Contact

Vous êtes déjà client ? Nous vous invitons à contacter votre banquier privé. 
Vous n’êtes pas client mais aimeriez en savoir plus ? Merci de remplir le formulaire ci-dessous.

Contacts locaux

France : +33 (0) 1 42 14 20 00 (9h - 17h)
Luxembourg : +352 47 93 11 1 (8h30 - 18H00)
Monaco : +377 97 97 58 00 (9h/12h - 14h/17h)
Suisse : Genève au +41 22 819 02 02
et Zurich au +41 44 218 56 11 (8h30 - 17h30)

Vous souhaitez nous contacter au sujet de la protection de vos données personnelles ?

Merci de bien vouloir contacter le Délégué à la Protection des Données de Société Générale Private Banking France en envoyant un email à l'adresse suivante : protectiondesdonnees@societegenerale.fr.

Merci de bien vouloir contacter Bieneke Russon, Délégué à la Protection des Données de Société Générale Bank & Trust Luxembourg par téléphone : +352-47.93.93.11.5046 ou en envoyant un email à l'adresse suivante : lux.dpooffice@socgen.com.

Merci de bien vouloir contacter Roman Janecek, Délégué à la Protection des Données de Société Générale Private Banking Monaco en envoyant un email à l'adresse suivante : MONPrivmonaco-DPO@socgen.com.

Merci de bien vouloir contacter Omar Otmani, Délégué à la Protection des Données de Société Générale Private Banking Suisse en envoyant un email à l'adresse suivante : sgpb-gdpr.ch@socgen.com.

Vous souhaitez faire une réclamation ?

Merci de bien vouloir adresser votre réclamation à Société Générale Private Banking France en envoyant un email à : FR-SGPB-Relations-Clients@socgen.com ou un courrier à l'adresse suivante : 

Société Générale Private Banking France
Direction Commerciale
29 boulevard Haussmann CS 614
75421 Paris Cedex 9

Société Générale Private Banking France s’engage à accuser réception de votre réclamation dans un délai de dix jours ouvrables à compter de la date de sa réception et à vous apporter une réponse dans un délai de deux mois à compter de cette même date. Si nous ne sommes pas en mesure de respecter ce délai de 60 jours, vous en serez informé par courrier.
 

En dernier recours, vous pouvez saisir gratuitement, selon la nature de votre réclamation 

 

Le Médiateur auprès de Société Générale

Il s'engage à étudier votre dossier au vu de votre position et de celle de la banque, à apprécier les arguments des parties et à prendre une décision fondée sur l'équité. Le Médiateur vous répondra directement dans un délai maximum de deux mois.

Vous pouvez saisir le Médiateur auprès de Société Générale par voie électronique sur le site internet du Médiateur : mediateur.societegenerale.fr ou en adressant un courrier à l’adresse suivante :

Le Médiateur auprès de Société Générale
17 cours Valmy
92987 Paris La Défense Cedex 7

 

Le Médiateur de l’Autorité des Marchés Financiers

Vous pouvez saisir le Médiateur de l’Autorité des Marchés Financiers en adressant un courrier à l’adresse suivante :

Le Médiateur de l’Autorité des Marchés Financiers
17 Place de la Bourse
75082 Paris Cedex 2

 

Le Médiateur des Assurances

Vous pouvez saisir le Médiateur des Assurances : ses coordonnées doivent être mentionnées aux termes de votre contrat d’assurance.

Afin d’assurer un traitement optimal de vos demandes, toute réclamation auprès de notre établissement peut être adressée à l'adresse suivante :

Service réclamations Banque privée
11, Avenue Emile Reuter
L-2420 Luxembourg

La Banque s’engage à accuser réception de votre demande dans les 10 jours suivant sa date de réception et à vous apporter une réponse dans un délai maximum de 30 jours à compter de sa réception. Si votre demande devait nécessiter un délai de traitement supplémentaire (recherches complexes…), nous vous en informerons endéans ce même délai de 30 jours.

Dans  l’hypothèse où la réponse qui vous est apportée ne correspondrait pas à vos attentes, nous vous informons de la possibilité :

En premier lieu, d’adresser à la Direction de Société Générale Bank & Trust en charge du traitement des réclamations, votre demande à l’adresse suivante :

Secrétariat Général de Société Générale Bank & Trust
11, Avenue Emile Reuter
L-2420 Luxembourg

En second lieu, si la réponse de la Direction en charge du traitement des réclamations ne permet pas de clore la réclamation, de disposer de la faculté de saisir l’Autorité de tutelle de SGBT, la Commission de Surveillance du Secteur Financier (CSSF) :

Par courrier : 283, Route d’Arlon L-1150 Luxembourg
Par courriel : direction@cssf.lu

Afin d’assurer un traitement optimal de vos demandes, toute réclamation auprès de notre établissement peut être adressée soit par e-mail à l’adresse suivante : reclamation.privmonaco@socgen.com ou par courrier à notre service dédié :

Societe Generale Private Banking Monaco
Middle Office – Service Réclamation 
13,15 Boulevard des Moulins 
98000 Monaco

La Banque s’engage à accuser réception de votre demande dans les 2 jours suivants sa date de réception et à vous apporter une réponse dans un délai maximum de 10 jours à compter de sa réception. Si votre demande devait nécessiter un délai de traitement supplémentaire (recherches complexes…), nous vous en informerons endéans ce même délai de 30 jours. 

Dans l’hypothèse où la réponse qui vous est apportée ne correspondrait pas à vos attentes, nous vous informons de la possibilité d’adresser à la Direction de Société Générale Private Banking Monaco en charge du traitement des réclamations, votre demande à l’adresse suivante : 

Secrétariat Général de Societe Generale Private Banking Monaco 
13,15 Boulevard des Moulins 
98000 Monaco

Toute réclamation auprès de notre établissement peut être adressée par messagerie électronique à l’adresse suivante : sgpb-reclamations.ch@socgen.com.

Les clients peuvent également avoir recours à l’Ombudsman des banques suisses dont les coordonnées figurent sur le site www.bankingombudsman.ch

 

La finance, un partenaire dans les enjeux climatiques ?

Le climat est à l'agonie. Un contexte qui doit accélérer prises de conscience et de décisions, et dans lequel la finance a un rôle capital à jouer.

Il a soufflé sa troisième bougie d’anniversaire le 12 décembre dernier, mais il lui en faudra bien d’autres encore pour atteindre son objectif de « limiter la hausse des températures à 1,5 °C ». L’accord de Paris, ce premier accord universel sur le climat adopté à l’issue de la COP 21, qui s’est tenue en France fin 2015, livre néanmoins, déjà, ses premiers enseignements : « Cela a donné un coup d’accélérateur à la finance responsable. La COP 21 a enfin permis de mobiliser les acteurs financiers sur le climat », fait remarquer Dominique Blanc, directeur de la recherche à Novethic, une filiale de la Caisse des dépôts et consignations spécialisée dans l’investissement responsable et la labellisation des produits dits « ISR » (investissement socialement responsable). 

L’organisation d’un quatrième Climate Finance Day le 26 novembre prochain à Paris incarne l’engagement de l’industrie, que quelques chiffres confirment : le marché mondial des obligations vertes (ou green bondscf.encadré ci-dessous) explose d’année en année. Il a atteint le record de 155 milliards de dollars en 2017, tandis que l’agence de notation britannique Moody’s table sur un chiffre de 250 milliards en 2018, soit une croissance de 60 %. En France, on dénombre désormais plus de 400 fonds ISR, qui connaissent eux aussi une forte dynamique de croissance*.

(*) Pour plus de détails, voir les statistiques des fonds ISR réalisées par Novethic. www.novethic.fr 

“Chez Société Générale, on parle un peu moins de finance responsable, on lui préfère les termes de « finance à impact positif».”

DENIS CHILDS

 

 

 

La « finance climatique », un pilier du plan d’action de la COP 24

Ce n’est pas le moindre des succès de l’accord de Paris que d’avoir entraîné dans son sillage le secteur bancaire, tant les besoins sont conséquents : l’Agence internationale de l’énergie estime à 3 500 milliards de dollars les investissements annuels nécessaires pendant trente ans, uniquement dans le secteur énergétique, pour contenir l’augmentation des températures en dessous de 2 °C. De son côté, l’OCDE annonce un chiffre global de 6 800 milliards de dollars par an. La « finance climatique » est d’ailleurs explicitement mentionnée comme l’un des enjeux du « plan d’action de Katowice pour la transition juste », qui a été adopté en décembre dernier, lors de la COP 24, en Pologne. C’est donc peu dire que les institutions financières sont appelées à jouer un rôle crucial dans la lutte contre le changement climatique, au cours des prochaines années : « Pour tenir l’accord de Paris, il faut transformer en profondeur les modèles économiques et décarboner les portefeuilles financiers, qui restent pour l’heure très émetteurs de gaz à effet de serre. C’est une mutation difficile. Rome ne s’est pas faite en un jour. Le marché de la finance responsable se développe depuis peu, mais ce mouvement est d’autant plus profond à mesure qu’il est soutenu par la société civile et les entreprises… », décrypte Alain Grandjean, économiste et fondateur de Carbone 4, société de conseil en stratégie climat.

Encourager la transition écologique et la rendre socialement possible

« Finance responsable » : le terme désigne à la base le fait d’intégrer les enjeux d’éthique environnementale et sociale dans la gestion d’actifs financiers. Si la préoccupation climatique en constitue aujourd’hui le moteur principal, « nous ne réduisons pas la définition de la finance responsable à la seule transition bas carbone », rappelle Denis Childs, responsable du Conseil environnemental et social et de la finance à impact positif chez Société Générale. « On parle de “transition juste’’, car s’il s’agit d’encourager la transition écologique, il faut aussi la rendre socialement possible, en accompagnant les changements professionnels et les nouvelles méthodes de management », prolonge Dominique Blanc. Les critères ESG (environnemental, social et de gouvernance) sont ainsi couramment utilisés par la communauté financière pour évaluer ces types d’investissements : « C’est un cadre d’analyse qui vient compléter l’analyse financière, sans lui être antagonique : elle apporte un autre éclairage, qui n’était jusqu’alors pas pris en compte par les acteurs traditionnels », poursuit le directeur de recherche à Novethic.

“De plus en plus d’études montrent que l’intégration de critères ESG dans la gestion peut améliorer la performance financière, notamment en permettant une meilleure prise en considération de l’ensemble des risques.”

ALAIN GRANDJEAN

 

 

 

Financer une économie plus réelle et plus durable, c’est l’attente des clients

Né dans les années 1990 autour de quelques produits visant à soutenir le mouvement naissant du développement durable, l’investissement responsable a connu une institutionnalisation progressive à l’aube du nouveau millénaire. Alors que le Pacte mondial lancé par les Nations unies en 2000 incitait les entreprises à adopter une attitude plus responsable – articulée autour du respect des droits de l’homme, des normes internationales du travail, de l’environnement et de l’anticorruption – les Principes de l’Équateur s’attachent à mieux réguler le secteur bancaire dans ce domaine : en 2003, plusieurs institutions financières s’accordent sur des règles visant à prendre en compte des critères sociaux, sociétaux et environnementaux dans le financement de projet. Les Principes de l’Équateur deviendront un véritable référentiel pour ce mouvement de finance responsable, qui se massifie au détour des années 2010, sur fond de crise climatique - mais pas uniquement. La crise de 2008 a entamé la confiance du secteur financier. Il est désormais soucieux de financer une économie réelle et durable.

Accélération des émissions souveraines de green bonds au niveau mondial

Symbole de ce nouveau pouvoir d’attraction de la finance responsable, l’arrivée de nouveaux acteurs qui se saisissent de ces outils-là, embrassant ce paradigme de réflexion à plus long terme : caisses de retraite, assureurs, asset managers, etc. « L’analyse ESG est en train de se diffuser plus largement, constate Dominique Blanc. Les assureurs ont bien identifié que le climat fait peser d’importants risques financiers sur leurs activités, ils sont donc naturellement sensibles à l’idée d’investir ces outils-là. » Or, avec un encours actuel autour de 1 700 milliards d’euros, l’assurance-vie représente par exemple un volume d’actifs non négligeable pour la finance responsable. Un marché en pleine expansion donc, qui offre aussi l’intérêt pour les « investisseurs de diversifier leurs expositions », tel que l’analysait Moody’s dans une étude, datée du 9 juillet dernier, particulièrement optimiste sur « l’accélération » des émissions souveraines de green bonds au niveau mondial. « Pour l’émetteur, ils offrent aux nouveaux investisseurs des avantages en termes d’accès et de réputation tandis que le coût de diligence et de reporting se révèle très faible », complète Alain Grandjean.

“Pour tenir l’accord de Paris, il faut transformer en profondeur les modèles économiques. (…) C’est une mutation difficile. Le marché de la finance responsable se développe depuis peu, mais ce mouvement est d’autant plus profond à mesure qu’il est soutenu par la société civile et les entreprises…”

ALAIN GRANDJEAN

 

 

 

 

Passer d’une logique de moyens à une logique de résultats

Concrètement, cela passe par toute une gamme de produits, allant des actions aux prêts en passant par le private equity (capital investissement), tous soumis à cette logique d’objectif clair et de transparence. En novembre 2015, puis en septembre 2016, Société Générale émet même en compte propre deux obligations dites « positive impact », de 500 millions d’euros chacune. Une première mondiale, avec des résultats identiques en termes d’efficacité et de rentabilité aux investissements traditionnels. « De plus en plus d’études montrent même que l’intégration de critères ESG dans la gestion peut améliorer la performance financière, notamment en permettant une meilleure prise en considération de l’ensemble des risques, assure Alain Grandjean. La recherche de la performance écologique n’est pas incompatible avec le rendement financier. » Selon Denis Childs, le vice résiderait dans la question insidieuse dans ce qu’elle sous-entend : « Il faut arrêter de considérer l’impact comme quelque chose d’extra-financier alors que cela participe entièrement à la mutation de l’économie. Ceci est d’autant plus vrai que dans un certain nombre de cas, on se rend compte qu’il y a une valeur financière directe sur laquelle il est possible de structurer des crédits. »

Reste à mieux organiser l’attractivité de ces produits, encore largement sous-estimée à l’heure actuelle : au regard de l’encours total des obligations mondiales, la part des obligations vertes ne représente toujours qu’une part très marginale, inférieure à 1 %, malgré le dynamisme de ce marché. C’est à un changement de regard complet qu’appelle Denis Childs : « Il faut passer d’une logique de moyens à une logique de résultats. La finance reste articulée sur l’investissement et le cash-flow qui en est issu ; il faut aller vers cette notion d’impact et de solutions qui redéfinissent le couple risquerentabilité. » Ce n’est d’ailleurs sûrement pas un hasard si, chez Société Générale, on parle un peu moins de finance responsable et qu’on lui préfère les termes de « finance à impact positif ».

Devenir un contributeur positif à l’environnement

Ces obligations vertes ne sont que la partie émergée de l’iceberg : en réalité, les banques travaillent leur « responsabilité » financière au travers de différents moyens d’action : « Il y a un important volet d’accompagnement de nos clients, que ce soit sur des transactions en particulier ou sur un domaine d’activité en général : dans chacun des cas, on cherche à analyser au plus près les impacts environnementaux et sociaux de nos opérations, explique Denis Childs. Société Générale accorde une grande importance à ce reporting. Chaque année, ce sont entre 100 et 200 projets financiers qui sont ainsi passés au crible, dont les montants peuvent atteindre plusieurs milliards de dollars. » L’enjeu consiste alors à s’assurer de l’utilisation des fonds décaissés par la banque, conformément à la méthodologie ERC (éviter, réduire, compenser). Sauf que cette démarche, à l’oeuvre depuis quelques années déjà, se contente d’aborder le problème uniquement par le revers de la médaille. « Dans ce cas, il s’agit de limiter les impacts négatifs, poursuit Denis Childs. Ce que l’on veut s’attacher à démontrer désormais, c’est que l’on peut être un contributeur positif à l’environnement ! » En témoigne l’objectif de 100 milliards de financement à destination des énergies renouvelables d’ici à 2020, sur lequel s’est engagée Société Générale en décembre 2017.

“La COP 21 a donné un coup d’accélérateur à la finance responsable. Elle a permis de mobiliser les acteurs financiers sur le climat.”

DOMINIQUE BLANC

 

 

 

Green bonds ou l'essor d'une nouvelle forme de responsabilité financière

C’est en 2007 qu’est lancée la première « obligation verte », à l’initiative de la Banque européenne d’investissement. L’année suivante, la Banque mondiale lui emboîte le pas : l’aventure des « green bonds » est lancée et connaîtra un essor constant, marqué par le coup de booster de la COP 21. Une obligation verte fonctionne à l’identique d’une obligation classique : un acteur de marché emprunte, sur une durée plus ou moins longue, auprès d’investisseurs afin de financer un projet contre le paiement d’un intérêt.

C’est dans l’objectif de ce financement qu’intervient la petite révolution des green bonds : à la différence du marché obligataire classique, peu soucieux de l’affectation des fonds, les green bonds se fixent pour critère premier d’investir dans des activités « vertes ».

Reste que l’absence d’un cadre réglementaire harmonisé peut parfois porter préjudice à ce marché naissant. « La garantie de l’intégrité environnementale de ces green bonds n’est pas acquise, il faut mettre en place des standards exigeants, résume Alain Grandjean. Mais c’est un problème sur lequel travaille activement la Commission européenne. En attendant, le développement de ce marché traduit la prise de conscience des acteurs financiers de tous ces enjeux. »

En 2017, ce sont ainsi 15 milliards d’euros d’obligations vertes qui ont été émises en France par différentes entités. De la SNCF à l’Agence française de développement (AFD), en passant par Engie, de nombreuses entreprises font désormais le pari des green bonds. Avec un intérêt réel en termes de notoriété, à l’image d’EDF, première grande entreprise à émettre une obligation verte, en 2013, qui lui aura permis de lever 1,4 milliard d’euros à destination de projets d’énergies renouvelables. « Pour EDF, c’est aussi un moyen d’échapper à une image nucléocrate et de valoriser la diversité de ses investissements dans l’énergie. D’autres entreprises, comme Paprec [le groupe spécialisé dans le recyclage a réussi à lever jusqu’à 800 millions d’euros en dette obligataire verte, en mars 2018, ndlr], cherchent également à se rendre plus visibles par ce biais-là », analyse Dominique Blanc.

Preuve du succès naissant de ces obligations vertes, 2017 aura aussi vu l’État français émettre sa première obligation verte souveraine, deuxième État au monde après la Pologne à se prêter au jeu. Lancée à hauteur initiale de 7 milliards d’euros en janvier 2017, elle atteignait 14,8 milliards à l’été 2018, après l’émission d’une quatrième tranche. Des chiffres qui confirment la forte demande des investisseurs ainsi que la prédisposition particulièrement forte de la France, pionnière sur le sujet et dotée d’un écosystème plutôt favorable : premier émetteur européen d’obligations vertes, la France se situe au troisième rang mondial.

 

 

 

Informations importantes

Les informations communiquées sur cette page le sont à titre purement informatif et n’ont pas de valeur contractuelle. Le contenu de cette page n’est pas destiné à fournir un conseil en investissement ni un quelconque autre service en investissement et ne constitue de la part de Société Générale Private Banking ni une offre, ni une recommandation personnalisée, ni un conseil en vue de l’achat ou de la souscription ou de la vente de services d’investissement ou de produits financiers ou d’un investissement dans la catégorie d’actifs mentionnée. Certains produits, services et solutions cités peuvent présenter divers risques, impliquer une perte potentielle de la totalité du montant investi voire une perte potentielle illimitée, et n’être en conséquence réservés qu’à une certaine catégorie d’investisseurs, et/ou n’être adaptés qu’à des investisseurs avertis et éligibles à ces types de produits, services et solutions. Les informations présentées ci-dessus ne constituent pas un conseil juridique, fiscal ou comptable.

Les solutions évoquées sur cette page dépendent de la situation personnelle de chaque client, de la législation qui lui est applicable ainsi que de sa résidence fiscale. Ainsi les solutions évoquées peuvent ne pas être mises en place, adaptées ou autorisées au sein de toutes les entités Société Générale Private Banking. En outre, l’accès à ces solutions peut être soumis à des conditions notamment d’éligibilité.

Nous vous invitons à prendre contact avec votre conseiller privé pour vérifier si ces solutions répondent à vos besoins et si elles sont adaptées à votre profil d’investisseur (connaissance, expérience en matière d’investissement, situation financière y compris capacité à subir des pertes et objectifs d’investissement y compris tolérance au risque).

Société Générale Private Banking ne peut en aucun cas être tenue responsable pour toute décision d’investissement prise par un lecteur sur la base des informations présentées sur la page. La fourniture par une entité de Société Générale Private Banking d'un service d'investissement et/ou la souscription de produit(s) par un investisseur potentiel, requiert au préalable de ce dernier la prise de connaissance, la compréhension et la signature de la documentation contractuelle et informative y afférente notamment sur les risques associés. L’investisseur potentiel ne doit pas baser sa décision d’investissement et/ou donner une instruction d’investissement uniquement sur la base de ce document.

Aucune entité Société Générale Private Banking ne s’engage à actualiser ni à modifier la présente page et n’assumera aucune responsabilité à cet égard.  La présente publication a pour seul but d'informer les investisseurs, qui prendront leurs décisions d'investissement sans se fier exagérément à cette publication. Aucune entité Société Générale Private Banking ne saurait être tenue pour responsable en cas de perte directe ou indirecte liée à un quelconque usage de cette publication ou de son contenu. Aucune entité Société Générale Private Banking n’offre de garantie, expresse ou tacite, quant à l’exactitude ou l’exhaustivité de ces informations ou quant à la rentabilité ou la performance de toute classe d’actifs, pays, marché.

Le présent document n’a aucune vocation à lister ou résumer tous les termes et conditions de produits financiers, ni d’identifier tout ou partie des risques qui pourraient être associés au produit mentionné.

Les données historiques utilisées et les informations et avis cités proviennent ou sont notamment basés sur des sources externes que les entités Société Générale Private Banking considèrent fiables mais qu’elles n’ont pas vérifiées de manière indépendante. Aucune entité Société Générale Private Banking n’assumera une responsabilité quant à l’exactitude, la pertinence et l’exhaustivité de ces données. Les informations sur les performances passées éventuellement reproduites ne garantissent en aucun cas les performances futures et peuvent ne pas se reproduire. La valeur d’un investissement n’est pas garantie et la valorisation d’investissements peut fluctuer. Les prévisions concernant les performances futures sont basées sur des hypothèses qui peuvent ne pas se concrétiser et ne constituent donc en aucun cas une quelconque assurance ou garantie en ce qui concerne les résultats attendus des investissements dans les classes d’actifs mentionnées.