Clientèle privée Intermédiaires financiers

Devenir client

Vous êtes déjà client ? Nous vous invitons à contacter votre banquier privé. 
Vous n’êtes pas client mais aimeriez en savoir plus ? Merci de remplir le formulaire ci-dessous.

Contacts locaux

France : +33 (0) 1 42 14 20 00 (9h - 17h)
Luxembourg : +352 47 93 11 1 (8h30 - 17H30)
Monaco : +377 97 97 58 00 (9h/12h - 14h/17h)
Suisse : Genève au +41 22 819 02 02
et Zurich au +41 44 218 56 11 (8h30 - 17h30)

Vous souhaitez nous contacter au sujet de la protection de vos données personnelles ?

Merci de bien vouloir contacter le Délégué à la Protection des Données de Société Générale Private Banking France en envoyant un e-mail à l'adresse suivante : protectiondesdonnees@societegenerale.fr.

Merci de bien vouloir contacter le Délégué à la Protection des Données de Société Générale Luxembourg en envoyant un e-mail à l'adresse suivante : lux.dpooffice@socgen.com

Pour les clients résidant en Italie, merci de bien vouloir contacter le prestataire externe BDO en charge de la Protection des Données en envoyant un e-mail à l’adresse suivante :    lux.dpooffice-branch-IT@socgen.com

Merci de bien vouloir contacter Julien Garnier, Délégué à la Protection des Données de Société Générale Private Banking Monaco en envoyant un email à l'adresse suivante : list.mon-privmonaco-dpo@socgen.com

Merci de bien vouloir contacter le Délégué à la Protection des Données de Société Générale Private Banking Suisse en envoyant un e-mail à l'adresse suivante : sgpb-gdpr.ch@socgen.com

Vous souhaitez faire une réclamation ?

Société Générale Private Banking a l’ambition de vous apporter la meilleure qualité de service possible. Toutefois, des difficultés peuvent parfois survenir dans le fonctionnement de votre compte ou dans l’utilisation des services mis à votre disposition.

Votre banquier privé  est votre interlocuteur privilégié pour recueillir et traiter votre réclamation.

En cas de désaccord avec votre conseiller ou d’absence de réponse de sa part, vous pouvez adresser votre réclamation à la Direction de Société Générale Private Banking France en envoyant un e-mail à : FR-SGPB-Relations-Clients@socgen.com ou un courrier à l'adresse suivante : 

Société Générale Private Banking France
29 boulevard Haussmann CS 614
75421 Paris Cedex 9

Société Générale Private Banking France s’engage à accuser réception de votre réclamation sous 10 (dix) jours ouvrables à compter de la date de sa réception et à vous apporter une réponse dans un délai de 2 (deux) mois à compter de cette même date. Si nous ne sommes pas en mesure de respecter ce délai de 2 (deux) mois, vous en serez informé par courrier. 

En cas de désaccord avec la banque ou d’absence de réponse dans un délai de 2 (deux) mois après l’envoi de votre première réclamation écrite, ou de 15 (quinze) jours ouvrables pour une réclamation portant sur un service de paiement, vous pouvez saisir gratuitement, selon la nature de votre réclamation : 

 

Le Médiateur de la consommation auprès de la Fédération Bancaire Française

Le Médiateur de la consommation auprès de la Fédération Bancaire Française (FBF) est compétent pour les différends relatifs aux services fournis et aux contrats conclus en matière d’opérations de banque (gestion de compte de dépôt, opération de crédit, services de paiement par exemple), de services d’investissement, d’instruments financiers et de produits d’épargne, ainsi qu’à la commercialisation des contrats d’assurance.

Le Médiateur auprès de la FBF vous répondra directement, dans un délai de 90 (quatre-vingt-dix) jours à compter de la date à laquelle il aura reçu tous les documents sur lesquels est fondée la demande. En cas de litige complexe, ce délai peut être prolongé. Le Médiateur auprès de la FBF formulera une position motivée qu’il soumet à l’approbation des deux parties.

Vous pouvez saisir le Médiateur auprès de la FBF par voie électronique sur le site internet du Médiateur : www.lemediateur.fbf.fr ou en adressant un courrier à l’adresse suivante :

Le Médiateur CS 151
75 422 Paris cedex 09

 

Le Médiateur de l’Autorité des Marchés Financiers

Le Médiateur de l’Autorité des Marchés Financiers (AMF) est également compétent pour les différends relatifs aux services d’investissements, d’instruments financiers et de produits d’épargne financière.

Pour ce type de différend, en tant que client consommateur, vous disposez donc d’un choix entre le Médiateur de la consommation auprès de la FBF et le Médiateur de l’AMF. Dès lors que vous avez choisi l’un de ces deux médiateurs, vous ne pouvez plus saisir, pour ce même différend, l’autre Médiateur.

Vous pouvez saisir le Médiateur de l’AMF par voie électronique sur le site internet de l’AMF : www.amf-france.org ou en adressant un courrier à l’adresse suivante :

Le Médiateur de l’Autorité des Marchés Financiers
17 place de la Bourse
75082 Paris Cedex 2

Le Médiateur de l’Assurance

Le Médiateur de l’Assurance est compétent pour les litiges sur l’application ou l’interprétation d’un contrat d’assurance.

Vous pouvez saisir le Médiateur des Assurances en utilisant les coordonnées qui doivent être mentionnées aux termes de votre contrat d’assurance.

Afin d’assurer un traitement optimal de vos demandes, toute réclamation auprès de notre établissement peut être adressée à l'adresse suivante :

Service réclamations Banque privée
11, Avenue Emile Reuter
L-2420 Luxembourg

Ou par e-mail à l’adresse clienteleprivee.sglux@socgen.com et

pour les clients résidant en Italie à l’adresse societegenerale@unapec.it

La Banque s’engage à accuser réception de votre demande dans les 10 jours ouvrables suivant sa date de réception et à vous apporter une réponse dans un délai maximum de 30 jours ouvrables à compter de sa réception. Si votre demande devait nécessiter un délai de traitement supplémentaire (recherches complexes…), nous vous en informerons endéans ce même délai de 30 jours ouvrables.

Dans l’hypothèse où la réponse qui vous est apportée ne correspondrait pas à vos attentes, nous vous informons de la possibilité :

En premier lieu, d’adresser à la Direction de Société Générale Luxembourg en charge du traitement des réclamations, votre demande à l’adresse suivante :

Secrétariat Général de Société Générale Luxembourg
11, Avenue Emile Reuter
L-2420 Luxembourg

En second lieu, si la réponse de la Direction en charge du traitement des réclamations ne permet pas de clore la réclamation, de disposer de la faculté de saisir l’Autorité de tutelle de Société Générale Luxembourg, la Commission de Surveillance du Secteur Financier (CSSF) :

Par courrier : 283, Route d’Arlon L-1150 Luxembourg
Par courriel :
direction@cssf.lu

Afin d’assurer un traitement optimal de vos demandes, toute réclamation auprès de notre établissement peut être adressée soit par e-mail à l’adresse suivante : servicequalite.privmonaco@socgen.com ou par courrier à notre service dédié :

Sociéte Génerale Private Banking Monaco
Middle Office – Service Réclamation 
11 avenue de Grande Bretagne 
98000 Monaco

La Banque s’engage à accuser réception de votre demande dans les 2 jours ouvrables suivant sa date de réception et à vous apporter une réponse dans un délai maximum de 30 jours ouvrables à compter de sa réception. Si votre demande devait nécessiter un délai de traitement supplémentaire (recherches complexes…), nous vous en informerons endéans ce même délai de 30 jours ouvrables. 

Dans l’hypothèse où la réponse qui vous est apportée ne correspondrait pas à vos attentes, nous vous informons de la possibilité d’adresser à la Direction de Société Générale Private Banking Monaco en charge du traitement des réclamations, votre demande à l’adresse suivante : 

Sociéte Génerale Private Banking Monaco
Secrétariat Général 
11 avenue de Grande Bretagne
98000 Monaco

Toute réclamation auprès de notre établissement peut être adressée par messagerie électronique à l’adresse suivante :

sgpb-reclamations.ch@socgen.com

Les clients peuvent également avoir recours à l’Ombudsman des banques suisses dont les coordonnées figurent sur le site :

www.bankingombudsman.ch

 

 

L'éducation: une puissante arme

Parmi les objectifs de développement durable de leur programme pour 2030, l’ONU juge l’éducation prioritaire (« Assurer une éducation inclusive et équitable de qualité, et promouvoir des possibilités d’apprentissage tout au long de la vie pour tous »).

En bref

 

L’éducation permet aux membres les plus défavorisés de la société de sortir de la pauvreté. Il est également crucial de donner aux travailleurs les compétences nécessaires pour faire face aux conditions de travail du 21ème siècle.

D’après l’ONU, l’amélioration de l’accès à l’éducation est l’un des principaux moyens d’atteindre ses objectifs de développement durable à long terme. Elle estime que l’éducation génère un excellent retour sur investissement (elle rapporte 10-15 dollars pour chaque dollar investi). D’après les chiffres de l’UNESCO, cependant, 263 millions d’enfants ne sont pas scolarisés et 758 millions de jeunes et d’adultes sont illettrés. Ce problème est particulièrement prégnant chez les jeunes filles et les femmes. Atteindre l’objectif que s’est fixé l’ONU d’une éducation primaire et secondaire universelle d’ici à 2030 constituera un défi insurmontable pour de nombreux pays.

Pour relever ce défi, l’ONU reconnaît qu’il est important d’encourager le secteur privé à investir des ressources dans le développement d’outils et d’installations pédagogiques. Mais les besoins d’investissement sont colossaux. Dans son rapport « Learning Generation » publié récemment, la Commission pour l’éducation mondiale a estimé qu’il faudra augmenter les dépenses consacrées à l’éducation de 1 200 milliards de dollars par année aujourd’hui à 3 000 milliards de dollars d’ici à 2030 (en prix constants) dans l’ensemble des pays à revenus faibles et intermédiaires. Si ces capitaux proviendront pour l’essentiel des budgets nationaux et d’organisations multilatérales, les initiatives du secteur privé seront indispensables.

L’éducation est l’arme la plus puissante qu’on puisse utiliser pour changer le monde - Nelson Mandela

Les économies développées sont confrontées à des problèmes très différents mais tout aussi graves. Le futuriste Thomas Frey a estimé que 2 milliards d’emplois pourraient être menacés par l’automatisation et la robotique d’ici à 2030. Si ces estimations ne sont que pures suppositions, il semble évident que des compétences très différentes seront requises pour faire face à un marché du travail en rapide mutation, mais aussi que le rythme de cette transformation imposera une requalification permanente des travailleurs tout au long de leur vie professionnelle. Déjà, environ 40 % des employeurs à travers le monde déclarent trouver difficile de recruter des personnes ayant les compétences requises.

Comme nous l’avons souligné ces derniers trimestres, les mesures de productivité ne cessent de reculer dans le monde entier. La solution consiste en partie à investir dans le capital physique, mais elle devra également reposer sur des investissements dans le capital humain au travers de l’éducation.

Quelles opportunités s’offrent aux entreprises ?

 

La croissance est observée pour l’essentiel dans la technologie éducative (EdTech) dont EdTechxGlobal estime qu’elle s’élèvera à 17% par an d’ici à 2020. Cette dernière s’étend des périphériques matériels (routeurs et réseaux, tablettes et ordinateurs) au contenu et aux logiciels, comme dans les cours en ligne ouverts à tous (MOOC). Elle offre la possibilité d’accéder aux meilleurs professeurs au monde dans les endroits les plus reculés. Pourtant, d’après Citi, le marché de l’éducation (qui représente 5 000 milliards de dollars) n’est numérisé qu’à hauteur de 2 % aujourd’hui.

Mais des opportunités existent également pour les universités et les écoles privées, en particulier celles qui vont de la maternelle à la terminale dans de grands pays avides d’éducation comme la Chine, l’Inde et le Brésil, mais aussi pour les entreprises construisant et exploitant des logements et des résidences pour étudiants, et bien évidemment pour les éditeurs traditionnels et les fournisseurs de manuels et de matériel pédagogique.