Contact

Vous êtes déjà client ? Nous vous invitons à contacter votre banquier privé. 
Vous n’êtes pas client mais aimeriez en savoir plus ? Merci de remplir le formulaire ci-dessous.

Contacts locaux

France : +33 (0) 1 42 14 20 00 (9h - 17h)
Luxembourg : +352 47 93 11 1 (8h30 - 18H00)
Monaco : +377 97 97 58 00 (9h/12h - 14h/17h)
Suisse : Genève au +41 22 819 02 02
et Zurich au +41 44 218 56 11 (8h30 - 17h30)

Vous souhaitez nous contacter au sujet de la protection de vos données personnelles ?

Merci de bien vouloir contacter le Délégué à la Protection des Données de Société Générale Private Banking France en envoyant un email à l'adresse suivante : protectiondesdonnees@societegenerale.fr.

Merci de bien vouloir contacter Bieneke Russon, Délégué à la Protection des Données de Société Générale Bank & Trust Luxembourg par téléphone : +352-47.93.93.11.5046 ou en envoyant un email à l'adresse suivante : lux.dpooffice@socgen.com.

Merci de bien vouloir contacter Céline Pastor, Déléguée à la Protection des Données de Société Générale Private Banking Monaco en envoyant un email à l'adresse suivante : list.mon-privmonaco-dpo@socgen.com

Merci de bien vouloir contacter Omar Otmani, Délégué à la Protection des Données de Société Générale Private Banking Suisse en envoyant un email à l'adresse suivante : sgpb-gdpr.ch@socgen.com.

Vous souhaitez faire une réclamation ?

Merci de bien vouloir adresser votre réclamation à Société Générale Private Banking France en envoyant un email à : FR-SGPB-Relations-Clients@socgen.com ou un courrier à l'adresse suivante : 

Société Générale Private Banking France
Direction Commerciale
29 boulevard Haussmann CS 614
75421 Paris Cedex 9

Société Générale Private Banking France s’engage à accuser réception de votre réclamation dans un délai de dix jours ouvrables à compter de la date de sa réception et à vous apporter une réponse dans un délai de deux mois à compter de cette même date. Si nous ne sommes pas en mesure de respecter ce délai de 60 jours, vous en serez informé par courrier.
 

En dernier recours, vous pouvez saisir gratuitement, selon la nature de votre réclamation 

 

Le Médiateur auprès de Société Générale

Il s'engage à étudier votre dossier au vu de votre position et de celle de la banque, à apprécier les arguments des parties et à prendre une décision fondée sur l'équité. Le Médiateur vous répondra directement dans un délai maximum de deux mois.

Vous pouvez saisir le Médiateur auprès de Société Générale par voie électronique sur le site internet du Médiateur : mediateur.societegenerale.fr ou en adressant un courrier à l’adresse suivante :

Le Médiateur auprès de Société Générale
17 cours Valmy
92987 Paris La Défense Cedex 7

 

Le Médiateur de l’Autorité des Marchés Financiers

Vous pouvez saisir le Médiateur de l’Autorité des Marchés Financiers en adressant un courrier à l’adresse suivante :

Le Médiateur de l’Autorité des Marchés Financiers
17 Place de la Bourse
75082 Paris Cedex 2

 

Le Médiateur des Assurances

Vous pouvez saisir le Médiateur des Assurances : ses coordonnées doivent être mentionnées aux termes de votre contrat d’assurance.

Afin d’assurer un traitement optimal de vos demandes, toute réclamation auprès de notre établissement peut être adressée à l'adresse suivante :

Service réclamations Banque privée
11, Avenue Emile Reuter
L-2420 Luxembourg

La Banque s’engage à accuser réception de votre demande dans les 10 jours suivant sa date de réception et à vous apporter une réponse dans un délai maximum de 30 jours à compter de sa réception. Si votre demande devait nécessiter un délai de traitement supplémentaire (recherches complexes…), nous vous en informerons endéans ce même délai de 30 jours.

Dans  l’hypothèse où la réponse qui vous est apportée ne correspondrait pas à vos attentes, nous vous informons de la possibilité :

En premier lieu, d’adresser à la Direction de Société Générale Bank & Trust en charge du traitement des réclamations, votre demande à l’adresse suivante :

Secrétariat Général de Société Générale Bank & Trust
11, Avenue Emile Reuter
L-2420 Luxembourg

En second lieu, si la réponse de la Direction en charge du traitement des réclamations ne permet pas de clore la réclamation, de disposer de la faculté de saisir l’Autorité de tutelle de SGBT, la Commission de Surveillance du Secteur Financier (CSSF) :

Par courrier : 283, Route d’Arlon L-1150 Luxembourg
Par courriel : direction@cssf.lu

Afin d’assurer un traitement optimal de vos demandes, toute réclamation auprès de notre établissement peut être adressée soit par e-mail à l’adresse suivante : reclamation.privmonaco@socgen.com ou par courrier à notre service dédié :

Societe Generale Private Banking Monaco
Middle Office – Service Réclamation 
11 avenue de Grande Bretagne 
98000 Monaco

La Banque s’engage à accuser réception de votre demande dans les 2 jours suivants sa date de réception et à vous apporter une réponse dans un délai maximum de 10 jours à compter de sa réception. Si votre demande devait nécessiter un délai de traitement supplémentaire (recherches complexes…), nous vous en informerons endéans ce même délai de 30 jours. 

Dans l’hypothèse où la réponse qui vous est apportée ne correspondrait pas à vos attentes, nous vous informons de la possibilité d’adresser à la Direction de Société Générale Private Banking Monaco en charge du traitement des réclamations, votre demande à l’adresse suivante : 

Secrétariat Général de Societe Generale Private Banking Monaco 
11 avenue de Grande Bretagne
98000 Monaco

Toute réclamation auprès de notre établissement peut être adressée par messagerie électronique à l’adresse suivante : sgpb-reclamations.ch@socgen.com.

Les clients peuvent également avoir recours à l’Ombudsman des banques suisses dont les coordonnées figurent sur le site www.bankingombudsman.ch

 

Une nouvelle partition pour la musique classique

Au diapason - Par Séverine Garnier, critique musicale

Printemps 2020 : l’Europe se fige et les salles de concerts ferment leurs portes. Le silence du confinement laisse entendre les oiseaux mais pour les musiciens, ce silence, est un mauvais présage. Sollicité pour des concerts dans le monde entier, Les Talens Lyriques est l’un des ensembles de musique touchés par la crise du coronavirus. « Nous avons fini notre tournée de concerts en Colombie le 9 mars, se souvient Lorraine Villermaux, l’administratrice de cet ensemble baroque fondé par Christophe Rousset (voir notre portrait du magazine #4). Le 10, les frontières du pays fermaient… » L’ensemble a pris de plein fouet « l’effet domino des annulations. Les Talens Lyriques, comme beaucoup d’ensembles de ce type, sont souvent engagés pour des spectacles coproduits par plusieurs opéras européens. Avec la crise, les programmateurs repensent leur saison en fonction des risques sanitaires, et privilégient souvent les artistes nationaux. Un spectacle annulé dans une ville, l’est automatiquement dans l’autre. Ainsi, nous avons perdu une production prévue à Toulouse en… 2022. »

Des idées harmonieuses

Fermeture des frontières et confinements impactent aussi les deux Conservatoires supérieurs de musique de Paris et de Lyon. Leurs étudiants étrangers, privés de cours et dans l’impossibilité de retrouver leurs familles, sont isolés. Certains, qui finançaient leurs études en donnant des cours de musique ou des petits concerts sont en situation de précarité.
Rapidement, la solidarité se met en place et des idées naissent pour offrir une alternative culturelle. « Nous avons simplement pensé aux gens qui ne pourraient pas prendre de vacances avec la crise, se souvient Damien Guillon, chanteur et directeur de l’ensemble Le Banquet Céleste. Notre idée était d’offrir dès l’été 2020 des petits concerts, dans des lieux de patrimoine (églises, châteaux, jardin) où la musique ne vient pas ou rarement. Pour cela, il fallait être inventif et mobile… »
« Je suis quelqu’un de très actif et jusqu’à la dernière minute, je n’ai pas voulu croire au confinement, avoue Léo Warynski, chef du chœur Les Métaboles. Plus de concerts, plus de possibilité de réunir mes chanteurs : j’étais dans le dénuement total. La sortie, le 26 mars 2020, de notre disque intitulé Jardin féerique a été une bouffée d’air frais pour le groupe. Le public et les critiques ont accueilli chaleureusement cette compilation de musiques françaises parlant du printemps, de la patience et de la joie. Un vrai médicament anti-déprime ! Je me suis dit, s’il y a un re-confinement, il me faut un autre disque à promouvoir… »

Un huis clos créatif et solidaire

L’expérience du confinement nourrit ses artistes des créations. L’ensemble Tactus, regroupant cinq percussionnistes lyonnais, a imaginé « R E S E T », un spectacle musical sur la vie étrangement rythmée de trois personnages cohabitant dans un espace de vie clos…
Pour aider ce secteur à tenir et à se réinventer, l’association Mécénat Musical Société Générale lance un plan exceptionnel de 2 millions d’euros en avril dernier. En quelques semaines, des bourses d’urgence parviennent à quelque 200 élèves des deux Conservatoires supérieurs de musique de Paris et Lyon. L’association vote le renouvellement ou la prolongation des subventions des 25 ensembles et projets musicaux dont le Groupe est déjà partenaire : Les Talens Lyriques, l’orchestre Les Siècles, le Centre de musique de chambre de Paris, entre autres.

Le soutien mécénat musical société générale en chiffres

2
millions
d’euros mobilisés
15
ensembles spécialisés dans le répertoire classique et romantique et 10 dans la musique contemporaine
62
projets retenus, offrant des aides allant de 4 500 euros à 20 000 euros par projet
Quelque
400
représentations devraient être données d’ici à l’été 2021
8
viennent d’ensembles spécialisés dans la musique médiévale et Renaissance, 29 dans la musique baroque

Inventer de nouvelles scènes

L’association soutient également 62 nouveaux projets sélectionnés pour leur intérêt artistique ou social en partenariat avec la Fédération des ensembles vocaux et instrumentaux spécialisés. Le Banquet Céleste a obtenu une aide pour partir sur les routes de Bretagne. Pendant cette tournée de proximité, des poignées de ses musiciens spécialisés dans la musique ancienne, ont couvert cette région qui leur est chère, du Morbihan à l’Ille-et-Vilaine en passant par les Côtes-d’Armor et La Manche. Plus de 1 500 personnes ont pu découvrir, souvent au hasard de leurs visites, le répertoire baroque : Bach, Telemann, Monteverdi, etc. « Mécénat Musical Société Générale a donné l’impulsion », conclut Damien Guillon.
Léo Warynski et Les Métaboles ont proposé un projet de disque à partir de la captation d’un concert intitulé The Angels. « Nous avons fait ce jour-là un concert parfait ! se souvient Léo Warynski. C’est rare car il y a toujours un petit truc qui manque. Les anges étaient avec nous ! »
44 des nouveaux projets soutenus ont été proposés par des ensembles non-partenaires de Mécénat Musical Société Générale et sont donc venus agrandir le champ d’action de l’association. Ainsi, Le Cercle de l’Harmonie, une grande formation réputée pour ses interprétations des opéras de Mozart, a pu repenser ses propositions artistiques, une question de survie. L’ensemble a construit un projet autour des deux premières symphonies de Brahms et Bruckner pour permettre à l’orchestre de retrouver, plus facilement le chemin des salles de concerts.

Une saison prolifique à venir

Appuyé sur une organisation souple, l’enthousiasme ne connaît pas de frontières : 12 % des projets portent sur des concerts à l’international. Ainsi le Trio SR9, trois jeunes percussionnistes venus de Lyon, a pu reprogrammer sa participation au fameux festival du French May à Hong Kong. « L’idée de cette tournée, explique Nicolas Cousin des SR9, était une collaboration avec d’autres ensembles comme le nôtre : nos aînés, Les Percussions de Strasbourg, et un ensemble hongkongais, Toolbox percussion. Nous nous connaissons de réputation mais nous n’avions pas eu l’occasion de jouer ensemble. La rencontre, qui devait se dérouler à neuf musiciens sur plusieurs jours, a été annulée à cause du coronavirus. La reprogrammer nécessite de repenser beaucoup de choses, même le programme car, pour des raisons de planning, nous ne serons plus que six ! »
Les outils numériques ont permis à beaucoup d’ensembles de ne pas attendre que la partition se joue sans eux. La Cappella Mediterranea (voir encadré) donnait en septembre un concert dans un village isolé au pied du Mont-Blanc : la captation pour un futur disque a été retransmise sur les réseaux sociaux, permettant à l’ensemble de maintenir le lien auprès de ses 30 000 fans à travers le monde ! En France mais aussi à l’étranger, quelque 400 concerts ou actions culturelles seront ainsi proposés de l’été 2020 à l’été 2021.

« L'ART NOUS PERMET LA CATHARSIS, PURIFIE NOS ÉMOTIONS ET APAISE NOS COLÈRES »

LEONARDO GARCÍA ALARCÓN, CHEF D'ORCHESTRE ET FONDATEUR DE L'ENSEMBLE CAPELLA MEDITERRANEA

« Les Madrigaux du compositeur baroque Sigismondo d’India (1582-1629) m’ont toujours fasciné, et cela depuis les débuts de Cappella Mediterranea. J’ai cherché longtemps à aborder ce compositeur sans vraiment oser. Depuis la création de mon ensemble en 2005, nous nous sommes surtout concentrés sur l’opéra vénitien, la redécouverte des opéras de Cavalli ou des oratorios de Falvetti.

Contrairement à son contemporain Claudio Monteverdi qui écrivait des airs sacrés le jour et des airs d’opéra le soir, Sigismondo d’India, lui, composait une musique hautement intellectuelle, d’une grande intimité, mais aussi d’une extrême exigence pour les interprètes qui veulent en révéler toute la beauté.

Après la longue période de silence, imposée par la pandémie à tous les musiciens, j’ai senti que c’était le bon moment pour mon ensemble et moi de nous retrouver autour de cette musique si intérieure et d’aborder enfin ce compositeur. Nous avons choisi une magnifique église baroque face au Mont Blanc, au cœur de la Savoie, pour enregistrer quelques-uns de ses plus beaux madrigaux. Ce fut un beau moment de se retrouver autour de ce projet pendant cette période si bouleversée. En tant qu’argentin, je suis habitué aux épreuves, et j’ai appris qu’en s’imprégnant de cette musique, on peut mieux les dépasser. Je pense souvent aux compositeurs baroques qui ont affronté de graves crises comme la peste et les famines. Dans ces périodes difficiles, l’art nous permet la « catharsis ». Il purifie nos émotions et apaise nos colères. »