Clientèle privée Intermédiaires financiers

Devenir client

Vous êtes déjà client ? Nous vous invitons à contacter votre banquier privé. 
Vous n’êtes pas client mais aimeriez en savoir plus ? Merci de remplir le formulaire ci-dessous.

Contacts locaux

France : +33 (0) 1 42 14 20 00 (9h - 17h)
Luxembourg : +352 47 93 11 1 (8h30 - 17H30)
Monaco : +377 97 97 58 00 (9h/12h - 14h/17h)
Suisse : Genève au +41 22 819 02 02
et Zurich au +41 44 218 56 11 (8h30 - 17h30)

Vous souhaitez nous contacter au sujet de la protection de vos données personnelles ?

Merci de bien vouloir contacter le Délégué à la Protection des Données de Société Générale Private Banking France en envoyant un e-mail à l'adresse suivante : protectiondesdonnees@societegenerale.fr.

Merci de bien vouloir contacter le Délégué à la Protection des Données de Société Générale Luxembourg en envoyant un e-mail à l'adresse suivante : lux.dpooffice@socgen.com

Pour les clients résidant en Italie, merci de bien vouloir contacter le prestataire externe BDO en charge de la Protection des Données en envoyant un e-mail à l’adresse suivante :    lux.dpooffice-branch-IT@socgen.com

Merci de bien vouloir contacter Julien Garnier, Délégué à la Protection des Données de Société Générale Private Banking Monaco en envoyant un email à l'adresse suivante : list.mon-privmonaco-dpo@socgen.com

Merci de bien vouloir contacter le Délégué à la Protection des Données de Société Générale Private Banking Suisse en envoyant un e-mail à l'adresse suivante : sgpb-gdpr.ch@socgen.com

Vous souhaitez faire une réclamation ?

Société Générale Private Banking a l’ambition de vous apporter la meilleure qualité de service possible. Toutefois, des difficultés peuvent parfois survenir dans le fonctionnement de votre compte ou dans l’utilisation des services mis à votre disposition.

Votre banquier privé  est votre interlocuteur privilégié pour recueillir et traiter votre réclamation.

En cas de désaccord avec votre conseiller ou d’absence de réponse de sa part, vous pouvez adresser votre réclamation à la Direction de Société Générale Private Banking France en envoyant un e-mail à : FR-SGPB-Relations-Clients@socgen.com ou un courrier à l'adresse suivante : 

Société Générale Private Banking France
29 boulevard Haussmann CS 614
75421 Paris Cedex 9

Société Générale Private Banking France s’engage à accuser réception de votre réclamation sous 10 (dix) jours ouvrables à compter de la date de sa réception et à vous apporter une réponse dans un délai de 2 (deux) mois à compter de cette même date. Si nous ne sommes pas en mesure de respecter ce délai de 2 (deux) mois, vous en serez informé par courrier. 

En cas de désaccord avec la banque ou d’absence de réponse dans un délai de 2 (deux) mois après l’envoi de votre première réclamation écrite, ou de 15 (quinze) jours ouvrables pour une réclamation portant sur un service de paiement, vous pouvez saisir gratuitement, selon la nature de votre réclamation : 

 

Le Médiateur de la consommation auprès de la Fédération Bancaire Française

Le Médiateur de la consommation auprès de la Fédération Bancaire Française (FBF) est compétent pour les différends relatifs aux services fournis et aux contrats conclus en matière d’opérations de banque (gestion de compte de dépôt, opération de crédit, services de paiement par exemple), de services d’investissement, d’instruments financiers et de produits d’épargne, ainsi qu’à la commercialisation des contrats d’assurance.

Le Médiateur auprès de la FBF vous répondra directement, dans un délai de 90 (quatre-vingt-dix) jours à compter de la date à laquelle il aura reçu tous les documents sur lesquels est fondée la demande. En cas de litige complexe, ce délai peut être prolongé. Le Médiateur auprès de la FBF formulera une position motivée qu’il soumet à l’approbation des deux parties.

Vous pouvez saisir le Médiateur auprès de la FBF par voie électronique sur le site internet du Médiateur : www.lemediateur.fbf.fr ou en adressant un courrier à l’adresse suivante :

Le Médiateur CS 151
75 422 Paris cedex 09

 

Le Médiateur de l’Autorité des Marchés Financiers

Le Médiateur de l’Autorité des Marchés Financiers (AMF) est également compétent pour les différends relatifs aux services d’investissements, d’instruments financiers et de produits d’épargne financière.

Pour ce type de différend, en tant que client consommateur, vous disposez donc d’un choix entre le Médiateur de la consommation auprès de la FBF et le Médiateur de l’AMF. Dès lors que vous avez choisi l’un de ces deux médiateurs, vous ne pouvez plus saisir, pour ce même différend, l’autre Médiateur.

Vous pouvez saisir le Médiateur de l’AMF par voie électronique sur le site internet de l’AMF : www.amf-france.org ou en adressant un courrier à l’adresse suivante :

Le Médiateur de l’Autorité des Marchés Financiers
17 place de la Bourse
75082 Paris Cedex 2

Le Médiateur de l’Assurance

Le Médiateur de l’Assurance est compétent pour les litiges sur l’application ou l’interprétation d’un contrat d’assurance.

Vous pouvez saisir le Médiateur des Assurances en utilisant les coordonnées qui doivent être mentionnées aux termes de votre contrat d’assurance.

Afin d’assurer un traitement optimal de vos demandes, toute réclamation auprès de notre établissement peut être adressée à l'adresse suivante :

Service réclamations Banque privée
11, Avenue Emile Reuter
L-2420 Luxembourg

Ou par e-mail à l’adresse clienteleprivee.sglux@socgen.com et

pour les clients résidant en Italie à l’adresse societegenerale@unapec.it

La Banque s’engage à accuser réception de votre demande dans les 10 jours ouvrables suivant sa date de réception et à vous apporter une réponse dans un délai maximum de 30 jours ouvrables à compter de sa réception. Si votre demande devait nécessiter un délai de traitement supplémentaire (recherches complexes…), nous vous en informerons endéans ce même délai de 30 jours ouvrables.

Dans l’hypothèse où la réponse qui vous est apportée ne correspondrait pas à vos attentes, nous vous informons de la possibilité :

En premier lieu, d’adresser à la Direction de Société Générale Luxembourg en charge du traitement des réclamations, votre demande à l’adresse suivante :

Secrétariat Général de Société Générale Luxembourg
11, Avenue Emile Reuter
L-2420 Luxembourg

En second lieu, si la réponse de la Direction en charge du traitement des réclamations ne permet pas de clore la réclamation, de disposer de la faculté de saisir l’Autorité de tutelle de Société Générale Luxembourg, la Commission de Surveillance du Secteur Financier (CSSF) :

Par courrier : 283, Route d’Arlon L-1150 Luxembourg
Par courriel :
direction@cssf.lu

Afin d’assurer un traitement optimal de vos demandes, toute réclamation auprès de notre établissement peut être adressée soit par e-mail à l’adresse suivante : servicequalite.privmonaco@socgen.com ou par courrier à notre service dédié :

Sociéte Génerale Private Banking Monaco
Middle Office – Service Réclamation 
11 avenue de Grande Bretagne 
98000 Monaco

La Banque s’engage à accuser réception de votre demande dans les 2 jours ouvrables suivant sa date de réception et à vous apporter une réponse dans un délai maximum de 30 jours ouvrables à compter de sa réception. Si votre demande devait nécessiter un délai de traitement supplémentaire (recherches complexes…), nous vous en informerons endéans ce même délai de 30 jours ouvrables. 

Dans l’hypothèse où la réponse qui vous est apportée ne correspondrait pas à vos attentes, nous vous informons de la possibilité d’adresser à la Direction de Société Générale Private Banking Monaco en charge du traitement des réclamations, votre demande à l’adresse suivante : 

Sociéte Génerale Private Banking Monaco
Secrétariat Général 
11 avenue de Grande Bretagne
98000 Monaco

Toute réclamation auprès de notre établissement peut être adressée par messagerie électronique à l’adresse suivante :

sgpb-reclamations.ch@socgen.com

Les clients peuvent également avoir recours à l’Ombudsman des banques suisses dont les coordonnées figurent sur le site :

www.bankingombudsman.ch

 

 

Donner juste et bien

Les bonnes questions à se poser pour préparer une donation.

Article à jour au 1er novembre 2020, établi en fonction de la législation en vigueur en France et applicable aux personnes physiques résidentes fiscales en France.

 

La donation constitue un acte de dessaisissement irrévocable et, pour celui qui veut transmettre, un véritable outil d’ingénierie patrimoniale. Nombreux sont ceux qui s’interrogent sur la manière d’anticiper la transmission pour répondre à un objectif particulier : aider les enfants pour un projet précis, préparer la succession et limiter le risque de conflit en lien avec l’attribution de tel ou tel bien, anticiper le paiement des droits de succession afin d’épargner ce souci aux héritiers… Les problématiques liées à la transmission anticipée sont donc multiples. Au surplus, les abattements offerts au disposant, ainsi que le bénéfice des tranches basses du barème des droits de donation, ne sont renouvelés que tous les quinze ans. Le disposant devra donc calibrer son choix afin de rendre son intention généreuse la plus efficiente possible.

L'enjeu de la donation

A titre liminaire, le donateur devra être pleinement conscient que l’acte de donation est irrévocable, sauf en cas d’ingratitude / d’inexécution des charges associées (constatée par jugement) ou lors du décès du donataire avant le donateur. Cette donation, toujours désintéressée, peut comprendre des « charges » ou « des conditions particulières » ; par exemple : ne pas donner ou vendre le bien objet de la donation, transmettre le bien à la génération suivante, subvenir aux besoins du donateur, ne pas transmettre le bien à la famille (époux/épouse) du donataire... Il est possible également d’envisager une remise à terme du bien donné : à une date déterminée, à l’obtention d’un diplôme, lors de la concrétisation d’un projet personnel (arrivée d’un enfant, signature d’un compromis de vente…).

Plusieurs questions peuvent guider la réflexion du donateur.

Quelle est la nature du droit transmis grâce à la donation ?

En premier lieu, le donateur devra s’interroger sur l’importance des pouvoirs relatifs aux biens donnés qu’il souhaite conférer au donataire. Souhaite-t-il abandonner tous ses droits sur les biens, en permettant au donataire de céder le bien ? Souhaite-t-il, au contraire, continuer à jouir du bien, à en tirer un revenu ? A l’inverse, ne veut-t-il transmettre que le revenu du bien ? ad vitam ou pour une période déterminée ? Il s’agit en fait de qualifier la nature du droit transmis, à savoir : la pleine propriété, la nue-propriété, l’usufruit viager ou temporaire. En cas de démembrement de propriété, la fiscalité dépendra de la valorisation du droit transmis, lequel représente un pourcentage de la valeur en pleine propriété en fonction de la durée du démembrement. La valeur de l’usufruit varie selon sa durée réelle ou théorique, ainsi plus le donateur est jeune, plus la valeur de l’usufruit est importante et celle de la nue-propriété faible. Ainsi, le donateur souhaitant anticiper la transmission tout en conservant le revenu aura-t-il intérêt, pour le calcul des droits de mutation, à amorcer les donations le plus tôt possible.

Quelle est la nature du/des bien(s) donné(s) ?

En deuxième lieu, le donateur devra s’interroger sur la nature de bien qu’il souhaite donner : parts de société (civile ou commerciale), immobilier résidentiel ou de rapport, somme d’argent, œuvre d’art, etc… Ce choix influe également sur le coût de la transmission. Transmettre des parts de société permet de tenir compte dans la valorisation des titres donnés d’un éventuel passif souscrit par la société. Donner une somme d’argent ouvre, dans certains cas et sous conditions, droit à l’abattement spécifique de 32 000 € ; transmettre des parts de société d’exploitation permet, sous conditions, d’obtenir un abattement de 75% dans le cadre du dispositif « Dutreil » et, le cas échéant, de bénéficier d’une réduction des droits de donation.

Qui sont les bénéficiaires ?

En troisième lieu, le donateur doit déterminer qui sont les bénéficiaires de la donation : enfant, époux/épouse, parents, sœur, tiers, association, salarié… La donation est en effet possible, qu’il existe ou non un lien de parenté entre la personne qui donne et celle qui reçoit. Le donateur ne peut cependant transmettre que dans le respect de la réserve héréditaire*. Sauf dispositif fiscal particulier (exonération possible pour certaines structures reconnues d’utilité publique, régime avantageux pour des salariés reprenant une entreprise…), la fiscalité sera d’autant plus élevée que le lien avec le donateur est éloigné : ainsi est-il possible de donner 100 000 € à son enfant tous les quinze ans sans fiscalité, alors que cela coûte 60 000 € si la donation est faite à un tiers ou à un membre de la famille au-delà du quatrième degré.

Choisir le bon moment pour donner

Enfin, le donateur devra s’interroger sur le moment le plus adapté pour transmettre son patrimoine. Le calendrier a un impact sur les enjeux fiscaux : l’anticipation permet de réduire le coût de la transmission. En effet, l’abattement disponible et le bénéfice du barème progressif ne se renouvellent que tous les quinze ans pour les mutations à titre gratuit. Dit autrement, une donation consentie moins de quinze ans avant le décès aura assez peu d’efficacité pour l’héritier, puisqu’elle sera soumise au rappel fiscal pour le calcul des droits dus sur la succession. De même, une donation avec réserve d’usufruit coûtera théoriquement plus cher à mesure que les années passent, le barème de l’évaluation de l’usufruit étant fonction de l’âge de l’usufruitier au jour de la donation.

Enfin, le choix du moment pour faire une donation dépend également des opportunités législatives. Citons notamment la possibilité, jusqu’au 30 juin 2021, d’effectuer une donation de somme d’argent au profit d’un enfant, petit-enfant, arrière petit-enfant ou d’un neveu/nièce (en l’absence de cette descendance) : de manière temporaire, ces nouvelles donations peuvent, dans la limite de 100 000 € par donateur, être exonérées de droits de mutation. Pour bénéficier de l’exonération, le donataire devra employer dans les trois mois les capitaux reçus à des travaux de construction ou de rénovation énergétique de sa résidence principale, ou à la création ou au développement d’une petite entreprise européenne de moins de cinquante salariés, de moins de cinq ans, ayant une activité industrielle, commerciale, artisanale, agricole ou libérale, n’ayant jamais distribué, n’étant pas cotée, n’étant pas issue d’une concentration et avec un bilan de moins de 10 millions d’euros, qu’il dirigera pendant au moins trois ans.

 

Pour conclure, le choix du donateur à l’intention généreuse devra être éclairé. Son choix de gratifier est définitif et engendra une fiscalité à appréhender au mieux en fonction de la personne du donataire, du moment de la donation et du type de bien donné. A nouveau, l’accompagnement par un ingénieur patrimonial, aux côtés des conseils habituels, s’avérera capital pour envisager la situation de la façon la plus globale possible.

 

- - - - - - - - - - - - - - -

* La réserve héréditaire correspond à la part minimale des biens qui doit être transmise libre de toute charge à certaines personnes désignées par la loi et appelées "héritiers réservataires".

Vous souhaitez approfondir ces sujets avec nous ?

Les informations communiquées sur cette page le sont à titre purement informatif et n’ont pas de valeur contractuelle. Le contenu de cette page n’est pas destiné à fournir un conseil en investissement ni un quelconque autre service en investissement et ne constitue de la part de Société Générale Private Banking ni une offre, ni une recommandation personnalisée, ni un conseil en vue de l’achat ou de la souscription ou de la vente de services d’investissement ou de produits financiers.

Les informations contenues sur cette page ne constituent pas un conseil juridique, fiscal ou comptable. Les informations qui y sont contenues sont données à titre indicatif et visent à mettre à la disposition du lecteur les informations pouvant être utiles à sa prise de décision. Elles ne constituent en aucune manière des recommandations personnalisées. Le lecteur ne saurait en tirer ni une recommandation d’investissement, ni un conseil juridique, comptable ou fiscal. L’ensemble des stratégies patrimoniales envisagées nécessitera avant toute mise en œuvre la validation de vos conseils juridiques et fiscaux habituels.

Cet article est élaboré à partir de sources que Société Générale Private Banking considère comme étant fiables et exactes au moment de sa réalisation. Toutes les informations contenues dans ce document peuvent être modifiées sans préavis. Aucune entité Société Générale Private Banking ne peut en aucun cas être tenue responsable pour toute décision prise par un investisseur sur la base de ces informations.

Le contenu de cette page ne peut être reproduit totalement ou partiellement, sans accord préalable et écrit de Société Générale Prive Banking. Ce document n’est en aucune manière destiné à être diffusé aux Etats Unis, ni à un résident américain.

Avant toute souscription d'un service d’investissement ou d'un produit financier, l’investisseur potentiel doit prendre connaissance de l’ensemble des informations contenues dans la documentation détaillée du service ou produit envisagé (prospectus, règlement, document intitulé « informations clés pour l’investisseur », Term sheet, conditions contractuelles du service d'investissement), en particulier celles liées aux risques associés à ce service ou produit.