Contact

Vous êtes déjà client ? Nous vous invitons à contacter votre banquier privé. 
Vous n’êtes pas client mais aimeriez en savoir plus ? Merci de remplir le formulaire ci-dessous.

Contacts locaux

France : +33 (0) 1 42 14 20 00 (9h - 17h)
Luxembourg : +352 47 93 11 1 (8h30 - 18H00)
Monaco : +377 97 97 58 00 (9h/12h - 14h/17h)
Suisse : Genève au +41 22 819 02 02
et Zurich au +41 44 218 56 11 (8h30 - 17h30)

Vous souhaitez nous contacter au sujet de la protection de vos données personnelles ?

Merci de bien vouloir contacter le Délégué à la Protection des Données de Société Générale Private Banking France en envoyant un email à l'adresse suivante : protectiondesdonnees@societegenerale.fr.

Merci de bien vouloir contacter Bieneke Russon, Délégué à la Protection des Données de Société Générale Bank & Trust Luxembourg par téléphone : +352-47.93.93.11.5046 ou en envoyant un email à l'adresse suivante : lux.dpooffice@socgen.com.

Merci de bien vouloir contacter Céline Pastor, Déléguée à la Protection des Données de Société Générale Private Banking Monaco en envoyant un email à l'adresse suivante : list.mon-privmonaco-dpo@socgen.com

Merci de bien vouloir contacter Omar Otmani, Délégué à la Protection des Données de Société Générale Private Banking Suisse en envoyant un email à l'adresse suivante : sgpb-gdpr.ch@socgen.com.

Vous souhaitez faire une réclamation ?

Merci de bien vouloir adresser votre réclamation à Société Générale Private Banking France en envoyant un email à : FR-SGPB-Relations-Clients@socgen.com ou un courrier à l'adresse suivante : 

Société Générale Private Banking France
Direction Commerciale
29 boulevard Haussmann CS 614
75421 Paris Cedex 9

Société Générale Private Banking France s’engage à accuser réception de votre réclamation dans un délai de dix jours ouvrables à compter de la date de sa réception et à vous apporter une réponse dans un délai de deux mois à compter de cette même date. Si nous ne sommes pas en mesure de respecter ce délai de 60 jours, vous en serez informé par courrier.
 

En dernier recours, vous pouvez saisir gratuitement, selon la nature de votre réclamation 

 

Le Médiateur auprès de Société Générale

Il s'engage à étudier votre dossier au vu de votre position et de celle de la banque, à apprécier les arguments des parties et à prendre une décision fondée sur l'équité. Le Médiateur vous répondra directement dans un délai maximum de deux mois.

Vous pouvez saisir le Médiateur auprès de Société Générale par voie électronique sur le site internet du Médiateur : mediateur.societegenerale.fr ou en adressant un courrier à l’adresse suivante :

Le Médiateur auprès de Société Générale
17 cours Valmy
92987 Paris La Défense Cedex 7

 

Le Médiateur de l’Autorité des Marchés Financiers

Vous pouvez saisir le Médiateur de l’Autorité des Marchés Financiers en adressant un courrier à l’adresse suivante :

Le Médiateur de l’Autorité des Marchés Financiers
17 Place de la Bourse
75082 Paris Cedex 2

 

Le Médiateur des Assurances

Vous pouvez saisir le Médiateur des Assurances : ses coordonnées doivent être mentionnées aux termes de votre contrat d’assurance.

Afin d’assurer un traitement optimal de vos demandes, toute réclamation auprès de notre établissement peut être adressée à l'adresse suivante :

Service réclamations Banque privée
11, Avenue Emile Reuter
L-2420 Luxembourg

La Banque s’engage à accuser réception de votre demande dans les 10 jours suivant sa date de réception et à vous apporter une réponse dans un délai maximum de 30 jours à compter de sa réception. Si votre demande devait nécessiter un délai de traitement supplémentaire (recherches complexes…), nous vous en informerons endéans ce même délai de 30 jours.

Dans  l’hypothèse où la réponse qui vous est apportée ne correspondrait pas à vos attentes, nous vous informons de la possibilité :

En premier lieu, d’adresser à la Direction de Société Générale Bank & Trust en charge du traitement des réclamations, votre demande à l’adresse suivante :

Secrétariat Général de Société Générale Bank & Trust
11, Avenue Emile Reuter
L-2420 Luxembourg

En second lieu, si la réponse de la Direction en charge du traitement des réclamations ne permet pas de clore la réclamation, de disposer de la faculté de saisir l’Autorité de tutelle de SGBT, la Commission de Surveillance du Secteur Financier (CSSF) :

Par courrier : 283, Route d’Arlon L-1150 Luxembourg
Par courriel : direction@cssf.lu

Afin d’assurer un traitement optimal de vos demandes, toute réclamation auprès de notre établissement peut être adressée soit par e-mail à l’adresse suivante : servicequalite.privmonaco@socgen.com ou par courrier à notre service dédié :

Societe Generale Private Banking Monaco
Middle Office – Service Réclamation 
11 avenue de Grande Bretagne 
98000 Monaco

La Banque s’engage à accuser réception de votre demande dans les 2 jours suivants sa date de réception et à vous apporter une réponse dans un délai maximum de 10 jours à compter de sa réception. Si votre demande devait nécessiter un délai de traitement supplémentaire (recherches complexes…), nous vous en informerons endéans ce même délai de 30 jours. 

Dans l’hypothèse où la réponse qui vous est apportée ne correspondrait pas à vos attentes, nous vous informons de la possibilité d’adresser à la Direction de Société Générale Private Banking Monaco en charge du traitement des réclamations, votre demande à l’adresse suivante : 

Secrétariat Général de Societe Generale Private Banking Monaco 
11 avenue de Grande Bretagne
98000 Monaco

Toute réclamation auprès de notre établissement peut être adressée par messagerie électronique à l’adresse suivante : sgpb-reclamations.ch@socgen.com.

Les clients peuvent également avoir recours à l’Ombudsman des banques suisses dont les coordonnées figurent sur le site www.bankingombudsman.ch

 

Weekly Update - Les plans pour l'Amérique

Ces dernières semaines, la presse a fait état d’un plan de relance massif de 3 000 Md$ de Joe Biden pour l’économie américaine. Le 31 mars, le président a dévoilé la première partie, le Plan pour l’emploi américain (2 000 Md$ de dépenses en infrastructures). Plus tard ce mois-ci, il devrait révéler les détails d’un Plan pour la famille de 1 000 Md$. Comment les Etats-Unis financeront-ils toutes ces dépenses ? Cela aura-t-il pour effet de relancer l’inflation ? Et quelles sont les implications pour les marchés ?

Le Plan pour l’emploi américain devrait être déployé sur les huit prochaines années et marque un tournant vers une économie davantage dirigée. L’intention de Joe Biden est d’orienter les investissements et les dépenses d’approvisionnement vers les entreprises qui aspirent à créer des emplois nationaux. Ses priorités politiques sont claires : soutenir l’industrie manufacturière américaine, lutter contre le changement climatique, réduire la dépendance des Etats-Unis vis-à-vis de la Chine et conserver leur avance technologique. Le plan devrait être financé sur les 15 prochaines années, principalement par une hausse des impôts sur les sociétés de 21% à 28%.

Comment l’argent sera-t-il dépensé ? 621 Md$ iront aux infrastructures de transport (routes, ponts, transports publics, ports et aéroports) et aux véhicules électriques ; 561 Md$ seront consacrés aux bâtiments verts, à la modernisation des réseaux électriques et à l’eau potable ; 480 Md$ permettront de subventionner l’industrie manufacturière, dont 180 Md$ en R&D sur l’intelligence artificielle et les semi-conducteurs ; 400 Md$ seront destinés aux soins pour les personnes âgées et handicapées ; et 200 Md$ iront au haut débit et à la formation professionnelle. La volonté de Joe Biden d’opérer un virage vers la durabilité et l’économie verte s’inscrit dans ces programmes. Les constructeurs automobiles percevront des centaines de milliards pour produire des batteries et réorganiser leurs usines, tandis que l’administration investit dans la construction d’un réseau national de bornes de recharge. L’argent ira à la construction de bâtiments écoénergétiques et à la rénovation du stock existant de logements et de bâtiments commerciaux. Et Joe Biden projette de moderniser le réseau électrique via au moins 20 gigawatts de lignes à haute tension, une faiblesse de longue date, comme le montrent les pannes d’électricité survenues au Texas en février.

Le plan est de toute évidence axé sur les faiblesses manifestes de l’économie américaine. Le délabrement de ses infrastructures est largement reconnu par les électeurs et pèse sur la compétitivité à long terme. Cependant, les hausses d’impôt seront confrontées à une opposition farouche des Républicains au Congrès. Néanmoins, certaines voix à gauche du Parti démocrate s’élèvent pour dire que le plan (qui correspond à 9,6% du PIB) ne va pas assez loin !

La présidente de la Chambre des représentants, Nancy Pelosi, espère avoir approuvé le projet de loi avant le 4 juillet, ce qui devrait permettre au Sénat de l’adopter avant les vacances du Congrès en août. Ce calendrier pourrait s’avérer quelque peu optimiste, compte tenu de la faible majorité des Démocrates dans les deux chambres. Ils contrôlent la Chambre des représentants avec 219 sièges contre 211, et la moitié du Sénat, le vote décisif revenant à la vice-présidente Kamala Harris. Joe Biden ne peut se permettre de perdre plus de trois votes démocrates à la Chambre et ne doit en perdre aucun au Sénat s’il souhaite faire adopter la loi.

Sur la base de ce constat, la Maison blanche s’est déclarée ouverte aux suggestions de changements dans les propositions de Joe Biden. Les prochains mois seront ainsi consacrés à un examen détaillé et à une amélioration du plan. Compte tenu de l’ampleur des hausses d’impôt, il est peu probable que le projet de loi bénéficie de l’appui des Républicains. Les Démocrates devront donc avoir recours au processus de réconciliation budgétaire (qui permet de voter à la majorité simple au Sénat chaque année, évitant ainsi la tactique parlementaire de « l’obstruction », appelée « filibuster », qui peut bloquer les projets de loi qui n’obtiennent pas l’appui de 60 sénateurs).

Conclusion. L’envergure des deux nouveaux plans de Joe Biden pourrait entretenir de fortes craintes inflationnistes et maintenir des pressions à la hausse sur les rendements obligataires. D’autre part, compte tenu des hausses d’impôt, d’aucuns pourraient redouter que la reprise soit mise à mal et que la baisse des bénéfices après impôts puisse fragiliser le marché actions. Il convient toutefois de noter qu’il ne s’agit là que d’un retournement partiel de la baisse des impôts sur les sociétés décidée par Donald Trump en 2017 de 35% à 21% (la moitié des baisses demeureront en place). Dans l’ensemble, nous restons Neutres sur les actions américaines et continuons de préférer les marchés plus sensibles aux cycles en Europe et au Japon.

Lire l'intégralité de l'article

Responsable de la Stratégie d’Investissement Société Générale Private Banking