Clientèle privée Intermédiaires financiers

Devenir client

Vous êtes déjà client ? Nous vous invitons à contacter votre banquier privé. 
Vous n’êtes pas client mais aimeriez en savoir plus ? Merci de remplir le formulaire ci-dessous.

Contacts locaux

France : +33 (0) 1 42 14 20 00 (9h - 17h)
Luxembourg : +352 47 93 11 1 (8h30 - 17H30)
Monaco : +377 97 97 58 00 (9h/12h - 14h/17h)
Suisse : Genève au +41 22 819 02 02
et Zurich au +41 44 218 56 11 (8h30 - 17h30)

Vous souhaitez nous contacter au sujet de la protection de vos données personnelles ?

Merci de bien vouloir contacter le Délégué à la Protection des Données de Société Générale Private Banking France en envoyant un e-mail à l'adresse suivante : protectiondesdonnees@societegenerale.fr.

Merci de bien vouloir contacter le Délégué à la Protection des Données de Société Générale Luxembourg en envoyant un e-mail à l'adresse suivante : lux.dpooffice@socgen.com

Pour les clients résidant en Italie, merci de bien vouloir contacter le prestataire externe BDO en charge de la Protection des Données en envoyant un e-mail à l’adresse suivante :    lux.dpooffice-branch-IT@socgen.com

Merci de bien vouloir contacter Julien Garnier, Délégué à la Protection des Données de Société Générale Private Banking Monaco en envoyant un email à l'adresse suivante : list.mon-privmonaco-dpo@socgen.com

Merci de bien vouloir contacter le Délégué à la Protection des Données de Société Générale Private Banking Suisse en envoyant un e-mail à l'adresse suivante : sgpb-gdpr.ch@socgen.com

Vous souhaitez faire une réclamation ?

Société Générale Private Banking a l’ambition de vous apporter la meilleure qualité de service possible. Toutefois, des difficultés peuvent parfois survenir dans le fonctionnement de votre compte ou dans l’utilisation des services mis à votre disposition.

Votre banquier privé  est votre interlocuteur privilégié pour recueillir et traiter votre réclamation.

En cas de désaccord avec votre conseiller ou d’absence de réponse de sa part, vous pouvez adresser votre réclamation à la Direction de Société Générale Private Banking France en envoyant un e-mail à : FR-SGPB-Relations-Clients@socgen.com ou un courrier à l'adresse suivante : 

Société Générale Private Banking France
29 boulevard Haussmann CS 614
75421 Paris Cedex 9

Société Générale Private Banking France s’engage à accuser réception de votre réclamation sous 10 (dix) jours ouvrables à compter de la date de sa réception et à vous apporter une réponse dans un délai de 2 (deux) mois à compter de cette même date. Si nous ne sommes pas en mesure de respecter ce délai de 2 (deux) mois, vous en serez informé par courrier. 

En cas de désaccord avec la banque ou d’absence de réponse dans un délai de 2 (deux) mois après l’envoi de votre première réclamation écrite, ou de 15 (quinze) jours ouvrables pour une réclamation portant sur un service de paiement, vous pouvez saisir gratuitement, selon la nature de votre réclamation : 

 

Le Médiateur de la consommation auprès de la Fédération Bancaire Française

Le Médiateur de la consommation auprès de la Fédération Bancaire Française (FBF) est compétent pour les différends relatifs aux services fournis et aux contrats conclus en matière d’opérations de banque (gestion de compte de dépôt, opération de crédit, services de paiement par exemple), de services d’investissement, d’instruments financiers et de produits d’épargne, ainsi qu’à la commercialisation des contrats d’assurance.

Le Médiateur auprès de la FBF vous répondra directement, dans un délai de 90 (quatre-vingt-dix) jours à compter de la date à laquelle il aura reçu tous les documents sur lesquels est fondée la demande. En cas de litige complexe, ce délai peut être prolongé. Le Médiateur auprès de la FBF formulera une position motivée qu’il soumet à l’approbation des deux parties.

Vous pouvez saisir le Médiateur auprès de la FBF par voie électronique sur le site internet du Médiateur : www.lemediateur.fbf.fr ou en adressant un courrier à l’adresse suivante :

Le Médiateur CS 151
75 422 Paris cedex 09

 

Le Médiateur de l’Autorité des Marchés Financiers

Le Médiateur de l’Autorité des Marchés Financiers (AMF) est également compétent pour les différends relatifs aux services d’investissements, d’instruments financiers et de produits d’épargne financière.

Pour ce type de différend, en tant que client consommateur, vous disposez donc d’un choix entre le Médiateur de la consommation auprès de la FBF et le Médiateur de l’AMF. Dès lors que vous avez choisi l’un de ces deux médiateurs, vous ne pouvez plus saisir, pour ce même différend, l’autre Médiateur.

Vous pouvez saisir le Médiateur de l’AMF par voie électronique sur le site internet de l’AMF : www.amf-france.org ou en adressant un courrier à l’adresse suivante :

Le Médiateur de l’Autorité des Marchés Financiers
17 place de la Bourse
75082 Paris Cedex 2

Le Médiateur de l’Assurance

Le Médiateur de l’Assurance est compétent pour les litiges sur l’application ou l’interprétation d’un contrat d’assurance.

Vous pouvez saisir le Médiateur des Assurances en utilisant les coordonnées qui doivent être mentionnées aux termes de votre contrat d’assurance.

Afin d’assurer un traitement optimal de vos demandes, toute réclamation auprès de notre établissement peut être adressée à l'adresse suivante :

Service réclamations Banque privée
11, Avenue Emile Reuter
L-2420 Luxembourg

Ou par e-mail à l’adresse clienteleprivee.sglux@socgen.com et

pour les clients résidant en Italie à l’adresse societegenerale@unapec.it

La Banque s’engage à accuser réception de votre demande dans les 10 jours ouvrables suivant sa date de réception et à vous apporter une réponse dans un délai maximum de 30 jours ouvrables à compter de sa réception. Si votre demande devait nécessiter un délai de traitement supplémentaire (recherches complexes…), nous vous en informerons endéans ce même délai de 30 jours ouvrables.

Dans l’hypothèse où la réponse qui vous est apportée ne correspondrait pas à vos attentes, nous vous informons de la possibilité :

En premier lieu, d’adresser à la Direction de Société Générale Luxembourg en charge du traitement des réclamations, votre demande à l’adresse suivante :

Secrétariat Général de Société Générale Luxembourg
11, Avenue Emile Reuter
L-2420 Luxembourg

En second lieu, si la réponse de la Direction en charge du traitement des réclamations ne permet pas de clore la réclamation, de disposer de la faculté de saisir l’Autorité de tutelle de Société Générale Luxembourg, la Commission de Surveillance du Secteur Financier (CSSF) :

Par courrier : 283, Route d’Arlon L-1150 Luxembourg
Par courriel :
direction@cssf.lu

Afin d’assurer un traitement optimal de vos demandes, toute réclamation auprès de notre établissement peut être adressée soit par e-mail à l’adresse suivante : servicequalite.privmonaco@socgen.com ou par courrier à notre service dédié :

Sociéte Génerale Private Banking Monaco
Middle Office – Service Réclamation 
11 avenue de Grande Bretagne 
98000 Monaco

La Banque s’engage à accuser réception de votre demande dans les 2 jours ouvrables suivant sa date de réception et à vous apporter une réponse dans un délai maximum de 30 jours ouvrables à compter de sa réception. Si votre demande devait nécessiter un délai de traitement supplémentaire (recherches complexes…), nous vous en informerons endéans ce même délai de 30 jours ouvrables. 

Dans l’hypothèse où la réponse qui vous est apportée ne correspondrait pas à vos attentes, nous vous informons de la possibilité d’adresser à la Direction de Société Générale Private Banking Monaco en charge du traitement des réclamations, votre demande à l’adresse suivante : 

Sociéte Génerale Private Banking Monaco
Secrétariat Général 
11 avenue de Grande Bretagne
98000 Monaco

Toute réclamation auprès de notre établissement peut être adressée par messagerie électronique à l’adresse suivante :

sgpb-reclamations.ch@socgen.com

Les clients peuvent également avoir recours à l’Ombudsman des banques suisses dont les coordonnées figurent sur le site :

www.bankingombudsman.ch

 

 

Weekly Update - Covid-19 – déploiement de mesures stratégiques

Cette semaine, un certain nombre de banques centrales ont ajusté leur politique en réaction à l’épidémie de coronavirus et à ses effets sur la croissance. Les rendements obligataires se sont inscrits en baisse, les bons du Trésor américain à 10 ans produisant désormais un rendement de seulement 78 pb, après 1,92% au début de l’année. Et les marchés actions mondiaux restent extrêmement nerveux et incertains. L’indice MSCI World a progressé de plus de 1,5%, tant à la hausse qu’à la baisse, durant sept des neuf derniers jours de cotation. Quelles sont les perspectives pour l’économie mondiale et les marchés ?

Cette semaine, un certain nombre de banques centrales ont ajusté leur politique en réaction à l’épidémie de coronavirus et à ses effets sur la croissance. Les rendements obligataires se sont inscrits en baisse, les bons du Trésor américain à 10 ans produisant désormais un rendement de seulement 78 pb, après 1,92% au début de l’année. Et les marchés actions mondiaux restent extrêmement nerveux et incertains. L’indice MSCI World a progressé de plus de 1,5%, tant à la hausse qu’à la baisse, durant sept des neuf derniers jours de cotation. Quelles sont les perspectives pour l’économie mondiale et les marchés ?
En Chine continentale, longtemps l’épicentre de l’épidémie de Covid-19, le taux de croissance des nouveaux cas confirmés a légèrement marqué le pas ces derniers jours, laissant entendre que la décision d’arrêter l’économie durant une grande partie du mois de février a commencé à porter ses fruits. Ces derniers jours, le gouvernement a autorisé la réouverture de nombreuses liaisons de transport, et des bureaux et des usines ont repris leur activité. Par exemple, Foxconn (un fournisseur majeur d’Apple) a annoncé cette semaine que 50% de ses salariés avaient repris le travail et que son activité tournerait de nouveau à plein régime d’ici à fin mars.
Le fléchissement de l’activité est clairement ressorti dans les indices de confiance des directeurs d’achat (PMI) du secteur manufacturier en février. Les chiffres des enquêtes officielles (conduites par le Bureau national des statiques auprès de grands exportateurs principalement) ont plongé à 35,7, un plus-bas historique (les résultats sont calibrés de sorte que les chiffres inférieurs à 50 indiquent une contraction et ceux supérieurs à 50 une expansion de l’activité). Et l’indice PMI du secteur non-manufacturier s’est élevé à 29,6, les services ayant été encore plus fragilisés par l’épidémie. Le mois de mars pourrait connaître une amélioration de la confiance des entreprises, avec un retour à des niveaux plus normaux au deuxième trimestre.
Au cours des deux dernières semaines, c’est l’augmentation du nombre de cas dans le reste du monde qui a préoccupé les autorités politiques et les investisseurs. Comme illustré par le graphique de gauche, le taux de propagation du virus suit la même trajectoire qu’en Chine il y a quelques semaines, laissant entrevoir une hausse sensible imminente du nombre de nouveaux cas. Les enquêtes PMI pour le mois de février en Europe et aux Etats-Unis ont été réalisées avant la récente augmentation du nombre de nouveaux cas.
Les effets de l’épidémie devraient également peser sur la confiance en mars et au début du deuxième trimestre. Cependant, les gouvernements suivent la stratégie de mesures adoptée par la Chine pour enrayer la propagation de l’épidémie.
L’Italie, par exemple, a placé plusieurs villes en quarantaine, les voyages et les gros rassemblements ont été restreints, et les écoles et les universités du pays resteront fermées jusqu’au 15 mars au moins. Et alors que le virus se propage, d’autres pays lui emboîteront le pas.
Au vu de ces éléments, les banques centrales mondiales sont passées à l’action, avec des baisses de taux cette semaine aux Etats- Unis, en Australie, au Canada, en Thaïlande et en Malaisie. D’autres outils sont mis en oeuvre (la Banque du Japon a déjà repris les achats d’actifs, et le nouveau gouverneur de la Banque d’Angleterre a prévenu le parlement britannique cette semaine qu’il se tenait prêt à proposer un « financement des chaînes d’approvisionnement » aux plus petites entreprises). De toute évidence, ces mesures ne freineront en rien la propagation du Covid-19, mais elles contribueront à assurer le bon fonctionnement du système financier en cette période de troubles.
Les gouvernements ont également assoupli leur politique. L’Italie a multiplié par deux son plan de relance à 7,5 Md€, le Congrès américain a approuvé un plan de dépenses de 8 Md$, tandis que Hong Kong distribuera 10 000 HKD à chaque résident, une décision qui pourrait être imitée par la Thaïlande. Tous ces éléments viennent s’ajouter aux séries régulières de mesures de relance ciblées mises en place par la Chine ces dernières semaines.

Conclusion. Même si la Chine s’est remise au travail, les effets sur les économies européenne et américaine sont encore à venir. Nous estimons que le ralentissement sera important mais éphémère (la combinaison de politiques monétaires et fiscales plus expansionnistes devrait contribuer à accélérer la reprise de l’activité une fois l’épidémie endiguée). Les marchés pourraient rester très volatils dans l’immédiat, et une allocation largement diversifiée en faveur d’actifs plus défensifs est suggérée. L’or reste notre outil de diversification favori.

Lire l'intégralité de l'article

Responsable de la Stratégie d’Investissement Société Générale Private Banking