Clientèle privée Intermédiaires financiers

Devenir client

Vous êtes déjà client ? Nous vous invitons à contacter votre banquier privé. 
Vous n’êtes pas client mais aimeriez en savoir plus ? Merci de remplir le formulaire ci-dessous.

Contacts locaux

France : +33 (0) 1 53 43 87 00 (9h - 18h)
Luxembourg : +352 47 93 11 1 (8h30 - 17h30)
Monaco : +377 97 97 58 00 (9h/12h - 14h/17h)
Suisse : Genève au +41 22 819 02 02
et Zurich au +41 44 218 56 11 (8h30 - 17h30)

Vous souhaitez nous contacter au sujet de la protection de vos données personnelles ?

Merci de bien vouloir contacter le Délégué à la Protection des Données de Société Générale Private Banking France en envoyant un e-mail à l'adresse suivante : protectiondesdonnees@societegenerale.fr.

Merci de bien vouloir contacter le Délégué à la Protection des Données de Société Générale Luxembourg en envoyant un e-mail à l'adresse suivante : lux.dpooffice@socgen.com

Pour les clients résidant en Italie, merci de bien vouloir contacter le prestataire externe BDO en charge de la Protection des Données en envoyant un e-mail à l’adresse suivante :    lux.dpooffice-branch-IT@socgen.com

Merci de bien vouloir contacter le Délégué à la Protection des Données de Société Générale Private Banking Monaco en envoyant un email à l'adresse suivante : list.mon-privmonaco-dpo@socgen.com

Merci de bien vouloir contacter le Délégué à la Protection des Données de Société Générale Private Banking Suisse en envoyant un e-mail à l'adresse suivante : sgpb-gdpr.ch@socgen.com

Vous souhaitez faire une réclamation ?

Société Générale Private Banking a l’ambition de vous apporter la meilleure qualité de service possible. Toutefois, des difficultés peuvent parfois survenir dans le fonctionnement de votre compte ou dans l’utilisation des services mis à votre disposition.

Votre banquier privé  est votre interlocuteur privilégié pour recueillir et traiter votre réclamation.

En cas de désaccord avec votre banquier privé ou d’absence de réponse de sa part, vous pouvez adresser votre réclamation à la Direction de Société Générale Private Banking France en envoyant un e-mail à : FR-SGPB-Relations-Clients@socgen.com ou un courrier à l'adresse suivante : 

Société Générale Private Banking France
29 boulevard Haussmann CS 614
75421 Paris Cedex 9

Société Générale Private Banking France s’engage à accuser réception de votre réclamation sous 10 (dix) jours ouvrables à compter de la date de sa réception et à vous apporter une réponse dans un délai de 2 (deux) mois à compter de cette même date. Si nous ne sommes pas en mesure de respecter ce délai de 2 (deux) mois, vous en serez informé par courrier. 

En cas de désaccord avec la banque ou d’absence de réponse dans un délai de 2 (deux) mois après l’envoi de votre première réclamation écrite, ou de 15 (quinze) jours ouvrables pour une réclamation portant sur un service de paiement, vous pouvez saisir gratuitement, selon la nature de votre réclamation : 

 

Le Médiateur de la consommation auprès de la Fédération Bancaire Française

Le Médiateur de la consommation auprès de la Fédération Bancaire Française (FBF) est compétent pour les différends relatifs aux services fournis et aux contrats conclus en matière d’opérations de banque (gestion de compte de dépôt, opération de crédit, services de paiement par exemple), de services d’investissement, d’instruments financiers et de produits d’épargne, ainsi qu’à la commercialisation des contrats d’assurance.

Le Médiateur auprès de la FBF vous répondra directement, dans un délai de 90 (quatre-vingt-dix) jours à compter de la date à laquelle il aura reçu tous les documents sur lesquels est fondée la demande. En cas de litige complexe, ce délai peut être prolongé. Le Médiateur auprès de la FBF formulera une position motivée qu’il soumet à l’approbation des deux parties.

Vous pouvez saisir le Médiateur auprès de la FBF par voie électronique sur le site internet du Médiateur : www.lemediateur.fbf.fr ou en adressant un courrier à l’adresse suivante :

Le Médiateur CS 151
75 422 Paris cedex 09

 

Le Médiateur de l’Autorité des Marchés Financiers

Le Médiateur de l’Autorité des Marchés Financiers (AMF) est également compétent pour les différends relatifs aux services d’investissements, d’instruments financiers et de produits d’épargne financière.

Pour ce type de différend, en tant que client consommateur, vous disposez donc d’un choix entre le Médiateur de la consommation auprès de la FBF et le Médiateur de l’AMF. Dès lors que vous avez choisi l’un de ces deux médiateurs, vous ne pouvez plus saisir, pour ce même différend, l’autre Médiateur.

Vous pouvez saisir le Médiateur de l’AMF par voie électronique sur le site internet de l’AMF : www.amf-france.org ou en adressant un courrier à l’adresse suivante :

Le Médiateur de l’Autorité des Marchés Financiers
17 place de la Bourse
75082 Paris Cedex 2

Le Médiateur de l’Assurance

Le Médiateur de l’Assurance est compétent pour les litiges sur l’application ou l’interprétation d’un contrat d’assurance.

Vous pouvez saisir le Médiateur des Assurances en utilisant les coordonnées qui doivent être mentionnées aux termes de votre contrat d’assurance.

Afin d’assurer un traitement optimal de vos demandes, toute réclamation auprès de notre établissement peut être adressée à l'adresse suivante :

Service réclamations Banque privée
11, Avenue Emile Reuter
L-2420 Luxembourg

Ou par e-mail à l’adresse clienteleprivee.sglux@socgen.com et

pour les clients résidant en Italie à l’adresse societegenerale@unapec.it

La Banque s’engage à accuser réception de votre demande dans les 10 jours ouvrables suivant sa date de réception et à vous apporter une réponse dans un délai maximum de 30 jours ouvrables à compter de sa réception. Si votre demande devait nécessiter un délai de traitement supplémentaire (recherches complexes…), nous vous en informerons endéans ce même délai de 30 jours ouvrables.

Dans l’hypothèse où la réponse qui vous est apportée ne correspondrait pas à vos attentes, nous vous informons de la possibilité :

En premier lieu, d’adresser à la Direction de Société Générale Luxembourg en charge du traitement des réclamations, votre demande à l’adresse suivante :

Secrétariat Général de Société Générale Luxembourg
11, Avenue Emile Reuter
L-2420 Luxembourg

En second lieu, si la réponse de la Direction en charge du traitement des réclamations ne permet pas de clore la réclamation, de disposer de la faculté de saisir l’Autorité de tutelle de Société Générale Luxembourg, la Commission de Surveillance du Secteur Financier (CSSF) :

Par courrier : 283, Route d’Arlon L-1150 Luxembourg
Par courriel :
direction@cssf.lu

Afin d’assurer un traitement optimal de vos demandes, toute réclamation auprès de notre établissement peut être adressée soit par e-mail à l’adresse suivante : servicequalite.privmonaco@socgen.com ou par courrier à notre service dédié :

Sociéte Génerale Private Banking Monaco
Middle Office – Service Réclamation 
11 avenue de Grande Bretagne 
98000 Monaco

La Banque s’engage à accuser réception de votre demande dans les 2 jours ouvrables suivant sa date de réception et à vous apporter une réponse dans un délai maximum de 30 jours ouvrables à compter de sa réception. Si votre demande devait nécessiter un délai de traitement supplémentaire (recherches complexes…), nous vous en informerons endéans ce même délai de 30 jours ouvrables. 

Dans l’hypothèse où la réponse qui vous est apportée ne correspondrait pas à vos attentes, nous vous informons de la possibilité d’adresser à la Direction de Société Générale Private Banking Monaco en charge du traitement des réclamations, votre demande à l’adresse suivante : 

Sociéte Génerale Private Banking Monaco
Secrétariat Général 
11 avenue de Grande Bretagne
98000 Monaco

Toute réclamation auprès de notre établissement peut être adressée par messagerie électronique à l’adresse suivante :

sgpb-reclamations.ch@socgen.com

Les clients peuvent également avoir recours à l’Ombudsman des banques suisses dont les coordonnées figurent sur le site :

www.bankingombudsman.ch

 

 

Weekly Update - Des mesures extraordinaires

L’ampleur du soutien apporté par les banques centrales et les gouvernements pour faire face aux crises de santé publique et économique provoquées par la pandémie de CoViD-19 a été extraordinaire, de même que la vitesse à laquelle les nouvelles mesures ont été lancées. Quels seront les effets à long terme d’un tel assouplissement ? Et quelles sont les perspectives pour les marchés ?

Le jeudi 9 avril, la Réserve fédérale américaine (Fed), la Banque d’Angleterre (BoE) et les ministres des Finances de la zone euro (l’Eurogroupe) ont fait des annonces importantes. La Fed a proposé un soutien supplémentaire de 2 300 Md$ aux entreprises et aux marchés du crédit. Les plus gros programmes se présentent comme suit : 1) La Fed achètera jusqu’à 750 Md$ d’obligations d’entreprise sur les marchés primaire et secondaire, notamment les obligations des « anges déchus », à savoir les émetteurs dont la notation de crédit a été abaissée en catégorie du Haut Rendement (HY) ou catégorie spéculative. Par ailleurs, elle achètera également des ETF (fonds cotés en Bourse) HY. C’est la première fois qu’elle s’aventure sur le segment le plus risqué du marché obligataire. 2) La Fed a affecté jusqu’à 600 Md$ pour soutenir les prêts aux petites et moyennes entreprises (la « Main Street », par opposition à Wall Street). Il s’agira d’un partenariat « public/privé » avec des banques commerciales, qui accorderont les prêts. 3) La Fed achètera également des billets à court terme émis par des Etats, les principaux comtés et les villes de plus de 1 million d’habitants, pour un montant maximum de 500 Md$ au total. Cette mesure est destinée à relancer le marché des obligations municipales qui s’est tari ces dernières semaines. Ces mesures équivalent globalement à 11% du PIB américain et devraient contribuer au retour des marchés du crédit américains à une plus grande stabilité. La BoE a surpris les observateurs en annonçant le financement monétaire à court terme des dépenses publiques, une décision que le gouverneur de la BoE avait pourtant exclue il y a quelques jours seulement. Le Trésor pourra ainsi continuer de consacrer des capitaux à ses différents programmes de soutien sans avoir à solliciter d’abord le marché des obligations d’Etat (gilt). Déjà, le Chancelier avait augmenté le volume des émissions de gilts prévues en avril de 15 Md£ à 45 Md£, mais il en faudra plus. Il est urgent de respecter les engagements pris, comme la promesse de payer 80% des salaires mensuels des travailleurs en chômage technique (cela pourrait coûter 30 à 40 Md£ dans les trois prochains mois d’après la Resolution Foundation). L’Eurogroupe a également conclu un accord hier sur un certain nombre de mesures de soutien pour la zone euro : 1) Le Mécanisme européen de stabilité sera autorisé à octroyer jusqu’à 240 Md€ de prêts non-conditionnels à des pays membres pour financer leurs coûts de santé directs et indirects. 2) La Banque d’investissement européenne accordera 200 Md€ de garanties de prêts aux petites et moyennes entreprises dans la région. 3) Le programme SURE de 100 Md€ de la Commission européenne pour financer le travail à court terme a également été approuvé. Outre ces mesures, l’Eurogroupe s’est également engagé à créer un fonds temporaire de 500 Md€ pour financer la reconstruction après la récession causée par le coronavirus. Aussi encourageantes soient-elles, ces annonces ont encore besoin d’être approuvées par les chefs d’Etat lors d’une prochaine réunion. La charge du soutien restera ainsi supportée par les gouvernements nationaux pour le moment.

Conclusion. La bataille pour minimiser les répercussions économiques des mesures d’endiguement et de confinement du coronavirus entraînera une énorme hausse de la dette au cours des prochains trimestres. Les gouvernements espéreront que leurs mesures atténueront le coup porté au PIB et favoriseront une reprise rapide après la récession, leur permettant de revenir à des politiques budgétaires et fiscales plus orthodoxes en temps utile. De nombreux investisseurs, toutefois, pourraient craindre que les finances publiques ne continuent de suivre une trajectoire instable. Les achats d’actifs réalisés par les banques centrales pour maintenir des rendements obligataires (et par là même des coûts d’emprunt) bas pourraient demeurer en place pour l’avenir prévisible.

Lire l'intégralité de l'article

Responsable de la Stratégie d’Investissement Société Générale Private Banking