!css

Autres marchés actions

Nous relevons notre positionnement sur les Etats-Unis à légèrement surpondérer

"Les actions américaines devraient bénéficier d’une croissance soutenue des bénéfices" 

  • Etats-Unis : surpondération tactique. La réforme fiscale est désormais intégrée dans les prévisions des bénéfices par action (BPA) du consensus IBES, et des chiffres d’affaires solides et des marges élevées seront requis pour permettre la poursuite d’une croissance soutenue des BPA. Les chiffres d’affaires devraient continuer d’augmenter grâce à l’expansion économique et au potentiel de hausse limité du dollar (voir page 12). Même si les pressions salariales menaceront les marges de bénéfices ces prochains trimestres, nous sommes convaincus que la reprise des dépenses d’équipement stimulera la productivité et atténuera ainsi les effets négatifs de la hausse des salaires. Les prix des actions américaines devraient encore augmenter ces prochains mois, profitant de la croissance soutenue des bénéfices. Cependant, le potentiel de hausse devrait être limité, dans la mesure où nous estimons que des valorisations élevées pâtiront des remontées des taux américains, de l’aplatissement de la courbe des taux, des tensions commerciales et du climat d’incertitude politique avant les élections de mi-mandat.
  • Côté secteurs, nous préférons l’énergie (qui bénéficie des fondamentaux plus solides des entreprises et des prix pétroliers élevés), les valeurs financières (l’aplatissement de la courbe des taux est un frein, mais la croissance solide de l’économie américaine, la hausse des taux d’intérêt, l’assouplissement de la réglementation et la croissance des prêts devraient soutenir les bénéfices des banques). Nous relevons notre positionnement sur le secteur de la santé (ce secteur défensif présente un faible endettement et de bonnes perspectives de croissance des BPA, tandis que les pressions politiques sur la tarification des médicaments s’affaiblissent) et la technologie (malgré des valorisations élevées et des tensions commerciales sur le segment des semi-conducteurs, la croissance des BPA est solide grâce à des facteurs de soutien structurels, à une forte capacité à fixer les prix et à des marges élevées). Mieux vaudrait éviter la Consommation cyclique, concentrée sur quelques actions (risque idiosyncratique) et où les valorisations sont excessivement élevées (e-commerce). Nous restons négatifs sur les secteurs défensifs sensibles aux taux d’intérêt comme les télécommunications, les services aux collectivités et la consommation non cyclique. Cette dernière affiche un faible pouvoir de fixation des prix, la forte concurrence des géants de la distribution en ligne/sur Internet l’empêchant de répercuter la hausse des coûts de production sur les consommateurs.

Prudence sur les actions émergentes

"Les actions émergentes sont affaiblies par la hausse des taux US, la vigueur du dollar et les tensions commerciales"

  • Marchés émergents : se montrer sélectif. L’indice MSCI Emerging markets a cédé 10% en dollars au deuxième trimestre. Cette forte sous-performance face aux marchés développés s’explique par l’appréciation du dollar, la hausse de taux américains et la montée du protectionnisme. Ces facteurs continueront de peser sur les économies émergentes ces prochains mois, en particulier celles fortement tributaires des financements extérieurs (Turquie, Argentine). Néanmoins, ces dernières années, les balances courantes et la dette nationale se sont sensiblement améliorées dans de nombreux pays émergents. Le monde émergent devrait donc mieux résister à la hausse des taux mondiaux que par le passé. Dans ce contexte, les banques centrales des marchés émergents resteront en état d’alerte et pourraient dans certains cas prendre des mesures préventives (comme remonter les taux) pour éviter des sorties brutales de capitaux et une envolée de l’inflation.
  • Les bénéfices des entreprises ont baissé au S1, la dégradation du commerce international ayant fragilisé l’activité manufacturière. Malgré un accès de faiblesse, les BPA continueront d’enregistrer une croissance à deux chiffres cette année, et les valorisations des actions émergentes sont attrayantes, deux facteurs qui nuancent quelque peu le pessimisme ambiant.
  • Dans ce contexte, il est primordial d’être sélectif. Un agenda politique chargé en Amérique latine et en Europe de l’Est, et l’escalade des tensions au Moyen-Orient encourageront les investisseurs à rester prudents. En Asie, l’économie indienne est davantage tournée vers son marché national, tandis que les économies coréenne et taïwanaise sont vulnérables à une dégradation du commerce international et à une montée du protectionnisme américain, compte tenu de leur importance dans les chaînes d’approvisionnement mondiales, en particulier les produits électroniques. Les tensions commerciales entre les Etats-Unis et la Chine devraient rester vives ces prochains mois, mais les actions offshore chinoises (telles que mesurées par l’indice MSCI China) pourraient mieux performer que leurs homologues asiatiques.

 

 

Sources : SGPB, Datastream, 29/06/2018. Les performances passées ne préjugent pas des performances futures. Les investissements peuvent être soumis aux fluctuations du marché, et le prix et la valeur des investissements et les revenus qui en découlent peuvent fluctuer à la baisse comme à la hausse. Votre capital n’est pas protégé et les sommes investies à l’origine peuvent ne pas être récupérées.