Clientèle privée Intermédiaires financiers

Devenir client

Vous êtes déjà client ? Nous vous invitons à contacter votre banquier privé. 
Vous n’êtes pas client mais aimeriez en savoir plus ? Merci de remplir le formulaire ci-dessous.

Contacts locaux

France : +33 (0) 1 42 14 20 00 (9h - 17h)
Luxembourg : +352 47 93 11 1 (8h30 - 18H00)
Monaco : +377 97 97 58 00 (9h/12h - 14h/17h)
Suisse : Genève au +41 22 819 02 02
et Zurich au +41 44 218 56 11 (8h30 - 17h30)

Vous souhaitez nous contacter au sujet de la protection de vos données personnelles ?

Merci de bien vouloir contacter le Délégué à la Protection des Données de Société Générale Private Banking France en envoyant un email à l'adresse suivante : protectiondesdonnees@societegenerale.fr.

Merci de bien vouloir contacter Bieneke Russon, Délégué à la Protection des Données de Société Générale Bank & Trust Luxembourg par téléphone : +352-47.93.93.11.5046 ou en envoyant un email à l'adresse suivante : lux.dpooffice@socgen.com.

Merci de bien vouloir contacter Julien Garnier, Délégué à la Protection des Données de Société Générale Private Banking Monaco en envoyant un email à l'adresse suivante : list.mon-privmonaco-dpo@socgen.com

Merci de bien vouloir contacter Omar Otmani, Délégué à la Protection des Données de Société Générale Private Banking Suisse en envoyant un email à l'adresse suivante : sgpb-gdpr.ch@socgen.com.

Vous souhaitez faire une réclamation ?

Merci de bien vouloir adresser votre réclamation à Société Générale Private Banking France en envoyant un email à : FR-SGPB-Relations-Clients@socgen.com ou un courrier à l'adresse suivante : 

Société Générale Private Banking France
Direction Commerciale
29 boulevard Haussmann CS 614
75421 Paris Cedex 9

Société Générale Private Banking France s’engage à accuser réception de votre réclamation dans un délai de dix jours ouvrables à compter de la date de sa réception et à vous apporter une réponse dans un délai de deux mois à compter de cette même date. Si nous ne sommes pas en mesure de respecter ce délai de 60 jours, vous en serez informé par courrier.
 

En dernier recours, vous pouvez saisir gratuitement, selon la nature de votre réclamation 

 

Le Médiateur auprès de Société Générale

Il s'engage à étudier votre dossier au vu de votre position et de celle de la banque, à apprécier les arguments des parties et à prendre une décision fondée sur l'équité. Le Médiateur vous répondra directement dans un délai maximum de deux mois.

Vous pouvez saisir le Médiateur auprès de Société Générale par voie électronique sur le site internet du Médiateur : mediateur.societegenerale.fr ou en adressant un courrier à l’adresse suivante :

Le Médiateur auprès de Société Générale
17 cours Valmy
92987 Paris La Défense Cedex 7

 

Le Médiateur de l’Autorité des Marchés Financiers

Vous pouvez saisir le Médiateur de l’Autorité des Marchés Financiers en adressant un courrier à l’adresse suivante :

Le Médiateur de l’Autorité des Marchés Financiers
17 Place de la Bourse
75082 Paris Cedex 2

 

Le Médiateur des Assurances

Vous pouvez saisir le Médiateur des Assurances : ses coordonnées doivent être mentionnées aux termes de votre contrat d’assurance.

Afin d’assurer un traitement optimal de vos demandes, toute réclamation auprès de notre établissement peut être adressée à l'adresse suivante :

Service réclamations Banque privée
11, Avenue Emile Reuter
L-2420 Luxembourg

La Banque s’engage à accuser réception de votre demande dans les 10 jours suivant sa date de réception et à vous apporter une réponse dans un délai maximum de 30 jours à compter de sa réception. Si votre demande devait nécessiter un délai de traitement supplémentaire (recherches complexes…), nous vous en informerons endéans ce même délai de 30 jours.

Dans  l’hypothèse où la réponse qui vous est apportée ne correspondrait pas à vos attentes, nous vous informons de la possibilité :

En premier lieu, d’adresser à la Direction de Société Générale Bank & Trust en charge du traitement des réclamations, votre demande à l’adresse suivante :

Secrétariat Général de Société Générale Bank & Trust
11, Avenue Emile Reuter
L-2420 Luxembourg

En second lieu, si la réponse de la Direction en charge du traitement des réclamations ne permet pas de clore la réclamation, de disposer de la faculté de saisir l’Autorité de tutelle de SGBT, la Commission de Surveillance du Secteur Financier (CSSF) :

Par courrier : 283, Route d’Arlon L-1150 Luxembourg
Par courriel : direction@cssf.lu

Afin d’assurer un traitement optimal de vos demandes, toute réclamation auprès de notre établissement peut être adressée soit par e-mail à l’adresse suivante : servicequalite.privmonaco@socgen.com ou par courrier à notre service dédié :

Societe Generale Private Banking Monaco
Middle Office – Service Réclamation 
11 avenue de Grande Bretagne 
98000 Monaco

La Banque s’engage à accuser réception de votre demande dans les 2 jours suivants sa date de réception et à vous apporter une réponse dans un délai maximum de 10 jours à compter de sa réception. Si votre demande devait nécessiter un délai de traitement supplémentaire (recherches complexes…), nous vous en informerons endéans ce même délai de 30 jours. 

Dans l’hypothèse où la réponse qui vous est apportée ne correspondrait pas à vos attentes, nous vous informons de la possibilité d’adresser à la Direction de Société Générale Private Banking Monaco en charge du traitement des réclamations, votre demande à l’adresse suivante : 

Secrétariat Général de Societe Generale Private Banking Monaco 
11 avenue de Grande Bretagne
98000 Monaco

Toute réclamation auprès de notre établissement peut être adressée par messagerie électronique à l’adresse suivante : sgpb-reclamations.ch@socgen.com.

Les clients peuvent également avoir recours à l’Ombudsman des banques suisses dont les coordonnées figurent sur le site www.bankingombudsman.ch

 

Weekly Update - Virage dans la normalisation monétaire

Découvrez les perspectives économiques hebdomadaires de notre équipe Stratégie d'Investissement.

Une Fed un peu plus « hawkish » que le consensus, une BCE qui suit le script
La semaine a été marquée par les décisions de politique monétaire des principales banques centrales. Côté américain, la Réserve fédérale a décidé d’accélérer le rythme de baisse de son programme d’achats d’actifs, de 15 milliards par mois à 30 milliards par mois, ce qui amène à un arrêt des achats au mois de mars. Par ailleurs, l’autorité monétaire américaine a revu à la hausse ses projections de croissance pour 2022 de 3,8% à 4%, sa projection d’inflation sous-jacente de 2,3% à 2,7% et prévoit désormais 3 hausses de taux de court terme pour atteindre à moyen terme un niveau de 2%.Côté européen, comme attendu, la BCE a annoncé une diminution des achats nets dans le cadre de son Programme  lié à la Pandémie (PEPP) jusqu’à un arrêt en mars 2022. Pour accompagner la réduction de ce programme, elle a annoncé (i) que le réinvestissement (des actifs arrivant à maturité) du PEPP irait jusqu’à 2024 et surtout que (ii) son autre programme antérieur à la crise COVID (l’APP) serait relevé de 40 mds EUR par mois au T2-22 et de 30 mds EUR au T3-22 pour éviter une baisse abrupte des achats nets en avril. Enfin, la Banque d’Angleterre a surpris les marchés en augmentant cette fois-ci son taux directeur de 0,15% à 0,25%.

Une BCE qui se donne le luxe de rester un peu plus patiente
Lors de sa conférence de presse, Jerome Powell a justifié l’accélération du resserrement monétaire par le fait que les objectifs de moyens termes seraient remplis, à savoir le plein emploi et une inflation vers 2%. En effet, malgré un taux de participation qui reste en dessous de son niveau d’avant crise, M. Powell a affirmé que l’économie est proche de son niveau d’emploi maximum en raison des départs à la retraite anticipés d’une partie significative de la population et de la reprise dynamique de l’emploi parmi les 25-54 ans. Sur l’inflation, M. Powell a cité le risque qu’une inflation élevée persistante déstabiliserait les anticipations d’inflation. De son côté, Christine Lagarde a insisté sur l’aspect très graduel de la normalisation de la politique monétaire. Dans les projections d’inflation de la BCE, les prix de l’énergie continuent à être le principal contributeur à l’inflation. Mme Lagarde souligne en outre que l’on ne constate pas de tensions salariales jusqu’à présent. Enfin, la hausse de l’enveloppe du programme APP a été couplée avec une extension sine die du programme.

Des marchés financiers qui questionnent l’aspect transitoire de l’inflation
Les marchés d’actions en Europe et aux Etats-Unis ont bien réagi à ces annonces. En effet, même si la Fed a eu un ton plus ferme, les perspectives restent celles d’un taux cible inférieur au taux d’équilibre. Les marchés obligataires par contre continuent à prévoir une inflation modérée ainsi qu’un resserrement monétaire limité, avec un taux à 10 ans qui reste autour de 1,5% et une courbe de taux qui continue à s’aplatir. En Zone euro les marchés obligataires ont eu une réaction mitigée, avec une légère hausse des taux souverains italiens et grecs. Il peut en effet être rappelé que contrairement au PEPP, l’univers éligible d’achat de l’APP reste limité à des notations Investment grade, excluant donc les titres souverains grecs.

Lire l'intégralité de l'article

Juan Carlos Mendoza Diaz Economiste et Stratégiste Société Générale Private Banking