Clientèle privée Intermédiaires financiers

Devenir client

Vous êtes déjà client ? Nous vous invitons à contacter votre banquier privé. 
Vous n’êtes pas client mais aimeriez en savoir plus ? Merci de remplir le formulaire ci-dessous.

Contacts locaux

France : +33 (0) 1 42 14 20 00 (9h - 17h)
Luxembourg : +352 47 93 11 1 (8h30 - 18H00)
Monaco : +377 97 97 58 00 (9h/12h - 14h/17h)
Suisse : Genève au +41 22 819 02 02
et Zurich au +41 44 218 56 11 (8h30 - 17h30)

Vous souhaitez nous contacter au sujet de la protection de vos données personnelles ?

Merci de bien vouloir contacter le Délégué à la Protection des Données de Société Générale Private Banking France en envoyant un email à l'adresse suivante : protectiondesdonnees@societegenerale.fr.

Merci de bien vouloir contacter Bieneke Russon, Délégué à la Protection des Données de Société Générale Bank & Trust Luxembourg par téléphone : +352-47.93.93.11.5046 ou en envoyant un email à l'adresse suivante : lux.dpooffice@socgen.com.

Merci de bien vouloir contacter Julien Garnier, Délégué à la Protection des Données de Société Générale Private Banking Monaco en envoyant un email à l'adresse suivante : list.mon-privmonaco-dpo@socgen.com

Merci de bien vouloir contacter Omar Otmani, Délégué à la Protection des Données de Société Générale Private Banking Suisse en envoyant un email à l'adresse suivante : sgpb-gdpr.ch@socgen.com.

Vous souhaitez faire une réclamation ?

Merci de bien vouloir adresser votre réclamation à Société Générale Private Banking France en envoyant un email à : FR-SGPB-Relations-Clients@socgen.com ou un courrier à l'adresse suivante : 

Société Générale Private Banking France
Direction Commerciale
29 boulevard Haussmann CS 614
75421 Paris Cedex 9

Société Générale Private Banking France s’engage à accuser réception de votre réclamation dans un délai de dix jours ouvrables à compter de la date de sa réception et à vous apporter une réponse dans un délai de deux mois à compter de cette même date. Si nous ne sommes pas en mesure de respecter ce délai de 60 jours, vous en serez informé par courrier.
 

En dernier recours, vous pouvez saisir gratuitement, selon la nature de votre réclamation 

 

Le Médiateur auprès de Société Générale

Il s'engage à étudier votre dossier au vu de votre position et de celle de la banque, à apprécier les arguments des parties et à prendre une décision fondée sur l'équité. Le Médiateur vous répondra directement dans un délai maximum de deux mois.

Vous pouvez saisir le Médiateur auprès de Société Générale par voie électronique sur le site internet du Médiateur : mediateur.societegenerale.fr ou en adressant un courrier à l’adresse suivante :

Le Médiateur auprès de Société Générale
17 cours Valmy
92987 Paris La Défense Cedex 7

 

Le Médiateur de l’Autorité des Marchés Financiers

Vous pouvez saisir le Médiateur de l’Autorité des Marchés Financiers en adressant un courrier à l’adresse suivante :

Le Médiateur de l’Autorité des Marchés Financiers
17 Place de la Bourse
75082 Paris Cedex 2

 

Le Médiateur des Assurances

Vous pouvez saisir le Médiateur des Assurances : ses coordonnées doivent être mentionnées aux termes de votre contrat d’assurance.

Afin d’assurer un traitement optimal de vos demandes, toute réclamation auprès de notre établissement peut être adressée à l'adresse suivante :

Service réclamations Banque privée
11, Avenue Emile Reuter
L-2420 Luxembourg

La Banque s’engage à accuser réception de votre demande dans les 10 jours suivant sa date de réception et à vous apporter une réponse dans un délai maximum de 30 jours à compter de sa réception. Si votre demande devait nécessiter un délai de traitement supplémentaire (recherches complexes…), nous vous en informerons endéans ce même délai de 30 jours.

Dans  l’hypothèse où la réponse qui vous est apportée ne correspondrait pas à vos attentes, nous vous informons de la possibilité :

En premier lieu, d’adresser à la Direction de Société Générale Bank & Trust en charge du traitement des réclamations, votre demande à l’adresse suivante :

Secrétariat Général de Société Générale Bank & Trust
11, Avenue Emile Reuter
L-2420 Luxembourg

En second lieu, si la réponse de la Direction en charge du traitement des réclamations ne permet pas de clore la réclamation, de disposer de la faculté de saisir l’Autorité de tutelle de SGBT, la Commission de Surveillance du Secteur Financier (CSSF) :

Par courrier : 283, Route d’Arlon L-1150 Luxembourg
Par courriel : direction@cssf.lu

Afin d’assurer un traitement optimal de vos demandes, toute réclamation auprès de notre établissement peut être adressée soit par e-mail à l’adresse suivante : servicequalite.privmonaco@socgen.com ou par courrier à notre service dédié :

Societe Generale Private Banking Monaco
Middle Office – Service Réclamation 
11 avenue de Grande Bretagne 
98000 Monaco

La Banque s’engage à accuser réception de votre demande dans les 2 jours suivants sa date de réception et à vous apporter une réponse dans un délai maximum de 10 jours à compter de sa réception. Si votre demande devait nécessiter un délai de traitement supplémentaire (recherches complexes…), nous vous en informerons endéans ce même délai de 30 jours. 

Dans l’hypothèse où la réponse qui vous est apportée ne correspondrait pas à vos attentes, nous vous informons de la possibilité d’adresser à la Direction de Société Générale Private Banking Monaco en charge du traitement des réclamations, votre demande à l’adresse suivante : 

Secrétariat Général de Societe Generale Private Banking Monaco 
11 avenue de Grande Bretagne
98000 Monaco

Toute réclamation auprès de notre établissement peut être adressée par messagerie électronique à l’adresse suivante : sgpb-reclamations.ch@socgen.com.

Les clients peuvent également avoir recours à l’Ombudsman des banques suisses dont les coordonnées figurent sur le site www.bankingombudsman.ch

 

"1 femme, 1 passion" - épisode #7: Anne-Laure Kiechel, Fondatrice de Global Sovereign Advisory

Découvrez le septième épisode de notre série de podcasts "1 femme, 1 passion".

Valérie Bokobza : Bonjour à tous, je suis Valérie Bokobza, Directrice du Développement chez Société Générale Private Banking et je suis ravie de vous présenter un nouvel épisode de « 1 femme, 1 passion ». Notre objectif est de partager un parcours de femme inspirante, qui fait bouger les lignes. Aujourd’hui je reçois Anne-Laure Kiechel. Bonjour, Anne-Laure.

Anne-Laure Kiechel : Bonjour !

 

Valérie Bokobza : Vous êtes fondatrice de Global Sovereign Advisory(1), dont la mission est d’apporter une expertise internationale sur la dette souveraine(2), auprès d’une vingtaine de pays dans le monde. Après une carrière impressionnante au sein des grandes banques d’affaire internationales, vous décidez, en 2019, de créer votre structure de conseil. Vous devenez l'interlocutrice de référence auprès des plus grands chefs d'états, comme Alexis Tsipras(3), que vous avez accompagné lors de la crise financière grecque en 2008. Passionnée par la musique depuis le plus jeune âge, vous êtes aussi classé 19e du classement des Français les plus influents du monde. Votre fil rouge : combiner excellence et liberté. Comment fait-on pour passer de la direction d'une banque d'affaires à l'entrepreneuriat et au rôle de véritable référence sur la dette souveraine ?

 

Anne-Laure Kiechel : Alors merci pour l’opportunité de pouvoir parler de mon expérience et d'une expérience, en effet, de femme, et bravo pour votre pour votre initiative [le podcast « 1 femme, 1 passion] . Je crois que ce qui est important pour moi, c’est de savoir conjuguer indépendance et liberté. Indépendance parce que nous quand on conseille c'est quand même la valeur cardinale, de pouvoir donner le bon conseil, de ne pas être tenu par aucun intérêt, et donc, quelque part, d'avoir la tête claire et les mains libres pour agir et pour donner les meilleurs conseils. Et une forme de liberté, aussi, dans la liberté de penser, voulant dire, dans la liberté d'appréhender les problématiques. Trop souvent, on est guidé par des manières de penser uniques ou par des manières de raisonner, qui, quelque part, peuvent faire faire des erreurs assez fondamentales. L’histoire de la dette, d’ailleurs, en est remplie. Quand on pense qu'on a érigé en dogme un 90% de dettes sur PIB(4) et si on ne respectait pas ça, il y avait des catastrophes, et évidemment on a allègrement passé cette barre-là sans qu’il y ait de catastrophe… Et donc, c'est la liberté de pouvoir se sortir de certains dogmes, le cas échéant, et de pouvoir essayer de résonner en toute indépendance. Je crois que c'est ça qui quelque part explique le changement [de domaine que j’ai opéré. Mon départ] de quelque chose de plus, peut-être, convenu où classique, et tout évidemment, éminemment respectable, une banque d'affaires, vers quelque chose où il y a plus de liberté d'action et de liberté de penser.

 

Valérie Bokobza : Concrètement, avec Global Sovereign Advisory, comment accompagnez-vous les États avec une approche holistique ?

 

Anne-Laure Kiechel : Ce que l’on a essayé de développer c'était de dire que, si on conseille un Etat sur juste des sujets de fiscalité ou sur juste des sujets économiques ou sur juste des sujets de dette, en fait, on ne voit qu'une partie du problème ; et on se dit souvent que quand on fait des erreurs ou quand on a des approches qui ne sont pas forcément justes, c’est parce qu'on ne considère pas l'intégralité problématique d'un Etat. On ne prend pas en compte les attentes des citoyens, on ne prend pas en compte les équilibres macro-économiques, on ne prend pas prend pas en compte la réalité de micro-économique d'un pays(5)… Et donc, ce qu'on essaie de faire, c'est d'appréhender autant qu’on peut ces problématiques, de telle sorte parce que si on agit sur une chose en particulier, un domaine, on essaie de comprendre quelles peuvent être les problématiques sur d'autres aspects du pays. Donc c'est une approche un peu peut-être différente, peut-être plus globale, qui va à l'inverse de certaines segmentations et d'hyper-spécialisations qu'on a pu voir au cours des dernières années, mais qui me semble être éminemment nécessaire, aussi, pour s'inscrire dans un temps long et donc un raisonnement qui est cohérent par rapport à un Etat.

 

 

Valérie Bokobza : Au fond, qu'est-ce qui vous anime vraiment aujourd'hui ? Protéger les plus faibles, ou donner les clés aux plus jeunes générations ?

 

Anne-Laure Kiechel : Peut-être un peu les deux, c'est-à-dire, clairement, donner des clés à tout le monde pour essayer de comprendre l'impact des politiques publiques me semble être éminemment important, évidemment en tant que citoyen et citoyenne, mais aussi par rapport aux États et aux gens que l’on conseille, parce qu’il faut comprendre les conséquences des actions que l’on peut prendre. Evidemment, face à la montée de massive des inégalités, quelles qu'elles soient d'ailleurs, qu'elles soient économiques, qu'elles soient climatiques… Là aussi, one ne peut pas réellement rester indifférent et se dire : « très bien, on continue comme ça ». Donc c'est aussi essayer de dire : « qu'est-ce qu'on est en train de faire ? pourquoi y a-t-il certaines formes d'inégalités ? », essayer de formuler ces inégalités, qui n'ont pas toujours été formulées ainsi, et de dire : « est-ce qu’on veut les corriger ? » et « comment est-ce qu'on peut les corriger ? ».

 

Valérie Bokobza : D'ailleurs, vous avez créé une chaire à Sciences Po, je crois…

 

Anne-Laure Kiechel : Absolument, une chaire sur la dette à Sciences Po, qui est la seule initiative européenne du genre, d'ailleurs… aussi un peu mondiale, donc c'est pour ça qu'on est particulièrement fiers !

 

Valérie Bokobza : Quel conseil auriez-vous souhaité que l'on vous donne plus tôt dans votre carrière ?

 

Anne-Laure Kiechel : C'était clairement d'oser sans trop se poser de questions. Je me souviens, quand j'ai créé Global Sovereign Advisory, j'ai réellement commencé dans un bureau, en coworking, seule ; alors, rapidement, accompagnée, mais quand même seule. Et donc, il y a une grande angoisse, quand même, de la page blanche et de se dire, est-ce que finalement on est capable de faire ou pas…  Et le fait de se dire « fait, et en fait, on verra bien », je pense que c'est quelque chose d'important, qu'on m'a transmis, mais sans me le transmettre avec autant de… Ose ! Voilà, je crois que, trop souvent, il y a des freins, et peut-être, trop souvent, les femmes se mettent aussi certains freins elles-mêmes… Et finalement, si on échoue sur quelque chose, est-ce que c'est aussi grave que ça ? Je ne pense pas. Et donc, c'est vraiment ça : d'oser s'exprimer, de ne pas forcément se préoccuper du regard des autres. Parce qu'évidemment on peut être critiqué… Mais, peu importe ! Si on a l'impression que l’on fait quelque chose qui est épanouissant, qui a du sens, il faut suivre son chemin de manière libre.

 

Valérie Bokobza : Un grand merci, Anne-Laure, pour ces échanges et à très bientôt pour les auditeurs, pour de prochains épisodes sur les ondes de Société Générale Private Banking. Merci, au revoir !

- - - - - - - - - - - - -

(1) Entreprise indépendante de conseil aux Etats et aux entités publiques fondée en 2019 ; https://www.globalsov.com/

(2) La dette souveraine désigne la totalité de l'endettement réalisé par un État.

(3) Alexis Tsipras est un homme politique Grec, leader de Syriza, Coalition de la Gauche Radicale. Il a été Premier Ministre de la Grèce de janvier à août 2015 puis de septembre 2015 à juillet 2019. Alexis Tsipras est à l'origine du referendum sur la dette publique grecque de juillet 2015, qui invitait les Grecs à se prononcer sur le plan d'aide proposé par ses créanciers internationaux (Commission Européenne, Banque Centrale Européenne, Fonds monétaire internationale). Le "non" l'emporte. Un accord sera finalement trouvé après des négociations à Bruxelles, les 12 et 13 juillet.

(4) PIB = Produit Intérieur Brut


AVERTISSEMENT GENERAL :

Société Générale Private Banking est la ligne métier du Groupe Société Générale opérant à travers son siège au sein de Société Générale S.A. et de départements, succursales ou filiales, localisés sur les territoires mentionnés ci-après, agissant sous la marque « Société Générale Private Banking » et distributeurs du présent document.

Le présent document, de nature publicitaire, n’a pas de valeur contractuelle. Son contenu n’est pas destiné à fournir un service d’investissement, il ne constitue ni un conseil en investissement ou une recommandation personnalisée sur un produit financier, ni un conseil ou une recommandation personnalisée en assurance, ni une sollicitation d’aucune sorte, ni un conseil juridique, comptable ou fiscal de la part d’une quelconque entité relevant de Société Générale Private Banking.

Les informations contenues sont données à titre indicatif, peuvent être modifiées sans préavis, et visent à communiquer des éléments pouvant être utiles à une prise de décision. Les informations sur les performances passées éventuellement reproduites ne garantissent en aucun cas les performances futures.

Les banquiers privés des entités Société Générale Private Banking sont à la disposition des investisseurs potentiels pour leur fournir de plus amples informations sur les déclinaisons, au sein de l’entité Société Générale Private Banking concernée, de la thématique présentée dans ce document.

Le présent document est confidentiel, destiné exclusivement à la personne qui le consulte, et ne peut être ni communiqué ni porté à la connaissance de tiers, ni reproduit totalement ou partiellement, sans accord préalable et écrit de l’entité Société Générale Private Banking concernée.

Aucune entité relevant de Société Générale Private Banking ne peut en aucun cas être tenue responsable pour toute décision prise par un investisseur sur la base des seules informations contenues dans ce document.

Le groupe Société Générale maintient effective une organisation administrative prenant toutes les mesures nécessaires pour identifier, contrôler et gérer les conflits d’intérêts. A cet effet, les entités Société Générale Private Banking ont mis en place une politique de gestion des conflits d’intérêts permettant de gérer et prévenir les conflits d’intérêts. Pour plus de détails, les clients de Société Générale Private Banking peuvent se reporter à la politique de gestion des conflits d'intérêts disponible sur simple demande auprès de leur banquier privé.

Société Générale Private Banking a également mis en place une politique de traitement des réclamations formulées par ses clients, disponible sur simple demande auprès de leur banquier privé ou sur le site Internet de Société Générale Private Banking.

AVERTISSEMENTS SPÉCIFIQUES PAR JURIDICTION

France : Sauf indication contraire expresse, le présent document est publié et distribué par Société Générale, banque française autorisée et supervisée par l’Autorité de Contrôle Prudentiel et de Résolution, sise 4, place de Budapest, CS 92459, 75436 Paris Cedex 09, sous la supervision prudentielle de la Banque Centrale Européenne (« BCE ») et enregistrée auprès de l’ORIAS en qualité d’intermédiaire en assurance sous le numéro 07 022 493 orias.fr. Société Générale est une société anonyme française au capital de 1 066 714 367,50 EUR au 1er août 2019, dont le siège social est situé 29, boulevard Haussmann, 75009 Paris, et dont le numéro d'identification unique est 552 120 222 R.C.S. Paris. De plus amples détails sont disponibles sur demande ou sur www.privatebanking.societegenerale.com. 

Luxembourg : Le présent document est distribué au Luxembourg par Société Générale Luxembourg, société anonyme enregistrée auprès du registre de commerce et des sociétés de Luxembourg sous le numéro B 6061 et établissement de crédit autorisé et régi par la Commission de Surveillance du Secteur Financier (« CSSF »), sous la supervision prudentielle de la Banque Centrale Européenne (« BCE »), et dont le siège social est sis 11, avenue Émile Reuter – L 2420 Luxembourg.  De plus amples détails sont disponibles sur demande ou sur www.societegenerale.lu. Aucune décision d’investissement quelle qu’elle soit ne pourrait résulter de la seule lecture de ce document. Société Générale Luxembourg n’accepte aucune responsabilité quant à l’exactitude ou autre caractéristique des informations contenues dans ce document. Société Générale Luxembourg n’accepte aucune responsabilité quant aux actions menées par le destinataire de ce document sur la seule base de ce dernier, et Société Générale Luxembourg ne se présente pas comme fournissant des conseils, notamment en ce qui concerne les services d’investissement. Les opinions, points de vue et prévisions exprimées dans le présent document (y compris dans ses annexes) reflètent les opinions personnelles de l’auteur/des auteurs et ne reflètent pas les opinions d’autres personnes ou de Société Générale Luxembourg, sauf indication contraire. Ce document a été élaboré par Société Générale.  La CSSF n’a procédé à aucune analyse, vérification ou aucun contrôle sur le contenu du présent document.  

Monaco : Le présent document est distribué à Monaco par Société Générale Private Banking (Monaco) S.A.M., sise 11 avenue de Grande Bretagne, 98000 Monaco, Principauté de Monaco, régie par l’Autorité de Contrôle Prudentiel et de Résolution et la Commission de Contrôle des Activités Financières. Les produits financiers commercialisés à Monaco peuvent être réservés à des investisseurs qualifiés conformément aux dispositions de la loi n° 1.339 du 07/09/2007 et de l’Ordonnance Souveraine n° 1.285 du 10/09/2007.  De plus amples détails sont disponibles sur demande ou sur www.privatebanking.societegenerale.com.

Suisse : Le présent document est distribué en Suisse par SOCIETE GENERALE Private Banking (Suisse) SA (« SGPBS »), dont le siège se trouve à la rue du Rhône 8, CH-1204 Genève.  SGPBS est une banque autorisée par l’Autorité fédérale de surveillance des marchés financiers (« FINMA »). Les placements collectifs et les produits structurés ne peuvent être offerts que conformément à la Loi fédérale sur les placements collectifs de capitaux (Loi sur les placements collectifs, LPCC) du 23 juin 2006 respectivement les Directives de l’Association suisse des banquiers (ASB) concernant l’information des investisseurs sur les produits structurés.  De plus amples détails sont disponibles sur demande auprès de SGPBS ou sur www.privatebanking.societegenerale.com. 

Le présent document n’est pas distribué par les entités du groupe Kleinwort Hambros qui agissent sous la marque « Kleinwort Hambros » au Royaume-Uni (SG Kleinwort Hambros Bank Limited), à Jersey et Guernesey (SG Kleinwort Hambros Bank (CI) Limited) et à Gibraltar (SG Kleinwort Hambros Bank (Gibraltar) Limited). En conséquence, les informations communiquées et les éventuelles offres, activités et informations patrimoniales et financières présentées ne concernent pas ces entités et peuvent ne pas être autorisées par ces entités ni adaptées sur ces territoires. De plus amples informations sur les activités des entités de la banque privée de Société Générale situées sur les territoires du Royaume-Uni, des îles anglo-normandes et de Gibraltar, incluant des informations complémentaires de nature légale et réglementaire, sont disponibles sur www.kleinworthambros.com.

Valérie Bokobza Responsable des conseils en investissement

Posez-nous vos questions

Contactez-nous