Contact

Vous êtes déjà client ? Nous vous invitons à contacter votre banquier privé. 
Vous n’êtes pas client mais aimeriez en savoir plus ? Merci de remplir le formulaire ci-dessous.

Contacts locaux

France : +33 (0) 1 42 14 20 00 (9h - 17h)
Luxembourg : +352 47 93 11 1 (8h30 - 18H00)
Monaco : +377 97 97 58 00 (9h/12h - 14h/17h)
Suisse : Genève au +41 22 819 02 02
et Zurich au +41 44 218 56 11 (8h30 - 17h30)

Vous souhaitez nous contacter au sujet de la protection de vos données personnelles ?

Merci de bien vouloir contacter le Délégué à la Protection des Données de Société Générale Private Banking France en envoyant un email à l'adresse suivante : protectiondesdonnees@societegenerale.fr.

Merci de bien vouloir contacter Bieneke Russon, Délégué à la Protection des Données de Société Générale Bank & Trust Luxembourg par téléphone : +352-47.93.93.11.5046 ou en envoyant un email à l'adresse suivante : lux.dpooffice@socgen.com.

Merci de bien vouloir contacter Céline Pastor, Déléguée à la Protection des Données de Société Générale Private Banking Monaco en envoyant un email à l'adresse suivante : list.mon-privmonaco-dpo@socgen.com

Merci de bien vouloir contacter Omar Otmani, Délégué à la Protection des Données de Société Générale Private Banking Suisse en envoyant un email à l'adresse suivante : sgpb-gdpr.ch@socgen.com.

Vous souhaitez faire une réclamation ?

Merci de bien vouloir adresser votre réclamation à Société Générale Private Banking France en envoyant un email à : FR-SGPB-Relations-Clients@socgen.com ou un courrier à l'adresse suivante : 

Société Générale Private Banking France
Direction Commerciale
29 boulevard Haussmann CS 614
75421 Paris Cedex 9

Société Générale Private Banking France s’engage à accuser réception de votre réclamation dans un délai de dix jours ouvrables à compter de la date de sa réception et à vous apporter une réponse dans un délai de deux mois à compter de cette même date. Si nous ne sommes pas en mesure de respecter ce délai de 60 jours, vous en serez informé par courrier.
 

En dernier recours, vous pouvez saisir gratuitement, selon la nature de votre réclamation 

 

Le Médiateur auprès de Société Générale

Il s'engage à étudier votre dossier au vu de votre position et de celle de la banque, à apprécier les arguments des parties et à prendre une décision fondée sur l'équité. Le Médiateur vous répondra directement dans un délai maximum de deux mois.

Vous pouvez saisir le Médiateur auprès de Société Générale par voie électronique sur le site internet du Médiateur : mediateur.societegenerale.fr ou en adressant un courrier à l’adresse suivante :

Le Médiateur auprès de Société Générale
17 cours Valmy
92987 Paris La Défense Cedex 7

 

Le Médiateur de l’Autorité des Marchés Financiers

Vous pouvez saisir le Médiateur de l’Autorité des Marchés Financiers en adressant un courrier à l’adresse suivante :

Le Médiateur de l’Autorité des Marchés Financiers
17 Place de la Bourse
75082 Paris Cedex 2

 

Le Médiateur des Assurances

Vous pouvez saisir le Médiateur des Assurances : ses coordonnées doivent être mentionnées aux termes de votre contrat d’assurance.

Afin d’assurer un traitement optimal de vos demandes, toute réclamation auprès de notre établissement peut être adressée à l'adresse suivante :

Service réclamations Banque privée
11, Avenue Emile Reuter
L-2420 Luxembourg

La Banque s’engage à accuser réception de votre demande dans les 10 jours suivant sa date de réception et à vous apporter une réponse dans un délai maximum de 30 jours à compter de sa réception. Si votre demande devait nécessiter un délai de traitement supplémentaire (recherches complexes…), nous vous en informerons endéans ce même délai de 30 jours.

Dans  l’hypothèse où la réponse qui vous est apportée ne correspondrait pas à vos attentes, nous vous informons de la possibilité :

En premier lieu, d’adresser à la Direction de Société Générale Bank & Trust en charge du traitement des réclamations, votre demande à l’adresse suivante :

Secrétariat Général de Société Générale Bank & Trust
11, Avenue Emile Reuter
L-2420 Luxembourg

En second lieu, si la réponse de la Direction en charge du traitement des réclamations ne permet pas de clore la réclamation, de disposer de la faculté de saisir l’Autorité de tutelle de SGBT, la Commission de Surveillance du Secteur Financier (CSSF) :

Par courrier : 283, Route d’Arlon L-1150 Luxembourg
Par courriel : direction@cssf.lu

Afin d’assurer un traitement optimal de vos demandes, toute réclamation auprès de notre établissement peut être adressée soit par e-mail à l’adresse suivante : reclamation.privmonaco@socgen.com ou par courrier à notre service dédié :

Societe Generale Private Banking Monaco
Middle Office – Service Réclamation 
11 avenue de Grande Bretagne 
98000 Monaco

La Banque s’engage à accuser réception de votre demande dans les 2 jours suivants sa date de réception et à vous apporter une réponse dans un délai maximum de 10 jours à compter de sa réception. Si votre demande devait nécessiter un délai de traitement supplémentaire (recherches complexes…), nous vous en informerons endéans ce même délai de 30 jours. 

Dans l’hypothèse où la réponse qui vous est apportée ne correspondrait pas à vos attentes, nous vous informons de la possibilité d’adresser à la Direction de Société Générale Private Banking Monaco en charge du traitement des réclamations, votre demande à l’adresse suivante : 

Secrétariat Général de Societe Generale Private Banking Monaco 
11 avenue de Grande Bretagne
98000 Monaco

Toute réclamation auprès de notre établissement peut être adressée par messagerie électronique à l’adresse suivante : sgpb-reclamations.ch@socgen.com.

Les clients peuvent également avoir recours à l’Ombudsman des banques suisses dont les coordonnées figurent sur le site www.bankingombudsman.ch

 

Flash Update - Sur la défensive

Le Comité global d’investissement a tenu sa réunion mensuelle ordinaire le 25 mars pour examiner les perspectives et la stratégie d’investissement à la lumière de la poursuite de l’épidémie de CoViD-19 et des effets des mesures d’endiguement sur l’économie et les marchés. En voici les conclusions.

Situation macro-économique
Avec un tiers de la population mondiale placée en confinement d’après les estimations, les effets économiques de la lutte engagée pour freiner la propagation du coronavirus seront considérables. Les chiffres récents des indices de confiance des entreprises laissent entendre que les conditions sont plus mauvaises dans les services que dans le secteur manufacturier, reflétant la fermeture précipitée de la plupart des magasins, hôtels, restaurants, etc., dans les pays touchés. Les politiques ont été rapidement ajustées pour venir en aide aux particuliers et aux entreprises afin de contribuer à atténuer les difficultés économiques créées par les arrêts d’activité. L’activité en Chine se redresse progressivement et les autorités projettent de lever les dernières restrictions sur la province du Hubei début avril. Après un ralentissement économique marqué au T1 et au T2, nous estimons que la pandémie devrait commencer à marquer le pas en Europe et aux Etats-Unis, permettant ainsi à la reprise de s’installer au second semestre et de se renforcer en 2021.

Banques centrales
Les banques centrales se sont empressées d’ajuster leurs politiques à la lumière des répercussions de la chute d’activité liée au CoViD-19 sur la liquidité des marchés et les conditions financières. Les taux directeurs ont été ramenés à zéro, voire en-dessous, et les banques centrales ont intensifié leur recours aux bilans pour acheter des montants significatifs d’obligations d’Etat, de dettes d’entreprise et même, dans le cas du Japon, des actions. Ces mesures ne contribueront guère à relancer l’activité à court terme, mais elles devraient parvenir à garantir la poursuite du bon fonctionnement des marchés financiers et interbancaires. Par ailleurs, la Réserve fédérale américaine (Fed) a établi des canaux pour faciliter l’accès de 14 autres banques centrales aux dollars, afin de faire face à une pénurie des financements en dollars.

Marchés
Alors que les prévisions de croissance ont été revues à la baisse, les actifs risqués comme les actions et les obligations à haut rendement (High Yield, HY) ont subi d’importantes pressions vendeuses, entraînant des appels de marge pour certains investisseurs ayant eu recours à un effet de levier. Ces derniers ont à leur tour été contraints de liquider d’autres actifs, notamment des valeurs refuges comme les obligations d’Etat et l’or. La volatilité (souvent utilisée pour mesurer l’aversion au risque) s’est envolée, les marchés enregistrant d’importantes fluctuations à la hausse comme à la baisse. Il est fréquent d’observer ce type de situation durant les récessions et les marchés baissiers lorsque les investisseurs peuvent peiner à fixer un prix adéquat pour les titres. Nous estimons que les marchés resteront nerveux, alors que le nombre grandissant des nouveaux cas contaminés par le CoViD-19 entraîne
une restriction persistante de l’activité, et nous restons défensifs.

Conclusion
Nous suggérons de conserver une exposition réduite aux actions et aux obligations dans les portefeuilles et de renforcer les réserves de liquidités. Dans les marchés obligataires, notre segment préféré est celui des obligations d’entreprise à notation élevée (Investment Grade, IG). Les obligations d’Etat ne sont guère attrayantes et pourraient être malmenées par des déficits budgétaires galopants, tandis que le segment du HY semble vulnérable à une forte hausse des taux de défaut. Par ailleurs, un grand nombre d’émetteurs IG de moindre qualité pourraient subir des baisses de notation, un risque qui pourrait submerger les investisseurs HY. Au sein des marchés actions, nous privilégierions les marchés émergents, en particulier en Asie où la Chine, la Corée du Sud et Taïwan sont parvenus à contenir l’épidémie du coronavirus, permettant un redémarrage de la production. Nous suggérons de renforcer l’exposition aux Hedge Funds qui devraient bénéficier d’une amélioration des opportunités créée par les perturbations sur les marchés. Les réserves de liquidités plus élevées que la normale devraient permettre aux investisseurs de tirer profit des opportunités d’achat que la correction actuelle offrira sans aucun doute.

Le Comité global d’investissement continue de suivre de près l’évolution de la situation et se tient prêt à apporter de nouveaux ajustements aux recommandations le cas échéant.

Lire l'intégralité de l'article

Responsable de la Stratégie d’Investissement Société Générale Private Banking