adresse suivante : 

Secrétariat Général de Societe Generale Private Banking Monaco 
11 avenue de Grande Bretagne
98000 Monaco

Toute réclamation auprès de notre établissement peut être adressée par messagerie électronique à l’adresse suivante : sgpb-reclamations.ch@socgen.com.

Les clients peuvent également avoir recours à l’Ombudsman des banques suisses dont les coordonnées figurent sur le site www.bankingombudsman.ch

 

Weekly Update - Une annonce pour le moins inattendue

La présidente de la Banque centrale européenne (BCE), Christine Lagarde, a toujours affirmé que la banque centrale ne peut être l’unique source de soutien monétaire, et que l’UE et les gouvernements nationaux sont exhortés à en faire plus. Cela semble être un vœu pieux de longue date, les chefs d’Etat n’étant pas parvenus pas à se mettre d’accord sur un fonds de relance lors de leur réunion du 23 avril. Cependant, les marchés ont repris espoir après la conférence de presse commune des dirigeants allemand et français qui s’est tenue lundi. Ces espoirs seront-ils anéantis de nouveau ? Et quelles sont les implications pour l’économie et les marchés ?

Les approches en matière de politique fiscale au sein de l’UE ont longtemps été divergentes. Certains pays comme la France plaident en faveur d’une union budgétaire financée par des émissions d’obligations européennes. D’autres, l’Allemagne en tête, sont demeurés opposés à des transferts fiscaux au profit d’Etats plus faibles et plus endettés, comme l’Italie. L’unanimité des 27 Etats membres restants étant requise, la politique fiscale européenne semblait dans l’impasse. L’annonce de cette semaine a été pour le moins inattendue. Le 18 mai, la Chancelière allemande Angela Merkel et le Président français Emmanuel Macron ont fait état de leur projet d’un fonds de relance de 500 Md€ pour contribuer à relancer l’économie européenne après la profonde récession provoquée par la mise en place de longues mesures de confinement pour enrayer la pandémie de coronavirus. Le Fonds monétaire international (FMI) a estimé que l’économie de la zone euro se contractera de -7,5% cette année et qu’elle se redressera de seulement 4,7% en 2021. L’aide fiscale de 2 700 Md€ dévoilée jusqu’à présent (environ 23% du PIB de la zone euro) a été dominée par des gouvernements nationaux conduits par l’Allemagne, le financement direct de l’UE ne représentant que 4% du total. La flexibilité fiscale est inégalement répartie dans la région. En Italie, le FMI estime que la dette atteindra 155,4% du PIB cette année, en hausse de 20,7 points de pourcentage depuis 2019, tandis que la France et l’Espagne afficheront des ratios dette/PIB de 115,4% et 113,4%, respectivement. Dans leur étude de 2010 intitulée Cette fois, c’est différent, Carmen Reinhart et Kenneth Rogoff ont laissé entendre que la croissance économique réelle a tendance à ralentir lorsque la dette dépasse 90% du PIB. De toute évidence, l’Allemagne et les Pays-Bas (avec des ratios attendus de 68,7% et 58,3%) sont mieux positionnés que leurs voisins. Par ailleurs, l’Italie et l’Espagne (avec 537 et 598 décès par CoViD-19 pour un million d’habitants) ont davantage pâti de la pandémie que l’Allemagne avec 98 décès pour un million d’habitants. La récente décision de la Cour constitutionnelle allemande sur le Programme d’achat d’actifs du secteur public (PAAP) pour l’achat d’obligations d’Etat a permis de mettre en exergue les contraintes potentielles pesant sur la flexibilité monétaire de la banque centrale et la situation inextricable imposée au gouvernement allemand (voir notre Weekly Update intitulé Un pavé dans la mare). Fort heureusement, les sondages d’opinion indiquent une cote de popularité élevée pour la Chancelière A. Merkel à la faveur de sa gestion de la crise, lui conférant une marge de manœuvre bienvenue. Dans ce contexte, l’accord franco-allemand a été novateur. A. Merkel et E. Macron sont convenus que 1) le fonds de relance de 500 Md€ devrait être financé par des obligations émises directement par l’UE et garanties conjointement par ses membres, 2) le budget de la Commission européenne devrait être relevé de 1,2% à 2% du revenu national brut des membres pour permettre à l’UE d’assurer le service de la dette, et 3) les versements du fonds devraient prendre la forme de subventions plutôt que de prêts à rembourser. Ces propositions formeront désormais la base du projet officiel de fonds de relance de la Commission qui devrait être publié le 27 mai. Bien évidemment, cela donnera lieu à de vives oppositions, principalement des Pays-Bas, de l’Autriche, du Danemark et de la Suède, qui continuent de prôner des principes budgétaires rigoureux. Mais dans la mesure où l’Allemagne renonce à ses précédents principes d’austérité et réaffirme son alignement avec la France, un accord semble désormais possible.

Conclusion. Il est évident que l’économie de la zone euro aura besoin de nouvelles mesures de relance, pour prendre le relais du soutien vital apporté par les plans actuels, et que ces mesures devraient s’adresser aux économies qui en ont le plus besoin, comme la France et l’Allemagne viennent de l’annoncer. Le marché des changes a réagi avec une appréciation de l’euro de 1% face au franc suisse, laissant entrevoir une évolution positive des perspectives pour la zone euro. C’est lors du prochain sommet du Conseil européen qui se tiendra les 18 et 19 juin que nous saurons si cette évolution positive se matérialisera ou non.

Lire l'intégralité de l'article

Responsable de la Stratégie d’Investissement Société Générale Private Banking