Clientèle privée Intermédiaires financiers

Devenir client

Vous êtes déjà client ? Nous vous invitons à contacter votre banquier privé. 
Vous n’êtes pas client mais aimeriez en savoir plus ? Merci de remplir le formulaire ci-dessous.

Contacts locaux

France : +33 (0) 1 42 14 20 00 (9h - 17h)
Luxembourg : +352 47 93 11 1 (8h30 - 17H30)
Monaco : +377 97 97 58 00 (9h/12h - 14h/17h)
Suisse : Genève au +41 22 819 02 02
et Zurich au +41 44 218 56 11 (8h30 - 17h30)

Vous souhaitez nous contacter au sujet de la protection de vos données personnelles ?

Merci de bien vouloir contacter le Délégué à la Protection des Données de Société Générale Private Banking France en envoyant un e-mail à l'adresse suivante : protectiondesdonnees@societegenerale.fr.

Merci de bien vouloir contacter le Délégué à la Protection des Données de Société Générale Luxembourg en envoyant un e-mail à l'adresse suivante : lux.dpooffice@socgen.com

Pour les clients résidant en Italie, merci de bien vouloir contacter le prestataire externe BDO en charge de la Protection des Données en envoyant un e-mail à l’adresse suivante :    lux.dpooffice-branch-IT@socgen.com

Merci de bien vouloir contacter Julien Garnier, Délégué à la Protection des Données de Société Générale Private Banking Monaco en envoyant un email à l'adresse suivante : list.mon-privmonaco-dpo@socgen.com

Merci de bien vouloir contacter le Délégué à la Protection des Données de Société Générale Private Banking Suisse en envoyant un e-mail à l'adresse suivante : sgpb-gdpr.ch@socgen.com

Vous souhaitez faire une réclamation ?

Société Générale Private Banking a l’ambition de vous apporter la meilleure qualité de service possible. Toutefois, des difficultés peuvent parfois survenir dans le fonctionnement de votre compte ou dans l’utilisation des services mis à votre disposition.

Votre banquier privé  est votre interlocuteur privilégié pour recueillir et traiter votre réclamation.

En cas de désaccord avec votre conseiller ou d’absence de réponse de sa part, vous pouvez adresser votre réclamation à la Direction de Société Générale Private Banking France en envoyant un e-mail à : FR-SGPB-Relations-Clients@socgen.com ou un courrier à l'adresse suivante : 

Société Générale Private Banking France
29 boulevard Haussmann CS 614
75421 Paris Cedex 9

Société Générale Private Banking France s’engage à accuser réception de votre réclamation sous 10 (dix) jours ouvrables à compter de la date de sa réception et à vous apporter une réponse dans un délai de 2 (deux) mois à compter de cette même date. Si nous ne sommes pas en mesure de respecter ce délai de 2 (deux) mois, vous en serez informé par courrier. 

En cas de désaccord avec la banque ou d’absence de réponse dans un délai de 2 (deux) mois après l’envoi de votre première réclamation écrite, ou de 15 (quinze) jours ouvrables pour une réclamation portant sur un service de paiement, vous pouvez saisir gratuitement, selon la nature de votre réclamation : 

 

Le Médiateur de la consommation auprès de la Fédération Bancaire Française

Le Médiateur de la consommation auprès de la Fédération Bancaire Française (FBF) est compétent pour les différends relatifs aux services fournis et aux contrats conclus en matière d’opérations de banque (gestion de compte de dépôt, opération de crédit, services de paiement par exemple), de services d’investissement, d’instruments financiers et de produits d’épargne, ainsi qu’à la commercialisation des contrats d’assurance.

Le Médiateur auprès de la FBF vous répondra directement, dans un délai de 90 (quatre-vingt-dix) jours à compter de la date à laquelle il aura reçu tous les documents sur lesquels est fondée la demande. En cas de litige complexe, ce délai peut être prolongé. Le Médiateur auprès de la FBF formulera une position motivée qu’il soumet à l’approbation des deux parties.

Vous pouvez saisir le Médiateur auprès de la FBF par voie électronique sur le site internet du Médiateur : www.lemediateur.fbf.fr ou en adressant un courrier à l’adresse suivante :

Le Médiateur CS 151
75 422 Paris cedex 09

 

Le Médiateur de l’Autorité des Marchés Financiers

Le Médiateur de l’Autorité des Marchés Financiers (AMF) est également compétent pour les différends relatifs aux services d’investissements, d’instruments financiers et de produits d’épargne financière.

Pour ce type de différend, en tant que client consommateur, vous disposez donc d’un choix entre le Médiateur de la consommation auprès de la FBF et le Médiateur de l’AMF. Dès lors que vous avez choisi l’un de ces deux médiateurs, vous ne pouvez plus saisir, pour ce même différend, l’autre Médiateur.

Vous pouvez saisir le Médiateur de l’AMF par voie électronique sur le site internet de l’AMF : www.amf-france.org ou en adressant un courrier à l’adresse suivante :

Le Médiateur de l’Autorité des Marchés Financiers
17 place de la Bourse
75082 Paris Cedex 2

Le Médiateur de l’Assurance

Le Médiateur de l’Assurance est compétent pour les litiges sur l’application ou l’interprétation d’un contrat d’assurance.

Vous pouvez saisir le Médiateur des Assurances en utilisant les coordonnées qui doivent être mentionnées aux termes de votre contrat d’assurance.

Afin d’assurer un traitement optimal de vos demandes, toute réclamation auprès de notre établissement peut être adressée à l'adresse suivante :

Service réclamations Banque privée
11, Avenue Emile Reuter
L-2420 Luxembourg

Ou par e-mail à l’adresse clienteleprivee.sglux@socgen.com et

pour les clients résidant en Italie à l’adresse societegenerale@unapec.it

La Banque s’engage à accuser réception de votre demande dans les 10 jours ouvrables suivant sa date de réception et à vous apporter une réponse dans un délai maximum de 30 jours ouvrables à compter de sa réception. Si votre demande devait nécessiter un délai de traitement supplémentaire (recherches complexes…), nous vous en informerons endéans ce même délai de 30 jours ouvrables.

Dans l’hypothèse où la réponse qui vous est apportée ne correspondrait pas à vos attentes, nous vous informons de la possibilité :

En premier lieu, d’adresser à la Direction de Société Générale Luxembourg en charge du traitement des réclamations, votre demande à l’adresse suivante :

Secrétariat Général de Société Générale Luxembourg
11, Avenue Emile Reuter
L-2420 Luxembourg

En second lieu, si la réponse de la Direction en charge du traitement des réclamations ne permet pas de clore la réclamation, de disposer de la faculté de saisir l’Autorité de tutelle de Société Générale Luxembourg, la Commission de Surveillance du Secteur Financier (CSSF) :

Par courrier : 283, Route d’Arlon L-1150 Luxembourg
Par courriel :
direction@cssf.lu

Afin d’assurer un traitement optimal de vos demandes, toute réclamation auprès de notre établissement peut être adressée soit par e-mail à l’adresse suivante : servicequalite.privmonaco@socgen.com ou par courrier à notre service dédié :

Sociéte Génerale Private Banking Monaco
Middle Office – Service Réclamation 
11 avenue de Grande Bretagne 
98000 Monaco

La Banque s’engage à accuser réception de votre demande dans les 2 jours ouvrables suivant sa date de réception et à vous apporter une réponse dans un délai maximum de 30 jours ouvrables à compter de sa réception. Si votre demande devait nécessiter un délai de traitement supplémentaire (recherches complexes…), nous vous en informerons endéans ce même délai de 30 jours ouvrables. 

Dans l’hypothèse où la réponse qui vous est apportée ne correspondrait pas à vos attentes, nous vous informons de la possibilité d’adresser à la Direction de Société Générale Private Banking Monaco en charge du traitement des réclamations, votre demande à l’adresse suivante : 

Sociéte Génerale Private Banking Monaco
Secrétariat Général 
11 avenue de Grande Bretagne
98000 Monaco

Toute réclamation auprès de notre établissement peut être adressée par messagerie électronique à l’adresse suivante :

sgpb-reclamations.ch@socgen.com

Les clients peuvent également avoir recours à l’Ombudsman des banques suisses dont les coordonnées figurent sur le site :

www.bankingombudsman.ch

 

 

Périple en roues libres

Voyager différemment - De la Norvège à l’Écosse, l’EuroVelo 12 fait le tour de la mer du Nord, offrant un terrain de jeu de plus de 7000 kilomètres aux amateurs d’épopées cyclistes. Nicolas Cassier et le photographe danois Adam Katz Sinding se sont lancés dans l’aventure durant quelques jours, entre l’hyperactif port de Hambourg et le paisible rivage danois - Par Nicolas Cassier et Olivier Cirendini.

Cinq jours. Plus de 600 kilomètres. Deux pays, deux hommes, deux vélos. Ainsi pourrait-on résumer le périple de Nicolas Cassier et d’Adam Katz Sinding, deux amoureux de vélo, de voyages et d’endurance. Mais on serait loin du compte. Car le voyage à vélo n’est pas seulement une affaire de muscles et d’itinéraire. C’est aussi et surtout une approche différente de la mobilité, de l’environnement et des personnes croisées en chemin.

Catalyseur de sympathie

« Le vélo est un catalyseur de sympathie », affirme avec entrain Nicolas Cassier. Peut-être parce qu’il est quasi universel. « Tout le monde monte sur un vélo à un moment ou à un autre de sa vie, où qu’il habite sur la planète. Il n’y a quasiment pas un endroit au monde où on ne trouve pas de vélo. » Ce sportif qui pratique aussi la course d’endurance à pied le constate chaque fois qu’il se met en selle pour de longues distances : « C’est un mode de transport dénué de toute agressivité. Quand on arrive avec un vélo, les gens sont sensibles à l’effort que cela exige, ce qui déclenche très souvent un mouvement de sympathie. On vous demande toujours d’où vous venez et où vous allez. Vous suscitez la curiosité, on s’intéresse à vous. »

Plus près des gens… et des éléments

Le cycliste français et son comparse danois l’ont vérifié durant leur tour sur la véloroute de la mer du Nord. Écologique, discret, silencieux, accessible et connu de tous, le vélo permet de voyager tout en restant près des gens et favorise donc les rencontres. Certaines mémorables, comme avec cet homme qui promène quotidiennement son saint-bernard sur la frontière germano-danoise. « Avec humour, il a déclaré qu’il aimait voyager et que chaque jour il quittait un peu le pays avec son chien », se souvient Nicolas Cassier. Ou encore avec cette habitante de Hambourg qui a dit aux deux cyclistes une chose qu’ils ont eu le temps de méditer : « Hambourg sans la pluie, ce n’est pas vraiment Hambourg… »

L’EuroVelo 12 est très bien fléché, vert sur blanc en Allemagne et blanc sur bleu au Danemark. Ces signes vous guident de port en port et jusqu’aux balises maritimes de Tönning, avec ses constructions de briques et ses rues pavées.
La devanture d’un restaurant routier danois. On y fait de belles rencontres, en plus de manger des spécialités locales.
L’heure bleue sur le port d’Esbjerg, le plus grand comptoir d’échange du Danemark.  Sa cheminée contraste avec les pales des moulins à grains que l’on croise dans le bocage allemand. 

 

C’est l’une des autres caractéristiques du voyage à vélo. La proximité, voire l’intimité avec les éléments, pour le meilleur et pour le pire. En selle, on ressent la caresse ou la rudesse du soleil, le vent qui augmente quand on pousse plus fort sur les pédales, le picotement des intempéries. Rien ne s’interpose entre le (ou la – rappelons au passage que l’activité est totalement unisexe) cycliste et ce qui l’entoure. Voyager à vélo, c’est faire corps avec la météorologie, la géographie, le relief, la lumière…

Les moutons sont omniprésents le long de la côte de la mer  du Nord. Ils entretiennent la digue et veillent sur les sémaphores chargés de guider les bateaux vers le large.
Le regard portant vers l’horizon. À vélo, il faut apprendre à vivre avec la météo, qui donne vie aux paysages.
La pluie apporte des reflets et du caractère, un ciel bleu sublime, et met en perspective les greniers à grains.

 

Lever la tête du guidon

Les rivages de la mer du Nord ne sont pas les plus cléments d’Europe. Nos deux cyclistes l’avouent : ils ont parfois eu de la pluie et du vent de face. Il y a eu des moments où ils ont dû aller puiser en eux la volonté de donner le coup de pédale suivant. « L’EuroVelo 12 est un itinéraire très roulant avec des passages sur l’asphalte et d’autres sur des chemins ou du gravier, précise Nicolas Cassier. C’est un itinéraire accessible à tous mais il arrive bien sûr que la météo s’en mêle. Je me souviens d’un moment, sur la digue de la mer du Nord, où le vent était si fort que j’ai eu l’impression que le vélo allait reculer si j’arrêtais de pédaler. J’ai mesuré ma chance d’être là en levant les yeux du guidon : nous étions survolés par un aigle pygargue à queue blanche. Un rapace rare, protégé, magnifique, qui peut atteindre 2,40 m d’envergure. Dans ces moments-là, on oublie tous les tracas de la route et la difficulté de l’effort. »

Voir le monde autrement

Le voyage à vélo réserve des surprises, comme cette rencontre avec un rapace. « En voiture, on n’aurait pas connu un instant magique comme celui-ci, s’extasie Nicolas Cassier. Idem avec les hirondelles qui venaient tourner autour de nous. » Aucun doute, selon lui : le vélo offre un moyen privilégié d’appréhender le temps et l’espace, de ressentir son environnement. Il permet de voir les choses sous un autre angle, à un autre rythme, de découvrir des paysages qui, autrement, ne nous auraient peut-être pas touchés autant et d’évoluer sans peine dans les milieux les plus variés. « La sortie de Hambourg était étonnante, avec ces maisons de briques qui se reflètent dans des buildings de verre. Vient ensuite le quartier surnommé « le petit Notting Hill » et ses demeures de style anglais. Plus loin, la piste serpente entre pâtures et marais. Des oiseaux migrateurs viennent passer l’été à cet endroit et des moutons sont sollicités pour entretenir les pelouses de la digue. Ici, on traverse des sites industriels, on côtoie des porte-conteneurs, des géants d’acier de plusieurs milliers de tonnes.

Là, on pédale dans une réserve naturelle ou entre les dunes parsemées de cabanes scandinaves d’une lande sauvage. » En ville comme en pleine nature, le vélo permet de se sentir en phase avec tous les éléments, aussi différents soient-ils.

Pause contemplative au pied de la statue L’homme rencontre la mer, sculpture monumentale de Sven Wiig Hansen à la sortie d’Esbjerg.

Éloge de la simplicité

Peut-être est-ce là, après tout, le grand mérite de la petite reine. C’est le mode de transport de la simplicité. Bien sûr, il existe maintenant des machines sophistiquées, ultra-légères, high-tech, avec cadre en carbone et changement de vitesses électronique, « mais il n’est pas nécessaire d’être suréquipé pour partir en voyage, insiste Nicolas Cassier. On peut aussi choisir des machines simples : on pourra toujours, n’importe où, trouver de quoi réparer en cas de casse. Et partir en semi-autonomie, avec juste un casque, quelques affaires et une brosse à dents ». Le minimum pour aller de l’avant et goûter à des plaisirs simples, comme le bain dans la mer du Nord que les deux cyclistes se sont offert à la fin de leur périple sur l’EuroVelo 12, derrière la langue de sable du bourg de pêcheurs de Hvide Sande. « Lorsque nous sommes arrivés, l’eau nous renvoyait les lumières orangées du soleil déclinant. Il ne nous restait plus qu’à poser les vélos et à nous jeter dans les vagues. »

Quelques clés pour se mettre en selle

Comment ?

Le voyage à vélo peut prendre autant de formes qu’il y a de cyclistes. « À vélo, on ne voyage pas pour la destination, explique Nicolas Cassier. Ce qui compte, c’est ce qui se passe en chemin. C’est entre le point A et le point B que l’on vit une expérience extraordinaire. On recherche davantage le plaisir du mouvement que l’attrait de la destination. » On n’a donc pas forcément besoin d’aller très loin. On peut parcourir 25 km par jour ou plus de 100 si on est dans une approche plus sportive.

Où ?

Partout. « Il suffit de trouver un prétexte ! Ça peut être un château à 30 km de chez soi. On peut faire un voyage de 50 km depuis la maison. »

Quand ?

Quand on veut. « C’est une parenthèse que l’on peut ouvrir et refermer à sa guise, assure Nicolas Cassier. Il suffit de se mettre en selle et de pédaler. »

Avec quel matériel ?

Ici encore, de nombreuses options sont possibles. Si on veut partir loin, il est préférable d’avoir un matériel un peu technique, qui sera plus efficace et léger. Mais, dans les faits, on peut voyager avec n’importe quel vélo, à condition d’adapter son programme à la machine, à ses envies et à sa condition physique. Les impératifs ? Un casque, un bon cuissard et une bonne selle. « La selle, c’est ce qui fait qu’on vit bien le voyage, précise Nicolas Cassier. C’est important, on reste des heures dessus. »

Avec qui ?

Tout le monde ! Sportifs ou pas, dilettantes ou accros à la performance, de 7 à 77 ans. En famille, en amoureux, entre amis. Avec tous ceux qui en ont envie. C’est encore plus simple, facile et accessible depuis l’arrivée des vélos électriques…

Qu’est-ce que l’eurovelo 12 ?

L’EuroVelo 12 est un itinéraire européen de voies cyclables de plus de 7 000 kilomètres faisant le tour de la mer du Nord, de l’Écosse à la Norvège, en passant par le Royaume-Uni, la France, la Belgique, l’Allemagne, les Pays-Bas, le Danemark et la Suède.

EuroVelo : un réseau de plus de 90000 kilomètres d’itinéraires cyclables à travers 38 pays

Cette « Véloroute de la mer du Nord » a été la première voie EuroVelo ouverte en Europe, en 2001. Aujourd’hui, 16 autres itinéraires cyclables longue distance relient et unissent l’ensemble du continent, totalisant plus de 90 000 kilomètres de route. Ils s’appuient sur le réseau de routes et de pistes cyclables des pays traversés tout en disposant d’une signalétique européenne spécifique.

Pour en savoir plus : https://fr.eurovelo.com/