Clientèle privée Intermédiaires financiers

Devenir client

Vous êtes déjà client ? Nous vous invitons à contacter votre banquier privé. 
Vous n’êtes pas client mais aimeriez en savoir plus ? Merci de remplir le formulaire ci-dessous.

Contacts locaux

France : +33 (0) 1 42 14 20 00 (9h - 17h)
Luxembourg : +352 47 93 11 1 (8h30 - 18H00)
Monaco : +377 97 97 58 00 (9h/12h - 14h/17h)
Suisse : Genève au +41 22 819 02 02
et Zurich au +41 44 218 56 11 (8h30 - 17h30)

Vous souhaitez nous contacter au sujet de la protection de vos données personnelles ?

Merci de bien vouloir contacter le Délégué à la Protection des Données de Société Générale Private Banking France en envoyant un email à l'adresse suivante : protectiondesdonnees@societegenerale.fr.

Merci de bien vouloir contacter Bieneke Russon, Délégué à la Protection des Données de Société Générale Bank & Trust Luxembourg par téléphone : +352-47.93.93.11.5046 ou en envoyant un email à l'adresse suivante : lux.dpooffice@socgen.com.

Merci de bien vouloir contacter Julien Garnier, Délégué à la Protection des Données de Société Générale Private Banking Monaco en envoyant un email à l'adresse suivante : list.mon-privmonaco-dpo@socgen.com

Merci de bien vouloir contacter Omar Otmani, Délégué à la Protection des Données de Société Générale Private Banking Suisse en envoyant un email à l'adresse suivante : sgpb-gdpr.ch@socgen.com.

Vous souhaitez faire une réclamation ?

Merci de bien vouloir adresser votre réclamation à Société Générale Private Banking France en envoyant un email à : FR-SGPB-Relations-Clients@socgen.com ou un courrier à l'adresse suivante : 

Société Générale Private Banking France
Direction Commerciale
29 boulevard Haussmann CS 614
75421 Paris Cedex 9

Société Générale Private Banking France s’engage à accuser réception de votre réclamation dans un délai de dix jours ouvrables à compter de la date de sa réception et à vous apporter une réponse dans un délai de deux mois à compter de cette même date. Si nous ne sommes pas en mesure de respecter ce délai de 60 jours, vous en serez informé par courrier.
 

En dernier recours, vous pouvez saisir gratuitement, selon la nature de votre réclamation 

 

Le Médiateur auprès de Société Générale

Il s'engage à étudier votre dossier au vu de votre position et de celle de la banque, à apprécier les arguments des parties et à prendre une décision fondée sur l'équité. Le Médiateur vous répondra directement dans un délai maximum de deux mois.

Vous pouvez saisir le Médiateur auprès de Société Générale par voie électronique sur le site internet du Médiateur : mediateur.societegenerale.fr ou en adressant un courrier à l’adresse suivante :

Le Médiateur auprès de Société Générale
17 cours Valmy
92987 Paris La Défense Cedex 7

 

Le Médiateur de l’Autorité des Marchés Financiers

Vous pouvez saisir le Médiateur de l’Autorité des Marchés Financiers en adressant un courrier à l’adresse suivante :

Le Médiateur de l’Autorité des Marchés Financiers
17 Place de la Bourse
75082 Paris Cedex 2

 

Le Médiateur des Assurances

Vous pouvez saisir le Médiateur des Assurances : ses coordonnées doivent être mentionnées aux termes de votre contrat d’assurance.

Afin d’assurer un traitement optimal de vos demandes, toute réclamation auprès de notre établissement peut être adressée à l'adresse suivante :

Service réclamations Banque privée
11, Avenue Emile Reuter
L-2420 Luxembourg

La Banque s’engage à accuser réception de votre demande dans les 10 jours suivant sa date de réception et à vous apporter une réponse dans un délai maximum de 30 jours à compter de sa réception. Si votre demande devait nécessiter un délai de traitement supplémentaire (recherches complexes…), nous vous en informerons endéans ce même délai de 30 jours.

Dans  l’hypothèse où la réponse qui vous est apportée ne correspondrait pas à vos attentes, nous vous informons de la possibilité :

En premier lieu, d’adresser à la Direction de Société Générale Bank & Trust en charge du traitement des réclamations, votre demande à l’adresse suivante :

Secrétariat Général de Société Générale Bank & Trust
11, Avenue Emile Reuter
L-2420 Luxembourg

En second lieu, si la réponse de la Direction en charge du traitement des réclamations ne permet pas de clore la réclamation, de disposer de la faculté de saisir l’Autorité de tutelle de SGBT, la Commission de Surveillance du Secteur Financier (CSSF) :

Par courrier : 283, Route d’Arlon L-1150 Luxembourg
Par courriel : direction@cssf.lu

Afin d’assurer un traitement optimal de vos demandes, toute réclamation auprès de notre établissement peut être adressée soit par e-mail à l’adresse suivante : servicequalite.privmonaco@socgen.com ou par courrier à notre service dédié :

Societe Generale Private Banking Monaco
Middle Office – Service Réclamation 
11 avenue de Grande Bretagne 
98000 Monaco

La Banque s’engage à accuser réception de votre demande dans les 2 jours suivants sa date de réception et à vous apporter une réponse dans un délai maximum de 10 jours à compter de sa réception. Si votre demande devait nécessiter un délai de traitement supplémentaire (recherches complexes…), nous vous en informerons endéans ce même délai de 30 jours. 

Dans l’hypothèse où la réponse qui vous est apportée ne correspondrait pas à vos attentes, nous vous informons de la possibilité d’adresser à la Direction de Société Générale Private Banking Monaco en charge du traitement des réclamations, votre demande à l’adresse suivante : 

Secrétariat Général de Societe Generale Private Banking Monaco 
11 avenue de Grande Bretagne
98000 Monaco

Toute réclamation auprès de notre établissement peut être adressée par messagerie électronique à l’adresse suivante : sgpb-reclamations.ch@socgen.com.

Les clients peuvent également avoir recours à l’Ombudsman des banques suisses dont les coordonnées figurent sur le site www.bankingombudsman.ch

 

Festival Photo Days à Paris - rencontre avec Emmanuelle de L'Ecotais, fondatrice et directrice

Laurent Issaurat, Responsable de notre service Art Banking, a interviewé Emmanuelle de L’Ecotais, fondatrice et directrice de Photo Days, un festival parisien qui fait dialoguer la photographie contemporaine et les lieux atypiques. Son édition 2022 a lieu du 15 octobre au 11 novembre.

Depuis trois ans, le festival Photo Days fait dialoguer photographie contemporaine et lieux atypiques, à Paris et en Ile-de-France. Laurent Issaurat, Responsable des services Art Banking chez Société Générale Private Banking, a rencontré sa fondatrice et directrice, Emmanuelle de L’Ecotais. Elle nous raconte avec passion la genèse de ce festival, dont les contours ont été très liés aux contraintes imposées par la crise sanitaire, et nous offre une plongée dans les rendez-vous phares de l’édition en cours, de la secrète rotonde Balzac, à l’hôtel de Sauroy, dans le Marais, en passant par le Musée de l’Armée, le Centre Pompidou et les galeries de Saint-Germain-des-Près… Ce panorama très complet de Photo Days 2022 (15 octobre – 11 décembre) est à lire ci-dessous ou à écouter.

Laurent Issaurat : Bonjour, je m’appelle Laurent Issaurat, je suis en charge des activités Art Banking de Société Générale Private Banking. Nous avons aujourd’hui le grand plaisir de recevoir Emmanuelle de L’Ecotais. Emmanuelle de L’Ecotais a fondé et dirige le festival de photographie Photo Days, dont la première édition remonte à 2020. 2022 sera donc la troisième édition de ce formidable festival, qui se tient principalement à Paris, mais pas exclusivement, d’après ce que j’ai compris. Emmanuelle de L’Ecotais a derrière elle une longue carrière dans le monde de l’art : elle est historienne de l’art et conservatrice du Musée National d’Art Moderne, département Photographie, ainsi qu’au sein du Musée d'Art Moderne de la ville de Paris depuis vingt-cinq ans. Emmanuelle, je vous souhaite la bienvenue aujourd'hui parmi nous !

Emmanuelle de L’Ecotais : Merci beaucoup, je suis ravie d'être là.

Laurent Issaurat : Nous sommes très heureux de vous recevoir aujourd'hui pour parler de ce festival. Pourriez-vous nous dire quelques mots de la genèse de Photo Days, comment est née l’idée de ce festival ?

Emmanuelle de L’Ecotais : L’idée de ce festival est née du fait que le Mois de la Photo, qui a existé pendant quasiment trente ans en France et qui était à l'origine ce qu’aujourd'hui tout le monde connaît sous le nom de Paris Photo, a disparu en avril 2017. Ce Mois de la Photo a vraiment précédé les foires de la photographie. Il m'a semblé que cela avait laissé un grand vide dans notre vie culturelle française et parisienne en particulier, et donc j'ai eu envie de le relancer. L'idée, n'était évidemment pas de faire exactement la même chose. Comme vous le savez sans doute, le Mois de la Photo était une biennale et puis régulièrement, il y avait un thème. Donc l'idée, c'était vraiment d'inventer quelque chose de nouveau. Par ailleurs, c'était un contexte assez particulier. Ma première ambition était d'ouvrir des lieux habituellement fermés au public pour faire des commandes à des artistes qui entrent en résonance avec l'histoire de ces lieux. Cela se voulait donc être un « petit » festival, on va dire, mais un vrai soutien à la création contemporaine. Et puis l'actualité en a décidé autrement puisque le COVID est arrivé au moment où je mettais en place ce festival et qu’il s'est avéré impossible d’ouvrir ces lieux atypiques. En revanche, au moment de la crise sanitaire, soutenir les galeries, notamment, s’est révélé absolument nécessaire. Et donc, en plus de cette ambition d'ouvrir des lieux atypiques, c'est devenu aussi un parcours à travers les galeries parisiennes, qui, comme elles étaient considérées comme des commerces de proximité, ont eu le droit d'ouvrir après le premier confinement, dès le 1er décembre 2020. Donc c'est vraiment ce contexte très particulier qui a changé la face du festival tel que je l'avais imaginé à l'origine.

Laurent Issaurat : Et on imagine bien, et on comprend de ce que vous dites, que parmi les participants il y a des institutions, des lieux que vous qualifiez d’« atypiques ». Pouvez-vous nous dire ce que vous entendez par-là, également au sujet des galeries ? Pourriez-vous nous parler un peu plus, de ces galeries, justement ? De combien parle-t-on, où sont-elles situées, est-ce à Paris intramuros principalement, quelles sont les institutions… Et pourriez-vous revenir aussi sur cette idée de lieu « atypique » en général : de quoi parle-t-on précisément ? Pourriez-vous nous donner quelques exemples ?

Emmanuelle de L’Ecotais : Le premier exemple qui est pour nous, déjà un exemple historique parce qu'il est récurrent depuis trois ans, c'est la rotonde Balzac. Cette rotonde est située dans les jardins de l'hôtel de Rothschild à Paris, dans le 8ème arrondissement, et est connue pour avoir été pendant de nombreuses années le Centre national de la Photographie. Typiquement, c'était un lieu absolument méconnu des Parisiens en général, même du monde culturel, puisque même le directeur de la Maison de Balzac, qui est située dans le 16ème arrondissement, Yves Gagneux, n'avait jamais entendu parler de cette construction. Et pour cause, puisque depuis un siècle, en fait cette petite rotonde, qui avait été construite par la baronne de Rothschild, était fermée et servait de hangar au jardinier, pour vous dire... Tout le travail de Photo Days a été de faire vivre à nouveau ce lieu et de le faire connaître en faisant appel à des artistes contemporains, en leur demandant de réfléchir à Balzac. Donc voilà un exemple assez parfait, je dirais, de ce qu'on arrive à faire aujourd’hui. On a un lieu qui est très compliqué parce qu’il vient d'être restauré, en 2020 ; on ne peut absolument pas ni percer les murs, ni percer le plancher ; tout est entièrement restauré à l'identique pour cette petite rotonde… et donc il faut s'adapter au lieu. C'est la première contrainte, physique et technique, qui est assez importante pour les artistes. Et l'autre chose, c'est que je demande toujours aux artistes de nous donner leur vision de Balzac. Ainsi, en trois ans, nous aurons eu trois propositions et même une quatrième cette année, puisqu’en 2022 nous avons deux expositions dans la rotonde Balzac. A chaque fois, nous avons une lecture différente de Balzac qui est faite par un artiste contemporain. Donc c'est un exemple assez caractéristique de ce que j'essaye de développer dans le cadre de Photo Days, c'est-à-dire, faire connaître un lieu. C’est un peu le mélange des Journées du Patrimoine et du soutien à la création contemporaine, en demandant à des artistes de dialoguer avec un lieu. On respecte le lieu, on ne s'en sert pas comme d'une boîte blanche, bien au contraire, on le met en valeur et on raconte une autre histoire à travers lui, tout en faisant une vraie commande à un artiste contemporain. Nous avons eu Alkis Boutlis qui est un artiste grec, l'année dernière, nous avons eu Daniel Blaufuks et cette année nous avons Yann Toma, en ce moment, et en novembre nous aurons Jean-Michel Fauquet.

Laurent Issaurat : Et parmi ces lieux atypiques, pour donner un ordre d'idée, combien y en a-t-il au programme, aujourd'hui ?

Emmanuelle de L’Ecotais : Alors cette année, nous avons également un lieu qui s'appelle weare_, est un club privé, un peu à l'anglaise, qui se situe rue du Faubourg Saint-Honoré et qui est, par définition, un lieu fermé au public. C’est l'ancien Musée du Parfum, qui avant d'avoir été le Musée du Parfum a été la Maison Christian Lacroix… donc, c'est un lieu qui est assez chargé d’histoire également. Ce club weare_ est partenaire de Photo Days aussi depuis l'année dernière et cette année, nous y exposons une artiste qui s'appelle Nancy Wilson-Pajic. C’est une artiste américaine qui vit en France depuis 1978, qui est une grande dame de la photographie, qui a eu des expositions au Centre Pompidou dès les années 1980 mais qui a été complétement oubliée depuis, malheureusement. Donc, là, on remet un peu à l'honneur son travail qui est un travail plasticien extrêmement fondateur, très avant-gardiste dans sa réutilisation des procédés photographiques, notamment du 19ème siècle. C'est une des expositions, nous produisons cette année.

Nous avons également mis en place un partenariat avec le Festival Planche Contact, qui est un festival à Deauville. Nous avons commissionné Georges Rousse pour réaliser deux installations à Deauville dans l'ancien Yacht Club. Nous avons donc produit les œuvres sur place. Le travail de Georges Rousse consiste en résumé à investir des lieux désaffectés dans lesquels il réalise une peinture qui est en fait un trompe-l’-œil - une forme d'anamorphose [image déformée que donne un miroir courbe et représentation de cette image]. Et donc l’œuvre qui reste est une photographie. Et ces photographies, nous les montrons à Paris en ce moment chez Nespresso, dans le cadre du parcours Saint-Germain-des-Prés, que Photo Days organise également. Le parcours Saint-Germain est aussi une nouveauté cette année : il investit des boutiques de luxe et des cafés parisiens.

Un autre lieu atypique que nous avons investi l'année dernière était la gare de l'Est. Nous avions demandé à Noémie Goudal de réaliser une installation in situ, sur une des grandes verrières de la façade de la gare. Une toile photographique avait remplacé la verrière et cette année, nous la recyclons en tote bags. Ainsi, l'histoire se poursuit un peu. On essaie de faire attention à ce qu'on fait, à recycler tout ce qu'on réalise. La gare de l'Est, est quelque chose de très compliqué à monter pour plein de raisons. Ce sont des installations que je souhaiterais refaire mais que je ne pourrais pas programmer à chaque édition car c'est trop lourd à gérer.

Enfin, pour revenir à cette année, nous avons une exposition de la Fondation Photo4Food dans l'espace photographique de l’hôtel de Sauroy, dans le Marais. La Fondation Photo4Foot s’est donné pour mission de mettre l'art au service des autres. Je suis très investie dans cette fondation à titre personnel. L’idée est d'aller solliciter des photographes qui donnent des photographies à la fondation, et quand cette dernière vend les photos, 100% des bénéfices vont à des associations qui distribuent des repas. Photo4Food est abritée par l'Institut de France et est parrainée par Sebastião Salgado. Elle existe seulement depuis deux ans, mais elle est très active. Quand vous achetez une photo 100€, il y a cent repas qui sont distribués, par exemple, par les Restos du cœur. Photo4Food veut remercier les artistes qui sont généreux avec elle et valorise leur travail ; nous avons publié un livre l'année dernière, et cette année, nous faisons cette exposition à l’hôtel de Sauroy, dédiée à leur œuvre, dans le cadre de Photo Days.

Laurent Issaurat : C'est une magnifique idée, formidable, bravo vraiment ! Et l'an dernier Photo Days, c'était aussi une série de circuits, de visites de galeries. Est-ce que le principe a été retenu pour cette nouvelle édition 2022 ?

Emmanuelle de L’Ecotais : Absolument ! En 2020, on avait commencé avec une trentaine de galeries dans Paris. L'année dernière, on est passé à cinquante-cinq galeries dans Paris et la première couronne, c'est à dire même Pantin et Romainville, par exemple. Cette année on continue parce que cela a énormément de succès. Le principe de Photo Days est vraiment d'inciter toutes les nouvelles générations à passer le cap et à entrer dans ces galeries. Souvent, elles sont réputées pour être des lieux un peu fermés, comme les boutiques de luxe finalement…  Boutiques luxe qui essayent, on le voit, de se diversifier et de faciliter leur accès… Très souvent, les gens n'osent pas franchir la porte des galeries pensant que ce sont des lieux exclusifs. En réalité, ce n’est pas du tout le cas ! C’est ce dont on s'est rendu compte dès 2020 d'ailleurs : on a amené énormément de gens à franchir la porte de ces lieux. On y découvre énormément de choses et notamment qu’elles font un travail sur l’art historique. Dans le milieu de l’art, nous avons connaissance de ce travail, mais, très souvent, le grand public ne le sait pas. Et il faut souligner que les galeries sont complétement gratuites, contrairement à la plupart des musées. Et ce n’est pas parce que vous rentrez dans une galerie que vous devez acheter quelque chose, bien au contraire... Donc c’est quelque chose nous avons facilité, je pense, grâce à ces visites que nous avons organisées. Ce sont des parcours un peu à la carte, organisés en petits groupes. C'est le COVID qui a voulu ça, mais finalement, ça s'est avéré être une excellente chose. On constitue des groupes de dix à douze personnes maximum et on fait des parcours par quartier ou alors par thème. Nous proposons ces parcours sur notre site Internet, ils sont ouverts à tous, gratuits. Nous guidons les gens à travers les galeries en leur expliquant le travail des artistes, nous expliquons ce qu'est un tirage photo, pourquoi il est numéroté, etc… Grâce à ça, on incite énormément de gens à peut-être à démarrer une collection de photos. En effet, on s'est rendu compte que la photographie faisait très souvent peur aux jeunes collectionneurs, justement parce que la technique, l'édition, les angoissent un petit peu. Donc on fluidifie d'une certaine manière le lien entre les galeries et le public en général. Les parcours sont donc bien sûr une initiative que nous continuons.

Laurent Issaurat : C'est vraiment très clair, merci beaucoup. Et d’un point de vue pratique, le festival va durer plusieurs semaines, n'est-ce pas ? Quelle est la date de démarrage et quand se termine-t-il ?

Emmanuelle de L’Ecotais :  Cette année, le festival, s'est un peu étendu dans le temps car, encore une fois, on s'est rendu compte avec le COVID, par la force des choses, qu’il valait mieux prendre un peu plus de temps plutôt que de raccourcir. Avec le premier confinement, on avait été amené à durer deux mois et finalement on s'est aperçu que les gens préféraient que ça soit plus long. Donc cette année, on commence le 15 octobre et on dure jusqu'au 11 décembre, avec deux thématiques. Ou plutôt une thématique et puis une « non -thématique » … La première thématique s’appelle « Photo pas Photo » ; elle tisse tous les liens entre la photographie et l'art contemporain. Par exemple, nous sommes sur de la photographie qui devient de la sculpture, de la peinture qui ressemble à de la photo, de la photo qui ressemble à de la peinture, etc… ça, c'est jusqu’au 7 novembre. Et à partir du 7 novembre et jusqu'au 11 décembre, tous les genres de la photographie sont bienvenus et il n'y a pas du tout de thématique. Là aussi, cela répond à une demande des galeries face à une forme de contrainte : toutes les programmations ayant été bousculées par la crise sanitaire, nous avons été amenés à ouvrir le champ au maximum, de manière à n’imposer aucune contrainte à l’entrée du festival. Donc, sur cette « non-thématique », tout est ouvert et toutes les galeries qui souhaitent entrer dans Photo Days sont les bienvenues. Et, je précise qu’avec Photo Days, nous ne sommes pas sur une logique de tri ou de choix. En l'occurrence, je ne fais pas de choix scientifique, il n’y a pas de comité, voyez, qui réfléchit à qui on accepte et qui on n’accepte pas. Avec Photo Days, c'est plutôt la générosité qui fait loi ! Donc, tout le monde est le bienvenu et on essaie, justement, ensuite, d'adapter nos parcours dans les galeries à la diversité de nos propositions.

Laurent Issaurat : Oui, effectivement, on peut imaginer que les artistes, leurs pratiques, doivent être formidablement divers en termes d'origines… Sont-ils internationaux ?

Emmanuelle de L’Ecotais : Oui, absolument. Il se trouve que nous nous mettons également en place un partenariat avec toutes les institutions parisiennes. Finalement, Phot Days arrive à fédérer et à servir de plateforme à tous les événements photos parisiens de l'automne. Donc, si par exemple vous souhaitez avoir l'opportunité de faire une visite des collections photos du Musée de l'Armée, sachez que nous organisons une visite privée de ces collections. Si vous voulez avoir une visite privée d'une exposition au Centre Pompidou, on en a quelques-unes aussi. On met en place des partenariats avec les institutions, et dans ce cadre-là, les institutions ont bien sûr leur propre programmation – c’est la même chose pour les galeries. Donc évidemment la diversité des propositions est immense et vous avez des artistes internationaux et des artistes français. De ce point de vue, nous sommes très ouverts, effectivement.

Laurent Issaurat : En effet, nous avons été très impressionnés l'an dernier par la profondeur du programme proposé par Photo Days... Emmanuelle de L’Ecotais, je voudrais vous remercier très sincèrement et chaleureusement, pour cet éclairage que vous nous avez donné. J'espère que cette interview suscitera l'envie de venir découvrir ce magnifique festival qu’est Photo Days.  Emmanuelle, je vous remercie !

Emmanuelle de L’Ecotais : Mais c'est moi qui vous remercie ! Et puis je serai ravie de proposer des visites guidées personnalisées, etc. ça serait un grand plaisir de faire ça en vrai avec le maximum de personnes possible. !

Laurent Issaurat : Fantastique ! Sur cette note, je pense que nous allons conclure, et encore une fois, merci Emmanuelle. Et je remercie nos auditeurs et auditrices pour leur attention… et je vous dis à bientôt !

Emmanuelle de L’Ecotais : Au revoir, merci beaucoup !

 


Les informations contenues dans ce contenu audio sont données à titre indicatif, peuvent être modifiées sans préavis, et visent à communiquer des éléments pouvant être utiles à une prise de décision. Les informations sur les performances passées éventuellement reproduites ne garantissent en aucun cas les performances futures. 
Le prix et la valeur des investissements ainsi que les revenus qui en dérivent peuvent fluctuer, à la hausse comme à la baisse. Les variations de l’inflation, de taux d’intérêts et de taux de change peuvent avoir des effets négatifs sur la valeur, le prix et le revenu des investissements libellés dans une devise différente de celle de l’investisseur. Les éventuels simulations et exemples contenus dans cette publication sont fournis à titre indicatif et à des fins d’illustration uniquement. La présente information peut être modifiée en fonction des fluctuations des marchés, et les informations et avis mentionnés dans cette publication peuvent être amenés à évoluer. Aucune entité Société Générale Private Banking ne s’engage à actualiser ni à modifier la présente publication, qui peut devenir obsolète après avoir été écoutée, et n’assumera aucune responsabilité à cet égard.

Les offres liées aux activités et aux informations patrimoniales et financières évoquées dans le présent contenu audio dépendent de la situation personnelle de chaque client, de la législation qui lui est applicable ainsi que de sa résidence fiscale. Il est de la responsabilité de l’investisseur potentiel de s’assurer avec ses conseils juridiques et fiscaux qu’il respecte les dispositions légales et réglementaires de la juridiction concernée. Ce contenu audio n’est en aucune manière destiné(e) à être écouté aux Etats-Unis, ni par un résident fiscal américain, ni par une personne ou dans une juridiction pour laquelle une telle diffusion serait restreinte ou illégale.

Les offres liées aux activités et aux informations patrimoniales et financières présentées peuvent ne pas être adaptées ou autorisées au sein de toutes les entités Société Générale Private Banking. En outre, l’accès à certaines de ces offres est soumis à des conditions notamment d’éligibilité.
Certaines offres liées aux activités et aux informations patrimoniales et financières citées peuvent présenter divers risques, impliquer une perte potentielle de la totalité du montant investi voire une perte potentielle illimitée, et n’être en conséquence réservées qu’à une certaine catégorie d’investisseurs, et/ou n’être adaptées qu’à des investisseurs avertis et éligibles à ces types d’offres. 

Avant toute souscription d'un service d’investissement, d'un produit financier ou d’un produit d’assurance, selon le cas et la législation applicable, l’investisseur potentiel sera interrogé par son banquier privé au sein de l’entité Société Générale Private Banking dont il est client sur ses connaissances, son expérience en matière d’investissement, ainsi que sur sa situation financière y  compris sa capacité à subir les pertes, et ses objectifs d’investissement  y compris sa tolérance aux risques, afin de déterminer avec lui s'il est éligible à souscrire le/les produit(s) financier(s) et/ou le/les service(s)  d’investissement envisagé(s) et si le(s) produit(s) ou le/les service(s) d’investissement est/sont compatible(s) avec son profil  d'investissement.
L’investisseur potentiel devra également (i) prendre connaissance de l’ensemble des informations contenues dans la documentation détaillée du service ou produit envisagé (document intitulé « informations clés pour l’investisseur », prospectus, règlement, statuts, document intitulé « informations clés pour l’investisseur », Term sheet, notice d’information, conditions contractuelles, …),  notamment celles liées aux risques associés; et (ii) consulter ses conseils juridiques et fiscaux pour apprécier les conséquences juridiques et le traitement fiscal du produit ou service envisagé. Il est rappelé que la souscription d'un service d’investissement, d'un produit financier ou d’un produit d’assurance peut avoir des conséquences fiscales et Société Générale Private Banking ne fournit pas de conseil fiscal. Son banquier privé sera également à sa disposition pour lui fournir de plus amples informations, déterminer avec lui s’il est éligible au produit ou service envisagé qui peut être soumis à des conditions, et s’il répond à ses besoins. 

En conséquence, aucune entité relevant de Société Générale Private Banking ne peut en aucun cas être tenue responsable pour toute décision prise par un investisseur sur la base des seules informations contenues dans ce contenu audio.

Cette ce contenu audio est confidentiel(le), destiné(e) exclusivement à la personne qui la/le consulte, et ne peut être communiqué(e) ni porté(e) à la connaissance de tiers, ni reproduit(e) totalement ou partiellement, sans accord préalable et écrit de l’entité Société Générale Private Banking concernée. 

Le groupe Société Générale maintient effective une organisation administrative prenant toutes les mesures nécessaires pour identifier, contrôler et gérer les conflits d’intérêts. A cet effet, les entités Société Générale Private Banking ont mis en place une politique de gestion des conflits d’intérêts permettant de gérer et prévenir les conflits d’intérêts. Pour plus de détails, les clients de Société Générale Private Banking peuvent se reporter à la politique de gestion des conflits d'intérêts disponible sur simple demande auprès de leur banquier privé. 
Société Générale Private Banking a également mis en place une politique de traitement des réclamations formulées par ses clients, disponible sur simple demande auprès de leur banquier privé ou sur le site Internet de Société Générale Private Banking.

AVERTISSEMENTS SPÉCIFIQUES PAR JURIDICTION 
France : Sauf indication contraire expresse, le présent document est publié et distribué par Société Générale, banque française autorisée et supervisée par l’Autorité de Contrôle Prudentiel et de Résolution, sise 4, place de Budapest, CS 92459, 75436 Paris Cedex 09, sous la supervision prudentielle de la Banque Centrale Européenne (« BCE ») et enregistrée auprès de l’ORIAS en qualité d’intermédiaire en assurance sous le numéro 07 022 493 orias.fr. Société Générale est une société anonyme française au capital de 1 066 714 367,50 EUR au 1er août 2019, dont le siège social est situé 29, boulevard Haussmann, 75009 Paris, et dont le numéro d'identification unique est 552 120 222 R.C.S. Paris. De plus amples détails sont disponibles sur demande ou sur www.privatebanking.societegenerale.com.

Luxembourg : Le présent document est distribué au Luxembourg par Société Générale Luxembourg, société anonyme enregistrée auprès du registre de commerce et des sociétés de Luxembourg sous le numéro B 6061 et établissement de crédit autorisé et régi par la Commission de Surveillance du Secteur Financier (« CSSF »), sous la supervision prudentielle de la Banque Centrale Européenne (« BCE »), et dont le siège social est sis 11, avenue Émile Reuter – L 2420 Luxembourg.  De plus amples détails sont disponibles sur demande ou sur www.societegenerale.lu. Aucune décision d’investissement quelle qu’elle soit ne pourrait résulter de la seule lecture de ce document. Société Générale Luxembourg n’accepte aucune responsabilité quant à l’exactitude ou autre caractéristique des informations contenues dans ce document. Société Générale Luxembourg n’accepte aucune responsabilité quant aux actions menées par le destinataire de ce document sur la seule base de ce dernier, et Société Générale Luxembourg ne se présente pas comme fournissant des conseils, notamment en ce qui concerne les services d’investissement. Les opinions, points de vue et prévisions exprimées dans le présent document (y compris dans ses annexes) reflètent les opinions personnelles de l’auteur/des auteurs et ne reflètent pas les opinions d’autres personnes ou de Société Générale Luxembourg, sauf indication contraire. Ce document a été élaboré par Société Générale.  La CSSF n’a procédé à aucune analyse, vérification ou aucun contrôle sur le contenu du présent document.   

Monaco : Le présent document est distribué à Monaco par Société Générale Private Banking (Monaco) S.A.M., sise 11 avenue de Grande Bretagne, 98000 Monaco, Principauté de Monaco, régie par l’Autorité de Contrôle Prudentiel et de Résolution et la Commission de Contrôle des Activités Financières. Les produits financiers commercialisés à Monaco peuvent être réservés à des investisseurs qualifiés conformément aux dispositions de la loi n° 1.339 du 07/09/2007 et de l’Ordonnance Souveraine n° 1.285 du 10/09/2007.  De plus amples détails sont disponibles sur demande ou sur www.privatebanking.societegenerale.com.

Suisse : Le présent document est distribué en Suisse par SOCIETE GENERALE Private Banking (Suisse) SA (« SGPBS »), dont le siège se trouve à la rue du Rhône 8, CH-1204 Genève.  SGPBS est une banque autorisée par l’Autorité fédérale de surveillance des marchés financiers (« FINMA »). Les placements collectifs et les produits structurés ne peuvent être offerts que conformément à la Loi fédérale sur les placements collectifs de capitaux (Loi sur les placements collectifs, LPCC) du 23 juin 2006 respectivement les Directives de l’Association suisse des banquiers (ASB) concernant l’information des investisseurs sur les produits structurés.  De plus amples détails sont disponibles sur demande auprès de SGPBS ou sur www.privatebanking.societegenerale.com.  

Le présent document n’est pas distribué par les entités du groupe Kleinwort Hambros qui agissent sous la marque « Kleinwort Hambros » au Royaume-Uni (SG Kleinwort Hambros Bank Limited), à Jersey et Guernesey (SG Kleinwort Hambros Bank (CI) Limited) et à Gibraltar (SG Kleinwort Hambros Bank (Gibraltar) Limited). En conséquence, les informations communiquées et les éventuelles offres, activités et informations patrimoniales et financières présentées ne concernent pas ces entités et peuvent ne pas être autorisées par ces entités ni adaptées sur ces territoires. De plus amples informations sur les activités des entités de la banque privée de Société Générale situées sur les territoires du Royaume-Uni, des îles anglo-normandes et de Gibraltar, incluant des informations complémentaires de nature légale et réglementaire, sont disponibles sur www.kleinworthambros.com.

Laurent Issaurat

Posez-nous vos questions

Contactez-nous