Clientèle privée Intermédiaires financiers

Devenir client

Vous êtes déjà client ? Nous vous invitons à contacter votre banquier privé. 
Vous n’êtes pas client mais aimeriez en savoir plus ? Merci de remplir le formulaire ci-dessous.

Contacts locaux

France : +33 (0) 1 42 14 20 00 (9h - 17h)
Luxembourg : +352 47 93 11 1 (8h30 - 18H00)
Monaco : +377 97 97 58 00 (9h/12h - 14h/17h)
Suisse : Genève au +41 22 819 02 02
et Zurich au +41 44 218 56 11 (8h30 - 17h30)

Vous souhaitez nous contacter au sujet de la protection de vos données personnelles ?

Merci de bien vouloir contacter le Délégué à la Protection des Données de Société Générale Private Banking France en envoyant un email à l'adresse suivante : protectiondesdonnees@societegenerale.fr.

Merci de bien vouloir contacter Bieneke Russon, Délégué à la Protection des Données de Société Générale Bank & Trust Luxembourg par téléphone : +352-47.93.93.11.5046 ou en envoyant un email à l'adresse suivante : lux.dpooffice@socgen.com.

Merci de bien vouloir contacter Julien Garnier, Délégué à la Protection des Données de Société Générale Private Banking Monaco en envoyant un email à l'adresse suivante : list.mon-privmonaco-dpo@socgen.com

Merci de bien vouloir contacter Omar Otmani, Délégué à la Protection des Données de Société Générale Private Banking Suisse en envoyant un email à l'adresse suivante : sgpb-gdpr.ch@socgen.com.

Vous souhaitez faire une réclamation ?

Merci de bien vouloir adresser votre réclamation à Société Générale Private Banking France en envoyant un email à : FR-SGPB-Relations-Clients@socgen.com ou un courrier à l'adresse suivante : 

Société Générale Private Banking France
Direction Commerciale
29 boulevard Haussmann CS 614
75421 Paris Cedex 9

Société Générale Private Banking France s’engage à accuser réception de votre réclamation dans un délai de dix jours ouvrables à compter de la date de sa réception et à vous apporter une réponse dans un délai de deux mois à compter de cette même date. Si nous ne sommes pas en mesure de respecter ce délai de 60 jours, vous en serez informé par courrier.
 

En dernier recours, vous pouvez saisir gratuitement, selon la nature de votre réclamation 

 

Le Médiateur auprès de Société Générale

Il s'engage à étudier votre dossier au vu de votre position et de celle de la banque, à apprécier les arguments des parties et à prendre une décision fondée sur l'équité. Le Médiateur vous répondra directement dans un délai maximum de deux mois.

Vous pouvez saisir le Médiateur auprès de Société Générale par voie électronique sur le site internet du Médiateur : mediateur.societegenerale.fr ou en adressant un courrier à l’adresse suivante :

Le Médiateur auprès de Société Générale
17 cours Valmy
92987 Paris La Défense Cedex 7

 

Le Médiateur de l’Autorité des Marchés Financiers

Vous pouvez saisir le Médiateur de l’Autorité des Marchés Financiers en adressant un courrier à l’adresse suivante :

Le Médiateur de l’Autorité des Marchés Financiers
17 Place de la Bourse
75082 Paris Cedex 2

 

Le Médiateur des Assurances

Vous pouvez saisir le Médiateur des Assurances : ses coordonnées doivent être mentionnées aux termes de votre contrat d’assurance.

Afin d’assurer un traitement optimal de vos demandes, toute réclamation auprès de notre établissement peut être adressée à l'adresse suivante :

Service réclamations Banque privée
11, Avenue Emile Reuter
L-2420 Luxembourg

La Banque s’engage à accuser réception de votre demande dans les 10 jours suivant sa date de réception et à vous apporter une réponse dans un délai maximum de 30 jours à compter de sa réception. Si votre demande devait nécessiter un délai de traitement supplémentaire (recherches complexes…), nous vous en informerons endéans ce même délai de 30 jours.

Dans  l’hypothèse où la réponse qui vous est apportée ne correspondrait pas à vos attentes, nous vous informons de la possibilité :

En premier lieu, d’adresser à la Direction de Société Générale Bank & Trust en charge du traitement des réclamations, votre demande à l’adresse suivante :

Secrétariat Général de Société Générale Bank & Trust
11, Avenue Emile Reuter
L-2420 Luxembourg

En second lieu, si la réponse de la Direction en charge du traitement des réclamations ne permet pas de clore la réclamation, de disposer de la faculté de saisir l’Autorité de tutelle de SGBT, la Commission de Surveillance du Secteur Financier (CSSF) :

Par courrier : 283, Route d’Arlon L-1150 Luxembourg
Par courriel : direction@cssf.lu

Afin d’assurer un traitement optimal de vos demandes, toute réclamation auprès de notre établissement peut être adressée soit par e-mail à l’adresse suivante : servicequalite.privmonaco@socgen.com ou par courrier à notre service dédié :

Societe Generale Private Banking Monaco
Middle Office – Service Réclamation 
11 avenue de Grande Bretagne 
98000 Monaco

La Banque s’engage à accuser réception de votre demande dans les 2 jours suivants sa date de réception et à vous apporter une réponse dans un délai maximum de 10 jours à compter de sa réception. Si votre demande devait nécessiter un délai de traitement supplémentaire (recherches complexes…), nous vous en informerons endéans ce même délai de 30 jours. 

Dans l’hypothèse où la réponse qui vous est apportée ne correspondrait pas à vos attentes, nous vous informons de la possibilité d’adresser à la Direction de Société Générale Private Banking Monaco en charge du traitement des réclamations, votre demande à l’adresse suivante : 

Secrétariat Général de Societe Generale Private Banking Monaco 
11 avenue de Grande Bretagne
98000 Monaco

Toute réclamation auprès de notre établissement peut être adressée par messagerie électronique à l’adresse suivante : sgpb-reclamations.ch@socgen.com.

Les clients peuvent également avoir recours à l’Ombudsman des banques suisses dont les coordonnées figurent sur le site www.bankingombudsman.ch

 

Entreprises familiales : un accompagnement spécifique

Pour valoriser leurs incontestables atouts, les entreprises familiales doivent plus encore que les autres mettre en place une gouvernance adaptée. Valérie Tandeau de Marsac, avocate et docteur en sciences de gestion, répond aux questions de Julie Boussin, directrice de l’ingénierie patrimoniale et financière chez Société Générale Private Banking France.

Pourquoi avoir choisi d’accompagner les entreprises familiales ?

Les entreprises familiales constituent à mon sens un modèle méconnu, alors qu’elles représentent pourtant la très grande majorité du tissu économique et pourvoient l’essentiel des emplois en France, en Europe et dans le monde entier. C’est pourquoi j’ai voulu analyser, et même modéliser, ce qui fait leur spécificité et permet d’expliquer leur surperformance, à travers un nouveau modèle des 3 « C » :

  • le Contrôle, facteur de cohésion et d’indépendance,

  • la Continuité, pour caractériser la perspective de long terme et la volonté de transmettre l’entreprise au sein de la famille,

  • et le surcroît de Capital social, ensemble de ressources spécifiques et difficilement reproductibles qui résultent de ces deux éléments associés à l’enracinement local.

Si le lien familial peut être source de conflits, la capacité à trouver un point d’équilibre au sein de l’entreprise familiale libère une énergie très positive. Ma mission consiste à aider les actionnaires à structurer le capital et organiser la gouvernance de l’entreprise pour en tirer le meilleur. Ce faisant, j’enrichis mon métier, qui fait écho à une vocation familiale, d’une dimension émotionnelle et entrepreneuriale absolument passionnante.

Quels conseils donneriez-vous aux entreprises familiales pour valoriser au mieux leurs spécificités, tirer parti de ces énergies positives qui leur sont propres ?

Il n’y a qu’un moyen : se saisir du sujet, et ne pas hésiter à se faire accompagner. Lorsque j’interviens, je commence par écouter chaque membre de la famille, qu’il soit ou non impliqué dans l’entreprise. Tout simplement parce qu’en vertu des lois successorales françaises, si la transmission n’est pas anticipée, chaque enfant a vocation à se retrouver actionnaire. Pour anticiper une transition générationnelle, il faut se méfier des non-dits, des croyances et des déductions implicites qui peuvent biaiser les décisions. J’aide la famille à identifier le plus petit dénominateur commun d’un accord possible de tous. J’aide aussi à identifier et à chiffrer différents scénarios d’évolution du capital et de la gouvernance. C’est sur cette base que l’on pourra construire un projet pour l’entreprise et pour la famille, qui pourra ensuite être décrit dans une charte familiale. À l’issue de ce processus, les solutions techniques (transmission, recomposition actionnariale…) découlent naturellement. Clarifier les objectifs avant de choisir et mettre en œuvre les solutions techniques : voilà des principes simples qui peuvent s’appliquer à tous mais qui sont encore plus indispensables dans les entreprises familiales !

 

 

Comment inscrire les jeunes générations dans l’entreprise familiale ? Comment combiner renouvellement du modèle avec le souci de pérennité ?

Pour réussir dans la durée, l’entreprise familiale doit savoir combiner prudence et audace, se renouveler sans perdre son identité. Pour cela, il faut impliquer les jeunes générations et leur laisser suffisamment d’autonomie afin qu’elles puissent s’approprier le projet d’entreprise. Ce n’est pas toujours évident, car il faut gérer les risques de désaccord : c’est toute la complexité et la richesse de l’entreprise familiale. Mais il n’y a pas qu’un seul rôle possible pour les jeunes générations : on peut être actionnaire d’une entreprise sans la diriger, à condition de bien jouer son rôle d’actionnaire. Comme tout investisseur, l’actionnaire familial doit veiller à ce que le couple risque/rentabilité reste pour lui satisfaisant. Si ce n’est plus le cas, il doit pouvoir trouver une liquidité, qui doit donc être organisée en amont. Mais la première génération peut également transmettre à ses enfants le goût de l’entrepreneuriat sans transmettre l’entreprise !

En parallèle de votre activité auprès des entreprises familiales, vous êtes fondatrice et présidente de voxfemina, pouvez-vous nous parler des actions de l’association ?

Malgré l’augmentation de la présence des femmes dans les médias, nous constatons que leur temps de parole reste inférieur à celui des hommes. Pour progresser vers un meilleur équilibre, nous œuvrons à identifier et présenter aux médias des femmes crédibles comme experts. Depuis six ans, nous organisons le concours Femmes En Vue : les lauréates sélectionnées par notre jury de partenaires bénéficient d’un média training et repartent avec une vidéo qui leur servira de signature audio-visuelle.

 


Valérie Tandeau de Marsac : Diplômée de HEC (1982) et avocate (depuis 1996), Valérie Tandeau de Marsac a choisi en 2010 de se spécialiser dans l’accompagnement des entreprises familiales et des familles entrepreneuriales. Son cabinet VTM Conseil FamilyBusinessLaw imagine et met en œuvre des solutions d’ingénierie juridique et fiscale au service des actionnaires et des chefs d’entreprise, start-up, repreneurs ou entreprises familiales (PME(1), ETI(2) ou grands groupes). Engagée pour l’équilibre Femmes/Hommes dans les médias, Valérie Tandeau de Marsac est aussi fondatrice et Présidente de voxfemina – Paroles d’experts au féminin, association créée en 2010 pour promouvoir la visibilité de l’expertise des femmes dans les médias.


(1) Les petites et moyennes entreprises (PME) sont celles qui, d’une part, occupent moins de 250 personnes, d’autre part, ont un chiffre d’affaires annuel n’excédant pas 50 millions d’euros ou un total de bilan n’excédant pas 43 millions d’euros.

(2) Une entreprise de taille intermédiaire (ETI) est une entreprise qui a entre 250 et 4 999 salariés, et soit un chiffre d'affaires n'excédant pas 1,5 milliard d'euros soit un total de bilan n'excédant pas 2 milliards d'euros. Une entreprise qui a moins de 250 salariés, mais plus de 50 millions d'euros de chiffre d'affaires et plus de 43 millions d'euros de total de bilan est aussi considérée comme une ETI.

Vous souhaitez approfondir ces sujets avec nous ?

Le présent document, de nature publicitaire, n’a pas de valeur contractuelle. Son contenu n’est pas destiné à fournir un service d’investissement, il ne constitue ni un conseil en investissement ou une recommandation personnalisée sur un produit financier, ni un conseil ou une recommandation personnalisée en assurance, ni une sollicitation d’aucune sorte, ni un conseil juridique, comptable ou fiscal de la part de Société Générale Private Banking France.

Les informations contenues sont données à titre indicatif, peuvent être modifiées sans préavis, et visent à communiquer des éléments pouvant être utiles à une prise de décision. Les informations sur les performances passées éventuellement reproduites ne garantissent en aucun cas les performances futures.

Avant toute souscription d'un service d’investissement, d'un produit financier ou d’un produit d’assurance, l’investisseur potentiel (i) doit prendre connaissance de l’ensemble des informations contenues dans la documentation détaillée du service ou produit envisagé (prospectus, règlement, statuts, document intitulé « informations clés pour l’investisseur », Term sheet, notice d’information, conditions contractuelles, …), notamment celles liées aux risques associés; et (ii) consulter ses conseils juridiques et fiscaux pour apprécier les conséquences juridiques et le traitement fiscal du produit ou service envisagé. Son banquier privé est également à sa disposition pour lui fournir de plus amples informations, déterminer avec lui s’il est éligible au produit ou service envisagé qui peut être soumis à des conditions, et s’il répond à ses besoins.  En conséquence, Société Générale Private Banking France ne peut en aucun cas être tenue responsable pour toute décision prise par un investisseur sur la base des seules informations contenues dans ce document.

Les prévisions concernant les performances futures sont basées sur des hypothèses qui peuvent ne pas se concrétiser. Les scénarios présentés sont des estimations de performances futures, fondées sur des informations passées sur la manière dont la valeur d’un investissement varie et/ou sur les conditions de marché actuelles, et ne sont pas des indications exactes. Le rendement obtenu par des investisseurs sera amené à varier en fonction des performances du marché et de la durée de conservation de l’investissement par l’investisseur. Les performances futures peuvent être soumises à l’impôt, lequel dépend de la situation personnelle de chaque investisseur et est susceptible de changer à l’avenir.

Pour une définition et description des risques plus complète, veuillez vous référer au prospectus du produit ou, le cas échéant, aux autres documents réglementaires (si applicable) avant toute décision d’investissement.

Le présent document est confidentiel, destiné exclusivement à la personne à laquelle il est remis, et ne peut être ni communiqué ni porté à la connaissance de tiers, ni reproduit totalement ou partiellement, sans accord préalable et écrit de Société Générale Private Banking France. Pour de plus amples informations, cliquez ici