Clientèle privée Intermédiaires financiers

Devenir client

Vous êtes déjà client ? Nous vous invitons à contacter votre banquier privé. 
Vous n’êtes pas client mais aimeriez en savoir plus ? Merci de remplir le formulaire ci-dessous.

Contacts locaux

France : +33 (0) 1 42 14 20 00 (9h - 17h)
Luxembourg : +352 47 93 11 1 (8h30 - 18H00)
Monaco : +377 97 97 58 00 (9h/12h - 14h/17h)
Suisse : Genève au +41 22 819 02 02
et Zurich au +41 44 218 56 11 (8h30 - 17h30)

Vous souhaitez nous contacter au sujet de la protection de vos données personnelles ?

Merci de bien vouloir contacter le Délégué à la Protection des Données de Société Générale Private Banking France en envoyant un email à l'adresse suivante : protectiondesdonnees@societegenerale.fr.

Merci de bien vouloir contacter Bieneke Russon, Délégué à la Protection des Données de Société Générale Bank & Trust Luxembourg par téléphone : +352-47.93.93.11.5046 ou en envoyant un email à l'adresse suivante : lux.dpooffice@socgen.com.

Merci de bien vouloir contacter Julien Garnier, Délégué à la Protection des Données de Société Générale Private Banking Monaco en envoyant un email à l'adresse suivante : list.mon-privmonaco-dpo@socgen.com

Merci de bien vouloir contacter Omar Otmani, Délégué à la Protection des Données de Société Générale Private Banking Suisse en envoyant un email à l'adresse suivante : sgpb-gdpr.ch@socgen.com.

Vous souhaitez faire une réclamation ?

Merci de bien vouloir adresser votre réclamation à Société Générale Private Banking France en envoyant un email à : FR-SGPB-Relations-Clients@socgen.com ou un courrier à l'adresse suivante : 

Société Générale Private Banking France
Direction Commerciale
29 boulevard Haussmann CS 614
75421 Paris Cedex 9

Société Générale Private Banking France s’engage à accuser réception de votre réclamation dans un délai de dix jours ouvrables à compter de la date de sa réception et à vous apporter une réponse dans un délai de deux mois à compter de cette même date. Si nous ne sommes pas en mesure de respecter ce délai de 60 jours, vous en serez informé par courrier.
 

En dernier recours, vous pouvez saisir gratuitement, selon la nature de votre réclamation 

 

Le Médiateur auprès de Société Générale

Il s'engage à étudier votre dossier au vu de votre position et de celle de la banque, à apprécier les arguments des parties et à prendre une décision fondée sur l'équité. Le Médiateur vous répondra directement dans un délai maximum de deux mois.

Vous pouvez saisir le Médiateur auprès de Société Générale par voie électronique sur le site internet du Médiateur : mediateur.societegenerale.fr ou en adressant un courrier à l’adresse suivante :

Le Médiateur auprès de Société Générale
17 cours Valmy
92987 Paris La Défense Cedex 7

 

Le Médiateur de l’Autorité des Marchés Financiers

Vous pouvez saisir le Médiateur de l’Autorité des Marchés Financiers en adressant un courrier à l’adresse suivante :

Le Médiateur de l’Autorité des Marchés Financiers
17 Place de la Bourse
75082 Paris Cedex 2

 

Le Médiateur des Assurances

Vous pouvez saisir le Médiateur des Assurances : ses coordonnées doivent être mentionnées aux termes de votre contrat d’assurance.

Afin d’assurer un traitement optimal de vos demandes, toute réclamation auprès de notre établissement peut être adressée à l'adresse suivante :

Service réclamations Banque privée
11, Avenue Emile Reuter
L-2420 Luxembourg

La Banque s’engage à accuser réception de votre demande dans les 10 jours suivant sa date de réception et à vous apporter une réponse dans un délai maximum de 30 jours à compter de sa réception. Si votre demande devait nécessiter un délai de traitement supplémentaire (recherches complexes…), nous vous en informerons endéans ce même délai de 30 jours.

Dans  l’hypothèse où la réponse qui vous est apportée ne correspondrait pas à vos attentes, nous vous informons de la possibilité :

En premier lieu, d’adresser à la Direction de Société Générale Bank & Trust en charge du traitement des réclamations, votre demande à l’adresse suivante :

Secrétariat Général de Société Générale Bank & Trust
11, Avenue Emile Reuter
L-2420 Luxembourg

En second lieu, si la réponse de la Direction en charge du traitement des réclamations ne permet pas de clore la réclamation, de disposer de la faculté de saisir l’Autorité de tutelle de SGBT, la Commission de Surveillance du Secteur Financier (CSSF) :

Par courrier : 283, Route d’Arlon L-1150 Luxembourg
Par courriel : direction@cssf.lu

Afin d’assurer un traitement optimal de vos demandes, toute réclamation auprès de notre établissement peut être adressée soit par e-mail à l’adresse suivante : servicequalite.privmonaco@socgen.com ou par courrier à notre service dédié :

Societe Generale Private Banking Monaco
Middle Office – Service Réclamation 
11 avenue de Grande Bretagne 
98000 Monaco

La Banque s’engage à accuser réception de votre demande dans les 2 jours suivants sa date de réception et à vous apporter une réponse dans un délai maximum de 10 jours à compter de sa réception. Si votre demande devait nécessiter un délai de traitement supplémentaire (recherches complexes…), nous vous en informerons endéans ce même délai de 30 jours. 

Dans l’hypothèse où la réponse qui vous est apportée ne correspondrait pas à vos attentes, nous vous informons de la possibilité d’adresser à la Direction de Société Générale Private Banking Monaco en charge du traitement des réclamations, votre demande à l’adresse suivante : 

Secrétariat Général de Societe Generale Private Banking Monaco 
11 avenue de Grande Bretagne
98000 Monaco

Toute réclamation auprès de notre établissement peut être adressée par messagerie électronique à l’adresse suivante : sgpb-reclamations.ch@socgen.com.

Les clients peuvent également avoir recours à l’Ombudsman des banques suisses dont les coordonnées figurent sur le site www.bankingombudsman.ch

 

Weekly Update - Une réunion de la BCE sous tensions inflationnistes et géopolitiques

Découvrez les perspectives économiques hebdomadaires de notre équipe Stratégie d'Investissement.

La réunion de politique monétaire de la BCE du 10 mars va se dérouler dans un environnement économique et financier très incertain à la suite de l’invasion de l’Ukraine et des très fortes sanctions envers la Russie. En effet, lors de sa réunion de janvier, la BCE avait laissé la porte ouverte à un début de normalisation de sa politique monétaire (arrêts des achats nets suivi d’une hausse du taux de dépôt) en 2022 compte tenu de la dynamique d’inflation haussière. Plus particulièrement, la BCE a communiqué qu’elle allait se baser sur ses prévisions économiques de moyen terme pour déterminer si sa forward guidance (guidage prospectif, indications fournies par une banque centrale sur sa politique monétaire à venir) pour un début de normalisation monétaire (inflation à 2% dans un horizon à 2-3 ans et une dynamique d’inflation sous-jacente compatible avec une inflation à 2%) étaient remplies. Or, les chiffres d’inflation du mois de février, avec une hausse de 5,8% et de 2,7% pour l’inflation sous-jacente, devraient se traduire par des prévisions de la BCE qui remplissent effectivement sa forward guidance (graphique 1). Dès lors et avant l’invasion de l’Ukraine, le scénario d’un arrêt des achats nets au T3-22 et un début du cycle de hausse de taux au T4-22 se profilait comme le scénario central.
 
Cependant l’invasion de l’Ukraine et les répercussions potentielles sur l’économie européenne perturberont vraisemblablement ce calendrier de normalisation, et ce, en dépit de pressions inflationnistes toujours plus fortes. En effet, même si le secteur des matières premières n’est pour le moment pas sanctionné, les différentes sanctions financières ainsi que les incertitudes quant à l’évolution de celles-ci réduiront très significativement les exportations énergétiques et d’autres matières premières russes vers l’Europe.
 
Ceci se traduit déjà par la poursuite de la hausse des prix du pétrole, du gaz et d’autres matières premières – tout cela conduisant à une inflation encore importante dans les mois à venir. Or, ce choc d’offre est, en Europe, plus important qu’aux Etats-Unis, étant donné la structure énergétique européenne. S’ajoute à cela qu’il arrive à un moment où l’activité économique européenne n’a pas encore retrouvé son niveau d’avant crise Covid-19 (graphique 2). Ainsi, un resserrement monétaire de la BCE accentuerait ce choc d’offre et, par ce biais, pourrait dérailler les perspectives de croissance qui étaient bonnes pré-crise russe. Finalement, un début de resserrement des conditions pourrait se solder par une volatilité plus importante des marchés de capitaux et un écartement des coûts de financement au sein de l'Union.
 
Conclusion
Compte tenu de ces éléments, nous estimons que la BCE va décaler son calendrier de normalisation, en ne s'engageant pas sur des échéances de resserrement et laissant la porte ouverte à des réinvestissements plus longs de ses programmes d'achats d'actifs. Par ailleurs, la possibilité de programmes fiscaux au niveau national ou européen visant à réduire la facture énergétique ne sont pas à exclure en cas de renforcement des tensions géopolitiques ou sur le prix des matières premières.

Lire l'intégralité  de l'article
 

Juan Carlos Mendoza Diaz Economiste et Stratégiste Société Générale Private Banking