Clientèle privée Intermédiaires financiers

Devenir client

Vous êtes déjà client ? Nous vous invitons à contacter votre banquier privé. 
Vous n’êtes pas client mais aimeriez en savoir plus ? Merci de remplir le formulaire ci-dessous.

Contacts locaux

France : +33 (0) 1 53 43 87 00 (9h - 18h)
Luxembourg : +352 47 93 11 1 (8h30 - 17h30)
Monaco : +377 97 97 58 00 (9h/12h - 14h/17h)
Suisse : Genève au +41 22 819 02 02
et Zurich au +41 44 218 56 11 (8h30 - 17h30)

Vous souhaitez nous contacter au sujet de la protection de vos données personnelles ?

Merci de bien vouloir contacter le Délégué à la Protection des Données de Société Générale Private Banking France en envoyant un e-mail à l'adresse suivante : protectiondesdonnees@societegenerale.fr.

Merci de bien vouloir contacter le Délégué à la Protection des Données de Société Générale Luxembourg en envoyant un e-mail à l'adresse suivante : lux.dpooffice@socgen.com

Pour les clients résidant en Italie, merci de bien vouloir contacter le prestataire externe BDO en charge de la Protection des Données en envoyant un e-mail à l’adresse suivante :    lux.dpooffice-branch-IT@socgen.com

Merci de bien vouloir contacter le Délégué à la Protection des Données de Société Générale Private Banking Monaco en envoyant un email à l'adresse suivante : list.mon-privmonaco-dpo@socgen.com

Merci de bien vouloir contacter le Délégué à la Protection des Données de Société Générale Private Banking Suisse en envoyant un e-mail à l'adresse suivante : sgpb-gdpr.ch@socgen.com

Vous souhaitez faire une réclamation ?

Société Générale Private Banking a l’ambition de vous apporter la meilleure qualité de service possible. Toutefois, des difficultés peuvent parfois survenir dans le fonctionnement de votre compte ou dans l’utilisation des services mis à votre disposition.

Votre banquier privé  est votre interlocuteur privilégié pour recueillir et traiter votre réclamation.

En cas de désaccord avec votre banquier privé ou d’absence de réponse de sa part, vous pouvez adresser votre réclamation à la Direction de Société Générale Private Banking France en envoyant un e-mail à : FR-SGPB-Relations-Clients@socgen.com ou un courrier à l'adresse suivante : 

Société Générale Private Banking France
29 boulevard Haussmann CS 614
75421 Paris Cedex 9

Société Générale Private Banking France s’engage à accuser réception de votre réclamation sous 10 (dix) jours ouvrables à compter de la date de sa réception et à vous apporter une réponse dans un délai de 2 (deux) mois à compter de cette même date. Si nous ne sommes pas en mesure de respecter ce délai de 2 (deux) mois, vous en serez informé par courrier. 

En cas de désaccord avec la banque ou d’absence de réponse dans un délai de 2 (deux) mois après l’envoi de votre première réclamation écrite, ou de 15 (quinze) jours ouvrables pour une réclamation portant sur un service de paiement, vous pouvez saisir gratuitement, selon la nature de votre réclamation : 

 

Le Médiateur de la consommation auprès de la Fédération Bancaire Française

Le Médiateur de la consommation auprès de la Fédération Bancaire Française (FBF) est compétent pour les différends relatifs aux services fournis et aux contrats conclus en matière d’opérations de banque (gestion de compte de dépôt, opération de crédit, services de paiement par exemple), de services d’investissement, d’instruments financiers et de produits d’épargne, ainsi qu’à la commercialisation des contrats d’assurance.

Le Médiateur auprès de la FBF vous répondra directement, dans un délai de 90 (quatre-vingt-dix) jours à compter de la date à laquelle il aura reçu tous les documents sur lesquels est fondée la demande. En cas de litige complexe, ce délai peut être prolongé. Le Médiateur auprès de la FBF formulera une position motivée qu’il soumet à l’approbation des deux parties.

Vous pouvez saisir le Médiateur auprès de la FBF par voie électronique sur le site internet du Médiateur : www.lemediateur.fbf.fr ou en adressant un courrier à l’adresse suivante :

Le Médiateur CS 151
75 422 Paris cedex 09

 

Le Médiateur de l’Autorité des Marchés Financiers

Le Médiateur de l’Autorité des Marchés Financiers (AMF) est également compétent pour les différends relatifs aux services d’investissements, d’instruments financiers et de produits d’épargne financière.

Pour ce type de différend, en tant que client consommateur, vous disposez donc d’un choix entre le Médiateur de la consommation auprès de la FBF et le Médiateur de l’AMF. Dès lors que vous avez choisi l’un de ces deux médiateurs, vous ne pouvez plus saisir, pour ce même différend, l’autre Médiateur.

Vous pouvez saisir le Médiateur de l’AMF par voie électronique sur le site internet de l’AMF : www.amf-france.org ou en adressant un courrier à l’adresse suivante :

Le Médiateur de l’Autorité des Marchés Financiers
17 place de la Bourse
75082 Paris Cedex 2

Le Médiateur de l’Assurance

Le Médiateur de l’Assurance est compétent pour les litiges sur l’application ou l’interprétation d’un contrat d’assurance.

Vous pouvez saisir le Médiateur des Assurances en utilisant les coordonnées qui doivent être mentionnées aux termes de votre contrat d’assurance.

Afin d’assurer un traitement optimal de vos demandes, toute réclamation auprès de notre établissement peut être adressée à l'adresse suivante :

Service réclamations Banque privée
11, Avenue Emile Reuter
L-2420 Luxembourg

Ou par e-mail à l’adresse clienteleprivee.sglux@socgen.com et

pour les clients résidant en Italie à l’adresse societegenerale@unapec.it

La Banque s’engage à accuser réception de votre demande dans les 10 jours ouvrables suivant sa date de réception et à vous apporter une réponse dans un délai maximum de 30 jours ouvrables à compter de sa réception. Si votre demande devait nécessiter un délai de traitement supplémentaire (recherches complexes…), nous vous en informerons endéans ce même délai de 30 jours ouvrables.

Dans l’hypothèse où la réponse qui vous est apportée ne correspondrait pas à vos attentes, nous vous informons de la possibilité :

En premier lieu, d’adresser à la Direction de Société Générale Luxembourg en charge du traitement des réclamations, votre demande à l’adresse suivante :

Secrétariat Général de Société Générale Luxembourg
11, Avenue Emile Reuter
L-2420 Luxembourg

En second lieu, si la réponse de la Direction en charge du traitement des réclamations ne permet pas de clore la réclamation, de disposer de la faculté de saisir l’Autorité de tutelle de Société Générale Luxembourg, la Commission de Surveillance du Secteur Financier (CSSF) :

Par courrier : 283, Route d’Arlon L-1150 Luxembourg
Par courriel :
direction@cssf.lu

Afin d’assurer un traitement optimal de vos demandes, toute réclamation auprès de notre établissement peut être adressée soit par e-mail à l’adresse suivante : servicequalite.privmonaco@socgen.com ou par courrier à notre service dédié :

Sociéte Génerale Private Banking Monaco
Middle Office – Service Réclamation 
11 avenue de Grande Bretagne 
98000 Monaco

La Banque s’engage à accuser réception de votre demande dans les 2 jours ouvrables suivant sa date de réception et à vous apporter une réponse dans un délai maximum de 30 jours ouvrables à compter de sa réception. Si votre demande devait nécessiter un délai de traitement supplémentaire (recherches complexes…), nous vous en informerons endéans ce même délai de 30 jours ouvrables. 

Dans l’hypothèse où la réponse qui vous est apportée ne correspondrait pas à vos attentes, nous vous informons de la possibilité d’adresser à la Direction de Société Générale Private Banking Monaco en charge du traitement des réclamations, votre demande à l’adresse suivante : 

Sociéte Génerale Private Banking Monaco
Secrétariat Général 
11 avenue de Grande Bretagne
98000 Monaco

Toute réclamation auprès de notre établissement peut être adressée par messagerie électronique à l’adresse suivante :

sgpb-reclamations.ch@socgen.com

Les clients peuvent également avoir recours à l’Ombudsman des banques suisses dont les coordonnées figurent sur le site :

www.bankingombudsman.ch

 

 

Podcast "L'Art de Collectionner" - Episode #5 : L'art d'estimer

Découvrez le cinquième épisode de notre série de podcasts "L'art de collectionner", dédiée à l'art d'estimer la valeur d'une oeuvre ou d'un objet de collection.

Laurent Issaurat : Bonjour, je suis Laurent Issaurat, Responsable du Service Art Banking de Société Générale Private Banking. J’ai le plaisir de vous présenter notre série de podcasts, « L’Art de Collectionner ». Chaque épisode analyse un enjeu de la détention et de la gestion d’œuvres d’art ou d’objets de collection. Dans ce cinquième épisode nous allons nous intéresser à l’art d’estimer des objets de collection. En effet, la question de la manière dont sont établies les valorisations d’objets de collection se pose fréquemment, par exemple dans le contexte d’une future vente aux enchères, ou dans l’anticipation d’une transmission, ou encore, dans celui de l’assurance d’un objet ou d’une collection entière. Comment ces estimations sont-elles réalisées, selon quels critères, quelles méthodologies ?  Pour répondre à ces questions essentielles et d’autres encore, nous avons le plaisir de recevoir Victoire Gineste, Directrice du Développement et Commissaire Priseur chez Christie’s France(1). Chère Victoire, bonjour, bienvenue à vous.

Victoire Gineste : Bonjour Laurent.

 

Laurent Issaurat : Victoire, j’aimerais vous poser la question de savoir ce qui fait vraiment, au fond, ce qui fait la valeur d’une œuvre d’art ou d’un objet de collection ?

Victoire Gineste :  Laurent, en la matière, une remarque préalable s’impose : attention de ne pas confondre « valeur » et « prix » d’une œuvre d’art. Il faut en effet garder à l’esprit que, ce dont nous parlons dans le contexte d’une maison de vente, est la valeur sur ce que l’on appelle le marché secondaire, c’est-à-dire le prix à la revente. Au-delà de ce prix, un objet peut posséder une valeur émotionnelle, décorative, historique, symbolique - décorrélée de sa valeur financière – donc de son prix. Les œuvres d’art sont par nature des objets uniques et il faut s’intéresser à un faisceau de critères afin de pouvoir les valoriser. Il s’agit au fond de pouvoir se prononcer sur la désirabilité de l’œuvre sur un marché devenu de plus en plus sélectif.

 

Laurent Issaurat : Merci beaucoup Victoire pour cette remarque introductive essentielle. Maintenant, vous parliez de critères d’évaluation, quels sont-ils spécifiquement, comment appréciez-vous ces critères les uns par rapport aux autres ?

Victoire Gineste : Les deux premiers critères sont intrinsèques, propres à chaque œuvre ou chaque objet d’art : il s'agit de sa qualité et de sa rareté. Entrent en compte par exemple la notoriété de son auteur, évidemment son authenticité, sa datation, son format, le sujet représenté ou encore la technique utilisée. Ainsi, au-delà du prestige du nom de l’artiste, le marché privilégie le meilleur de sa production, ce pour quoi il est connu et donc recherché des collectionneurs. Mais des critères plus subjectifs entrent également en ligne de compte. L’évolution du goût et des styles de vie, l’air du temps et certains effets de mode peuvent avoir une influence directe sur le prix d’une œuvre. Tout comme l’écosystème entourant l’artiste : qui le collectionne, qui le défend sur le marché, est-il représenté dans les collections de grands musées, etc. ? La notion de « fraîcheur » a aussi son importance. Si une œuvre est une découverte ou une redécouverte, si elle est restée hors marché pendant plusieurs décennies ou proposée pour la première fois aux enchères, si elle est même absolument inédite sur le marché, elle n’en sera que plus désirable. A contrario, quand une œuvre reparaît trop rapidement en vente publique, elle peut subir une décote, voire ne pas se vendre. Un risque qui peut également toucher les œuvres en mauvais état de conservation. C’est un point sur lequel il convient de rester toujours très vigilant. Par provenance ou « pedigree », enfin, il faut entendre la chronologie de la propriété successive de l'objet mais aussi sa présence lors d’expositions importantes ou sa mention dans des publications de référence. Les œuvres issues de collections prestigieuses ou historiques disposent ainsi d’une sorte de supplément d’âme qui impacte positivement leur prix. Dans l’absolu, il n’existe pas un ordre d’importance entre ces différents critères, ils sont tous à prendre en considération – au fond même, chaque collectionneur, chaque acheteur les pondérera en fonction de ses propres priorités.

Estimer la valeur d’une œuvre d’art n’est certainement pas un exercice de science exacte. Lors d’une demande d’estimation, nos spécialistes étudient donc l’œuvre et les informations disponibles à l’aune de ces critères. Dans certains cas, ils doivent mener des recherches complémentaires, confrontent collégialement leurs points de vue et peuvent être amenés à solliciter des comités d’experts extérieurs ou les ayants-droits d’un artiste pour confirmer l’authenticité d’une œuvre. Lorsque la typologie de l’objet ou sa valeur y invitent, nos spécialistes sollicitent l’avis de leurs homologues dans nos bureaux internationaux, chacun apportant alors la connaissance spécifique de son marché local et du goût des acheteurs de sa région. A titre d’exemple, pour fixer l’estimation d’une œuvre du célèbre peintre franco-chinois Zao Wou-Ki, artiste très recherché par les collectionneurs asiatiques aujourd’hui, l’équipe de Paris travaille de concert avec celles de Hong Kong ou de Shangai. Pouvoir croiser les expertises sur une même œuvre à travers les continents afin de rester au plus près du marché et de la demande des acheteurs à l’échelle du globe est un élément déterminant dans un marché de l’art devenu totalement mondial.

 

Laurent Issaurat : On comprend mieux qu’en fait il s’agit d’une multiplicité de facteurs et de critères que vous prenez en compte. Des critères largement qualitatifs. Au plan quantitatif, quand il s’agit d’estimer financièrement un objet, comment faites-vous ? Est-ce que vous utilisez des comparables de marché Utilisez-vous des comparables de marché, c'est-à-dire des transactions similaires pour un même artiste qui auraient été réalisées à l’occasion d’autres ventes ? Quelle est votre méthode ?

Victoire Gineste : Absolument, Laurent. Avec le développement des nouvelles technologies et des bases de données en ligne, les comparables de marché font aujourd’hui partie intégrante du processus d’estimation des œuvres. Toutefois, il est nécessaire de garder à l’esprit que, pour être exploités, ces comparables doivent être interprétés par nos spécialistes et remis en contexte. C’est bien là que réside toute l’expertise.

 

Laurent Issaurat : Je comprends. Lorsque que vos clients vous consultent, consultent une maison comme Christie’s pour réaliser une estimation, ces clients peuvent-ils compter sur la confidentialité de l’information, et par ailleurs, ces estimations ont-elles un coût ?

Victoire Gineste : Dans notre maison, les estimations sont réalisées à titre gracieux et sont sans engagement. Ajoutons qu’elles sont strictement confidentielles. La discrétion est au cœur des relations avec les familles que nous accompagnons dans leurs projets d’estimations, d'acquisitions ou de cessions d'œuvres d'art et d’objets de collection.

Laurent Issaurat : D’accord. Le principe d’une estimation c’est en général de donner un bas et un haut de fourchette, en tout cas, dans la perspective d’une prochaine vente. Pouvez-vous expliquer à quoi correspondent ce haut et ce bas de fourchette, et en particulier, si ce bas de fourchette correspond à ce que l’on appelle par ailleurs le « prix de réserve » ? 

Victoire Gineste : En cas de vente, le prix de réserve représente le minimum en-dessous duquel une œuvre ne sera pas adjugée. La loi impose que le prix de réserve ne puisse être supérieur à l’estimation basse. Il peut, d’un commun accord, être fixé en dessous de l’estimation basse. Dans la majorité des cas, nous suggérons de fixer le prix de réserve à l’estimation basse, et de rediscuter, si nécessaire, la veille de la vente en fonction de l’intérêt que suscite l’œuvre. Bien entendu, le prix de réserve est strictement confidentiel entre le ou les propriétaire(s) de l’œuvre et la maison de vente.

 

Laurent Issaurat : Il arrive que les recherches de vos experts débouchent sur des découvertes qui modifient significativement la valeur initialement supposée d’un objet. Pouvez-vous nous donner un exemple ?

Victoire Gineste : Oui, nous avons des exemples en abondance, mais aujourd’hui j’ai choisi de partager avec vous une histoire dans le domaine de la joaillerie. Il y a quelques années, nous avons été consultés au sujet d’une broche, issue d’une collection privée. Cette broche Art Nouveau, qui représentait une cigale, devait passer en vente avec une estimation initiale de 20 000 à 30 000 €. Mais la finesse de l’émail, sa délicate polychromie et le travail d’articulation des ailes ont retenu notre attention. Nous avons fait des recherches pour déterminer qui pouvait être à l’origine d’une pièce si raffinée et c’est ainsi que nous avons découvert le dessin d’une broche similaire dans un livre mettant la maison Boucheron à l’honneur. Nous nous sommes donc rapprochés de leurs équipes et avons obtenu la confirmation tant attendue : la cigale était bien une œuvre de la maison Boucheron. Cette dernière a alors édité un certificat pour la broche et délivré quelques informations complémentaires. La cigale qui nous avait été confiée était l’un des sept rares exemplaires réalisés dans les années 1900. L’estimation a donc été relevée à une fourchette de 50 000 à 80 000 €.  Lors de la vente, cette estimation sera finalement largement dépassée pour atteindre un résultat final de 355 500€ (2), avec les frais acheteurs.

 

Laurent Issaurat : Quelle magnifique histoire, bravo Christie’s. Merci beaucoup Victoire pour vos explications. J’aimerais vous remercier très chaleureusement car votre éclairage aura à coup sûr été très utile pour nos auditeurs et auditrices à qui je donne rendez-vous dans notre épisode consacré à l’assurance d’œuvres d’art et d’objets de collection. Je vous dis donc, à tous, à très bientôt. Notre série « L’Art de Collectionner » est disponible sur Apple Podcasts et Spotify, via notre programme « #PrivateTalk by Société Générale Private Banking ».

 


(1) Christie’s est une référence internationale du monde l’art et des maisons d’enchères. Elle fait partie des partenaires de notre Service Art Banking. Pour en savoir plus sur Christies’ : cliquez ici

(2) Prix incluant la commission acheteur, ajoutée au prix marteau ; cette commission est déterminée selon un barème, publié par la maison de ventes d'enchères publié à l’avance.

 


Les informations contenues dans ce contenu audio sont données à titre indicatif, peuvent être modifiées sans préavis, et visent à communiquer des éléments pouvant être utiles à une prise de décision. Les informations sur les performances passées éventuellement reproduites ne garantissent en aucun cas les performances futures. 
Le prix et la valeur des investissements ainsi que les revenus qui en dérivent peuvent fluctuer, à la hausse comme à la baisse. Les variations de l’inflation, de taux d’intérêts et de taux de change peuvent avoir des effets négatifs sur la valeur, le prix et le revenu des investissements libellés dans une devise différente de celle de l’investisseur. Les éventuels simulations et exemples contenus dans cette publication sont fournis à titre indicatif et à des fins d’illustration uniquement. La présente information peut être modifiée en fonction des fluctuations des marchés, et les informations et avis mentionnés dans cette publication peuvent être amenés à évoluer. Aucune entité Société Générale Private Banking ne s’engage à actualiser ni à modifier la présente publication, qui peut devenir obsolète après avoir été écoutée, et n’assumera aucune responsabilité à cet égard.

Les offres liées aux activités et aux informations patrimoniales et financières évoquées dans le présent contenu audio dépendent de la situation personnelle de chaque client, de la législation qui lui est applicable ainsi que de sa résidence fiscale. Il est de la responsabilité de l’investisseur potentiel de s’assurer avec ses conseils juridiques et fiscaux qu’il respecte les dispositions légales et réglementaires de la juridiction concernée. Ce contenu audio n’est en aucune manière destiné(e) à être écouté aux Etats-Unis, ni par un résident fiscal américain, ni par une personne ou dans une juridiction pour laquelle une telle diffusion serait restreinte ou illégale.

Les offres liées aux activités et aux informations patrimoniales et financières présentées peuvent ne pas être adaptées ou autorisées au sein de toutes les entités Société Générale Private Banking. En outre, l’accès à certaines de ces offres est soumis à des conditions notamment d’éligibilité.
Certaines offres liées aux activités et aux informations patrimoniales et financières citées peuvent présenter divers risques, impliquer une perte potentielle de la totalité du montant investi voire une perte potentielle illimitée, et n’être en conséquence réservées qu’à une certaine catégorie d’investisseurs, et/ou n’être adaptées qu’à des investisseurs avertis et éligibles à ces types d’offres. 

Avant toute souscription d'un service d’investissement, d'un produit financier ou d’un produit d’assurance, selon le cas et la législation applicable, l’investisseur potentiel sera interrogé par son banquier privé au sein de l’entité Société Générale Private Banking dont il est client sur ses connaissances, son expérience en matière d’investissement, ainsi que sur sa situation financière y  compris sa capacité à subir les pertes, et ses objectifs d’investissement  y compris sa tolérance aux risques, afin de déterminer avec lui s'il est éligible à souscrire le/les produit(s) financier(s) et/ou le/les service(s)  d’investissement envisagé(s) et si le(s) produit(s) ou le/les service(s) d’investissement est/sont compatible(s) avec son profil  d'investissement.
L’investisseur potentiel devra également (i) prendre connaissance de l’ensemble des informations contenues dans la documentation détaillée du service ou produit envisagé (document intitulé « informations clés pour l’investisseur », prospectus, règlement, statuts, document intitulé « informations clés pour l’investisseur », Term sheet, notice d’information, conditions contractuelles, …),  notamment celles liées aux risques associés; et (ii) consulter ses conseils juridiques et fiscaux pour apprécier les conséquences juridiques et le traitement fiscal du produit ou service envisagé. Il est rappelé que la souscription d'un service d’investissement, d'un produit financier ou d’un produit d’assurance peut avoir des conséquences fiscales et Société Générale Private Banking ne fournit pas de conseil fiscal. Son banquier privé sera également à sa disposition pour lui fournir de plus amples informations, déterminer avec lui s’il est éligible au produit ou service envisagé qui peut être soumis à des conditions, et s’il répond à ses besoins. 

En conséquence, aucune entité relevant de Société Générale Private Banking ne peut en aucun cas être tenue responsable pour toute décision prise par un investisseur sur la base des seules informations contenues dans ce contenu audio.

Cette ce contenu audio est confidentiel(le), destiné(e) exclusivement à la personne qui la/le consulte, et ne peut être communiqué(e) ni porté(e) à la connaissance de tiers, ni reproduit(e) totalement ou partiellement, sans accord préalable et écrit de l’entité Société Générale Private Banking concernée. 

Le groupe Société Générale maintient effective une organisation administrative prenant toutes les mesures nécessaires pour identifier, contrôler et gérer les conflits d’intérêts. A cet effet, les entités Société Générale Private Banking ont mis en place une politique de gestion des conflits d’intérêts permettant de gérer et prévenir les conflits d’intérêts. Pour plus de détails, les clients de Société Générale Private Banking peuvent se reporter à la politique de gestion des conflits d'intérêts disponible sur simple demande auprès de leur banquier privé. 
Société Générale Private Banking a également mis en place une politique de traitement des réclamations formulées par ses clients, disponible sur simple demande auprès de leur banquier privé ou sur le site Internet de Société Générale Private Banking.

AVERTISSEMENTS SPÉCIFIQUES PAR JURIDICTION 
France : Sauf indication contraire expresse, le présent document est publié et distribué par Société Générale, banque française autorisée et supervisée par l’Autorité de Contrôle Prudentiel et de Résolution, sise 4, place de Budapest, CS 92459, 75436 Paris Cedex 09, sous la supervision prudentielle de la Banque Centrale Européenne (« BCE ») et enregistrée auprès de l’ORIAS en qualité d’intermédiaire en assurance sous le numéro 07 022 493 orias.fr. Société Générale est une société anonyme française au capital de 1 066 714 367,50 EUR au 1er août 2019, dont le siège social est situé 29, boulevard Haussmann, 75009 Paris, et dont le numéro d'identification unique est 552 120 222 R.C.S. Paris. De plus amples détails sont disponibles sur demande ou sur www.privatebanking.societegenerale.com.

Luxembourg : Le présent document est distribué au Luxembourg par Société Générale Luxembourg, société anonyme enregistrée auprès du registre de commerce et des sociétés de Luxembourg sous le numéro B 6061 et établissement de crédit autorisé et régi par la Commission de Surveillance du Secteur Financier (« CSSF »), sous la supervision prudentielle de la Banque Centrale Européenne (« BCE »), et dont le siège social est sis 11, avenue Émile Reuter – L 2420 Luxembourg.  De plus amples détails sont disponibles sur demande ou sur www.societegenerale.lu. Aucune décision d’investissement quelle qu’elle soit ne pourrait résulter de la seule lecture de ce document. Société Générale Luxembourg n’accepte aucune responsabilité quant à l’exactitude ou autre caractéristique des informations contenues dans ce document. Société Générale Luxembourg n’accepte aucune responsabilité quant aux actions menées par le destinataire de ce document sur la seule base de ce dernier, et Société Générale Luxembourg ne se présente pas comme fournissant des conseils, notamment en ce qui concerne les services d’investissement. Les opinions, points de vue et prévisions exprimées dans le présent document (y compris dans ses annexes) reflètent les opinions personnelles de l’auteur/des auteurs et ne reflètent pas les opinions d’autres personnes ou de Société Générale Luxembourg, sauf indication contraire. Ce document a été élaboré par Société Générale.  La CSSF n’a procédé à aucune analyse, vérification ou aucun contrôle sur le contenu du présent document.   

Monaco : Le présent document est distribué à Monaco par Société Générale Private Banking (Monaco) S.A.M., sise 11 avenue de Grande Bretagne, 98000 Monaco, Principauté de Monaco, régie par l’Autorité de Contrôle Prudentiel et de Résolution et la Commission de Contrôle des Activités Financières. Les produits financiers commercialisés à Monaco peuvent être réservés à des investisseurs qualifiés conformément aux dispositions de la loi n° 1.339 du 07/09/2007 et de l’Ordonnance Souveraine n° 1.285 du 10/09/2007.  De plus amples détails sont disponibles sur demande ou sur www.privatebanking.societegenerale.com.

Suisse : Le présent document est distribué en Suisse par SOCIETE GENERALE Private Banking (Suisse) SA (« SGPBS »), dont le siège se trouve à la rue du Rhône 8, CH-1204 Genève.  SGPBS est une banque autorisée par l’Autorité fédérale de surveillance des marchés financiers (« FINMA »). Les placements collectifs et les produits structurés ne peuvent être offerts que conformément à la Loi fédérale sur les placements collectifs de capitaux (Loi sur les placements collectifs, LPCC) du 23 juin 2006 respectivement les Directives de l’Association suisse des banquiers (ASB) concernant l’information des investisseurs sur les produits structurés.  De plus amples détails sont disponibles sur demande auprès de SGPBS ou sur www.privatebanking.societegenerale.com.  

Le présent document n’est pas distribué par les entités du groupe Kleinwort Hambros qui agissent sous la marque « Kleinwort Hambros » au Royaume-Uni (SG Kleinwort Hambros Bank Limited), à Jersey et Guernesey (SG Kleinwort Hambros Bank (CI) Limited) et à Gibraltar (SG Kleinwort Hambros Bank (Gibraltar) Limited). En conséquence, les informations communiquées et les éventuelles offres, activités et informations patrimoniales et financières présentées ne concernent pas ces entités et peuvent ne pas être autorisées par ces entités ni adaptées sur ces territoires. De plus amples informations sur les activités des entités de la banque privée de Société Générale situées sur les territoires du Royaume-Uni, des îles anglo-normandes et de Gibraltar, incluant des informations complémentaires de nature légale et réglementaire, sont disponibles sur www.kleinworthambros.com.

Laurent Issaurat

Posez-nous vos questions

Contactez-nous