!css
Publications & Médias

Matières premières

30/12/2015

Pétrole : rééquilibrage grâce une hausse de la production US et des quotas de l’OPEP

  • Lors du dernier sommet, l’OPEC et ses alliés se sont engagés à stimuler la production, ce qui devrait limiter le potentiel de hausse des cours.
  • La vigueur du dollar et la hausse des taux américains ont tiré l'or vers le bas. Toutefois, le métal précieux reste un bon outil de diversification en termes de construction de portefeuille.

Pétrole

"L’OPEP augmente sa production pour satisfaire une forte demande" 

  • Les prix pétroliers ont touché la barre des 80$ en mai (pour la première fois depuis novembre 2014) avant de corriger à la baisse à l’approche du sommet de l’OPEP. La demande est forte depuis le début de l’année grâce à un hiver frais. L’Agence internationale pour l’énergie (AIE) prévoit que la demande mondiale atteigne 1.4 million de barils/jour (bpj) cette année et l’an prochain.
  • La coupe de 1,8 million de baril/jour annoncée par l’OPEP et ses alliés fin 2016 a contribué à resserrer le marché et soutenir le baril. D’après les dernières données de l’AIE, les stocks de pétrole brut de l’OCDE sont à un plus bas depuis trois ans, les réductions de production ayant dépassé les attentes de l’OPEP notamment sous l’effet d’une chute d’activité au Venezuela. Lors de leur réunion du 22 juin à Vienne, les membres de l’OPEP ont décidé de relever la production de 0,8 million de baril/jour afin de converger vers les quotas initiaux.
  • L’offre mondiale de pétrole a s’est légèrement accrue en mai, la production des pays non membres de l’OPEP (notamment les USA) compensant le recul observé au sein de l’Organisation notamment au Venezuela et au Nigeria. D’après l’AIE, la production hors OPEP devrait croître de 2 millions de barils/jour cette année. La production de pétrole brut US a compensé les coupes votées par l’OPEP, progressant de 1.8 million de baril/jour sur les 18 derniers mois. D’après l’Agence d’information sur l’énergie, la production US a atteint 10.7 millions de barils/jour en mai et devrait se monter à 10.8 millions de barils/jour en moyenne cette année et 11.8 millions de barils/jour l’an prochain, faisant des USA le principal producteur au monde.
  • Malgré une redistribution des parts de marché entre producteurs, l’offre devrait augmenter pour satisfaire une forte demande ces prochains trimestres. Nous visons maintenant environ 75$ ces prochains mois avant un retour à 70$ d’ici un an.

Or

"Les hausses des taux pèseront sur l’or."

  • Malgré des facteurs de soutien (guerre commerciale avec la Chine, tensions mondiales, volatilité des marchés), le cours de l’or est sorti par le bas de sa fourchette de 1300-1360$ à la mi-mai et la barre des 1300$ sert désormais de résistance.
  • L’or, actif sans rendement, a perdu de son éclat à cause d’un renforcement des anticipations de hausses des taux aux USA, d’une remontée des taux réels et d’une croissance solide. Une nouvelle source de pression a été le rebond du dollar depuis la mi-avril compte tenu de sa corrélation historiquement négative à l’or (-0.53 au 22 juin d’après Bloomberg). Plus le billet vert est robuste, plus la demande est forte, car l’or libellé en dollar devient moins abordable dans les régions non liées au dollar. Le billet vert reste déterminant pour l’or à court terme.
  • Les ETF liés à l’or ont subi davantage des flux sortants en Europe qu’en Amérique du Nord cette année après une correction en mai. Malgré la sous-performance de l’or depuis le début de l’année, les stocks mondiaux d’ETF ont augmenté de 4,9Md$, soit 4.7% à fin mai (source : World Gold Council).
  • Le World Gold Council prévoit une croissance modeste de la production cette année. Au T1, la production mondiale a augmenté de 3% en glissement annuel, tandis que la demande a inscrit un plus bas décennal (-7% en glissement annuel), la baisse des investissements en lingots et en ETF n’étant que partiellement compensée par les achats des banques centrales (+42% en glissement annuel). Le secteur de la bijouterie est resté stable, tandis que la demande d’or pour la technologie s’est accrue.
  • L’or reste un bon outil de diversification permettant de limiter les pertes et de réduire la volatilité d’un portefeuille. Les récentes pressions inflationnistes pourraient offrir un bon point d’entrée. Compte tenu de la résistance de l’or et de son statut de valeur sûre, l’or devrait traiter à 1250$ dans six mois et 1225$ dans un an.

 

 

Sources: SGPB, Datastream, 29/06/2018. Les performances passées ne préjugent pas des performances futures. Les investissements peuvent être soumis aux fluctuations du marché, et le prix et la valeur des investissements et les revenus qui en découlent peuvent fluctuer à la baisse comme à la hausse. Votre capital n’est pas protégé et les sommes investies à l’origine peuvent ne pas être récupérées.