Contact

Vous êtes déjà client ? Nous vous invitons à contacter votre banquier privé. 
Vous n’êtes pas client mais aimeriez en savoir plus ? Merci de remplir le formulaire ci-dessous.

Contacts locaux

France : +33 (0) 1 42 14 20 00 (9h - 17h)
Luxembourg : +352 47 93 11 1 (8h30 - 18H00)
Monaco : +377 97 97 58 00 (9h/12h - 14h/17h)
Suisse : Genève au +41 22 819 02 02
et Zurich au +41 44 218 56 11 (8h30 - 17h30)

Vous souhaitez nous contacter au sujet de la protection de vos données personnelles ?

Merci de bien vouloir contacter le Délégué à la Protection des Données de Société Générale Private Banking France en envoyant un email à l'adresse suivante : protectiondesdonnees@societegenerale.fr.

Merci de bien vouloir contacter Bieneke Russon, Délégué à la Protection des Données de Société Générale Bank & Trust Luxembourg par téléphone : +352-47.93.93.11.5046 ou en envoyant un email à l'adresse suivante : lux.dpooffice@socgen.com.

Merci de bien vouloir contacter Julien Garnier, Délégué à la Protection des Données de Société Générale Private Banking Monaco en envoyant un email à l'adresse suivante : list.mon-privmonaco-dpo@socgen.com

Merci de bien vouloir contacter Omar Otmani, Délégué à la Protection des Données de Société Générale Private Banking Suisse en envoyant un email à l'adresse suivante : sgpb-gdpr.ch@socgen.com.

Vous souhaitez faire une réclamation ?

Merci de bien vouloir adresser votre réclamation à Société Générale Private Banking France en envoyant un email à : FR-SGPB-Relations-Clients@socgen.com ou un courrier à l'adresse suivante : 

Société Générale Private Banking France
Direction Commerciale
29 boulevard Haussmann CS 614
75421 Paris Cedex 9

Société Générale Private Banking France s’engage à accuser réception de votre réclamation dans un délai de dix jours ouvrables à compter de la date de sa réception et à vous apporter une réponse dans un délai de deux mois à compter de cette même date. Si nous ne sommes pas en mesure de respecter ce délai de 60 jours, vous en serez informé par courrier.
 

En dernier recours, vous pouvez saisir gratuitement, selon la nature de votre réclamation 

 

Le Médiateur auprès de Société Générale

Il s'engage à étudier votre dossier au vu de votre position et de celle de la banque, à apprécier les arguments des parties et à prendre une décision fondée sur l'équité. Le Médiateur vous répondra directement dans un délai maximum de deux mois.

Vous pouvez saisir le Médiateur auprès de Société Générale par voie électronique sur le site internet du Médiateur : mediateur.societegenerale.fr ou en adressant un courrier à l’adresse suivante :

Le Médiateur auprès de Société Générale
17 cours Valmy
92987 Paris La Défense Cedex 7

 

Le Médiateur de l’Autorité des Marchés Financiers

Vous pouvez saisir le Médiateur de l’Autorité des Marchés Financiers en adressant un courrier à l’adresse suivante :

Le Médiateur de l’Autorité des Marchés Financiers
17 Place de la Bourse
75082 Paris Cedex 2

 

Le Médiateur des Assurances

Vous pouvez saisir le Médiateur des Assurances : ses coordonnées doivent être mentionnées aux termes de votre contrat d’assurance.

Afin d’assurer un traitement optimal de vos demandes, toute réclamation auprès de notre établissement peut être adressée à l'adresse suivante :

Service réclamations Banque privée
11, Avenue Emile Reuter
L-2420 Luxembourg

La Banque s’engage à accuser réception de votre demande dans les 10 jours suivant sa date de réception et à vous apporter une réponse dans un délai maximum de 30 jours à compter de sa réception. Si votre demande devait nécessiter un délai de traitement supplémentaire (recherches complexes…), nous vous en informerons endéans ce même délai de 30 jours.

Dans  l’hypothèse où la réponse qui vous est apportée ne correspondrait pas à vos attentes, nous vous informons de la possibilité :

En premier lieu, d’adresser à la Direction de Société Générale Bank & Trust en charge du traitement des réclamations, votre demande à l’adresse suivante :

Secrétariat Général de Société Générale Bank & Trust
11, Avenue Emile Reuter
L-2420 Luxembourg

En second lieu, si la réponse de la Direction en charge du traitement des réclamations ne permet pas de clore la réclamation, de disposer de la faculté de saisir l’Autorité de tutelle de SGBT, la Commission de Surveillance du Secteur Financier (CSSF) :

Par courrier : 283, Route d’Arlon L-1150 Luxembourg
Par courriel : direction@cssf.lu

Afin d’assurer un traitement optimal de vos demandes, toute réclamation auprès de notre établissement peut être adressée soit par e-mail à l’adresse suivante : servicequalite.privmonaco@socgen.com ou par courrier à notre service dédié :

Societe Generale Private Banking Monaco
Middle Office – Service Réclamation 
11 avenue de Grande Bretagne 
98000 Monaco

La Banque s’engage à accuser réception de votre demande dans les 2 jours suivants sa date de réception et à vous apporter une réponse dans un délai maximum de 10 jours à compter de sa réception. Si votre demande devait nécessiter un délai de traitement supplémentaire (recherches complexes…), nous vous en informerons endéans ce même délai de 30 jours. 

Dans l’hypothèse où la réponse qui vous est apportée ne correspondrait pas à vos attentes, nous vous informons de la possibilité d’adresser à la Direction de Société Générale Private Banking Monaco en charge du traitement des réclamations, votre demande à l’adresse suivante : 

Secrétariat Général de Societe Generale Private Banking Monaco 
11 avenue de Grande Bretagne
98000 Monaco

Toute réclamation auprès de notre établissement peut être adressée par messagerie électronique à l’adresse suivante : sgpb-reclamations.ch@socgen.com.

Les clients peuvent également avoir recours à l’Ombudsman des banques suisses dont les coordonnées figurent sur le site www.bankingombudsman.ch

 

Comprendre l'investissement responsable #11 - Zoom sur l’alignement 2 degrés des portefeuilles

Découvrez le onzième épisode de nos podcasts ISR.

Podcasts "Investissements durables et responsables" 

Episode #11 : "Zoom sur l'alignement 2°C des portefeuilles"

 

par notre experte RSE Claire Douchy,

Directrice des engagements sociétaux et des projets responsables pour Société Générale Private Banking.

Interview de Florent Deixonne, 

Responsable ISR, chez Lyxor.

Cliquez sur le bouton ci-dessous pour lancer le podcast.

Spotify

Apple Podcasts

 

Script intégral :

 

Claire Douchy : Bonjour à tous et bienvenue dans ce onzième épisode de notre podcast « Comprendre l’Investissement Responsable ». Dans cet épisode nous allons découvrir ce que recoupe la notion de température d’un portefeuille d’investissement. Je suis Claire Douchy responsable des offres et des projets positifs et durables de la banque privée Société Générale et je suis très contente de recevoir Florent Deixonne responsable ISR chez Lyxor la franchise de gestion du groupe Société Générale. 

Claire Douchy : Bonjour Florent. Alors quand on parle de climat, on pense évidemment au réchauffement climatique. Les accords de Paris de 2015 avaient acté une ambition de limiter l’augmentation de la température à 2° voire d’aller vers l’objectif de 1,5° par rapport à l’ère préindustrielle à l’horizon 2100. Qu’est ce que cela veut dire au juste et en quoi cela peut-il avoir une incidence sur les investissements ?

Florent Deixonne : Bonjour Claire. Nous devons réduire les gaz à effet de serre et en tant qu’investisseur ou gérant d’actif, il faut bien prendre conscience qu’investir dans un portefeuille, c’est investir dans un ensemble d’émetteurs qui ont des activités qui ont un impact sur le réchauffement climatique. Soyons clair, tout portefeuille, tout indice, tout benchmark a une contribution au réchauffement climatique. Et donc évaluer, gérer et atténuer l’impact climatique est indispensable au sein des actifs que nous gérons pour nos clients. Et puis, il convient de rappeler qu’il y a un contexte très fort, très porteur :  tout d’abord on assiste à des prises d’engagement fortes de la part de gérants d’actif, tels que des UNPRI, ou la TCFD qui est un engagement à donner la transparence sur les données climatiques. Il y a aussi un cadre réglementaire qui se durcit notamment en France et en Europe. Et enfin bien entendu, il y a nos clients, qui plébiscitent le besoin d’avoir un repère pour évaluer l’impact de leurs investissements.

Claire Douchy : Très bien, alors comment peut-on évaluer avec précision l’impact potentiel de nos investissements sur le réchauffement climatique ?

Florent Deixonne : Chez Lyxor, nous avons retenu comme indicateur d’impact la température, qu’on se propose de calculer pour un portefeuille, d’un fonds, d’un indice. Cette température traduit en degré de réchauffement de la planète les euros ou les dollars qui sont investis.  J’espère, Claire, que cet indicateur simple, va devenir universel, plébiscité par les clients institutionnels et facilement compréhensible par les clients particuliers.

Claire Douchy : Je comprends, c’est donc une analyse que vous faites entreprises pas entreprise. Comment traduisez-vous cela au niveau du portefeuille ?

Florent Deixonne  Comme vous pouvez le comprendre Claire, la température d’un portefeuille est donc le résultat agrégé des trajectoires d’émissions de l’ensemble des émetteurs qui sont dans le portefeuille. Une température du portefeuille élevée peut vouloir dire que les émetteurs ne sont pas collectivement alignés avec les accords de Paris. Ou bien que quelques émetteurs non alignés avec les accodes de Paris impactent significativement le portefeuille et annulent les efforts de réduction des émissions des autres émetteurs du portefeuille.

 

Claire Douchy : Je vois Florent, et alors comment fait-on alors pour calculer cet indicateur de température pour un portefeuille qui est composé de plusieurs entreprises ?

Florent Deixonne : Ce n’est en effet pas simple, Claire. Il convient tout d’abord d’avoir un scénario climatique. Qu’est-ce que c’est qu’un scenario climatique ? C’est un modèle qui s’appuie sur des hypothèses de croissance démographique, de croissance économique, et d’avancées technologiques. A partir de ces hypothèses, un scénario climatique détermine des trajectoires d’émissions et des taux de réductions (par région ou pays, par activité, etc.) afin de ne pas dépasser un niveau mondial d’émissions irréversible. Ensuite ce que l’on souhaite, c’est de passer d’un niveau « Région, Pays » à un niveau « Secteur, Emetteur » : à partir des scénarios climatiques, on utilise d’autre modèles, qui vont nous permettre, de déterminer la trajectoire de décarbonisation théorique de chaque entreprise afin d’être aligné par rapport aux accords Paris. En quelque sorte, c’est son budget carbone qu’il ne doit pas dépasser. Un fois qu’on a déterminé ce niveau théorique pour chaque entreprise, et bien on va regarder où elle en est. Quel est le volume d’émissions de gaz à effet de serre qu’elle a émis par le passé, émet aujourd’hui et va potentiellement émettre dans le futur au regard de ses engagements, sa part de marché, etc. En comparant ce volume d’émissions par rapport à son budget théorique on peut dire si l’entreprise est alignée par rapport à les accords de Paris. Comme vous pouvez le comprendre, cela va beaucoup plus loin que de calculer une simple empreinte carbone reflétant le passé, car ici on analyse une trajectoire prenant en compte les émissions futures et l’alignement climatique par rapport à l’Accord de Paris

 

Claire Douchy : Alors, Florent, comment faire pour diminuer la température d’un portefeuille ?

Florent Deixonne : Si vous me le permettez, Claire, je vais reprendre mon ancienne casquette de gérant : si je devais réduire la température de mon portefeuille je peux par exemple choisir d’investir dans des entreprises qui permettent l'atténuation du changement climatique ; par exemple ceux qui développent des technologies bas carbone, ou qui fournissent des produits et des services « verts », par exemple les solutions d'énergie éolienne ou de stockage de batteries. Ou bien je peux préférer ceux qui ont déjà une trajectoire alignée ou proche avec les accords de Paris. Mais je ne dois aussi pas oublier les acteurs qui sont en sont en transition car c’est aussi eux et parfois principalement eux qui feront l’économie de demain, par exemple un producteur d’électricité qui fait passer son mix énergétique d’un niveau très carboné à un mix bas carbone…Si vous me le permettez, Claire, je vais reprendre mon ancienne casquette de gérant : si je devais réduire la température de mon portefeuille je peux par exemple choisir d’investir dans des entreprises qui permettent l'atténuation du changement climatique ; par exemple ceux qui développent des technologies bas carbone, ou qui fournissent des produits et des services « verts », par exemple les solutions d'énergie éolienne ou de stockage de batteries. Ou bien je peux préférer ceux qui ont déjà une trajectoire alignée ou proche avec les accords de Paris. Mais je ne dois aussi pas oublier les acteurs qui sont en sont en transition car c’est aussi eux et parfois principalement eux qui feront l’économie de demain, par exemple un producteur d’électricité qui fait passer son mix énergétique d’un niveau très carboné à un mix bas carbone…

 

Claire Douchy : Merci Florent c’est beaucoup plus clair. Donc en tant qu’investisseur, je pourrai connaître la trajectoire de réchauffement climatique de mon portefeuille et intégrer cette donnée dans mes critères de décision, en plus de mon appétit pour le risque ou mon horizon de placement.

Florent Deixonne : C’est moi qui vous remercie, Claire, pour cet échange. Au revoir et à bientôt.


 

Ce podcast fait partie d’une série d’épisodes proposée par Société Générale Private Banking pour « comprendre l’investissement responsable ». Il est disponible sur les plateformes de streaming Spotify et Apple Podcasts via l’émission "#Private Talk by Societe Generale Private Banking" et sur notre site internet www.privatebanking.societegenerale.com. N’hésitez pas à vous abonner pour être informé de la sortie du prochain épisode et à en parler autour de vous.

Vous souhaitez approfondir ces sujets avec nous ?

Les informations communiquées sur cette page le sont à titre purement informatif et n’ont pas de valeur contractuelle. Le contenu de cette page n’est pas destiné à fournir un conseil en investissement ni un quelconque autre service en investissement et ne constitue de la part de Société Générale Private Banking ni une offre, ni une recommandation personnalisée, ni un conseil en vue de l’achat ou de la souscription ou de la vente de services d’investissement ou de produits financiers ou d’un investissement dans la catégorie d’actifs mentionnée. Certains produits, services et solutions cités peuvent présenter divers risques, impliquer une perte potentielle de la totalité du montant investi voire une perte potentielle illimitée, et n’être en conséquence réservés qu’à une certaine catégorie d’investisseurs, et/ou n’être adaptés qu’à des investisseurs avertis et éligibles à ces types de produits, services et solutions. Les informations présentées ci-dessus ne constituent pas un conseil juridique, fiscal ou comptable.
Les solutions patrimoniales et financières, les offres, produits, services et activités évoqués sur cette page dépendent de la situation personnelle de chaque client, de la législation qui lui est applicable ainsi que de sa résidence fiscale. Ainsi l’offre présentée peut ne pas être mise en place, adaptée ou autorisée au sein de toutes les entités Société Générale Private Banking et doit se conformer au Code de conduite fiscale du Groupe Société Générale. En outre, l’accès à certains de ces produits, services et solutions est soumis à des conditions notamment d’éligibilité.
Nous vous invitons à prendre contact avec votre conseiller privé pour vérifier si ces offres répondent à vos besoins et si elles sont adaptées à votre profil d’investisseur (connaissance, expérience en matière d’investissement, situation financière y compris capacité à subir des pertes et objectifs d’investissement y compris tolérance au risque).
Société Générale Private Banking ne peut en aucun cas être tenue responsable pour toute décision d’investissement prise par un lecteur sur la base des informations présentées sur la page. La fourniture par une entité de Société Générale Private Banking d'un service d'investissement et/ou la souscription de produit(s) par un investisseur potentiel, requiert au préalable de ce dernier la prise de connaissance, la compréhension et la signature de la documentation contractuelle et informative y afférente notamment sur les risques associés (prospectus, le document d’informations clés, Term Sheet, .). L’investisseur potentiel ne doit pas baser sa décision d’investissement et/ou donner une instruction d’investissement uniquement sur la base de ce document.
Aucune entité Société Générale Private Banking ne s’engage à actualiser ni à modifier la présente page et n’assumera aucune responsabilité à cet égard.  La présente publication a pour seul but d'informer les investisseurs, qui prendront leurs décisions d'investissement sans se fier exagérément à cette publication. Aucune entité Société Générale Private Banking ne saurait être tenue pour responsable en cas de perte directe ou indirecte liée à un quelconque usage de cette publication ou de son contenu. Aucune entité Société Générale Private Banking n’offre de garantie, expresse ou tacite, quant à l’exactitude ou l’exhaustivité de ces informations ou quant à la rentabilité ou la performance de toute classe d’actifs, pays, marché.
Le présent document n’a aucune vocation à lister ou résumer tous les termes et conditions de produits financiers, ni d’identifier tout ou partie des risques qui pourraient être associés à l’acquisition, la cession d’un produit financier / l’investissement dans une classe d’actifs mentionnée.
Les données historiques utilisées et les informations et avis cités proviennent ou sont notamment basés sur des sources externes que les entités Société Générale Private Banking considèrent fiables mais qu’elles n’ont pas vérifiées de manière indépendante. Aucune entité Société Générale Private Banking n’assumera une responsabilité quant à l’exactitude, la pertinence et l’exhaustivité de ces données. Les informations sur les performances passées éventuellement reproduites ne garantissent en aucun cas les performances futures et peuvent ne pas se reproduire. La valeur d’un investissement n’est pas garantie et la valorisation d’investissements peut fluctuer. Les prévisions concernant les performances futures sont basées sur des hypothèses qui peuvent ne pas se concrétiser et ne constituent donc en aucun cas une quelconque assurance ou garantie en ce qui concerne les résultats attendus des investissements dans les classes d’actifs mentionnées.
En règle générale, les sociétés du Groupe Société Générale peuvent être teneur de marché, effectuer des transactions concernant les titres auxquels il est fait référence dans cette page, et peuvent fournir des services bancaires aux sociétés dont les classes d’actif ont été mentionnées sur cette page, ainsi qu’à leurs filiales. Les sociétés du Groupe Société Générale, peuvent, de temps à autre, réaliser des transactions, générer des profits, détenir des titres ou agir comme conseiller, courtier ou banquier en lien avec ces titres, ou des dérivés de ces titres, ou en lien avec les classes d’actifs mentionnées dans ce document. Les sociétés du Groupe Société Générale peuvent acquérir ou liquider, de temps à autre, des positions dans les titres, ou actifs sous-jacent (y compris leurs dérivés) mentionnés dans cette page, ou dans tout autre actif le cas échéant, et par conséquent tout rendement pour un investisseur potentiel peut en être directement ou indirectement affecté. Les sociétés du Groupe Société Générale n’ont aucune obligation de divulguer ou de prendre en compte cette page dans le cadre de conseil ou de transactions avec un client ou au nom d’un client. Le Groupe Société Générale maintient effective une organisation administrative prenant toutes les mesures nécessaires pour identifier, contrôler et gérer les conflits d’intérêts. A cet effet, les entités Société Générale Private Banking ont mis en place une politique de gestion des conflits d’intérêts pour prévenir les conflits d’intérêts. Pour plus de détails, les clients de Société Générale.

Claire Douchy Responsable des offres philanthropiques et ISR Société Générale Private Banking