Contact

Vous êtes déjà client ? Nous vous invitons à contacter votre banquier privé. 
Vous n’êtes pas client mais aimeriez en savoir plus ? Merci de remplir le formulaire ci-dessous.

Contacts locaux

France : +33 (0) 1 42 14 20 00 (9h - 17h)
Luxembourg : +352 47 93 11 1 (8h30 - 18H00)
Monaco : +377 97 97 58 00 (9h/12h - 14h/17h)
Suisse : Genève au +41 22 819 02 02
et Zurich au +41 44 218 56 11 (8h30 - 17h30)

Vous souhaitez nous contacter au sujet de la protection de vos données personnelles ?

Merci de bien vouloir contacter le Délégué à la Protection des Données de Société Générale Private Banking France en envoyant un email à l'adresse suivante : protectiondesdonnees@societegenerale.fr.

Merci de bien vouloir contacter Bieneke Russon, Délégué à la Protection des Données de Société Générale Bank & Trust Luxembourg par téléphone : +352-47.93.93.11.5046 ou en envoyant un email à l'adresse suivante : lux.dpooffice@socgen.com.

Merci de bien vouloir contacter Céline Pastor, Déléguée à la Protection des Données de Société Générale Private Banking Monaco en envoyant un email à l'adresse suivante : list.mon-privmonaco-dpo@socgen.com

Merci de bien vouloir contacter Omar Otmani, Délégué à la Protection des Données de Société Générale Private Banking Suisse en envoyant un email à l'adresse suivante : sgpb-gdpr.ch@socgen.com.

Vous souhaitez faire une réclamation ?

Merci de bien vouloir adresser votre réclamation à Société Générale Private Banking France en envoyant un email à : FR-SGPB-Relations-Clients@socgen.com ou un courrier à l'adresse suivante : 

Société Générale Private Banking France
Direction Commerciale
29 boulevard Haussmann CS 614
75421 Paris Cedex 9

Société Générale Private Banking France s’engage à accuser réception de votre réclamation dans un délai de dix jours ouvrables à compter de la date de sa réception et à vous apporter une réponse dans un délai de deux mois à compter de cette même date. Si nous ne sommes pas en mesure de respecter ce délai de 60 jours, vous en serez informé par courrier.
 

En dernier recours, vous pouvez saisir gratuitement, selon la nature de votre réclamation 

 

Le Médiateur auprès de Société Générale

Il s'engage à étudier votre dossier au vu de votre position et de celle de la banque, à apprécier les arguments des parties et à prendre une décision fondée sur l'équité. Le Médiateur vous répondra directement dans un délai maximum de deux mois.

Vous pouvez saisir le Médiateur auprès de Société Générale par voie électronique sur le site internet du Médiateur : mediateur.societegenerale.fr ou en adressant un courrier à l’adresse suivante :

Le Médiateur auprès de Société Générale
17 cours Valmy
92987 Paris La Défense Cedex 7

 

Le Médiateur de l’Autorité des Marchés Financiers

Vous pouvez saisir le Médiateur de l’Autorité des Marchés Financiers en adressant un courrier à l’adresse suivante :

Le Médiateur de l’Autorité des Marchés Financiers
17 Place de la Bourse
75082 Paris Cedex 2

 

Le Médiateur des Assurances

Vous pouvez saisir le Médiateur des Assurances : ses coordonnées doivent être mentionnées aux termes de votre contrat d’assurance.

Afin d’assurer un traitement optimal de vos demandes, toute réclamation auprès de notre établissement peut être adressée à l'adresse suivante :

Service réclamations Banque privée
11, Avenue Emile Reuter
L-2420 Luxembourg

La Banque s’engage à accuser réception de votre demande dans les 10 jours suivant sa date de réception et à vous apporter une réponse dans un délai maximum de 30 jours à compter de sa réception. Si votre demande devait nécessiter un délai de traitement supplémentaire (recherches complexes…), nous vous en informerons endéans ce même délai de 30 jours.

Dans  l’hypothèse où la réponse qui vous est apportée ne correspondrait pas à vos attentes, nous vous informons de la possibilité :

En premier lieu, d’adresser à la Direction de Société Générale Bank & Trust en charge du traitement des réclamations, votre demande à l’adresse suivante :

Secrétariat Général de Société Générale Bank & Trust
11, Avenue Emile Reuter
L-2420 Luxembourg

En second lieu, si la réponse de la Direction en charge du traitement des réclamations ne permet pas de clore la réclamation, de disposer de la faculté de saisir l’Autorité de tutelle de SGBT, la Commission de Surveillance du Secteur Financier (CSSF) :

Par courrier : 283, Route d’Arlon L-1150 Luxembourg
Par courriel : direction@cssf.lu

Afin d’assurer un traitement optimal de vos demandes, toute réclamation auprès de notre établissement peut être adressée soit par e-mail à l’adresse suivante : reclamation.privmonaco@socgen.com ou par courrier à notre service dédié :

Societe Generale Private Banking Monaco
Middle Office – Service Réclamation 
11 avenue de Grande Bretagne 
98000 Monaco

La Banque s’engage à accuser réception de votre demande dans les 2 jours suivants sa date de réception et à vous apporter une réponse dans un délai maximum de 10 jours à compter de sa réception. Si votre demande devait nécessiter un délai de traitement supplémentaire (recherches complexes…), nous vous en informerons endéans ce même délai de 30 jours. 

Dans l’hypothèse où la réponse qui vous est apportée ne correspondrait pas à vos attentes, nous vous informons de la possibilité d’adresser à la Direction de Société Générale Private Banking Monaco en charge du traitement des réclamations, votre demande à l’adresse suivante : 

Secrétariat Général de Societe Generale Private Banking Monaco 
11 avenue de Grande Bretagne
98000 Monaco

Toute réclamation auprès de notre établissement peut être adressée par messagerie électronique à l’adresse suivante : sgpb-reclamations.ch@socgen.com.

Les clients peuvent également avoir recours à l’Ombudsman des banques suisses dont les coordonnées figurent sur le site www.bankingombudsman.ch

 

La crise du Covid et les Océans

La crise que nous traversons et plus particulièrement l’épisode généralisé de confinement imposé à près de la moitié de l’humanité a montré combien l’activité de l’homme pèse sur notre planète et les océans en particulier. A l’occasion de la Journée mondiale des Océans, en ce 8 juin, que pouvons-nous en tirer pour l’avenir ?

De cette période de confinement nous garderons peut-être en mémoire la vision d’animaux sauvages se hasardant dans les rues désertes de nos grandes villes devenues silencieuses. Cette grande respiration forcée offerte à la Terre a également largement profité aux océans : l’arrêt des ferries, des transports maritimes et même de la pêche a fait planer un calme soudain sur et sous les eaux : la lagune de Venise n’a jamais été aussi claire et on a pu y découvrir la nage de bancs de poissons, deux rorquals ont fait une petite promenade dans les calanques de Marseille et quelques dauphins se sont aventurés dans le port de Cagliari en Sardaigne.  

Et en même temps … la production de plastique a repris de plus belle : contenants à usage unique, plexiglas utilisé en barrières à postillons… Comment nous comporterons-nous avec les déchets qui en découleront et sont hautement toxiques pour les océans ? On commence à recueillir sous les eaux masques et gants que notre inconséquence précipite dans la mer ! Savons-nous que 80%(1)  du plastique produit et consommé à terre se retrouve dans les océans ? Est-ce qu’un répit de quelques semaines va cacher des années de pollution marine ? On estime qu’un masque va mettre de l’ordre de 400 ans pour se décomposer dans la mer.

Cette crise a mis par ailleurs en lumière l’importance de la science et de la recherche fondamentale. C’est bien grâce à elles que nous trouverons la solution à cette pandémie et aux autres qui pourraient se produire. Or il est un espace encore inconnu où la recherche vient tout juste de pénétrer(2). En effet, à ce jour, seulement 240 000 espèces marines ont été décrites alors que les scientifiques estiment leur nombre entre 500 000 et plus de 10 millions (estimations qui n’englobent pas le monde microbien, dont le nombre d’espèces approcherait la dizaine de milliards)(3).  

C’est la mission de l’ONG Tara Océan qui développe une science de l’océan de haut niveau, en collaboration avec des laboratoires internationaux d’excellence, pour explorer, comprendre et anticiper les bouleversements liés aux risques climatiques et environnementaux. 
Grâce à cette fondation française reconnue d’utilité publique on a par exemple mieux compris comment le plancton était essentiel dans la captation du Co2 de l’atmosphère par les océans(3), ou bien que la dégradation des déchets en micro particules se fait déjà dans les fleuves et que - décidemment - la solution du plastique dans les océans est sur terre, en développant sa collecte et son recyclage(5).  Il y a donc bien urgence à davantage développer et soutenir la recherche du milieu marin : on y trouvera certainement des informations susceptibles de préserver l’humanité et sans doute aussi notre planète. 

A l’instar de l’ONU et la communauté mondiale qui ont fait de la préservation des océans l’un des 17 objectif de développement durable, faisons des mers une responsabilité commune et transmettons aussi à nos enfants l’envie d’explorer et de protéger cet écosystème vital. 
 

- - - - - - - - - - 

1. Réf : Tara Océans 

2. On considère l’expédition du HMS Challenger de 1870 comme la 1ère expédition scientifique des océans : elle a permis de découvrir que contrairement à ce qu’on pensait il y avait des formes de vie dans les abysses. 

3. Source : IFREMER : https://wwz.ifremer.fr/Expertise/Eau-Biodiversite/Biodiversite-Marine

4. Pour en savoir plus : https://oceans.taraexpeditions.org/m/science/les-resultats/plankton-networks-driving-carbon-export-in-the-oligotrophic-ocean/

5. Pour en savoir plus : https://oceans.taraexpeditions.org/m/science/les-actualites/cp-retour-missionmicroplastiques2019/
 

Claire Douchy Responsable des offres philanthropiques et ISR Société Générale Private Banking