Contact

Vous êtes déjà client ? Nous vous invitons à contacter votre banquier privé. 
Vous n’êtes pas client mais aimeriez en savoir plus ? Merci de remplir le formulaire ci-dessous.

Contacts locaux

France : +33 (0) 1 42 14 20 00 (9h - 17h)
Luxembourg : +352 47 93 11 1 (8h30 - 18H00)
Monaco : +377 97 97 58 00 (9h/12h - 14h/17h)
Suisse : Genève au +41 22 819 02 02
et Zurich au +41 44 218 56 11 (8h30 - 17h30)

Vous souhaitez nous contacter au sujet de la protection de vos données personnelles ?

Merci de bien vouloir contacter le Délégué à la Protection des Données de Société Générale Private Banking France en envoyant un email à l'adresse suivante : protectiondesdonnees@societegenerale.fr.

Merci de bien vouloir contacter Bieneke Russon, Délégué à la Protection des Données de Société Générale Bank & Trust Luxembourg par téléphone : +352-47.93.93.11.5046 ou en envoyant un email à l'adresse suivante : lux.dpooffice@socgen.com.

Merci de bien vouloir contacter Céline Pastor, Déléguée à la Protection des Données de Société Générale Private Banking Monaco en envoyant un email à l'adresse suivante : list.mon-privmonaco-dpo@socgen.com

Merci de bien vouloir contacter Omar Otmani, Délégué à la Protection des Données de Société Générale Private Banking Suisse en envoyant un email à l'adresse suivante : sgpb-gdpr.ch@socgen.com.

Vous souhaitez faire une réclamation ?

Merci de bien vouloir adresser votre réclamation à Société Générale Private Banking France en envoyant un email à : FR-SGPB-Relations-Clients@socgen.com ou un courrier à l'adresse suivante : 

Société Générale Private Banking France
Direction Commerciale
29 boulevard Haussmann CS 614
75421 Paris Cedex 9

Société Générale Private Banking France s’engage à accuser réception de votre réclamation dans un délai de dix jours ouvrables à compter de la date de sa réception et à vous apporter une réponse dans un délai de deux mois à compter de cette même date. Si nous ne sommes pas en mesure de respecter ce délai de 60 jours, vous en serez informé par courrier.
 

En dernier recours, vous pouvez saisir gratuitement, selon la nature de votre réclamation 

 

Le Médiateur auprès de Société Générale

Il s'engage à étudier votre dossier au vu de votre position et de celle de la banque, à apprécier les arguments des parties et à prendre une décision fondée sur l'équité. Le Médiateur vous répondra directement dans un délai maximum de deux mois.

Vous pouvez saisir le Médiateur auprès de Société Générale par voie électronique sur le site internet du Médiateur : mediateur.societegenerale.fr ou en adressant un courrier à l’adresse suivante :

Le Médiateur auprès de Société Générale
17 cours Valmy
92987 Paris La Défense Cedex 7

 

Le Médiateur de l’Autorité des Marchés Financiers

Vous pouvez saisir le Médiateur de l’Autorité des Marchés Financiers en adressant un courrier à l’adresse suivante :

Le Médiateur de l’Autorité des Marchés Financiers
17 Place de la Bourse
75082 Paris Cedex 2

 

Le Médiateur des Assurances

Vous pouvez saisir le Médiateur des Assurances : ses coordonnées doivent être mentionnées aux termes de votre contrat d’assurance.

Afin d’assurer un traitement optimal de vos demandes, toute réclamation auprès de notre établissement peut être adressée à l'adresse suivante :

Service réclamations Banque privée
11, Avenue Emile Reuter
L-2420 Luxembourg

La Banque s’engage à accuser réception de votre demande dans les 10 jours suivant sa date de réception et à vous apporter une réponse dans un délai maximum de 30 jours à compter de sa réception. Si votre demande devait nécessiter un délai de traitement supplémentaire (recherches complexes…), nous vous en informerons endéans ce même délai de 30 jours.

Dans  l’hypothèse où la réponse qui vous est apportée ne correspondrait pas à vos attentes, nous vous informons de la possibilité :

En premier lieu, d’adresser à la Direction de Société Générale Bank & Trust en charge du traitement des réclamations, votre demande à l’adresse suivante :

Secrétariat Général de Société Générale Bank & Trust
11, Avenue Emile Reuter
L-2420 Luxembourg

En second lieu, si la réponse de la Direction en charge du traitement des réclamations ne permet pas de clore la réclamation, de disposer de la faculté de saisir l’Autorité de tutelle de SGBT, la Commission de Surveillance du Secteur Financier (CSSF) :

Par courrier : 283, Route d’Arlon L-1150 Luxembourg
Par courriel : direction@cssf.lu

Afin d’assurer un traitement optimal de vos demandes, toute réclamation auprès de notre établissement peut être adressée soit par e-mail à l’adresse suivante : reclamation.privmonaco@socgen.com ou par courrier à notre service dédié :

Societe Generale Private Banking Monaco
Middle Office – Service Réclamation 
11 avenue de Grande Bretagne 
98000 Monaco

La Banque s’engage à accuser réception de votre demande dans les 2 jours suivants sa date de réception et à vous apporter une réponse dans un délai maximum de 10 jours à compter de sa réception. Si votre demande devait nécessiter un délai de traitement supplémentaire (recherches complexes…), nous vous en informerons endéans ce même délai de 30 jours. 

Dans l’hypothèse où la réponse qui vous est apportée ne correspondrait pas à vos attentes, nous vous informons de la possibilité d’adresser à la Direction de Société Générale Private Banking Monaco en charge du traitement des réclamations, votre demande à l’adresse suivante : 

Secrétariat Général de Societe Generale Private Banking Monaco 
11 avenue de Grande Bretagne
98000 Monaco

Toute réclamation auprès de notre établissement peut être adressée par messagerie électronique à l’adresse suivante : sgpb-reclamations.ch@socgen.com.

Les clients peuvent également avoir recours à l’Ombudsman des banques suisses dont les coordonnées figurent sur le site www.bankingombudsman.ch

 

Weekly Update - L'effet ciseaux

Comme nous l’avons évoqué ces derniers trimestres, les mesures de confinement contre la COVID-19 et la récession qui a suivi sont à l’origine d’une réponse politique massive des banques centrales et des gouvernements. Les premières ont réduit les taux d’intérêt et augmenté les achats d’actifs, tandis que les seconds ont lancé de nombreux plans d’aide fiscale et de relance. Quelles sont les implications pour la santé des finances publiques ? Et quels seront les effets sur les marchés financiers ?

Cette année a été marquée par une détérioration exceptionnelle des finances publiques. La croissance s’est effondrée, et avec elle les recettes fiscales. Le Fonds monétaire international (FMI) table sur une chute de -4,4% du PIB mondial en 2020, les économies avancées (en baisse de - 5,8%) étant particulièrement touchées. Afin d’atténuer les effets négatifs sur les ménages et les entreprises, les gouvernements ont emprunté massivement pour financer des programmes d’aide sociale et d’investissement, proposant dans de nombreux cas de payer les salaires des travailleurs plutôt que de les voir perdre leur emploi. Et avec la montée en flèche du numérateur et le plongeon du dénominateur, les ratios dette/PIB ont explosé. La publication cette semaine du rapport Global Debt Monitor par l’Institute of International Finance (IIF) offre une mise en perspective de ces tendances.

Selon l’IIF, la dette mondiale (à l’exclusion du secteur financier afin d’éviter un double comptage lorsque les banques prêtent aux entreprises et aux particuliers) a atteint un plus-haut historique au T3 2020 à 206 400 Md$, en hausse de 9% sur les douze derniers mois. Le ratio dette globale/PIB augmente ainsi de 32 points de pourcentage (pp), passant de 241% à 273%. Par ailleurs, un grand nombre d’économies étant susceptibles de retomber en récession au T4, les chiffres de fin d’année pourraient paraître encore plus alarmants. L’augmentation de la dette provient pour l’essentiel des économies avancées où la dette non-financière a atteint 141 900 Md$, s’inscrivant en hausse de 11 800 Md$ sur douze mois et faisant grimper le ratio d’endettement de 38 pp à 312% du PIB. La plus forte contribution à la hausse dans le monde développé est venue des Etats-Unis où la dette a augmenté de 6 300 Md$, soit une progression de 47 pp à 297% du PIB.

La forte hausse de la dette mondiale cette année couronne l’augmentation la plus rapide jamais enregistrée sur quatre ans. Les économies se sont endettées, stimulant la demande à court terme au détriment du potentiel de croissance à plus long terme. Cette situation est problématique pour les gouvernements, les entreprises et les particuliers. Lors du cycle précédent, de 2012 à 2016, les économies développées hors Etats-Unis se sont désendettées, réduisant ainsi la charge de leur dette de 10 400 Md$ uniquement pour assister à la surperformance de l’économie américaine alimentée par la dette. Peu de gouvernements semblent être disposés à réinstaurer des programmes d’austérité. En revanche, l’ampleur de la récession de cette année a renforcé leur détermination à poursuivre des politiques de relance. Et rien ne laisse présager un affaiblissement de l’appétit des entreprises pour la dette. D’après Moody’s, les émissions d’obligations d’entreprise américaines devraient s’envoler de 45% pour atteindre un niveau record de 2 500 Md$ cette année.

Pour l’heure, le lourd fardeau de la dette est rendu supportable par des taux directeurs et des rendements d’obligations d’Etat faibles, conjugués à des spreads de crédit serrés. Comme l’indique le graphique ci-après, les coûts du service de la dette en pourcentage des recettes publiques dans les économies avancées devraient encore baisser ces prochaines années. De fait, les obligations arrivant à échéance, toujours plus grandes, sont refinancées à des rendements plus bas. Bien évidemment, tout cela a été rendu possible par les politiques monétaires accommodantes poursuivies par les banques centrales. Les taux ont été fixés près de zéro ou en territoire négatif, tandis que les programmes d’achat d’actifs ont poussé les rendements et les spreads de crédit à des niveaux historiquement bas.

Conclusion. La Réserve fédérale américaine et la Banque centrale européenne ont clairement indiqué qu’une politique monétaire accommodante restera la norme dans les années à venir. Il est donc peu vraisemblable que les rendements et les spreads augmenteront fortement dans les années à venir, ce qui maintiendra un environnement de liquidités abondantes sur les marchés financiers. S’il n’est absolument pas certain que cela permettra aux banques centrales d’atteindre leurs objectifs d’inflation, cela réduira de toute évidence le coût du service de la dette. Bien évidemment, la question des niveaux d’endettement devra être abordée un jour, mais au vu des politiques monétaires prévisibles à moyen terme, elle pourrait être remise à un jour lointain.

Lire l'intégralité de l'article

Responsable de la Stratégie d’Investissement Société Générale Private Banking