Clientèle privée Intermédiaires financiers

Devenir client

Vous êtes déjà client ? Nous vous invitons à contacter votre banquier privé. 
Vous n’êtes pas client mais aimeriez en savoir plus ? Merci de remplir le formulaire ci-dessous.

Contacts locaux

France : +33 (0) 1 42 14 20 00 (9h - 17h)
Luxembourg : +352 47 93 11 1 (8h30 - 18H00)
Monaco : +377 97 97 58 00 (9h/12h - 14h/17h)
Suisse : Genève au +41 22 819 02 02
et Zurich au +41 44 218 56 11 (8h30 - 17h30)

Vous souhaitez nous contacter au sujet de la protection de vos données personnelles ?

Merci de bien vouloir contacter le Délégué à la Protection des Données de Société Générale Private Banking France en envoyant un email à l'adresse suivante : protectiondesdonnees@societegenerale.fr.

Merci de bien vouloir contacter Bieneke Russon, Délégué à la Protection des Données de Société Générale Bank & Trust Luxembourg par téléphone : +352-47.93.93.11.5046 ou en envoyant un email à l'adresse suivante : lux.dpooffice@socgen.com.

Merci de bien vouloir contacter Julien Garnier, Délégué à la Protection des Données de Société Générale Private Banking Monaco en envoyant un email à l'adresse suivante : list.mon-privmonaco-dpo@socgen.com

Merci de bien vouloir contacter Omar Otmani, Délégué à la Protection des Données de Société Générale Private Banking Suisse en envoyant un email à l'adresse suivante : sgpb-gdpr.ch@socgen.com.

Vous souhaitez faire une réclamation ?

Merci de bien vouloir adresser votre réclamation à Société Générale Private Banking France en envoyant un email à : FR-SGPB-Relations-Clients@socgen.com ou un courrier à l'adresse suivante : 

Société Générale Private Banking France
Direction Commerciale
29 boulevard Haussmann CS 614
75421 Paris Cedex 9

Société Générale Private Banking France s’engage à accuser réception de votre réclamation dans un délai de dix jours ouvrables à compter de la date de sa réception et à vous apporter une réponse dans un délai de deux mois à compter de cette même date. Si nous ne sommes pas en mesure de respecter ce délai de 60 jours, vous en serez informé par courrier.
 

En dernier recours, vous pouvez saisir gratuitement, selon la nature de votre réclamation 

 

Le Médiateur auprès de Société Générale

Il s'engage à étudier votre dossier au vu de votre position et de celle de la banque, à apprécier les arguments des parties et à prendre une décision fondée sur l'équité. Le Médiateur vous répondra directement dans un délai maximum de deux mois.

Vous pouvez saisir le Médiateur auprès de Société Générale par voie électronique sur le site internet du Médiateur : mediateur.societegenerale.fr ou en adressant un courrier à l’adresse suivante :

Le Médiateur auprès de Société Générale
17 cours Valmy
92987 Paris La Défense Cedex 7

 

Le Médiateur de l’Autorité des Marchés Financiers

Vous pouvez saisir le Médiateur de l’Autorité des Marchés Financiers en adressant un courrier à l’adresse suivante :

Le Médiateur de l’Autorité des Marchés Financiers
17 Place de la Bourse
75082 Paris Cedex 2

 

Le Médiateur des Assurances

Vous pouvez saisir le Médiateur des Assurances : ses coordonnées doivent être mentionnées aux termes de votre contrat d’assurance.

Afin d’assurer un traitement optimal de vos demandes, toute réclamation auprès de notre établissement peut être adressée à l'adresse suivante :

Service réclamations Banque privée
11, Avenue Emile Reuter
L-2420 Luxembourg

La Banque s’engage à accuser réception de votre demande dans les 10 jours suivant sa date de réception et à vous apporter une réponse dans un délai maximum de 30 jours à compter de sa réception. Si votre demande devait nécessiter un délai de traitement supplémentaire (recherches complexes…), nous vous en informerons endéans ce même délai de 30 jours.

Dans  l’hypothèse où la réponse qui vous est apportée ne correspondrait pas à vos attentes, nous vous informons de la possibilité :

En premier lieu, d’adresser à la Direction de Société Générale Bank & Trust en charge du traitement des réclamations, votre demande à l’adresse suivante :

Secrétariat Général de Société Générale Bank & Trust
11, Avenue Emile Reuter
L-2420 Luxembourg

En second lieu, si la réponse de la Direction en charge du traitement des réclamations ne permet pas de clore la réclamation, de disposer de la faculté de saisir l’Autorité de tutelle de SGBT, la Commission de Surveillance du Secteur Financier (CSSF) :

Par courrier : 283, Route d’Arlon L-1150 Luxembourg
Par courriel : direction@cssf.lu

Afin d’assurer un traitement optimal de vos demandes, toute réclamation auprès de notre établissement peut être adressée soit par e-mail à l’adresse suivante : servicequalite.privmonaco@socgen.com ou par courrier à notre service dédié :

Societe Generale Private Banking Monaco
Middle Office – Service Réclamation 
11 avenue de Grande Bretagne 
98000 Monaco

La Banque s’engage à accuser réception de votre demande dans les 2 jours suivants sa date de réception et à vous apporter une réponse dans un délai maximum de 10 jours à compter de sa réception. Si votre demande devait nécessiter un délai de traitement supplémentaire (recherches complexes…), nous vous en informerons endéans ce même délai de 30 jours. 

Dans l’hypothèse où la réponse qui vous est apportée ne correspondrait pas à vos attentes, nous vous informons de la possibilité d’adresser à la Direction de Société Générale Private Banking Monaco en charge du traitement des réclamations, votre demande à l’adresse suivante : 

Secrétariat Général de Societe Generale Private Banking Monaco 
11 avenue de Grande Bretagne
98000 Monaco

Toute réclamation auprès de notre établissement peut être adressée par messagerie électronique à l’adresse suivante : sgpb-reclamations.ch@socgen.com.

Les clients peuvent également avoir recours à l’Ombudsman des banques suisses dont les coordonnées figurent sur le site www.bankingombudsman.ch

 

Weekly Update - Guerre en Ukraine : la réponse des politiques européennes sera clé

Découvrez les perspectives économiques hebdomadaires de notre équipe Stratégie d'Investissement.

La guerre en Ukraine bouscule les marchés financiers et les perspectives économiques mondiales.
Certains canaux de transmission des conséquences du conflit vers l’économie sont déjà identifiables : (i) un certain durcissement des conditions financières (graphique 1) qui accompagne les fortes turbulences observées sur les marchés (ii) une forte progression de prix de différentes matières premières (graphique 2) et (iii) une augmentation des incertitudes qui modifiera les décisions des acteurs économiques. Au total, la croissance économique devrait en ressortir plus basse qu’anticipée et l’inflation nettement plus élevée, notamment en Zone euro du fait de sa plus grande proximité géographique et commerciale. A ce stade, un scénario de stagflation, avec une croissance nulle ou négative, ne nous semble cependant pas être le scénario à privilégier. En effet, l’activité devrait continuer de bénéficier de l’assouplissement des conditions sanitaires tandis que les ménages et les entreprises font état d’une situation financière globalement solide qui permettra d‘absorber une partie du choc. Pour autant, la réponse des politiques économiques sera décisive, tant par le soutien concret qu’elles apporteraient que par leur capacité à maintenir la confiance des acteurs économiques.

Du côté de la politique monétaire 
Le contexte de davantage d’inflation et de modération de l’activité économique complexifie la tâche des banques centrales. La Banque Centrale Européenne semble encline à poursuivre la normalisation déjà annoncée de sa politique. La nouvelle vague d’inflation à venir en Zone euro restera pourtant principalement provoquée par un choc d’offre négatif et sera plus pénalisant pour l’activité économique.

Du côté des politiques budgétaires

La gestion de la crise COVID a déjà impliqué une forte hausse des endettements des Etats et semble laisser moins de marge de manœuvre. Pour autant, différentes annonces récentes vont dans le sens d’un soutien potentiellement important et commun à l’ensemble des pays de la Zone euro. La Commission européenne a annoncé le 8 mars un plan pour contrecarrer la hausse des prix de l’énergie. Ce plan contient un volet de court terme dans lequel la Commission autorise les Etats membres à subventionner les prix de l’énergie des ménages et entreprises, tandis qu’elle mettra en place des fonds communautaires afin de financer ces subventions. Le deuxième volet consiste en un plan d’investissement dans le secteur énergétique qui vise à réduire de 60% la dépendance énergétique envers la Russie d’ici la fin de l’année. Par ailleurs, d’importantes dépenses d’ordre militaire ont été annoncées par les Etats. En augmentant la demande globale, ces nouvelles dépenses devraient soutenir encore davantage les économies de la Zone euro.

Lire l'intégralité  de l'article

 

Juan Carlos Mendoza Diaz Economiste et Stratégiste Société Générale Private Banking