!css

Comprendre les principes des investissements value

Introduction

Les actions en bref

La méthode d’investissement value peut avoir plusieurs significations en fonction des personnes. En termes simples, il s’agit d’une stratégie qui consiste à investir dans des actions qui s'échangent à des cours inférieurs à leur valeur intrinsèque. L'objectif des investisseurs value est donc d'identifier les sociétés qui semblent sous-évaluées par rapport au marché ou qui se négocient avec une décote par rapport à leur valeur intrinsèque. Une telle décote peut être due, notamment, à un recul du bénéfice de l'entreprise ou à un événement exceptionnel susceptible de peser sur le cours de l'action. Un investisseur value y voit là une opportunité d'investissement à long terme.

Estimation de la valeur intrinsèque

L'estimation de la valeur intrinsèque est l'un des principes les plus importants de l'investissement value. Toutefois, deux investisseurs disposant des mêmes informations peuvent avoir une appréciation très différente de la valeur d'une entreprise.

C'est pourquoi, l'investisseur value prévoit toujours une marge de sécurité. Il se porte acquéreur uniquement lorsque le cours de l'action présente une décote suffisante pour intégrer une marge d'erreur sur la valeur intrinsèque estimée.

L'avantage de cette pratique est de minimiser les risques de moins-value. Si le cours des actions spéculatives peut s'effondrer, celui des actions value est moins susceptible de chuter fortement.

Benjamin Graham, considéré comme le père de l'investissement value, n'achetait des actions que lorsqu'elles s'échangeaient tout au plus au deux tiers de leur valeur intrinsèque. C'est la marge de sécurité qu'il estimait nécessaire à l'optimisation des rendements et à la réduction des risques de perte.

Théorie de l'efficience du marché

Un investisseur value n'adhère pas à la théorie de l’efficience du marché selon laquelle le cours actuel de l'action intègre déjà toutes les informations disponibles sur l’entreprise. Il estime que les actions peuvent être parfois surévaluées et parfois sous-évaluées. Par exemple, l'action peut être sous-évaluée du fait d'une vente panique au cours d'un retournement de la conjoncture (comme, par exemple, lors de la Grande Dépression des années 1930). De même, l'action peut être surévaluée en raison des espoirs excessifs que les investisseurs placent dans une nouvelle technologie qui n'a pas encore fait ses preuves (comme cela a été le cas pour la bulle Internet dans les années 1990).

Fuir les engouements du marché


Nombre d'investisseurs en actions ont une mentalité grégaire. Toutefois, les investisseurs value ne suivent pas les tendances générales du marché. En fait, ils agissent souvent à contre-courant : lorsque la majorité des investisseurs achètent, il est fréquent qu'ils vendent ou se tiennent en retrait. Les investisseurs value n'achètent généralement pas les titres qui suscitent l'engouement, car ils sont souvent surévalués. Ils ne se précipitent pas non plus sur les titres les plus connus et n'envisagent de les acquérir que lorsque leurs cours a fortement chuté. En outre, ils s'accordent tous à penser qu'ils investissent dans des entreprises et non dans des titres. En d'autres termes, ils étudient les paramètres fondamentaux des entreprises qui ont des activités solidement établies et une situation financière saine. Ils n'achètent pas des actions, mais un pourcentage de la propriété de l'entreprise.

Rigueur et patience

À la différence du trading, la stratégie d'investissement value se conçoit sur le long terme. Elle exige rigueur et patience, car il faut parfois des années avant qu'elle ne produise ses fruits. Elle présente toutefois un avantage : les gains en capital à long terme sont moins lourdement taxés que les gains en capital à court terme.

Le point de vue d'un propriétaire de l'entreprise

Valoriser une action en tant que propriétaire de l'entreprise est l'un des autres grands principes de l'investissement value. L'équipe de direction peut avoir une importance considérable pour le devenir de l'entreprise. Elle ajoute de la valeur lorsqu'elle est efficace, mais peut détruire les situations financières les plus solides dans le cas contraire. Les meilleurs managers ne se focalisent pas sur la valeur de marché de l'entreprise, mais s'efforcent de développer ses activités et ainsi de créer de la valeur pour les actionnaires sur le long terme.

Selon Warren Buffet, ils doivent posséder trois qualités : l'intégrité, l'intelligence et l'énergie. Et Warren Buffet d’ajouter : « Si la première de ces qualités fait défaut, les deux autres vous tueront. » Un investisseur value peut se faire une idée de l’intégrité de la direction en étudiant les états financiers des années précédentes, qui permettent d'évaluer dans quelle mesure la direction a tenu ses promesses antérieures. En outre, l'ampleur et la publication des rémunérations des dirigeants permettent d’apprécier la politique de gouvernance de l'entreprise. Le versement d’un salaire fixe raisonnable et d’un bonus lié à l'augmentation du cours des actions semble une saine pratique. En outre, l'entreprise doit, à tout le moins, comptabiliser une charge de rémunération pour les stock-options qu'elle attribue à ses dirigeants.

Identification des actions sous-évaluées

Voici quels sont les cinq ratios fondamentaux pour sélectionner un portefeuille de type value :

Le ratio cours/bénéfice (ou PER) – Ce ratio clé – qui est calculé en divisant le cours de l'action par le bénéfice par action – permet de connaître la somme que les investisseurs sont prêts à payer pour un bénéfice de la société de 1 dollar. Une action qui a un PER inférieur à une autre action est moins onéreuse que cette dernière pour le même niveau de performance financière.

Le ratio cours/valeur comptable tangible – Ce ratio, tout comme le ratio cours/bénéfice, est un bon indicateur du montant que les investisseurs sont prêts à payer pour 1 dollar des actifs de la société. Il est calculé en divisant le cours de l'action par la valeur comptable des actifs par action, hors actifs incorporels comme le goodwill. L’exclusion des actifs incorporels permet de connaître le prix que paient les investisseurs pour les actifs corporels.

Le ratio d'endettement – Il indique le poids de la dette par rapport à celui des fonds propres de l'entreprise. Il constitue un signal défavorable lorsqu'il est supérieur au ratio d'endettement moyen du secteur d'activités de l'entreprise.

Les flux de trésorerie disponible – Ce paramètre est important, car il indique le montant des liquidités générées par l'entreprise après les dépenses d'investissement. Le résultat net de l'entreprise peut être négatif malgré un flux de trésorerie disponible significatif, qui constitue un signe positif.

Le ratio PEG (price/earnings to growth) – Il est calculé en divisant le PER par le taux annuel de croissance du bénéfice par action. En règle générale, les sociétés qui présentent un taux de croissance important ont un PER élevé. Prendre uniquement en compte le PER aurait pour effet de faire apparaître surévaluées les entreprises à forte croissance. En divisant le PER par le taux de croissance du bénéfice, il est possible d'identifier les titres surévalués ou sous-évalués au sein d'un même secteur.

Si les ratios ci-dessus sont des paramètres d'analyse quantitative essentiels, ils doivent néanmoins être associés au bon sens et à un esprit critique, car l'investissement value s'apparente à un art. L'investisseur value doit répondre à diverses questions pour analyser les perspectives d'évolution de l'entreprise : celle-ci peut-elle accroître son bénéfice en augmentant ses prix ou le volume de ses ventes ou encore en réduisant ses dépenses ? Doit-elle vendre ou fermer ses divisions non rentables ? Quels sont ses concurrents et quels sont leurs atouts ? Existe-t-il des risques réglementaires, par exemple, le risque que le gouvernement plafonne l'augmentation des prix de l'énergie ?

Méthodes de sélection des titres

Il existe deux méthodes de sélection des titres : la méthode descendante et la méthode ascendante. La méthode descendante analyse la situation économique et l'état général du marché, les taux d'intérêt et autres données macro-économiques pour déterminer les secteurs d'activités les plus prometteurs. Les titres sont ensuite choisis parmi ces secteurs. En revanche, la méthode de sélection ascendante ne s'intéresse pas aux données macro-économiques et aux conditions générales du marché. Elle est axée sur l'analyse des activités des entreprises et de leur bilan, sur la valorisation des titres, etc.

Un investisseur value privilégie la méthode ascendante de sélection des titres.

Conclusion

L'investissement value exige une grande rigueur de la part des investisseurs, mais possède un fort potentiel de retour sur investissement. Voici quelles sont les étapes d'un processus d'investissement value typique :

  • Définir des critères minimaux de sélection des titres : par exemple, un ratio cours/valeur comptable inférieur à 1,25 et/ou un rendement des capitaux propres supérieur à 15 %
  • Établir une liste d'investissements potentiels via un « filtrage » des titres
  • Procéder à une analyse financière détaillée des entreprises
  • Évaluer les perspectives de croissance des entreprises et le potentiel ultérieur de leurs activités
  • Construire un portefeuille et suivre régulièrement son évolution