Contact

Vous êtes déjà client ? Nous vous invitons à contacter votre banquier privé. 
Vous n’êtes pas client mais aimeriez en savoir plus ? Merci de remplir le formulaire ci-dessous.

Contacts locaux

France : +33 (0) 1 42 14 20 00 (9h - 17h)
Luxembourg : +352 47 93 11 1 (8h30 - 18H00)
Monaco : +377 97 97 58 00 (9h/12h - 14h/17h)
Suisse : Genève au +41 22 819 02 02
et Zurich au +41 44 218 56 11 (8h30 - 17h30)

Vous souhaitez nous contacter au sujet de la protection de vos données personnelles ?

Merci de bien vouloir contacter le Délégué à la Protection des Données de Société Générale Private Banking France en envoyant un email à l'adresse suivante : protectiondesdonnees@societegenerale.fr.

Merci de bien vouloir contacter Bieneke Russon, Délégué à la Protection des Données de Société Générale Bank & Trust Luxembourg par téléphone : +352-47.93.93.11.5046 ou en envoyant un email à l'adresse suivante : lux.dpooffice@socgen.com.

Merci de bien vouloir contacter Céline Pastor, Déléguée à la Protection des Données de Société Générale Private Banking Monaco en envoyant un email à l'adresse suivante : list.mon-privmonaco-dpo@socgen.com

Merci de bien vouloir contacter Omar Otmani, Délégué à la Protection des Données de Société Générale Private Banking Suisse en envoyant un email à l'adresse suivante : sgpb-gdpr.ch@socgen.com.

Vous souhaitez faire une réclamation ?

Merci de bien vouloir adresser votre réclamation à Société Générale Private Banking France en envoyant un email à : FR-SGPB-Relations-Clients@socgen.com ou un courrier à l'adresse suivante : 

Société Générale Private Banking France
Direction Commerciale
29 boulevard Haussmann CS 614
75421 Paris Cedex 9

Société Générale Private Banking France s’engage à accuser réception de votre réclamation dans un délai de dix jours ouvrables à compter de la date de sa réception et à vous apporter une réponse dans un délai de deux mois à compter de cette même date. Si nous ne sommes pas en mesure de respecter ce délai de 60 jours, vous en serez informé par courrier.
 

En dernier recours, vous pouvez saisir gratuitement, selon la nature de votre réclamation 

 

Le Médiateur auprès de Société Générale

Il s'engage à étudier votre dossier au vu de votre position et de celle de la banque, à apprécier les arguments des parties et à prendre une décision fondée sur l'équité. Le Médiateur vous répondra directement dans un délai maximum de deux mois.

Vous pouvez saisir le Médiateur auprès de Société Générale par voie électronique sur le site internet du Médiateur : mediateur.societegenerale.fr ou en adressant un courrier à l’adresse suivante :

Le Médiateur auprès de Société Générale
17 cours Valmy
92987 Paris La Défense Cedex 7

 

Le Médiateur de l’Autorité des Marchés Financiers

Vous pouvez saisir le Médiateur de l’Autorité des Marchés Financiers en adressant un courrier à l’adresse suivante :

Le Médiateur de l’Autorité des Marchés Financiers
17 Place de la Bourse
75082 Paris Cedex 2

 

Le Médiateur des Assurances

Vous pouvez saisir le Médiateur des Assurances : ses coordonnées doivent être mentionnées aux termes de votre contrat d’assurance.

Afin d’assurer un traitement optimal de vos demandes, toute réclamation auprès de notre établissement peut être adressée à l'adresse suivante :

Service réclamations Banque privée
11, Avenue Emile Reuter
L-2420 Luxembourg

La Banque s’engage à accuser réception de votre demande dans les 10 jours suivant sa date de réception et à vous apporter une réponse dans un délai maximum de 30 jours à compter de sa réception. Si votre demande devait nécessiter un délai de traitement supplémentaire (recherches complexes…), nous vous en informerons endéans ce même délai de 30 jours.

Dans  l’hypothèse où la réponse qui vous est apportée ne correspondrait pas à vos attentes, nous vous informons de la possibilité :

En premier lieu, d’adresser à la Direction de Société Générale Bank & Trust en charge du traitement des réclamations, votre demande à l’adresse suivante :

Secrétariat Général de Société Générale Bank & Trust
11, Avenue Emile Reuter
L-2420 Luxembourg

En second lieu, si la réponse de la Direction en charge du traitement des réclamations ne permet pas de clore la réclamation, de disposer de la faculté de saisir l’Autorité de tutelle de SGBT, la Commission de Surveillance du Secteur Financier (CSSF) :

Par courrier : 283, Route d’Arlon L-1150 Luxembourg
Par courriel : direction@cssf.lu

Afin d’assurer un traitement optimal de vos demandes, toute réclamation auprès de notre établissement peut être adressée soit par e-mail à l’adresse suivante : reclamation.privmonaco@socgen.com ou par courrier à notre service dédié :

Societe Generale Private Banking Monaco
Middle Office – Service Réclamation 
11 avenue de Grande Bretagne 
98000 Monaco

La Banque s’engage à accuser réception de votre demande dans les 2 jours suivants sa date de réception et à vous apporter une réponse dans un délai maximum de 10 jours à compter de sa réception. Si votre demande devait nécessiter un délai de traitement supplémentaire (recherches complexes…), nous vous en informerons endéans ce même délai de 30 jours. 

Dans l’hypothèse où la réponse qui vous est apportée ne correspondrait pas à vos attentes, nous vous informons de la possibilité d’adresser à la Direction de Société Générale Private Banking Monaco en charge du traitement des réclamations, votre demande à l’adresse suivante : 

Secrétariat Général de Societe Generale Private Banking Monaco 
11 avenue de Grande Bretagne
98000 Monaco

Toute réclamation auprès de notre établissement peut être adressée par messagerie électronique à l’adresse suivante : sgpb-reclamations.ch@socgen.com.

Les clients peuvent également avoir recours à l’Ombudsman des banques suisses dont les coordonnées figurent sur le site www.bankingombudsman.ch

 

Weekly Update - Covid-19 – réduire les risques

Alors que la pandémie du coronavirus s’est accélérée à travers le monde, les marchés financiers ont subi d’intenses pressions vendeuses, avec les actions mondiales qui sont entrées dans un marché baissier et une montée en flèche des écarts de rendement pour les obligations privées à haut rendement (High Yield, HY) en Europe de 360 points de base (pb) au-dessus de leurs plus-bas de janvier.

Alors que la pandémie du coronavirus s’est accélérée à travers le monde, les marchés financiers ont subi d’intenses pressions vendeuses, avec les actions mondiales qui sont entrées dans un marché baissier et une montée en flèche des écarts de rendement pour les obligations privées à haut rendement (High Yield, HY) en Europe de 360 points de base (pb) au-dessus de leurs plus-bas de janvier. Des déclarations officielles, comme la conférence de presse du Président Trump mercredi et la réunion de la BCE hier, ne sont pas parvenues à stabiliser les marchés. De fait, la baisse a pris de l’ampleur hier après-midi. Quelles sont les perspectives pour l’économie mondiale et les marchés ? Comme indiqué dans le graphique de gauche ci-après, le nombre quotidien de nouveaux cas confirmés de Covid-19 continue d’augmenter sensiblement dans le monde entier. Par ailleurs, environ 40% de l’ensemble des cas en dehors de la Chine sont apparus dans seulement trois pays (Italie, Iran et Corée du Sud), laissant redouter aux investisseurs que de nombreuses autres nations puissent connaître le même phénomène dans les prochaines semaines. Jusqu’à présent, le taux de progression quotidien des nouveaux cas confirmés n’a ralenti que marginalement en Italie, passant de 27% à fin février à 21% hier. En Chine, les restrictions draconiennes imposées en février semblent avoir porté leurs fruits. Le nombre total des nouveaux cas rapporté hier s’élevait à seulement 20. En Corée du Sud également, l’épidémie semble décroître, avec une hausse quotidienne du nombre de nouveaux cas hier de 1,4%, contre 35% à fin février. Ces tendances laissent entendre que les mesures de confinement, les restrictions de voyage, les mises en quarantaine, etc., peuvent réussir à endiguer la propagation du virus. Cependant, elles ont d’importantes répercussions économiques. Les autorités monétaires ont continué à assouplir leur politique afin d’assurer un fonctionnement adéquat des marchés financiers durant la crise. Mercredi, la Banque d’Angleterre a réduit les taux d’intérêt de 50 pb à 0,25%. Et hier, la Banque centrale européenne et la Réserve fédérale américaine ont assoupli leur politique. La Fed a annoncé une hausse significative de la taille des prochaines opérations de prise en pension et a précisé qu’elle intégrerait désormais des obligations du Trésor à long terme dans son programme d’achats mensuels de titres à court terme de 60 Md$. La BCE a annoncé un train de mesures : 1) des opérations de financement temporaires à taux bas jusqu’en juin ; 2) des conditions plus favorables pour les opérations de refinancement ciblées commençant en juin à des taux pouvant aller jusqu’à 25 pb en deçà des taux de dépôt ; et 3) une enveloppe de 120 Md€ d’achats d’actifs supplémentaires, qui pourrait concerner essentiellement les obligations d’entreprise. Cependant, les taux d’intérêt n’ont pas été réduits et les déclarations de Mme Lagarde ont été jugées négatives pour les écarts de rendement concernant les obligations de la périphérie de la zone euro. Ces deux facteurs ont contribué au mouvement de vente survenu hier. Les gouvernements sont également passés à l’action. Le budget britannique présenté mercredi comprenait une hausse de 12 Md$ des dépenses pour combattre le coronavirus. En Allemagne, la coalition au pouvoir a annoncé hier qu’elle était prête à renoncer à son attachement de longue date à un budget équilibré. Et hier soir, outre un certain nombre de mesures de confinement comme la fermeture de l’ensemble des écoles et des universités, le Président Macron a annoncé que la France appelait de ses vœux une action concertée de l’Union européenne, du G7 et du G20. La chute des marchés actions a ramené les indices mondiaux aux plus-bas de décembre 2018, effaçant ainsi la performance solide de l’année dernière. Cependant, même après le récent mouvement de vente, les marchés actions mondiaux ont encore enregistré une performance positive significative ces dix dernières années, avec une hausse d’environ 155% depuis mars 2009.

Conclusion. . Les nouvelles resteront vraisemblablement mauvaises dans les prochaines semaines, compte tenu de la propagation continue du coronavirus et de la mise en place de mesures fortes, comme le confinement et les mises en quarantaine dans un nombre grandissant de pays. C’est pourquoi nous suggérons aux investisseurs de continuer à réduire leur exposition aux actifs risqués dans des portefeuilles diversifiés, avant de tirer pleinement parti des opportunités que cette crise créera sans aucun doute en temps utile.

Lire l'intégralité de l'article

Responsable de la Stratégie d’Investissement Société Générale Private Banking