Contact

Vous êtes déjà client ? Nous vous invitons à contacter votre banquier privé. 
Vous n’êtes pas client mais aimeriez en savoir plus ? Merci de remplir le formulaire ci-dessous.

Contacts locaux

France : +33 (0) 1 42 14 20 00 (9h - 17h)
Luxembourg : +352 47 93 11 1 (8h30 - 18H00)
Monaco : +377 97 97 58 00 (9h/12h - 14h/17h)
Suisse : Genève au +41 22 819 02 02
et Zurich au +41 44 218 56 11 (8h30 - 17h30)

Vous souhaitez nous contacter au sujet de la protection de vos données personnelles ?

Merci de bien vouloir contacter le Délégué à la Protection des Données de Société Générale Private Banking France en envoyant un email à l'adresse suivante : protectiondesdonnees@societegenerale.fr.

Merci de bien vouloir contacter Bieneke Russon, Délégué à la Protection des Données de Société Générale Bank & Trust Luxembourg par téléphone : +352-47.93.93.11.5046 ou en envoyant un email à l'adresse suivante : lux.dpooffice@socgen.com.

Merci de bien vouloir contacter Céline Pastor, Déléguée à la Protection des Données de Société Générale Private Banking Monaco en envoyant un email à l'adresse suivante : list.mon-privmonaco-dpo@socgen.com

Merci de bien vouloir contacter Omar Otmani, Délégué à la Protection des Données de Société Générale Private Banking Suisse en envoyant un email à l'adresse suivante : sgpb-gdpr.ch@socgen.com.

Vous souhaitez faire une réclamation ?

Merci de bien vouloir adresser votre réclamation à Société Générale Private Banking France en envoyant un email à : FR-SGPB-Relations-Clients@socgen.com ou un courrier à l'adresse suivante : 

Société Générale Private Banking France
Direction Commerciale
29 boulevard Haussmann CS 614
75421 Paris Cedex 9

Société Générale Private Banking France s’engage à accuser réception de votre réclamation dans un délai de dix jours ouvrables à compter de la date de sa réception et à vous apporter une réponse dans un délai de deux mois à compter de cette même date. Si nous ne sommes pas en mesure de respecter ce délai de 60 jours, vous en serez informé par courrier.
 

En dernier recours, vous pouvez saisir gratuitement, selon la nature de votre réclamation 

 

Le Médiateur auprès de Société Générale

Il s'engage à étudier votre dossier au vu de votre position et de celle de la banque, à apprécier les arguments des parties et à prendre une décision fondée sur l'équité. Le Médiateur vous répondra directement dans un délai maximum de deux mois.

Vous pouvez saisir le Médiateur auprès de Société Générale par voie électronique sur le site internet du Médiateur : mediateur.societegenerale.fr ou en adressant un courrier à l’adresse suivante :

Le Médiateur auprès de Société Générale
17 cours Valmy
92987 Paris La Défense Cedex 7

 

Le Médiateur de l’Autorité des Marchés Financiers

Vous pouvez saisir le Médiateur de l’Autorité des Marchés Financiers en adressant un courrier à l’adresse suivante :

Le Médiateur de l’Autorité des Marchés Financiers
17 Place de la Bourse
75082 Paris Cedex 2

 

Le Médiateur des Assurances

Vous pouvez saisir le Médiateur des Assurances : ses coordonnées doivent être mentionnées aux termes de votre contrat d’assurance.

Afin d’assurer un traitement optimal de vos demandes, toute réclamation auprès de notre établissement peut être adressée à l'adresse suivante :

Service réclamations Banque privée
11, Avenue Emile Reuter
L-2420 Luxembourg

La Banque s’engage à accuser réception de votre demande dans les 10 jours suivant sa date de réception et à vous apporter une réponse dans un délai maximum de 30 jours à compter de sa réception. Si votre demande devait nécessiter un délai de traitement supplémentaire (recherches complexes…), nous vous en informerons endéans ce même délai de 30 jours.

Dans  l’hypothèse où la réponse qui vous est apportée ne correspondrait pas à vos attentes, nous vous informons de la possibilité :

En premier lieu, d’adresser à la Direction de Société Générale Bank & Trust en charge du traitement des réclamations, votre demande à l’adresse suivante :

Secrétariat Général de Société Générale Bank & Trust
11, Avenue Emile Reuter
L-2420 Luxembourg

En second lieu, si la réponse de la Direction en charge du traitement des réclamations ne permet pas de clore la réclamation, de disposer de la faculté de saisir l’Autorité de tutelle de SGBT, la Commission de Surveillance du Secteur Financier (CSSF) :

Par courrier : 283, Route d’Arlon L-1150 Luxembourg
Par courriel : direction@cssf.lu

Afin d’assurer un traitement optimal de vos demandes, toute réclamation auprès de notre établissement peut être adressée soit par e-mail à l’adresse suivante : reclamation.privmonaco@socgen.com ou par courrier à notre service dédié :

Societe Generale Private Banking Monaco
Middle Office – Service Réclamation 
11 avenue de Grande Bretagne 
98000 Monaco

La Banque s’engage à accuser réception de votre demande dans les 2 jours suivants sa date de réception et à vous apporter une réponse dans un délai maximum de 10 jours à compter de sa réception. Si votre demande devait nécessiter un délai de traitement supplémentaire (recherches complexes…), nous vous en informerons endéans ce même délai de 30 jours. 

Dans l’hypothèse où la réponse qui vous est apportée ne correspondrait pas à vos attentes, nous vous informons de la possibilité d’adresser à la Direction de Société Générale Private Banking Monaco en charge du traitement des réclamations, votre demande à l’adresse suivante : 

Secrétariat Général de Societe Generale Private Banking Monaco 
11 avenue de Grande Bretagne
98000 Monaco

Toute réclamation auprès de notre établissement peut être adressée par messagerie électronique à l’adresse suivante : sgpb-reclamations.ch@socgen.com.

Les clients peuvent également avoir recours à l’Ombudsman des banques suisses dont les coordonnées figurent sur le site www.bankingombudsman.ch

 

Notre Point de Vue - Des lueurs de reprise (copy 1)

Au cours du mois dernier, de plus en plus de gouvernements ont commencé à assouplir les restrictions de confinement, encouragés sans aucun doute par l’absence à ce jour d’une seconde vague d’infections au CoViD-19.

Situation macro-économique
Au cours du mois dernier, de plus en plus de gouvernements ont commencé à assouplir les restrictions de confinement, encouragés sans aucun doute par l’absence à ce jour d’une seconde vague d’infections au CoViD-19. Ils resteront toutefois vigilants (le pic des cas actifs n’a pas encore été atteint) et certaines restrictions d’activité pourraient être maintenues. La confiance des entreprises a commencé à se stabiliser, les niveaux d’activité ayant cessé de s’effondrer. La production reste toutefois faible et les niveaux de chômage continuent d’augmenter rapidement, laissant entrevoir une reprise progressive. Au vu de ces facteurs, les plans d’aide fiscale et budgétaire demeureront nécessaires, l’attention se détournant des mesures de soutien apportées aux entreprises et aux particuliers pour se porter sur des mesures visant à encourager la reprise au moyen d’investissements dans des domaines comme l’énergie verte ou les infrastructures.

Banques centrales
La récente décision de la Cour constitutionnelle allemande sur les achats d’actifs de la Banque centrale européenne (BCE) ne semble pas avoir affaibli la volonté de la BCE de poursuivre ses programmes. En effet, les récentes déclarations de dirigeants politiques laissent entendre que la taille du programme d’achat d’urgence pandémique pourrait être augmentée lors de la prochaine réunion. De la même manière, la Réserve fédérale américaine (Fed) semble toujours aussi déterminée à poursuivre ses différents programmes d’aide, même si ses achats d’actifs pourraient ralentir après le rythme vertigineux observé récemment (ses avoirs ont augmenté de 63% depuis la mi-février). En outre, les banques centrales du monde émergent se sont employées à réduire les taux depuis le début de l’année, malgré la faiblesse marquée des devises.

Marchés financiers
Avec une montée en flèche des déficits publics à travers le monde, les achats d’actifs des banques centrales seront déterminants pour maintenir les rendements des obligations d’Etat à des niveaux gérables. Par ailleurs, le soutien apporté aux marchés des obligations d’entreprise devrait permettre de maintenir les écarts de rendement par rapport aux obligations d’Etat (« spreads ») à des niveaux relativement bas, en particulier pour les émetteurs de meilleure qualité. Cette situation crée un contexte favorable aux actions mondiales, compte tenu notamment de
l’assouplissement progressif des mesures de confinement grâce à la poursuite du ralentissement de la pandémie de coronavirus et à l’étendue des programmes d’aide publique. Dans l’ensemble, une position plus neutre en termes d’allocation d’actifs est désormais possible.

Conclusion
Nous suggérons de passer à Neutre sur les actions, mais de continuer de sous-pondérer les obligations d’Etat (la faiblesse des niveaux de rendement observés aujourd’hui diminue leur potentiel de rendement et leur utilité en matière de diversification de portefeuille). Nous continuons de préférer les obligations à haut rendement (High Yield, HY) libellées en euro à celles émises en dollars compte tenu de leurs bilans généralement plus robustes. Au sein des marchés actions, le Royaume-Uni pourrait continuer de sous-performer puisqu’il est de plus en plus à craindre que le Brexit ait lieu sans qu’un accord commercial favorable ait été conclu avec l’UE. Parmi les marchés émergents, nous continuons de préférer l’Asie à d’autres régions où la pandémie continue de se propager. Les prix pétroliers se sont légèrement redressés par rapport au choc de fin avril, tandis que l’or continue de bénéficier des flux vers les valeurs refuges face à la hausse soutenue de la masse monétaire.

Conformément à la réglementation en vigueur, nous informons le lecteur que ce document est qualifié de document à caractère promotionnel. CAO9/S1/2020

Lire l'intégralité de l'article

Responsable de la Stratégie d’Investissement Société Générale Private Banking