Contact

Vous êtes déjà client ? Nous vous invitons à contacter votre banquier privé. 
Vous n’êtes pas client mais aimeriez en savoir plus ? Merci de remplir le formulaire ci-dessous.

Contacts locaux

France : +33 (0) 1 42 14 20 00 (9h - 17h)
Luxembourg : +352 47 93 11 1 (8h30 - 18H00)
Monaco : +377 97 97 58 00 (9h/12h - 14h/17h)
Suisse : Genève au +41 22 819 02 02
et Zurich au +41 44 218 56 11 (8h30 - 17h30)

Vous souhaitez nous contacter au sujet de la protection de vos données personnelles ?

Merci de bien vouloir contacter le Délégué à la Protection des Données de Société Générale Private Banking France en envoyant un email à l'adresse suivante : protectiondesdonnees@societegenerale.fr.

Merci de bien vouloir contacter Bieneke Russon, Délégué à la Protection des Données de Société Générale Bank & Trust Luxembourg par téléphone : +352-47.93.93.11.5046 ou en envoyant un email à l'adresse suivante : lux.dpooffice@socgen.com.

Merci de bien vouloir contacter Julien Garnier, Délégué à la Protection des Données de Société Générale Private Banking Monaco en envoyant un email à l'adresse suivante : list.mon-privmonaco-dpo@socgen.com

Merci de bien vouloir contacter Omar Otmani, Délégué à la Protection des Données de Société Générale Private Banking Suisse en envoyant un email à l'adresse suivante : sgpb-gdpr.ch@socgen.com.

Vous souhaitez faire une réclamation ?

Merci de bien vouloir adresser votre réclamation à Société Générale Private Banking France en envoyant un email à : FR-SGPB-Relations-Clients@socgen.com ou un courrier à l'adresse suivante : 

Société Générale Private Banking France
Direction Commerciale
29 boulevard Haussmann CS 614
75421 Paris Cedex 9

Société Générale Private Banking France s’engage à accuser réception de votre réclamation dans un délai de dix jours ouvrables à compter de la date de sa réception et à vous apporter une réponse dans un délai de deux mois à compter de cette même date. Si nous ne sommes pas en mesure de respecter ce délai de 60 jours, vous en serez informé par courrier.
 

En dernier recours, vous pouvez saisir gratuitement, selon la nature de votre réclamation 

 

Le Médiateur auprès de Société Générale

Il s'engage à étudier votre dossier au vu de votre position et de celle de la banque, à apprécier les arguments des parties et à prendre une décision fondée sur l'équité. Le Médiateur vous répondra directement dans un délai maximum de deux mois.

Vous pouvez saisir le Médiateur auprès de Société Générale par voie électronique sur le site internet du Médiateur : mediateur.societegenerale.fr ou en adressant un courrier à l’adresse suivante :

Le Médiateur auprès de Société Générale
17 cours Valmy
92987 Paris La Défense Cedex 7

 

Le Médiateur de l’Autorité des Marchés Financiers

Vous pouvez saisir le Médiateur de l’Autorité des Marchés Financiers en adressant un courrier à l’adresse suivante :

Le Médiateur de l’Autorité des Marchés Financiers
17 Place de la Bourse
75082 Paris Cedex 2

 

Le Médiateur des Assurances

Vous pouvez saisir le Médiateur des Assurances : ses coordonnées doivent être mentionnées aux termes de votre contrat d’assurance.

Afin d’assurer un traitement optimal de vos demandes, toute réclamation auprès de notre établissement peut être adressée à l'adresse suivante :

Service réclamations Banque privée
11, Avenue Emile Reuter
L-2420 Luxembourg

La Banque s’engage à accuser réception de votre demande dans les 10 jours suivant sa date de réception et à vous apporter une réponse dans un délai maximum de 30 jours à compter de sa réception. Si votre demande devait nécessiter un délai de traitement supplémentaire (recherches complexes…), nous vous en informerons endéans ce même délai de 30 jours.

Dans  l’hypothèse où la réponse qui vous est apportée ne correspondrait pas à vos attentes, nous vous informons de la possibilité :

En premier lieu, d’adresser à la Direction de Société Générale Bank & Trust en charge du traitement des réclamations, votre demande à l’adresse suivante :

Secrétariat Général de Société Générale Bank & Trust
11, Avenue Emile Reuter
L-2420 Luxembourg

En second lieu, si la réponse de la Direction en charge du traitement des réclamations ne permet pas de clore la réclamation, de disposer de la faculté de saisir l’Autorité de tutelle de SGBT, la Commission de Surveillance du Secteur Financier (CSSF) :

Par courrier : 283, Route d’Arlon L-1150 Luxembourg
Par courriel : direction@cssf.lu

Afin d’assurer un traitement optimal de vos demandes, toute réclamation auprès de notre établissement peut être adressée soit par e-mail à l’adresse suivante : servicequalite.privmonaco@socgen.com ou par courrier à notre service dédié :

Societe Generale Private Banking Monaco
Middle Office – Service Réclamation 
11 avenue de Grande Bretagne 
98000 Monaco

La Banque s’engage à accuser réception de votre demande dans les 2 jours suivants sa date de réception et à vous apporter une réponse dans un délai maximum de 10 jours à compter de sa réception. Si votre demande devait nécessiter un délai de traitement supplémentaire (recherches complexes…), nous vous en informerons endéans ce même délai de 30 jours. 

Dans l’hypothèse où la réponse qui vous est apportée ne correspondrait pas à vos attentes, nous vous informons de la possibilité d’adresser à la Direction de Société Générale Private Banking Monaco en charge du traitement des réclamations, votre demande à l’adresse suivante : 

Secrétariat Général de Societe Generale Private Banking Monaco 
11 avenue de Grande Bretagne
98000 Monaco

Toute réclamation auprès de notre établissement peut être adressée par messagerie électronique à l’adresse suivante : sgpb-reclamations.ch@socgen.com.

Les clients peuvent également avoir recours à l’Ombudsman des banques suisses dont les coordonnées figurent sur le site www.bankingombudsman.ch

 

Notre point de vue - T2 2021 - Montée des anticipations

Découvrez les perspectives trimestrielles de notre équipe Stratégie d'Investissement.

Situation macro-économique
Les taux d’infection restent obstinément élevés dans l’UE, les pénuries de vaccins ralentissent les programmes de vaccination et les confinements sont prolongés. Il est donc de plus en plus vraisemblable que la zone euro ne sortira pas de la récession avant le T3. La Chine a fini de se relever de la crise pandémique et les autorités ont indiqué que les soutiens monétaire et fiscal seront mois nécessaire. Cependant, la confiance des chefs d’entreprise dans le monde s’est améliorée en mars, et les politiques budgétaires et monétaires restent des facteurs de soutien puissants. Nous continuons d’anticiper une reprise mondiale synchronisée au S2. Par ailleurs, constatant que le Président Biden recommande un plan d’investissement de 3 000 Md$ dans les infrastructures (portant les dépenses budgétaires depuis décembre à 27,8% du PIB), les économistes continueront de redouter une surchauffe.

Banques centrales
Les récentes réunions de banques centrales ont confirmé que la politique restera très accommodante. Malgré les révisions à la hausse des projections de croissance et d’inflation pour cette année, la Réserve fédérale (Fed) ne voit toujours pas la nécessité de relever les taux avant fin 2023. Et la Banque centrale européenne (BCE) a réagi promptement à un léger resserrement des conditions financières en annonçant un rythme « beaucoup plus soutenu » des achats d’actifs au T2. Les économistes tablent sur une envolée des mesures d’inflation ce printemps, alors que l’énorme hausse des prix des matières premières observée au cours de l’année passée se répercute sur les indicateurs, mais les banquiers centraux restent impassibles, estimant qu’il s’agira d’un phénomène passager.

Marchés financiers
L’environnement macroéconomique marqué par une hausse des anticipations d’inflation sous l’impulsion des dépenses budgétaires a fait grimper les rendements des obligations d’Etat depuis l’été dernier, en particulier en USD et en GBP, et une nouvelle hausse est encore possible. Les « spreads » des obligations d’entreprise (la différence de rendement avec les obligations d’État) restent serrés, s’avérant peu attrayants pour les investisseurs. A court terme, la récente vigueur du dollar pourrait persister, compte tenu de l’élargissement des écarts de croissance et de rendement face à la zone euro, mais sur le plus long terme, les fondamentaux devraient peser sur le billet vert. Les marchés actions mondiaux restent proches des plus-hauts historiques atteints à la mi-février, mais les investisseurs se sont détournés des valeurs de « croissance » très chères au profit des régions et des secteurs plus sensibles aux cycles et meilleur
marché.

Conclusion
Les marchés actions n’ont cessé de progresser depuis fin décembre et les valorisations sont désormais confrontées à la hausse des rendements. Nous avons réduit notre exposition, mais continuons de Surpondérer. En termes de régions, nous avons pris des bénéfices sur les marchés émergents et avons relevé notre positionnement sur le Royaume-Uni. Nous continuons également de mettre en lumière l’attrait des secteurs et des titres « value » (jugés attractifs au regard notamment du ratio cours/valeur comptable, du rendement de dividende et du ratio cours/bénéfices). Nous restons négatifs sur les obligations d’État des économies avancées et continuons également de Sous-pondérer le crédit (obligations d’Entreprise). Nous restons convaincus que l’euro regagnera du terrain face au dollar grâce à la reprise cyclique qui s’installera au S2.

Lire l'intégralité de l'article

Conformément à la réglementation en vigueur, nous informons le lecteur que ce document est qualifié de document à caractère promotionnel. CA25/S1/21 Sauf si spécifié, tous les chiffres et statistiques présents dans ce rapport proviennent de Bloomberg et Datastream le 26/03/2021.