Contact

Vous êtes déjà client ? Nous vous invitons à contacter votre banquier privé. 
Vous n’êtes pas client mais aimeriez en savoir plus ? Merci de remplir le formulaire ci-dessous.

Contacts locaux

France : +33 (0) 1 42 14 20 00 (9h - 17h)
Luxembourg : +352 47 93 11 1 (8h30 - 18H00)
Monaco : +377 97 97 58 00 (9h/12h - 14h/17h)
Suisse : Genève au +41 22 819 02 02
et Zurich au +41 44 218 56 11 (8h30 - 17h30)

Vous souhaitez nous contacter au sujet de la protection de vos données personnelles ?

Merci de bien vouloir contacter le Délégué à la Protection des Données de Société Générale Private Banking France en envoyant un email à l'adresse suivante : protectiondesdonnees@societegenerale.fr.

Merci de bien vouloir contacter Bieneke Russon, Délégué à la Protection des Données de Société Générale Bank & Trust Luxembourg par téléphone : +352-47.93.93.11.5046 ou en envoyant un email à l'adresse suivante : lux.dpooffice@socgen.com.

Merci de bien vouloir contacter Céline Pastor, Déléguée à la Protection des Données de Société Générale Private Banking Monaco en envoyant un email à l'adresse suivante : list.mon-privmonaco-dpo@socgen.com

Merci de bien vouloir contacter Omar Otmani, Délégué à la Protection des Données de Société Générale Private Banking Suisse en envoyant un email à l'adresse suivante : sgpb-gdpr.ch@socgen.com.

Vous souhaitez faire une réclamation ?

Merci de bien vouloir adresser votre réclamation à Société Générale Private Banking France en envoyant un email à : FR-SGPB-Relations-Clients@socgen.com ou un courrier à l'adresse suivante : 

Société Générale Private Banking France
Direction Commerciale
29 boulevard Haussmann CS 614
75421 Paris Cedex 9

Société Générale Private Banking France s’engage à accuser réception de votre réclamation dans un délai de dix jours ouvrables à compter de la date de sa réception et à vous apporter une réponse dans un délai de deux mois à compter de cette même date. Si nous ne sommes pas en mesure de respecter ce délai de 60 jours, vous en serez informé par courrier.
 

En dernier recours, vous pouvez saisir gratuitement, selon la nature de votre réclamation 

 

Le Médiateur auprès de Société Générale

Il s'engage à étudier votre dossier au vu de votre position et de celle de la banque, à apprécier les arguments des parties et à prendre une décision fondée sur l'équité. Le Médiateur vous répondra directement dans un délai maximum de deux mois.

Vous pouvez saisir le Médiateur auprès de Société Générale par voie électronique sur le site internet du Médiateur : mediateur.societegenerale.fr ou en adressant un courrier à l’adresse suivante :

Le Médiateur auprès de Société Générale
17 cours Valmy
92987 Paris La Défense Cedex 7

 

Le Médiateur de l’Autorité des Marchés Financiers

Vous pouvez saisir le Médiateur de l’Autorité des Marchés Financiers en adressant un courrier à l’adresse suivante :

Le Médiateur de l’Autorité des Marchés Financiers
17 Place de la Bourse
75082 Paris Cedex 2

 

Le Médiateur des Assurances

Vous pouvez saisir le Médiateur des Assurances : ses coordonnées doivent être mentionnées aux termes de votre contrat d’assurance.

Afin d’assurer un traitement optimal de vos demandes, toute réclamation auprès de notre établissement peut être adressée à l'adresse suivante :

Service réclamations Banque privée
11, Avenue Emile Reuter
L-2420 Luxembourg

La Banque s’engage à accuser réception de votre demande dans les 10 jours suivant sa date de réception et à vous apporter une réponse dans un délai maximum de 30 jours à compter de sa réception. Si votre demande devait nécessiter un délai de traitement supplémentaire (recherches complexes…), nous vous en informerons endéans ce même délai de 30 jours.

Dans  l’hypothèse où la réponse qui vous est apportée ne correspondrait pas à vos attentes, nous vous informons de la possibilité :

En premier lieu, d’adresser à la Direction de Société Générale Bank & Trust en charge du traitement des réclamations, votre demande à l’adresse suivante :

Secrétariat Général de Société Générale Bank & Trust
11, Avenue Emile Reuter
L-2420 Luxembourg

En second lieu, si la réponse de la Direction en charge du traitement des réclamations ne permet pas de clore la réclamation, de disposer de la faculté de saisir l’Autorité de tutelle de SGBT, la Commission de Surveillance du Secteur Financier (CSSF) :

Par courrier : 283, Route d’Arlon L-1150 Luxembourg
Par courriel : direction@cssf.lu

Afin d’assurer un traitement optimal de vos demandes, toute réclamation auprès de notre établissement peut être adressée soit par e-mail à l’adresse suivante : reclamation.privmonaco@socgen.com ou par courrier à notre service dédié :

Societe Generale Private Banking Monaco
Middle Office – Service Réclamation 
11 avenue de Grande Bretagne 
98000 Monaco

La Banque s’engage à accuser réception de votre demande dans les 2 jours suivants sa date de réception et à vous apporter une réponse dans un délai maximum de 10 jours à compter de sa réception. Si votre demande devait nécessiter un délai de traitement supplémentaire (recherches complexes…), nous vous en informerons endéans ce même délai de 30 jours. 

Dans l’hypothèse où la réponse qui vous est apportée ne correspondrait pas à vos attentes, nous vous informons de la possibilité d’adresser à la Direction de Société Générale Private Banking Monaco en charge du traitement des réclamations, votre demande à l’adresse suivante : 

Secrétariat Général de Societe Generale Private Banking Monaco 
11 avenue de Grande Bretagne
98000 Monaco

Toute réclamation auprès de notre établissement peut être adressée par messagerie électronique à l’adresse suivante : sgpb-reclamations.ch@socgen.com.

Les clients peuvent également avoir recours à l’Ombudsman des banques suisses dont les coordonnées figurent sur le site www.bankingombudsman.ch

 

Weekly Update - Trois pas en avant et un en arrière

Après avoir augmenté de 12,9% ces trois dernières semaines, l’indice MSCI World composé d’actions mondiales a cédé 5,0% depuis lundi. Cette baisse est survenue alors que les projections de l’Organisation de coopération et de développement économiques (OCDE) et de la Réserve fédérale américaine (Fed) sont maussades. Les perspectives économiques sont-elles aussi ternes qu’indiqué ? Et sont-elles à l’origine de la faiblesse des marchés actions ?

L’OCDE prévoit une récession plus marquée que celle anticipée par le Fonds monétaire international (FMI) en avril. L’Organisatio estime que l’économie mondiale subira une contraction de -6,0% cette année, suivie d’une hausse de 5,2% en 2021, impliquant une crise économique plus sévère et une reprise plus lente que les prévisions du FMI d’un ralentissement de -3,9% et d’une hausse de +5,8% en 2020 et en 2021, respectivement. D’après les calculs de l’OCDE, l’économie américaine se contractera de -7,3% en 2020 et se redressera de 4,1% l’année prochaine, tandis que le FMI table sur une baisse de -5,9% et une hausse de 4,7% pour les deux années.
En réalité, l’économie américaine était déjà entrée en récession avant que le coronavirus ne s’abatte sur les Etats-Unis. Lundi cette semaine, le Bureau national de la recherche économique (NBER) a déclaré que la récession s’était amorcée en février cette année, marquant la fin de 128 mois consécutifs d’expansion, la plus longue période jamais enregistrée. Cette entrée en récession a eu lieu avant que les mesures de confinement ne commencent à peser sur l’activité économique. En effet, les Etats-Unis comptaient seulement 24 cas confirmés et un décès à fin février.
Mercredi, la Fed a tenu sa réunion de politique monétaire régulière et a mis à jour ses prévisions et ses projections. Concernant le PIB, la Fed prévoit une contraction de -6,5% cette année, suivie d’une remontée de 5,0% en 2021, avec un taux de chômage à 9,3% fin 2020 et à 6,5% fin 2021. Par ailleurs, les projections individuelles des membres du Federal Open Market Committee (les « dots ») laissent entendre qu’il n’y aura aucune hausse des taux dans les trois prochaines années. Ce point a été soulevé par le président de la Fed Jerome Powell dans ses déclarations. Il a précisé que « nous ne pensons même pas à penser à relever les taux ». Il a également souligné que les achats d’actifs réalisés par la Fed se poursuivront autour des niveaux actuels (environ 120 Md$ par mois) à court terme. Il a fait savoir que la Fed se concentrait davantage sur les effets de l’assouplissement monétaire sur les « gens normaux » que sur les prix des actifs.
Si les perspectives de la Fed sont vraiment pessimistes pour l’économie, la position de la banque centrale est toutefois assez proche des prévisions de l’OCDE et du FMI. Par ailleurs, ces projections justifient amplement la confirmation que les politiques resteront particulièrement accommodantes dans les années à venir, notamment en ce qui concerne les achats d’actifs, qui ont fortement contribué à assouplir les conditions financières et à alimenter le rebond des actions ces dernières semaines. Alors, pourquoi les marchés ont-ils corrigé aussi fortement ?
L’explication peut être liée en partie à la pandémie de CoViD-19 elle-même. Contrairement à de nombreux pays européens, les Etats-Unis n’ont pas vu une baisse significative des nouveaux cas confirmés, qui sont demeurés entre 20 000 et 25 000 par jour depuis début mai. Malgré la nette amélioration observée à New York ces dernières semaines, un certain nombre d’Etats dans le sud et l’ouest du pays ont vu une accélération préoccupante des cas alors que les restrictions en matière de confinement étaient assouplies (voir graphique de gauche). La Maison blanche exhortant les Etats à reprendre le travail, il est peu vraisemblable que la nouvelle propagation du virus aboutisse de nouveau à la mise en place d’un confinement. Mais cela signifie que l’activité économique et les dépenses des ménages ne devraient pas revenir aux niveaux antérieurs à la crise de sitôt.

 

Conclusion. Le marché actions américain vient d’enregistrer sa meilleure performance historique sur 50 jours (voir graphique de droite). La correction survenue cette semaine n’est vraisemblablement pas due à la position de la Fed ou aux inquiétudes persistantes sur le coronavirus, qui n’ont guère évolué par rapport aux semaines précédentes. Il se peut simplement que le rebond ne puisse être justifié que par une reprise en V, ce qui, pour l’heure, semble être une perspective plutôt lointaine.

Lire l'intégralité de l'article

Responsable de la Stratégie d’Investissement Société Générale Private Banking