Clientèle privée Intermédiaires financiers

Devenir client

Vous êtes déjà client ? Nous vous invitons à contacter votre banquier privé. 
Vous n’êtes pas client mais aimeriez en savoir plus ? Merci de remplir le formulaire ci-dessous.

Contacts locaux

France : +33 (0) 1 42 14 20 00 (9h - 17h)
Luxembourg : +352 47 93 11 1 (8h30 - 18H00)
Monaco : +377 97 97 58 00 (9h/12h - 14h/17h)
Suisse : Genève au +41 22 819 02 02
et Zurich au +41 44 218 56 11 (8h30 - 17h30)

Vous souhaitez nous contacter au sujet de la protection de vos données personnelles ?

Merci de bien vouloir contacter le Délégué à la Protection des Données de Société Générale Private Banking France en envoyant un email à l'adresse suivante : protectiondesdonnees@societegenerale.fr.

Merci de bien vouloir contacter Bieneke Russon, Délégué à la Protection des Données de Société Générale Bank & Trust Luxembourg par téléphone : +352-47.93.93.11.5046 ou en envoyant un email à l'adresse suivante : lux.dpooffice@socgen.com.

Merci de bien vouloir contacter Julien Garnier, Délégué à la Protection des Données de Société Générale Private Banking Monaco en envoyant un email à l'adresse suivante : list.mon-privmonaco-dpo@socgen.com

Merci de bien vouloir contacter Omar Otmani, Délégué à la Protection des Données de Société Générale Private Banking Suisse en envoyant un email à l'adresse suivante : sgpb-gdpr.ch@socgen.com.

Vous souhaitez faire une réclamation ?

Merci de bien vouloir adresser votre réclamation à Société Générale Private Banking France en envoyant un email à : FR-SGPB-Relations-Clients@socgen.com ou un courrier à l'adresse suivante : 

Société Générale Private Banking France
Direction Commerciale
29 boulevard Haussmann CS 614
75421 Paris Cedex 9

Société Générale Private Banking France s’engage à accuser réception de votre réclamation dans un délai de dix jours ouvrables à compter de la date de sa réception et à vous apporter une réponse dans un délai de deux mois à compter de cette même date. Si nous ne sommes pas en mesure de respecter ce délai de 60 jours, vous en serez informé par courrier.
 

En dernier recours, vous pouvez saisir gratuitement, selon la nature de votre réclamation 

 

Le Médiateur auprès de Société Générale

Il s'engage à étudier votre dossier au vu de votre position et de celle de la banque, à apprécier les arguments des parties et à prendre une décision fondée sur l'équité. Le Médiateur vous répondra directement dans un délai maximum de deux mois.

Vous pouvez saisir le Médiateur auprès de Société Générale par voie électronique sur le site internet du Médiateur : mediateur.societegenerale.fr ou en adressant un courrier à l’adresse suivante :

Le Médiateur auprès de Société Générale
17 cours Valmy
92987 Paris La Défense Cedex 7

 

Le Médiateur de l’Autorité des Marchés Financiers

Vous pouvez saisir le Médiateur de l’Autorité des Marchés Financiers en adressant un courrier à l’adresse suivante :

Le Médiateur de l’Autorité des Marchés Financiers
17 Place de la Bourse
75082 Paris Cedex 2

 

Le Médiateur des Assurances

Vous pouvez saisir le Médiateur des Assurances : ses coordonnées doivent être mentionnées aux termes de votre contrat d’assurance.

Afin d’assurer un traitement optimal de vos demandes, toute réclamation auprès de notre établissement peut être adressée à l'adresse suivante :

Service réclamations Banque privée
11, Avenue Emile Reuter
L-2420 Luxembourg

La Banque s’engage à accuser réception de votre demande dans les 10 jours suivant sa date de réception et à vous apporter une réponse dans un délai maximum de 30 jours à compter de sa réception. Si votre demande devait nécessiter un délai de traitement supplémentaire (recherches complexes…), nous vous en informerons endéans ce même délai de 30 jours.

Dans  l’hypothèse où la réponse qui vous est apportée ne correspondrait pas à vos attentes, nous vous informons de la possibilité :

En premier lieu, d’adresser à la Direction de Société Générale Bank & Trust en charge du traitement des réclamations, votre demande à l’adresse suivante :

Secrétariat Général de Société Générale Bank & Trust
11, Avenue Emile Reuter
L-2420 Luxembourg

En second lieu, si la réponse de la Direction en charge du traitement des réclamations ne permet pas de clore la réclamation, de disposer de la faculté de saisir l’Autorité de tutelle de SGBT, la Commission de Surveillance du Secteur Financier (CSSF) :

Par courrier : 283, Route d’Arlon L-1150 Luxembourg
Par courriel : direction@cssf.lu

Afin d’assurer un traitement optimal de vos demandes, toute réclamation auprès de notre établissement peut être adressée soit par e-mail à l’adresse suivante : servicequalite.privmonaco@socgen.com ou par courrier à notre service dédié :

Societe Generale Private Banking Monaco
Middle Office – Service Réclamation 
11 avenue de Grande Bretagne 
98000 Monaco

La Banque s’engage à accuser réception de votre demande dans les 2 jours suivants sa date de réception et à vous apporter une réponse dans un délai maximum de 10 jours à compter de sa réception. Si votre demande devait nécessiter un délai de traitement supplémentaire (recherches complexes…), nous vous en informerons endéans ce même délai de 30 jours. 

Dans l’hypothèse où la réponse qui vous est apportée ne correspondrait pas à vos attentes, nous vous informons de la possibilité d’adresser à la Direction de Société Générale Private Banking Monaco en charge du traitement des réclamations, votre demande à l’adresse suivante : 

Secrétariat Général de Societe Generale Private Banking Monaco 
11 avenue de Grande Bretagne
98000 Monaco

Toute réclamation auprès de notre établissement peut être adressée par messagerie électronique à l’adresse suivante : sgpb-reclamations.ch@socgen.com.

Les clients peuvent également avoir recours à l’Ombudsman des banques suisses dont les coordonnées figurent sur le site www.bankingombudsman.ch

 

L’illusion monétaire : un tour de magie qui ne va pas enchanter vos finances !

La finance comportementale se définit par l’application de la psychologie à la finance : elle se distingue ainsi de la théorie financière classique, en considérant les individus non pas comme des êtres purement rationnels, mais influencés par leurs émotions ou encore par les biais de raisonnement.

On ne saurait passer à côté des nombreux commentaires ambiants sur la résurgence de l’inflation. Et pourtant, cette lame de fond ne semble pas nous préoccuper au moment de prendre les décisions financières. Comment expliquer ce danger pour nos finances personnelles ?

Alors que la thématique du pouvoir d’achat est au centre du débat public dans de nombreux pays, le nom de Gérard Majax, célèbre magicien de la télévision française, a été cité lors du débat d’entre-deux tours de l’élection présidentielle française ! Une référence loin d’être incongrue car en matière de pouvoir d’achat, nous allons le voir, l’illusion a toute sa place.

Raisonner hors inflation : pas de baguette magique !

Le printemps est là, avec sa ribambelle de vide-greniers et foires : l’occasion de ressortir des objets des décennies passées pour tenter d’en tirer quelques espèces auprès de collectionneurs. Certains espèrent donc réaliser de belles plus-values en revendant, par exemple, 300 euros des objets initialement achetés moitié prix dans les années 1980 (1000 francs soit l’équivalent 150 euros) ! De quoi faire fortune apparemment… mais entre-temps l’inflation est passée par là et ces 1 000 francs équivalent à près de 450 euros aujourd’hui selon l’Institut national de la statistique et des études économiques (Insee)(1) … La fortune ne sera donc pas au rendez-vous…

« L’illusion monétaire » se définit justement comme la préférence pour les indicateurs hors inflation (en termes nominaux), plutôt qu’après prise en compte de celle-ci (en termes réels). Comment l’expliquer ? D’abord pour la plus grande facilité à appréhender les agrégats, autrement dit, les éléments financiers, hors inflation ; ensuite en raison d’une attention plus aisée pour les termes nominaux. Cette fâcheuse préférence a été mise en évidence dans une célèbre étude de 1979(2) pour laquelle les participants devaient classer les choix financiers de trois personnages fictifs, Adam, Carl et Ben afin de distinguer celui qui avait réalisé la meilleure opération. Le cas était le suivant : après avoir reçu une maison pour 200 000$, Adam la revend pour 154 000$, soit 23 % de moins, mais avec 25 % de déflation (baisse des prix) sur la période ; Ben la cède pour 198 000$, soit 1 % de moins, alors que les prix sont restés stables sur la période ; Carl la vend 246 000$, soit 23 % de plus, avec une inflation de 25 % sur la période.

La majorité des participants a considéré qu’Adam (+2% en termes réels) réalisait la moins bonne opération et qu’à l’inverse Carl (-2% en réel) avait enregistré la meilleure opération ! En se concentrant sur l’aspect affectif, les participants ont raisonné en termes nominaux !

L’illusion monétaire revêt une importance particulière aujourd’hui : en n’intégrant pas l’érosion monétaire liée à l’inflation, certaines allocations d’actifs peuvent être malheureuses. De même, il est nécessaire de changer notre perception de ce qui constitue un niveau attractif de rentabilité (au regard de la prise de risque) dans ce contexte inflationniste.

La poudre aux yeux des émotions

Une expérience plus récente(3) confirme notre difficulté à bien appréhender les équations financières quand nos émotions prennent le dessus. Ainsi, en prenant là aussi un cas fictif, il était demandé de juger une transaction immobilière mêlant emprunt et revente d’une maison préalablement achetée. Cette expérience a démontré que lorsque la question invite à se concentrer sur les termes économiques de l’opération (« la meilleure opération »), la réponse donnée est réfléchie : quel que soit le montant de dette résiduelle au moment de la revente, l’opération est perçue comme équivalente. En revanche, en cas de moins-value donnant lieu à un flux négatif pour rembourser la dette restante, la prise en compte de la douleur liée au flux négatif brouille la perception, même avec un montant de moins-value identique entre les propriétaires. Enfin, cette étude met en évidence que la concentration des sondés sur le sentiment (le « bonheur ») influence la réponse : le flux éventuellement négatif et la contrainte de liquidité associée est d’autant plus mal ressentie.

Ainsi, pour intégrer le changement d’environnement économique et la hausse des prix, il est clé de ne pas se laisser aveugler par ses émotions mais de rester sur des aspects économiques, parfois très calculatoires.

Vous aurez noté la longueur de l’article… elle aussi victime de l’inflation… ou comment se laisser submerger par son émotion au moment d’écrire !

 


(1)  https://www.insee.fr/fr/information/2417794

(2) « Money Illusion », E. Shafir, P. Diamond et A. Tversky (1997) 

(3) "Is There a Link Between Money Illusion and Homeowners’ Expectations of Housing Prices?", L. Ackert, B. Church et N. Jayaraman (2011)

AVERTISSEMENT :

Le présent document, de nature publicitaire, n’a pas de valeur contractuelle. Son contenu n’est pas destiné à fournir un service d’investissement, il ne constitue ni un conseil en investissement ou une recommandation personnalisée sur un produit financier, ni un conseil ou une recommandation personnalisée en assurance, ni une sollicitation d’aucune sorte, ni un conseil juridique, comptable ou fiscal la part d’une quelconque entité relevant de Société Générale Private Banking.

Les informations contenues sont données à titre indicatif, peuvent être modifiées sans préavis, et visent à communiquer des éléments pouvant être utiles à une prise de décision. Les informations sur les performances passées éventuellement reproduites ne garantissent en aucun cas les performances futures.

Avant toute souscription d'un service d’investissement, d'un produit financier ou d’un produit d’assurance, l’investisseur potentiel (i) doit prendre connaissance de l’ensemble des informations contenues dans la documentation détaillée du service ou produit envisagé (prospectus, règlement, statuts, document intitulé « informations clés pour l’investisseur », Term sheet, notice d’information, conditions contractuelles, …), notamment celles liées aux risques associés; et (ii) consulter ses conseils juridiques et fiscaux pour apprécier les conséquences juridiques et le traitement fiscal du produit ou service envisagé. Son banquier privé est également à sa disposition pour lui fournir de plus amples informations, déterminer avec lui s’il est éligible au produit ou service envisagé qui peut être soumis à des conditions, et s’il répond à ses besoins.  En conséquence, aucune entité relevant de Société Générale Private Banking ne peut en aucun cas être tenue responsable pour toute décision prise par un investisseur sur la base des seules informations contenues dans ce document.

Le présent document est confidentiel, destiné exclusivement à la personne à laquelle il est remis, et ne peut être ni communiqué ni porté à la connaissance de tiers, ni reproduit totalement ou partiellement, sans accord préalable et écrit de Société Générale Private Banking. Pour de plus amples informations, cliquez ici.

Édouard Camblain Responsable projets stratégiques et développement