!css
Publications & Médias

Devises principales

30/12/2015

Dollar : vers un raffermissement (pour l’instant)

  • L’accélération de la croissance américaine et la hausse des taux US soutiennent le dollar.
  • Nous ne voyons rien qui pourrait déclencher un rebond de l’euro pour l’instant, mais nous restons haussiers à long terme.
  • L’incertitude entourant le Brexit reste forte, limitant la pression du sterling.
  • Le yen consolide mais devrait sortir par le haut de sa fourchette.

Dollar : potentiel de hausse limité

"Nous pensons que l’euro a touché le fond." 

  • Dollar : légèrement haussiers. La plus forte croissance américaine et les hausses des taux de la Fed ont soutenu le billet vert. Les tensions commerciales seront également un facteur de soutien. Elles pèseront surtout sur les devises de pays exportateurs. Les monnaies émergentes ont cédé du terrain contre le dollar et la spirale baissière pourrait se poursuivre. Même si le billet vert pourrait encore gagner du terrain, le potentiel de hausse semble limité, car le dollar est déjà cher.
  • Euro : instabilité. Divers facteurs ont affaibli la monnaie unique. La croissance a été moins forte dans la zone euro qu’aux USA. La Réserve fédérale américaine a relevé ses prévisions de taux pour 2018 tandis que la BCE s’est engagée à maintenir ses taux inchangés jusqu’à l’été 2019. Par ailleurs, les craintes italiennes et les lentes réformes dans la zone euro ont pesé sur le sentiment des investisseurs. Toutefois, nous pensons que la barre des 1,15 constituera un support solide et nous restons donc légèrement haussiers compte tenu de la forte croissance et de la sous-évaluation de l’euro. Nous avons encore réduit nos prévisions à 6 et 12 mois, les ramenant à 1.20 et 1.25 respectivement.
  • Sterling : stabilisation. Le sterling souffre des tensions commerciales et de l’issue incertaine des négociations entourant le Brexit. Dans la mesure où nous ne prévoyons pas d’amélioration à court terme sur les deux fronts, le sterling devrait rester sous pression. Toutefois, la légère sous-évaluation du sterling et une possible hausse des taux avant la fin de l’année devrait soutenir la livre. Nous visons 1.35 dans six et douze mois.

Bonne nouvelle pour les valeurs refuges

"L’aversion au risque profitera au franc suisse et au yen."

  • Franc suisse : vigueur sou-jacente. La réduction des liquidités, le regain d’aversion au risque et les conflits commerciaux ont aidé le franc à reprendre du terrain contre l’euro. A court terme, nous prévoyons une consolidation mais tablons encore sur une légère dépréciation. La devise est clairement surévaluée et la banque centrale souhaite laisser sa devise de déprécier. En résumé, l’EUR/CHF devrait grimper à 1.18 dans six mois et 1.22 dans un an.
  • Yen : risques haussiers. A l’instar des autres valeurs refuge, le yen a bénéficié d’un regain d’aversion au risque. La politique monétaire japonaise reste très souple et un l’objectif d’inflation de 2% reste très éloigné. Quand la volatilité se renforce, les investisseurs domestiques tendent à rapatrier des actifs ou couvrir leur exposition à des marchés étrangers. Cela signifie que le risque est à une appréciation du yen. Sans surprise, le yen et le franc suisse évoluent dans des fourchettes étroites. Pour l’heure, nous pensons que le yen traitera autour de 110 dans six mois et 105 dans un an.

 

 

Sources: SGPB, Bloomberg, 29/06/2018. Les performances passées ne préjugent pas des performances futures. Les investissements peuvent être soumis aux fluctuations du marché, et le prix et la valeur des investissements et les revenus qui en découlent peuvent fluctuer à la baisse comme à la hausse. Votre capital n’est pas protégé et les sommes investies à l’origine peuvent ne pas être récupérées.