Contact

Vous êtes déjà client ? Nous vous invitons à contacter votre banquier privé. 
Vous n’êtes pas client mais aimeriez en savoir plus ? Merci de remplir le formulaire ci-dessous.

Contacts locaux

France : +33 (0) 1 42 14 20 00 (9h - 17h)
Luxembourg : +352 47 93 11 1 (8h30 - 18H00)
Monaco : +377 97 97 58 00 (9h/12h - 14h/17h)
Suisse : Genève au +41 22 819 02 02
et Zurich au +41 44 218 56 11 (8h30 - 17h30)

Vous souhaitez nous contacter au sujet de la protection de vos données personnelles ?

Merci de bien vouloir contacter le Délégué à la Protection des Données de Société Générale Private Banking France en envoyant un email à l'adresse suivante : protectiondesdonnees@societegenerale.fr.

Merci de bien vouloir contacter Bieneke Russon, Délégué à la Protection des Données de Société Générale Bank & Trust Luxembourg par téléphone : +352-47.93.93.11.5046 ou en envoyant un email à l'adresse suivante : lux.dpooffice@socgen.com.

Merci de bien vouloir contacter Céline Pastor, Déléguée à la Protection des Données de Société Générale Private Banking Monaco en envoyant un email à l'adresse suivante : list.mon-privmonaco-dpo@socgen.com

Merci de bien vouloir contacter Omar Otmani, Délégué à la Protection des Données de Société Générale Private Banking Suisse en envoyant un email à l'adresse suivante : sgpb-gdpr.ch@socgen.com.

Vous souhaitez faire une réclamation ?

Merci de bien vouloir adresser votre réclamation à Société Générale Private Banking France en envoyant un email à : FR-SGPB-Relations-Clients@socgen.com ou un courrier à l'adresse suivante : 

Société Générale Private Banking France
Direction Commerciale
29 boulevard Haussmann CS 614
75421 Paris Cedex 9

Société Générale Private Banking France s’engage à accuser réception de votre réclamation dans un délai de dix jours ouvrables à compter de la date de sa réception et à vous apporter une réponse dans un délai de deux mois à compter de cette même date. Si nous ne sommes pas en mesure de respecter ce délai de 60 jours, vous en serez informé par courrier.
 

En dernier recours, vous pouvez saisir gratuitement, selon la nature de votre réclamation 

 

Le Médiateur auprès de Société Générale

Il s'engage à étudier votre dossier au vu de votre position et de celle de la banque, à apprécier les arguments des parties et à prendre une décision fondée sur l'équité. Le Médiateur vous répondra directement dans un délai maximum de deux mois.

Vous pouvez saisir le Médiateur auprès de Société Générale par voie électronique sur le site internet du Médiateur : mediateur.societegenerale.fr ou en adressant un courrier à l’adresse suivante :

Le Médiateur auprès de Société Générale
17 cours Valmy
92987 Paris La Défense Cedex 7

 

Le Médiateur de l’Autorité des Marchés Financiers

Vous pouvez saisir le Médiateur de l’Autorité des Marchés Financiers en adressant un courrier à l’adresse suivante :

Le Médiateur de l’Autorité des Marchés Financiers
17 Place de la Bourse
75082 Paris Cedex 2

 

Le Médiateur des Assurances

Vous pouvez saisir le Médiateur des Assurances : ses coordonnées doivent être mentionnées aux termes de votre contrat d’assurance.

Afin d’assurer un traitement optimal de vos demandes, toute réclamation auprès de notre établissement peut être adressée à l'adresse suivante :

Service réclamations Banque privée
11, Avenue Emile Reuter
L-2420 Luxembourg

La Banque s’engage à accuser réception de votre demande dans les 10 jours suivant sa date de réception et à vous apporter une réponse dans un délai maximum de 30 jours à compter de sa réception. Si votre demande devait nécessiter un délai de traitement supplémentaire (recherches complexes…), nous vous en informerons endéans ce même délai de 30 jours.

Dans  l’hypothèse où la réponse qui vous est apportée ne correspondrait pas à vos attentes, nous vous informons de la possibilité :

En premier lieu, d’adresser à la Direction de Société Générale Bank & Trust en charge du traitement des réclamations, votre demande à l’adresse suivante :

Secrétariat Général de Société Générale Bank & Trust
11, Avenue Emile Reuter
L-2420 Luxembourg

En second lieu, si la réponse de la Direction en charge du traitement des réclamations ne permet pas de clore la réclamation, de disposer de la faculté de saisir l’Autorité de tutelle de SGBT, la Commission de Surveillance du Secteur Financier (CSSF) :

Par courrier : 283, Route d’Arlon L-1150 Luxembourg
Par courriel : direction@cssf.lu

Afin d’assurer un traitement optimal de vos demandes, toute réclamation auprès de notre établissement peut être adressée soit par e-mail à l’adresse suivante : reclamation.privmonaco@socgen.com ou par courrier à notre service dédié :

Societe Generale Private Banking Monaco
Middle Office – Service Réclamation 
11 avenue de Grande Bretagne 
98000 Monaco

La Banque s’engage à accuser réception de votre demande dans les 2 jours suivants sa date de réception et à vous apporter une réponse dans un délai maximum de 10 jours à compter de sa réception. Si votre demande devait nécessiter un délai de traitement supplémentaire (recherches complexes…), nous vous en informerons endéans ce même délai de 30 jours. 

Dans l’hypothèse où la réponse qui vous est apportée ne correspondrait pas à vos attentes, nous vous informons de la possibilité d’adresser à la Direction de Société Générale Private Banking Monaco en charge du traitement des réclamations, votre demande à l’adresse suivante : 

Secrétariat Général de Societe Generale Private Banking Monaco 
11 avenue de Grande Bretagne
98000 Monaco

Toute réclamation auprès de notre établissement peut être adressée par messagerie électronique à l’adresse suivante : sgpb-reclamations.ch@socgen.com.

Les clients peuvent également avoir recours à l’Ombudsman des banques suisses dont les coordonnées figurent sur le site www.bankingombudsman.ch

 

Weekly Update - Changement de saison

L’Euro STOXX 50 a cédé -2,5% et le FTSE 100 -1,7% pour la seule journée de jeudi), les peurs relatives à la COVID-19 laissant craindre une récession plus profonde. Aux Etats-Unis, l’indice VIX (une mesure de la volatilité boursière souvent qualifiée « d’indicateur de la peur ») a augmenté chaque jour cette semaine face à la hausse des cas positifs, aux incertitudes entourant un possible accord commercial entre le Royaume-Uni et l’UE, et à la frustration suscitée par le retard des mesures de relance fiscale aux Etats-Unis. Sommes-nous passés directement de l’été à l’hiver ? Et quelles sont les perspectives pour les économies et les marchés ?

Les hospitalisations et le taux d’occupation des unités de soins intensifs pour les patients de la COVID-19 ont commencé à augmenter à travers l’Europe, tout comme la proportion des tests positifs, indiquant que la hausse du nombre de cas n’est pas seulement due à une augmentation du nombre de tests réalisés. La France se classe désormais troisième principale zone sensible en nombre de cas pour 10 000 habitants et a annoncé la mise en place de couvre-feux dans neuf grandes villes, dont Paris. Le Royaume-Uni se classe quatrième et a également durci les mesures dans des villes comme Liverpool et Londres, où il est interdit aux ménages de se réunir. Les Etats-Unis arrivent en septième position, mais n’ont pas encore été confrontés à une nouvelle vague au niveau national. Cependant, les grands Etats du Midwest comme le Michigan, l’Ohio et le Wisconsin sont maintenant revenus aux plus-hauts de la première vague.

Dans la zone euro, les mesures annoncées ont été soigneusement élaborées en vue de minimiser les effets négatifs sur l’économie. Dans l’ensemble, les gouvernements ont ciblé l’hôtellerie (environ 3,1% du PIB avant la crise), et le secteur du divertissement et des loisirs (environ 1,3%). Néanmoins, le frein à la croissance sera vraisemblablement modéré. L’activité dans les deux secteurs est déjà fragilisée par une réduction des capacités et un changement de comportement des consommateurs. De plus, la portée nationale des nouvelles restrictions est limitée (seul un quart de la population française sera directement concernée par les couvre-feux). L’aide apportée par les gouvernements devrait également amortir le coup porté aux entreprises et aux ménages. Par exemple, la France a suspendu certains paiements de charges sociales et fiscales jusqu’à la fin de l’année, a prolongé les dispositifs d’aide à l’emploi à court terme, a promis des paiements supplémentaires pour les personnes vulnérables (une subvention de 150 € pour les familles bénéficiaires des minimas sociaux et 100 € supplémentaires par enfant) et s’est engagée à apporter une aide ciblée aux secteurs les plus affectés par le couvre-feu. Il est toutefois de plus en plus vraisemblable que le quatrième trimestre connaîtra une légère baisse du PIB après le fort rebond de l’activité observé au T3.

Bien que les anticipations aient été largement dépassées durant l’été, il semblerait que l’hiver arrive également plus tôt pour l’économie britannique. Les chiffres du PIB du mois d’août ont été sensiblement inférieurs aux attentes, laissant entendre que la dynamique avait déjà commencé à ralentir au T3, et nous pourrions assister à une montée du chômage alors que le dispositif temporaire de chômage partiel mis en place par le gouvernement est réduit. Par ailleurs, les incertitudes persistantes sur l’aboutissement du nouveau régime commercial avec l’UE signifient que de nombreux plans d’investissement d’entreprises ont été suspendus et que les carnets de commandes à l’exportation pourraient en pâtir. Le Royaume-Uni pourrait rester à la peine au S1 2021, même si un accord est arraché à la dernière minute.

Aux Etats-Unis, les signaux restent mitigés concernant le programme de relance annoncé. Après avoir mis fin aux discussions avec les Démocrates, le Président Trump préconise aujourd’hui un programme beaucoup plus vaste que les sénateurs républicains ne sont disposés à accepter. Le chef de la majorité au Sénat, Mitch McConnell, déclare que 500 Md$ seraient appropriés, tandis que les Démocrates de la Chambre des représentants ont voté un projet de loi pour 2 200 Md$ et que le Président affirme qu’il est prêt à dépasser les 1 800 Md$. Les discussions se poursuivent, mais il reste peu de temps avant les élections.

Conclusion. Cette conjonction de facteurs de risque (restrictions liées à la COVID-19, négociations commerciales entre le Royaume-Uni et l’UE, retard des mesures de relance fiscale américaines) a pesé sur le sentiment du marché ces derniers jours. Nous estimons toutefois que les gouvernements renforceront les mesures d’aide fiscale pour atténuer les difficultés rencontrées par les entreprises et les ménages, et qu’ils éviteront d’imposer de nouveaux confinements nationaux. Par ailleurs, nous sommes convaincus que les banques centrales réagiront rapidement à un ralentissement marqué de l’activité en renforçant et en étendant leurs programmes d’achats d’actifs. L’hiver pourrait arriver en avance, mais ces mesures devraient contribuer à limiter une baisse des marchés actions mondiaux

Lire l'intégralité de l'article

Responsable de la Stratégie d’Investissement Société Générale Private Banking