Clientèle privée Intermédiaires financiers

Devenir client

Vous êtes déjà client ? Nous vous invitons à contacter votre banquier privé. 
Vous n’êtes pas client mais aimeriez en savoir plus ? Merci de remplir le formulaire ci-dessous.

Contacts locaux

France : +33 (0) 1 42 14 20 00 (9h - 17h)
Luxembourg : +352 47 93 11 1 (8h30 - 18H00)
Monaco : +377 97 97 58 00 (9h/12h - 14h/17h)
Suisse : Genève au +41 22 819 02 02
et Zurich au +41 44 218 56 11 (8h30 - 17h30)

Vous souhaitez nous contacter au sujet de la protection de vos données personnelles ?

Merci de bien vouloir contacter le Délégué à la Protection des Données de Société Générale Private Banking France en envoyant un email à l'adresse suivante : protectiondesdonnees@societegenerale.fr.

Merci de bien vouloir contacter Bieneke Russon, Délégué à la Protection des Données de Société Générale Bank & Trust Luxembourg par téléphone : +352-47.93.93.11.5046 ou en envoyant un email à l'adresse suivante : lux.dpooffice@socgen.com.

Merci de bien vouloir contacter Julien Garnier, Délégué à la Protection des Données de Société Générale Private Banking Monaco en envoyant un email à l'adresse suivante : list.mon-privmonaco-dpo@socgen.com

Merci de bien vouloir contacter Omar Otmani, Délégué à la Protection des Données de Société Générale Private Banking Suisse en envoyant un email à l'adresse suivante : sgpb-gdpr.ch@socgen.com.

Vous souhaitez faire une réclamation ?

Merci de bien vouloir adresser votre réclamation à Société Générale Private Banking France en envoyant un email à : FR-SGPB-Relations-Clients@socgen.com ou un courrier à l'adresse suivante : 

Société Générale Private Banking France
Direction Commerciale
29 boulevard Haussmann CS 614
75421 Paris Cedex 9

Société Générale Private Banking France s’engage à accuser réception de votre réclamation dans un délai de dix jours ouvrables à compter de la date de sa réception et à vous apporter une réponse dans un délai de deux mois à compter de cette même date. Si nous ne sommes pas en mesure de respecter ce délai de 60 jours, vous en serez informé par courrier.
 

En dernier recours, vous pouvez saisir gratuitement, selon la nature de votre réclamation 

 

Le Médiateur auprès de Société Générale

Il s'engage à étudier votre dossier au vu de votre position et de celle de la banque, à apprécier les arguments des parties et à prendre une décision fondée sur l'équité. Le Médiateur vous répondra directement dans un délai maximum de deux mois.

Vous pouvez saisir le Médiateur auprès de Société Générale par voie électronique sur le site internet du Médiateur : mediateur.societegenerale.fr ou en adressant un courrier à l’adresse suivante :

Le Médiateur auprès de Société Générale
17 cours Valmy
92987 Paris La Défense Cedex 7

 

Le Médiateur de l’Autorité des Marchés Financiers

Vous pouvez saisir le Médiateur de l’Autorité des Marchés Financiers en adressant un courrier à l’adresse suivante :

Le Médiateur de l’Autorité des Marchés Financiers
17 Place de la Bourse
75082 Paris Cedex 2

 

Le Médiateur des Assurances

Vous pouvez saisir le Médiateur des Assurances : ses coordonnées doivent être mentionnées aux termes de votre contrat d’assurance.

Afin d’assurer un traitement optimal de vos demandes, toute réclamation auprès de notre établissement peut être adressée à l'adresse suivante :

Service réclamations Banque privée
11, Avenue Emile Reuter
L-2420 Luxembourg

La Banque s’engage à accuser réception de votre demande dans les 10 jours suivant sa date de réception et à vous apporter une réponse dans un délai maximum de 30 jours à compter de sa réception. Si votre demande devait nécessiter un délai de traitement supplémentaire (recherches complexes…), nous vous en informerons endéans ce même délai de 30 jours.

Dans  l’hypothèse où la réponse qui vous est apportée ne correspondrait pas à vos attentes, nous vous informons de la possibilité :

En premier lieu, d’adresser à la Direction de Société Générale Bank & Trust en charge du traitement des réclamations, votre demande à l’adresse suivante :

Secrétariat Général de Société Générale Bank & Trust
11, Avenue Emile Reuter
L-2420 Luxembourg

En second lieu, si la réponse de la Direction en charge du traitement des réclamations ne permet pas de clore la réclamation, de disposer de la faculté de saisir l’Autorité de tutelle de SGBT, la Commission de Surveillance du Secteur Financier (CSSF) :

Par courrier : 283, Route d’Arlon L-1150 Luxembourg
Par courriel : direction@cssf.lu

Afin d’assurer un traitement optimal de vos demandes, toute réclamation auprès de notre établissement peut être adressée soit par e-mail à l’adresse suivante : servicequalite.privmonaco@socgen.com ou par courrier à notre service dédié :

Societe Generale Private Banking Monaco
Middle Office – Service Réclamation 
11 avenue de Grande Bretagne 
98000 Monaco

La Banque s’engage à accuser réception de votre demande dans les 2 jours suivants sa date de réception et à vous apporter une réponse dans un délai maximum de 10 jours à compter de sa réception. Si votre demande devait nécessiter un délai de traitement supplémentaire (recherches complexes…), nous vous en informerons endéans ce même délai de 30 jours. 

Dans l’hypothèse où la réponse qui vous est apportée ne correspondrait pas à vos attentes, nous vous informons de la possibilité d’adresser à la Direction de Société Générale Private Banking Monaco en charge du traitement des réclamations, votre demande à l’adresse suivante : 

Secrétariat Général de Societe Generale Private Banking Monaco 
11 avenue de Grande Bretagne
98000 Monaco

Toute réclamation auprès de notre établissement peut être adressée par messagerie électronique à l’adresse suivante : sgpb-reclamations.ch@socgen.com.

Les clients peuvent également avoir recours à l’Ombudsman des banques suisses dont les coordonnées figurent sur le site www.bankingombudsman.ch

 

Weekly Update - La question du yuan chinois comme monnaie de réserve internationale

Découvrez les perspectives économiques hebdomadaires de notre équipe Stratégie d'Investissement.

La question de la place de la monnaie chinoise (le RMB) dans l’architecture financière mondiale fait aujourd’hui débat. Plus spécifiquement, des interrogations émergent sur la possibilité, pour cette monnaie, de jouer le rôle de devise de référence, en parallèle ou même en remplacement du dollar américain (USD). Plusieurs raisons peuvent être évoquées. D’une part le poids grandissant de la Chine dans le PIB mondial (18% du PIB mondial mesuré en parité de pouvoir d’achat, contre 15% pour les Etats-Unis) ainsi que dans le commerce international (14% du commerce mondial, contre 10% pour les Etats-Unis) pourraient amener le RMB vers un rôle plus conséquent. A ce titre, le RMB est inclus depuis 2016 dans le panier des devises du DTS (droit de tirage spécial) du FMI.  Par ailleurs, les sanctions mises en place contre la Banque Centrale de Russie et, plus globalement, le recours important aux sanctions financières de la part des Etats-Unis ont incité certains pays à augmenter la part des réserves de change en RMB ainsi qu’à passer des accords d’échanges commerciaux réglés en RMB.
 
Néanmoins nous considérons que le RMB, dans sa forme actuelle ou digitale, ne deviendra pas, dans les années à venir, la nouvelle devise de référence capable de remplacer le USD. En effet, malgré la « weaponisation » du dollar (gels des avoirs en dollar, exclusion du réseau SWIFT, extra-territorialité USD), il n’existe, pour le moment, pas d’alternatives au dollar dans son statut de principale monnaie de réserve internationale. Le premier élément qui explique ceci est qu’un pays qui dispose d’une monnaie de réserve doit enregistrer des déficits courants récurrents pour répondre aux besoins en devises du reste du monde (un pays qui a des déficits courants est dit un pays qui exporte sa devise). Actuellement, seuls les États-Unis peuvent jouer ce rôle (graphique 1). La Chine continue d’avoir des excédents courants et nous ne voyons pas le pays enregistrer des déficits courants récurrents à moyen terme.
 
Une seconde raison pour laquelle le USD devrait rester la monnaie de référence dans les années à venir est que cette monnaie bénéficie de puissants « effets de réseau », notamment des marchés de capitaux profonds et ouverts, des facilités essentielles de prêteur en dernier ressort (la Réserve fédérale) et la fourniture de services financiers au reste du monde. Ces « effets de réseau » expliquent le fait que le USD reste de loin la principale devise pour les transactions commerciales et financières (graphique 2) même lorsque les contreparties ne sont pas américaines. En raison du compte de capital fermé de la Chine, les investisseurs étrangers n’ont pas facilement accès aux actifs libellées en RMB à une échelle nécessaire. Tant que la Chine maintiendra des contrôles de capitaux importants, les investisseurs externes et les banques centrales continueront de privilégier de potentielles menaces de sanctions liées au dollar à une incertitude politique importante liée à la Chine. L’exemple de la restructuration de la dette du groupe Evergrande illustre bien ce point avec la possibilité que les créanciers étrangers aient une offre de restructuration impliquant une perte plus importante que celle des créanciers nationaux.

Dans les événements marquants de la semaine, nous avons choisi d'évoquer le projet d'embargo européen sur le pétrole russe et la récente chute des marchés actions aux Etats-Unis.

Lire l'intégralité de l'article

Clémentine Gallès Chef Economiste et Stratégiste Société Générale Private Banking