Contact

Vous êtes déjà client ? Nous vous invitons à contacter votre banquier privé. 
Vous n’êtes pas client mais aimeriez en savoir plus ? Merci de remplir le formulaire ci-dessous.

Contacts locaux

France : +33 (0) 1 42 14 20 00 (9h - 17h)
Luxembourg : +352 47 93 11 1 (8h30 - 18H00)
Monaco : +377 97 97 58 00 (9h/12h - 14h/17h)
Suisse : Genève au +41 22 819 02 02
et Zurich au +41 44 218 56 11 (8h30 - 17h30)

Vous souhaitez nous contacter au sujet de la protection de vos données personnelles ?

Merci de bien vouloir contacter le Délégué à la Protection des Données de Société Générale Private Banking France en envoyant un email à l'adresse suivante : protectiondesdonnees@societegenerale.fr.

Merci de bien vouloir contacter Bieneke Russon, Délégué à la Protection des Données de Société Générale Bank & Trust Luxembourg par téléphone : +352-47.93.93.11.5046 ou en envoyant un email à l'adresse suivante : lux.dpooffice@socgen.com.

Merci de bien vouloir contacter Céline Pastor, Déléguée à la Protection des Données de Société Générale Private Banking Monaco en envoyant un email à l'adresse suivante : list.mon-privmonaco-dpo@socgen.com

Merci de bien vouloir contacter Omar Otmani, Délégué à la Protection des Données de Société Générale Private Banking Suisse en envoyant un email à l'adresse suivante : sgpb-gdpr.ch@socgen.com.

Vous souhaitez faire une réclamation ?

Merci de bien vouloir adresser votre réclamation à Société Générale Private Banking France en envoyant un email à : FR-SGPB-Relations-Clients@socgen.com ou un courrier à l'adresse suivante : 

Société Générale Private Banking France
Direction Commerciale
29 boulevard Haussmann CS 614
75421 Paris Cedex 9

Société Générale Private Banking France s’engage à accuser réception de votre réclamation dans un délai de dix jours ouvrables à compter de la date de sa réception et à vous apporter une réponse dans un délai de deux mois à compter de cette même date. Si nous ne sommes pas en mesure de respecter ce délai de 60 jours, vous en serez informé par courrier.
 

En dernier recours, vous pouvez saisir gratuitement, selon la nature de votre réclamation 

 

Le Médiateur auprès de Société Générale

Il s'engage à étudier votre dossier au vu de votre position et de celle de la banque, à apprécier les arguments des parties et à prendre une décision fondée sur l'équité. Le Médiateur vous répondra directement dans un délai maximum de deux mois.

Vous pouvez saisir le Médiateur auprès de Société Générale par voie électronique sur le site internet du Médiateur : mediateur.societegenerale.fr ou en adressant un courrier à l’adresse suivante :

Le Médiateur auprès de Société Générale
17 cours Valmy
92987 Paris La Défense Cedex 7

 

Le Médiateur de l’Autorité des Marchés Financiers

Vous pouvez saisir le Médiateur de l’Autorité des Marchés Financiers en adressant un courrier à l’adresse suivante :

Le Médiateur de l’Autorité des Marchés Financiers
17 Place de la Bourse
75082 Paris Cedex 2

 

Le Médiateur des Assurances

Vous pouvez saisir le Médiateur des Assurances : ses coordonnées doivent être mentionnées aux termes de votre contrat d’assurance.

Afin d’assurer un traitement optimal de vos demandes, toute réclamation auprès de notre établissement peut être adressée à l'adresse suivante :

Service réclamations Banque privée
11, Avenue Emile Reuter
L-2420 Luxembourg

La Banque s’engage à accuser réception de votre demande dans les 10 jours suivant sa date de réception et à vous apporter une réponse dans un délai maximum de 30 jours à compter de sa réception. Si votre demande devait nécessiter un délai de traitement supplémentaire (recherches complexes…), nous vous en informerons endéans ce même délai de 30 jours.

Dans  l’hypothèse où la réponse qui vous est apportée ne correspondrait pas à vos attentes, nous vous informons de la possibilité :

En premier lieu, d’adresser à la Direction de Société Générale Bank & Trust en charge du traitement des réclamations, votre demande à l’adresse suivante :

Secrétariat Général de Société Générale Bank & Trust
11, Avenue Emile Reuter
L-2420 Luxembourg

En second lieu, si la réponse de la Direction en charge du traitement des réclamations ne permet pas de clore la réclamation, de disposer de la faculté de saisir l’Autorité de tutelle de SGBT, la Commission de Surveillance du Secteur Financier (CSSF) :

Par courrier : 283, Route d’Arlon L-1150 Luxembourg
Par courriel : direction@cssf.lu

Afin d’assurer un traitement optimal de vos demandes, toute réclamation auprès de notre établissement peut être adressée soit par e-mail à l’adresse suivante : reclamation.privmonaco@socgen.com ou par courrier à notre service dédié :

Societe Generale Private Banking Monaco
Middle Office – Service Réclamation 
11 avenue de Grande Bretagne 
98000 Monaco

La Banque s’engage à accuser réception de votre demande dans les 2 jours suivants sa date de réception et à vous apporter une réponse dans un délai maximum de 10 jours à compter de sa réception. Si votre demande devait nécessiter un délai de traitement supplémentaire (recherches complexes…), nous vous en informerons endéans ce même délai de 30 jours. 

Dans l’hypothèse où la réponse qui vous est apportée ne correspondrait pas à vos attentes, nous vous informons de la possibilité d’adresser à la Direction de Société Générale Private Banking Monaco en charge du traitement des réclamations, votre demande à l’adresse suivante : 

Secrétariat Général de Societe Generale Private Banking Monaco 
11 avenue de Grande Bretagne
98000 Monaco

Toute réclamation auprès de notre établissement peut être adressée par messagerie électronique à l’adresse suivante : sgpb-reclamations.ch@socgen.com.

Les clients peuvent également avoir recours à l’Ombudsman des banques suisses dont les coordonnées figurent sur le site www.bankingombudsman.ch

 

Weekly Update - Les élections américaines de novembre approchent

D'après la moyenne des sondages réalisée par FiveThirtyEight, la cote de popularité du président Trump est tombée à 41,4 % ces dernières semaines sous l'effet combiné de la pandémie de coronavirus, du taux de chômage le plus élevé depuis les années 1930 et des manifestations persistantes, parfois violentes, contre les brutalités policières. Que faut-il en déduire pour les élections de novembre ? Et quel pourrait être l'impact sur les entreprises et les marchés ?

Les élections présidentielles américaines, qui se tiendront dans à peine cinq mois, figureront bientôt au cœur de l'actualité pour les investisseurs. Les candidatures ne seront certes confirmées que lors des congrès des partis Républicain et Démocrate fin août, mais la plupart des acteurs du marché tablent sur un duel entre Donald Trump et Joe Biden. Le meeting électoral de Trump à Tulsa samedi s'inscrit dans un contexte de tensions exacerbées par les récentes manifestations et les pillages qui semblent avoir renforcé le soutien des Afro-Américains aux Démocrates. D'après les moyennes des sondages calculées par FiveThirtyEight, Biden devance actuellement Trump avec 50,5 % contre 41,3 %, soit la plus grande marge depuis le début de l’année. Les marchés de paris penchent également en faveur du Démocrate. Depuis la mi-mai, PredictIt a observé une montée en flèche du soutien à Biden (d'une probabilité de 45 à 59 %), tandis que le soutien à Trump a reculé de 49 à 42 %. De son côté, le marché électronique « winner-takes-all » de l'Université de l'Iowa place Biden à 82 % et Trump à 31 %. Dans la mesure où PredictIt estime à 60 % la probabilité de voir le Sénat et la Chambre des représentants retrouver une majorité Démocrate, les marchés vont peut-être commencer à examiner plus en détail le programme de Biden. Les réductions d'impôts consenties par Trump pourraient être abandonnées, du moins en partie, et l'impôt sur les plus-values pourrait augmenter au même titre que l'impôt sur la fortune ; une législation antitrust contre les géants de la technologie pourrait se profiler ; le forage en mer devrait prendre fin ; une législation pourrait être adoptée pour contraindre les laboratoires pharmaceutiques à baisser le prix des médicaments ; et un salaire minimum de 15 dollars risque de venir grignoter les marges bénéficiaires des entreprises. Autrement dit, un programme moins favorable au marché que si Trump obtient un deuxième mandat. Bien entendu, les élections du 3 novembre sont encore loin et la suite dépendra en grande partie de ce qui se passera d'ici là. Les élections américaines avantagent souvent le président sortant, qui a tendance à dominer la couverture médiatique grâce à sa fonction. En outre, le système du collège électoral, dans lequel l'élection effective du nouveau président est décidée par 538 électeurs sélectionnés dans chaque État, signifie que le candidat ayant remporté le vote populaire n'est pas nécessairement élu président. En 2016, Hillary Clinton avait remporté 48,2 % des voix contre 46,1 % pour Donald Trump, mais n'avait conquis que 227 électeurs contre 304 pour Trump. Les données économiques américaines ont été mitigées ces derniers jours. Certaines enquêtes de conjoncture régionales ont surpris à la hausse (les sondages de juin menés par les Réserves fédérales de New York et de Philadelphie ont montré un net rebond des attentes, à leur plus haut niveau depuis le début de l'année), mais la reprise de la production industrielle a été moins importante que prévue en mai, celle-ci affichant ainsi une baisse de -15,3 % en glissement annuel. En outre, le renouvellement de demandes d'allocations chômage par plus de 20,5 millions de travailleurs début juin a quelque peu terni le tableau embelli, en mai, par la baisse surprenante du chômage. Par ailleurs, les États-Unis n'ont toujours pas enregistré de baisse soutenue des nouveaux cas confirmés de coronavirus, lesquels se maintiennent à plus de 20 000 par jour en moyenne. Le nombre de cas actifs (nombre de cas confirmés moins nombre de décès et de guérisons) a atteint un nouveau sommet cette semaine, alors que la pandémie continue de se propager dans de grands États comme la Californie, le Texas, la Floride et l'Arizona. En l'absence d'amélioration, le récent rebond des ventes au détail pourrait n'être qu'un simple feu de paille.

Conclusion. Les élections présidentielles n'ont pas suscité l'intérêt des marchés jusqu'à présent cette année, le moral des investisseurs étant soutenu par l'abondance des liquidités fournies par la Fed et le gouvernement et par certains signes concrets d'une reprise de l'activité. Toutefois, la situation risque de changer à l'approche du mois de novembre et certains secteurs comme l'énergie et la technologie pourraient se retrouver sous pression si les perspectives de M. Biden continuent de s'améliorer.

Lire l'intégralité de l'article

Responsable de la Stratégie d’Investissement Société Générale Private Banking