Contact

Vous êtes déjà client ? Nous vous invitons à contacter votre banquier privé. 
Vous n’êtes pas client mais aimeriez en savoir plus ? Merci de remplir le formulaire ci-dessous.

Contacts locaux

France : +33 (0) 1 42 14 20 00 (9h - 17h)
Luxembourg : +352 47 93 11 1 (8h30 - 18H00)
Monaco : +377 97 97 58 00 (9h/12h - 14h/17h)
Suisse : Genève au +41 22 819 02 02
et Zurich au +41 44 218 56 11 (8h30 - 17h30)

Vous souhaitez nous contacter au sujet de la protection de vos données personnelles ?

Merci de bien vouloir contacter le Délégué à la Protection des Données de Société Générale Private Banking France en envoyant un email à l'adresse suivante : protectiondesdonnees@societegenerale.fr.

Merci de bien vouloir contacter Bieneke Russon, Délégué à la Protection des Données de Société Générale Bank & Trust Luxembourg par téléphone : +352-47.93.93.11.5046 ou en envoyant un email à l'adresse suivante : lux.dpooffice@socgen.com.

Merci de bien vouloir contacter Céline Pastor, Déléguée à la Protection des Données de Société Générale Private Banking Monaco en envoyant un email à l'adresse suivante : list.mon-privmonaco-dpo@socgen.com

Merci de bien vouloir contacter Omar Otmani, Délégué à la Protection des Données de Société Générale Private Banking Suisse en envoyant un email à l'adresse suivante : sgpb-gdpr.ch@socgen.com.

Vous souhaitez faire une réclamation ?

Merci de bien vouloir adresser votre réclamation à Société Générale Private Banking France en envoyant un email à : FR-SGPB-Relations-Clients@socgen.com ou un courrier à l'adresse suivante : 

Société Générale Private Banking France
Direction Commerciale
29 boulevard Haussmann CS 614
75421 Paris Cedex 9

Société Générale Private Banking France s’engage à accuser réception de votre réclamation dans un délai de dix jours ouvrables à compter de la date de sa réception et à vous apporter une réponse dans un délai de deux mois à compter de cette même date. Si nous ne sommes pas en mesure de respecter ce délai de 60 jours, vous en serez informé par courrier.
 

En dernier recours, vous pouvez saisir gratuitement, selon la nature de votre réclamation 

 

Le Médiateur auprès de Société Générale

Il s'engage à étudier votre dossier au vu de votre position et de celle de la banque, à apprécier les arguments des parties et à prendre une décision fondée sur l'équité. Le Médiateur vous répondra directement dans un délai maximum de deux mois.

Vous pouvez saisir le Médiateur auprès de Société Générale par voie électronique sur le site internet du Médiateur : mediateur.societegenerale.fr ou en adressant un courrier à l’adresse suivante :

Le Médiateur auprès de Société Générale
17 cours Valmy
92987 Paris La Défense Cedex 7

 

Le Médiateur de l’Autorité des Marchés Financiers

Vous pouvez saisir le Médiateur de l’Autorité des Marchés Financiers en adressant un courrier à l’adresse suivante :

Le Médiateur de l’Autorité des Marchés Financiers
17 Place de la Bourse
75082 Paris Cedex 2

 

Le Médiateur des Assurances

Vous pouvez saisir le Médiateur des Assurances : ses coordonnées doivent être mentionnées aux termes de votre contrat d’assurance.

Afin d’assurer un traitement optimal de vos demandes, toute réclamation auprès de notre établissement peut être adressée à l'adresse suivante :

Service réclamations Banque privée
11, Avenue Emile Reuter
L-2420 Luxembourg

La Banque s’engage à accuser réception de votre demande dans les 10 jours suivant sa date de réception et à vous apporter une réponse dans un délai maximum de 30 jours à compter de sa réception. Si votre demande devait nécessiter un délai de traitement supplémentaire (recherches complexes…), nous vous en informerons endéans ce même délai de 30 jours.

Dans  l’hypothèse où la réponse qui vous est apportée ne correspondrait pas à vos attentes, nous vous informons de la possibilité :

En premier lieu, d’adresser à la Direction de Société Générale Bank & Trust en charge du traitement des réclamations, votre demande à l’adresse suivante :

Secrétariat Général de Société Générale Bank & Trust
11, Avenue Emile Reuter
L-2420 Luxembourg

En second lieu, si la réponse de la Direction en charge du traitement des réclamations ne permet pas de clore la réclamation, de disposer de la faculté de saisir l’Autorité de tutelle de SGBT, la Commission de Surveillance du Secteur Financier (CSSF) :

Par courrier : 283, Route d’Arlon L-1150 Luxembourg
Par courriel : direction@cssf.lu

Afin d’assurer un traitement optimal de vos demandes, toute réclamation auprès de notre établissement peut être adressée soit par e-mail à l’adresse suivante : servicequalite.privmonaco@socgen.com ou par courrier à notre service dédié :

Societe Generale Private Banking Monaco
Middle Office – Service Réclamation 
11 avenue de Grande Bretagne 
98000 Monaco

La Banque s’engage à accuser réception de votre demande dans les 2 jours suivants sa date de réception et à vous apporter une réponse dans un délai maximum de 10 jours à compter de sa réception. Si votre demande devait nécessiter un délai de traitement supplémentaire (recherches complexes…), nous vous en informerons endéans ce même délai de 30 jours. 

Dans l’hypothèse où la réponse qui vous est apportée ne correspondrait pas à vos attentes, nous vous informons de la possibilité d’adresser à la Direction de Société Générale Private Banking Monaco en charge du traitement des réclamations, votre demande à l’adresse suivante : 

Secrétariat Général de Societe Generale Private Banking Monaco 
11 avenue de Grande Bretagne
98000 Monaco

Toute réclamation auprès de notre établissement peut être adressée par messagerie électronique à l’adresse suivante : sgpb-reclamations.ch@socgen.com.

Les clients peuvent également avoir recours à l’Ombudsman des banques suisses dont les coordonnées figurent sur le site www.bankingombudsman.ch

 

Weekly Update - Mesures de relance et prix

De récentes discussions à Washington ont renforcé l’espoir que le plan fiscal de1 900 Md$ du Président Biden puisse avancer au Congrès, tandis que la montée en puissance rapide des vaccinations - 10,2% de la population américaine, 15,8% au Royaume-Uni – (voir graphique de
gauche) a donné du poids à la perspective d’une reprise économique cyclique plus tard cette année. Compte tenu des récents chiffres de l’inflation dans la zone euro et aux Etats-Unis supérieurs aux attentes, les investisseurs ont continué à se positionner en vue d’une relance. Qu’est-ce que cela signifie pour les perspectives économiques et pour les marchés ?

Cette semaine, Joe Biden a entamé des négociations avec un groupe de sénateurs républicains modérés qui avait proposé un plan alternatif de 618 Md$. Bien que la majorité démocrate au Congrès implique qu’un soutien bipartite pour ce plan puisse ne pas être nécessaire, le Président se projette à plus long terme. En cherchant à établir des liens et à collaborer avec les Républicains, il pourrait ralentir l’approbation du plan actuel, mais il pourrait aussi obtenir un appui pour son plan de relance distinct de 2 000 Md$, attendu plus tard cette année.

Les deux plans sont de nature très différente. La proposition actuelle cherche à soutenir les ménages (au moyen de chèques de 1 400 $), les enfants scolarisés (130 Md$ pour accélérer les réouvertures d’école), les chômeurs (400 $ d’allocations supplémentaires par semaine) et les gouvernements d’Etat et locaux (350 Md$ de liquidités injectées pour empêcher les licenciements d’employés du secteur public). Le deuxième plan a vocation à se concentrer sur les investissements dans les infrastructures et les technologies énergétiques vertes, par exemple dans les transports, l’électricité et la construction. Là où le premier plan intervient pour faire face à la crise, le deuxième vise à renforcer le potentiel de croissance à long terme.

L’indice sous-jacent des dépenses des ménages aux Etats-Unis (c’est-à-dire hors composantes volatiles comme les denrées alimentaires et l’énergie) a augmenté de 0,3% en glissement mensuel en décembre, portant le taux en glissement annuel de 1,4% à 1,5%. Tandis que la mesure préférée de la Réserve fédérale (Fed) reste inférieure à l’objectif, les anticipations du marché en matière d’inflation ont considérablement augmenté. Le point mort d’inflation à 10 ans (calculé en soustrayant les rendements des obligations indexées sur l’inflation de ceux des obligations nominales) a atteint 2,17% cette semaine, après 0,55% en mars 2020, son plus haut niveau depuis octobre 2018.

L’inflation dans la zone euro s’inscrit également en hausse. Cette semaine a été marquée par la publication des estimations de l’indice des prix à la consommation pour le mois de janvier qui ont largement dépassé les attentes. L’inflation globale a progressé de 0,9% en glissement annuel, s’étant établi en moyenne à -0,3% sur les cinq mois précédents, tandis que l’inflation sous-jacente a bondi de 0,2% en décembre à 1,4%. Cependant, ces chiffres supérieurs aux prévisions ont été tirés par des facteurs exceptionnels. En Allemagne, par exemple, la baisse de la TVA de 19% à 16% a pris fin, tirant les prix vers le haut, tandis que dans certains pays comme la France, les ventes traditionnelles de fin d’année ont été repoussées en raison des mesures de confinement, faisant grimper les comparaisons de prix en glissement annuel pour de nombreux produits ménagers et personnels.

Par ailleurs, certains signes avant-coureurs pourraient indiquer que la hausse des anticipations d’inflation s’est prolongée. Comme illustré dans le graphique de droite, la différence entre les points morts d’inflation américains à 10 ans et 2 ans s’est inversée récemment (c’est-à-dire que les anticipations à court terme sont désormais plus élevées), une configuration qui a souvent précédé une baisse des anticipations à plus long terme.

Conclusion. La montée en puissance des vaccinations permettra aux pays d’assouplir les restrictions plus tard cette année, tout d’abord au Royaume-Uni et aux Etats-Unis, suivis quelques semaines plus tard par l’UE où seulement 3,3% de la population a été vaccinée jusqu’à présent. C’est pourquoi nous anticipons une reprise cyclique de l’activité au S2 2021, la croissance la plus rapide étant attendue dans les pays où les mesures de confinement ont été les plus strictes. Cependant, les écarts de production demeurent élevés et le rebond actuel de l’inflation ne devrait pas s’installer durablement, selon nous. Au final, nous estimons que le contexte économique cette année favorisera les marchés actions au détriment des marchés obligataires, compte tenu des rendements historiquement bas et des spreads de crédit serrés.

Lire l'intégralité de l'article

Responsable de la Stratégie d’Investissement Société Générale Private Banking