Contact

Vous êtes déjà client ? Nous vous invitons à contacter votre banquier privé. 
Vous n’êtes pas client mais aimeriez en savoir plus ? Merci de remplir le formulaire ci-dessous.

Contacts locaux

France : +33 (0) 1 42 14 20 00 (9h - 17h)
Luxembourg : +352 47 93 11 1 (8h30 - 18H00)
Monaco : +377 97 97 58 00 (9h/12h - 14h/17h)
Suisse : Genève au +41 22 819 02 02
et Zurich au +41 44 218 56 11 (8h30 - 17h30)

Vous souhaitez nous contacter au sujet de la protection de vos données personnelles ?

Merci de bien vouloir contacter le Délégué à la Protection des Données de Société Générale Private Banking France en envoyant un email à l'adresse suivante : protectiondesdonnees@societegenerale.fr.

Merci de bien vouloir contacter Bieneke Russon, Délégué à la Protection des Données de Société Générale Bank & Trust Luxembourg par téléphone : +352-47.93.93.11.5046 ou en envoyant un email à l'adresse suivante : lux.dpooffice@socgen.com.

Merci de bien vouloir contacter Céline Pastor, Déléguée à la Protection des Données de Société Générale Private Banking Monaco en envoyant un email à l'adresse suivante : list.mon-privmonaco-dpo@socgen.com

Merci de bien vouloir contacter Omar Otmani, Délégué à la Protection des Données de Société Générale Private Banking Suisse en envoyant un email à l'adresse suivante : sgpb-gdpr.ch@socgen.com.

Vous souhaitez faire une réclamation ?

Merci de bien vouloir adresser votre réclamation à Société Générale Private Banking France en envoyant un email à : FR-SGPB-Relations-Clients@socgen.com ou un courrier à l'adresse suivante : 

Société Générale Private Banking France
Direction Commerciale
29 boulevard Haussmann CS 614
75421 Paris Cedex 9

Société Générale Private Banking France s’engage à accuser réception de votre réclamation dans un délai de dix jours ouvrables à compter de la date de sa réception et à vous apporter une réponse dans un délai de deux mois à compter de cette même date. Si nous ne sommes pas en mesure de respecter ce délai de 60 jours, vous en serez informé par courrier.
 

En dernier recours, vous pouvez saisir gratuitement, selon la nature de votre réclamation 

 

Le Médiateur auprès de Société Générale

Il s'engage à étudier votre dossier au vu de votre position et de celle de la banque, à apprécier les arguments des parties et à prendre une décision fondée sur l'équité. Le Médiateur vous répondra directement dans un délai maximum de deux mois.

Vous pouvez saisir le Médiateur auprès de Société Générale par voie électronique sur le site internet du Médiateur : mediateur.societegenerale.fr ou en adressant un courrier à l’adresse suivante :

Le Médiateur auprès de Société Générale
17 cours Valmy
92987 Paris La Défense Cedex 7

 

Le Médiateur de l’Autorité des Marchés Financiers

Vous pouvez saisir le Médiateur de l’Autorité des Marchés Financiers en adressant un courrier à l’adresse suivante :

Le Médiateur de l’Autorité des Marchés Financiers
17 Place de la Bourse
75082 Paris Cedex 2

 

Le Médiateur des Assurances

Vous pouvez saisir le Médiateur des Assurances : ses coordonnées doivent être mentionnées aux termes de votre contrat d’assurance.

Afin d’assurer un traitement optimal de vos demandes, toute réclamation auprès de notre établissement peut être adressée à l'adresse suivante :

Service réclamations Banque privée
11, Avenue Emile Reuter
L-2420 Luxembourg

La Banque s’engage à accuser réception de votre demande dans les 10 jours suivant sa date de réception et à vous apporter une réponse dans un délai maximum de 30 jours à compter de sa réception. Si votre demande devait nécessiter un délai de traitement supplémentaire (recherches complexes…), nous vous en informerons endéans ce même délai de 30 jours.

Dans  l’hypothèse où la réponse qui vous est apportée ne correspondrait pas à vos attentes, nous vous informons de la possibilité :

En premier lieu, d’adresser à la Direction de Société Générale Bank & Trust en charge du traitement des réclamations, votre demande à l’adresse suivante :

Secrétariat Général de Société Générale Bank & Trust
11, Avenue Emile Reuter
L-2420 Luxembourg

En second lieu, si la réponse de la Direction en charge du traitement des réclamations ne permet pas de clore la réclamation, de disposer de la faculté de saisir l’Autorité de tutelle de SGBT, la Commission de Surveillance du Secteur Financier (CSSF) :

Par courrier : 283, Route d’Arlon L-1150 Luxembourg
Par courriel : direction@cssf.lu

Afin d’assurer un traitement optimal de vos demandes, toute réclamation auprès de notre établissement peut être adressée soit par e-mail à l’adresse suivante : reclamation.privmonaco@socgen.com ou par courrier à notre service dédié :

Societe Generale Private Banking Monaco
Middle Office – Service Réclamation 
11 avenue de Grande Bretagne 
98000 Monaco

La Banque s’engage à accuser réception de votre demande dans les 2 jours suivants sa date de réception et à vous apporter une réponse dans un délai maximum de 10 jours à compter de sa réception. Si votre demande devait nécessiter un délai de traitement supplémentaire (recherches complexes…), nous vous en informerons endéans ce même délai de 30 jours. 

Dans l’hypothèse où la réponse qui vous est apportée ne correspondrait pas à vos attentes, nous vous informons de la possibilité d’adresser à la Direction de Société Générale Private Banking Monaco en charge du traitement des réclamations, votre demande à l’adresse suivante : 

Secrétariat Général de Societe Generale Private Banking Monaco 
11 avenue de Grande Bretagne
98000 Monaco

Toute réclamation auprès de notre établissement peut être adressée par messagerie électronique à l’adresse suivante : sgpb-reclamations.ch@socgen.com.

Les clients peuvent également avoir recours à l’Ombudsman des banques suisses dont les coordonnées figurent sur le site www.bankingombudsman.ch

 

Le monde de Jean-Michel Wilmotte

Arty - Hôtels, villas, stades, sièges sociaux, musées… Les réalisations de l’architecte de renommée internationale Jean-Michel Wilmotte sont nombreuses. Il nous livre sa philosophie professionnelle et évoque ses sources d’inspiration. Propos recueillis par Laurence Boccara, journaliste spécialisée en immobilier et architecture.

L’agence d’architecture Wilmotte & Associés fête ses 45 ans d’existence. Quel est le dénominateur commun entre toutes vos activités (urbanisme, architecture, design, architecture d’intérieur, muséographie) ?

Jean-Michel Wilmotte: Certains peuvent effectivement se demander quel est le point commun entre créer une poignée de porte ou une corbeille de propreté, concevoir un équipement sportif, un domaine viticole, un quartier de ville ou une maison. En dépit de la diversité des échelles, ce qui m’a toujours passionné, c’est d’inventer un « objet » sur mesure, qui s’inscrit dans son environnement, avec un souci de l’élégance, du détail et de l’excellence.

Quelles sont vos sources d’inspiration ?

J.-M. W.: Nous travaillons aujourd’hui dans 29 pays. À chaque fois que j’arrive dans une ville pour commencer un nouveau projet, je suis curieux de tout. Sur la route qui me mène de l’aéroport à mon rendez-vous, je commence par observer ce qui m’entoure. Je tente de capter l’air du temps, l’ambiance, et de m’imprégner de l’environnement. J’ai besoin de beaucoup me promener à l’intérieur d’une ville, dans les marchés alimentaires, car ils donnent une vraie image de la vie quotidienne, mais aussi de déambuler dans les jardins, dans les musées et dans la ville elle-même.

De quoi se nourrit un architecte pour répondre à une commande ? Quelle est sa part de créativité dans un cahier des charges ?

J.-M. W.: Au début d’un projet, j’apprécie d’avoir un échange nourri avec le commanditaire ; un peu comme dans une partie de ping-pong. Je l’écoute avec attention pour comprendre ce dont il a besoin afin de lui proposer les solutions adéquates. Plus il y a de contraintes dans une opération, plus il y a de possibilités de s’exprimer. Dans ce métier, tout l’art consiste à éviter les obstacles et à rebondir sans cesse. Ma réponse d’architecte s’inspire à la fois de la demande du client, de mon expérience et de la symbiose des éléments locaux que j’ai captée.

Avez-vous des matériaux de prédilection ?

J.-M. W.: Le choix des matériaux constitue une étape importante de mon travail. Ces derniers doivent être à la fois contemporains et intemporels. En fonction du projet, j’opte pour le verre, le bois, la pierre (de préférence locale), l’acier ; parfois, je les combine. Il arrive que pour des raisons techniques et/ou esthétiques, on soit obligé de traiter la matière choisie. À l’aide d’outils de haute technologie, on la sable, l’oxyde ou on la métallise afin de lui donner une apparence différente. Ainsi, le « bulbe » doré de la cathédrale orthodoxe de Paris a été créé avec un matériau composite utilisé pour les coques de bateau. Résultat, ce dôme est six fois moins lourd que si on l’avait fabriqué en bois et en métal. Depuis les années 1980, l’agence dispose d’une bibliothèque de matériaux, une « matériauthèque ». Il s’agit d’une grande collection de matières déjà utilisées dans nos opérations, de nouveaux matériaux et de prototypes. Cela constitue une vraie source d’inspiration.

Vous avez publié, il y a quelques années, un livre intitulé Architecture intérieure des villes. Que signifie cette expression pour vous ?

J.-M. W.: La ville doit se composer comme une maison. Pour s’y sentir bien, tout doit s’envisager à l’échelle humaine, avec un soin particulier porté à la forme et au gabarit des immeubles, à l’éclairage urbain, au traitement du sol, sans oublier les espaces verts et la présence de l’art. Tous ces éléments donnent de la dignité à l’espace public. Personne ne cracherait dans son salon, il faut transposer cela à l’échelle de la ville.

“  Aujourd’hui, la meilleure façon d’être écologique, c’est de rénover. Cela évite de tout détruire pour reconstruire. Depuis toujours, j’apprécie donner une deuxième vie à d’anciennes constructions.  ”

Vous parlez souvent de greffe architecturale. Est-il possible de faire du neuf avec de l’ancien ?

J.-M. W.: Aujourd’hui, la meilleure façon d’être écologique, c’est de rénover. Cela évite de tout détruire pour reconstruire. Depuis toujours, j’apprécie donner une deuxième vie à d’anciennes constructions. Cet exercice consiste à garder la mémoire des lieux, d’y greffer une intervention contemporaine. L’ancien hôpital Richaud, à Versailles, a été transformé en résidence de logements disposant d’un bel espace culturel, d’une crèche. Créée en 2005, la fondation Wilmotte organise cette année la 9e édition d’un concours dédié à la rénovation de bâtiments : le Prix W, ouvert aux jeunes étudiants et jeunes diplômés en architecture, dont les projets retenus seront exposés à la Biennale de Venise.

Les projets architecturaux, qui demandent une longue gestation, sont confrontés à un monde où tout s’accélère… Est-ce que cela demande une adaptation des process ?

J.-M. W.: Il faut savoir s’adapter aux délais, d’autant plus que le temps de réalisation des projets diffère sensiblement. Ainsi, le campus de Sophia Antipolis, sur la Côte d’Azur, ou le Rijksmuseum d’Amsterdam ont mis plus de treize ans à voir le jour alors que la cathédrale orthodoxe de la Sainte-Trinité, à Paris, s’est faite en deux ans, et le stade Allianz Riviera de Nice en 500 jours.

Quels sont vos grands projets du moment ?

J.-M. W.: Nous venons de livrer le Palais des Congrès du Touquet-Paris-Plage. Nous travaillons sur l’opération du futur campus parisien de Sciences Po, sur le centre d’entraînement du Paris-Saint-Germain à Poissy, sur le siège social d’ArcelorMittal au Luxembourg, et sur celui de la Maison des Nations Unies à Diamniadio, au Sénégal. À cela, il faut également ajouter le Centre de civilisation islamique de Tachkent, en Ouzbékistan, et bien d’autres…

Wilmotte & Associés en chiffres

280

collaborateurs de 31 nationalités.

www.wilmotte.fr

5

bureaux à l’étranger.

100

projets réalisés simultanément.

+ de 500

réalisations.