Contact

Vous êtes déjà client ? Nous vous invitons à contacter votre banquier privé. 
Vous n’êtes pas client mais aimeriez en savoir plus ? Merci de remplir le formulaire ci-dessous.

Contacts locaux

France : +33 (0) 1 42 14 20 00 (9h - 17h)
Luxembourg : +352 47 93 11 1 (8h30 - 18H00)
Monaco : +377 97 97 58 00 (9h/12h - 14h/17h)
Suisse : Genève au +41 22 819 02 02
et Zurich au +41 44 218 56 11 (8h30 - 17h30)

Vous souhaitez nous contacter au sujet de la protection de vos données personnelles ?

Merci de bien vouloir contacter le Délégué à la Protection des Données de Société Générale Private Banking France en envoyant un email à l'adresse suivante : protectiondesdonnees@societegenerale.fr.

Merci de bien vouloir contacter Bieneke Russon, Délégué à la Protection des Données de Société Générale Bank & Trust Luxembourg par téléphone : +352-47.93.93.11.5046 ou en envoyant un email à l'adresse suivante : lux.dpooffice@socgen.com.

Merci de bien vouloir contacter Julien Garnier, Délégué à la Protection des Données de Société Générale Private Banking Monaco en envoyant un email à l'adresse suivante : list.mon-privmonaco-dpo@socgen.com

Merci de bien vouloir contacter Omar Otmani, Délégué à la Protection des Données de Société Générale Private Banking Suisse en envoyant un email à l'adresse suivante : sgpb-gdpr.ch@socgen.com.

Vous souhaitez faire une réclamation ?

Merci de bien vouloir adresser votre réclamation à Société Générale Private Banking France en envoyant un email à : FR-SGPB-Relations-Clients@socgen.com ou un courrier à l'adresse suivante : 

Société Générale Private Banking France
Direction Commerciale
29 boulevard Haussmann CS 614
75421 Paris Cedex 9

Société Générale Private Banking France s’engage à accuser réception de votre réclamation dans un délai de dix jours ouvrables à compter de la date de sa réception et à vous apporter une réponse dans un délai de deux mois à compter de cette même date. Si nous ne sommes pas en mesure de respecter ce délai de 60 jours, vous en serez informé par courrier.
 

En dernier recours, vous pouvez saisir gratuitement, selon la nature de votre réclamation 

 

Le Médiateur auprès de Société Générale

Il s'engage à étudier votre dossier au vu de votre position et de celle de la banque, à apprécier les arguments des parties et à prendre une décision fondée sur l'équité. Le Médiateur vous répondra directement dans un délai maximum de deux mois.

Vous pouvez saisir le Médiateur auprès de Société Générale par voie électronique sur le site internet du Médiateur : mediateur.societegenerale.fr ou en adressant un courrier à l’adresse suivante :

Le Médiateur auprès de Société Générale
17 cours Valmy
92987 Paris La Défense Cedex 7

 

Le Médiateur de l’Autorité des Marchés Financiers

Vous pouvez saisir le Médiateur de l’Autorité des Marchés Financiers en adressant un courrier à l’adresse suivante :

Le Médiateur de l’Autorité des Marchés Financiers
17 Place de la Bourse
75082 Paris Cedex 2

 

Le Médiateur des Assurances

Vous pouvez saisir le Médiateur des Assurances : ses coordonnées doivent être mentionnées aux termes de votre contrat d’assurance.

Afin d’assurer un traitement optimal de vos demandes, toute réclamation auprès de notre établissement peut être adressée à l'adresse suivante :

Service réclamations Banque privée
11, Avenue Emile Reuter
L-2420 Luxembourg

La Banque s’engage à accuser réception de votre demande dans les 10 jours suivant sa date de réception et à vous apporter une réponse dans un délai maximum de 30 jours à compter de sa réception. Si votre demande devait nécessiter un délai de traitement supplémentaire (recherches complexes…), nous vous en informerons endéans ce même délai de 30 jours.

Dans  l’hypothèse où la réponse qui vous est apportée ne correspondrait pas à vos attentes, nous vous informons de la possibilité :

En premier lieu, d’adresser à la Direction de Société Générale Bank & Trust en charge du traitement des réclamations, votre demande à l’adresse suivante :

Secrétariat Général de Société Générale Bank & Trust
11, Avenue Emile Reuter
L-2420 Luxembourg

En second lieu, si la réponse de la Direction en charge du traitement des réclamations ne permet pas de clore la réclamation, de disposer de la faculté de saisir l’Autorité de tutelle de SGBT, la Commission de Surveillance du Secteur Financier (CSSF) :

Par courrier : 283, Route d’Arlon L-1150 Luxembourg
Par courriel : direction@cssf.lu

Afin d’assurer un traitement optimal de vos demandes, toute réclamation auprès de notre établissement peut être adressée soit par e-mail à l’adresse suivante : servicequalite.privmonaco@socgen.com ou par courrier à notre service dédié :

Societe Generale Private Banking Monaco
Middle Office – Service Réclamation 
11 avenue de Grande Bretagne 
98000 Monaco

La Banque s’engage à accuser réception de votre demande dans les 2 jours suivants sa date de réception et à vous apporter une réponse dans un délai maximum de 10 jours à compter de sa réception. Si votre demande devait nécessiter un délai de traitement supplémentaire (recherches complexes…), nous vous en informerons endéans ce même délai de 30 jours. 

Dans l’hypothèse où la réponse qui vous est apportée ne correspondrait pas à vos attentes, nous vous informons de la possibilité d’adresser à la Direction de Société Générale Private Banking Monaco en charge du traitement des réclamations, votre demande à l’adresse suivante : 

Secrétariat Général de Societe Generale Private Banking Monaco 
11 avenue de Grande Bretagne
98000 Monaco

Toute réclamation auprès de notre établissement peut être adressée par messagerie électronique à l’adresse suivante : sgpb-reclamations.ch@socgen.com.

Les clients peuvent également avoir recours à l’Ombudsman des banques suisses dont les coordonnées figurent sur le site www.bankingombudsman.ch

 

Le cerveau pris dans le pot de confiture - Des effets néfastes de la surabondance de choix

La finance comportementale se définit par l’application de la psychologie à la finance : elle se distingue ainsi de la théorie financière classique, en considérant les individus non pas comme des êtres purement rationnels, mais influencés par leurs émotions ou encore par les biais de raisonnement.

Que ce soit en arpentant les marchés estivaux ou - malheureusement déjà ! - dans les rayons dédiés à la rentrée, vous avez probablement été confrontés à des choix cornéliens : maillot de bain rouge ou violet, grande ou plus petite taille de trousse… A la lumière de nos achats de ce troisième trimestre, découvrons un aspect de la problématique de l’indécision...  

Richesse de choix… réflexion paralysée !

 

Imaginez-vous arpentant les allées de votre supermarché samedi prochain. Au détour d’une gondole, on vous propose de goûter des confitures d’un marque reconnue, que vous pourrez ensuite retrouver en rayons. La proposition est d’autant plus alléchante que vous pouvez tester autant de parfums que vous le souhaitez et bénéficier d’un coupon de réduction lors de votre achat ! C’est ce qui est arrivé à un échantillon de 754 personnes entrant dans un des supermarchés de Californie, en 2000. Leur expérience est nourrissante à plus d’un titre, puisque, sans le savoir, ils étaient observés pour les besoins d’une étude(1) !  

La petite subtilité de l’expérience résidait dans le nombre de confitures offertes à la dégustation : pendant un certain laps de temps, seulement 6 confitures différentes étaient proposées sur le stand ; le reste du temps, le choix portait sur un total de 24 parfums. Sans grande surprise, l’offre de choix le plus large a retenu l’attention de 60% des visiteurs alors que seuls 40% des consommateurs s’arrêtaient au stand de dégustation lorsque seulement 6 confitures y étaient proposées. Mais la découverte porte sur la prise de décision impliquante : l’acte d’achat en lui-même. 30% des acheteurs confrontés à un choix limité à 6 confitures ont procédé à l’achat d’un ou plusieurs pots … alors qu’ils n’étaient que 3% à le faire devant un choix abondant de 24 parfums ! Les explications proposées sont multiples : les consommateurs attirés par le choix limité à 6 confitures étaient davantage intéressés par la sélection présentées, ils voyaient ces six parfums comme « spéciaux »…

Si d’après le proverbe français « abondance de biens ne nuit pas », l’abondance de choix peut donc se révéler néfaste en risquant d’y perdre les uns ou les autres. Vous le comprendrez aisément, c’est la raison pour laquelle les grandes enseignes de commerce en ligne ou encore les acteurs de vidéos à la demande mettent en avant les « tendances du moment », « top 10 » ou encore soulignent les produits qui semblent correspondre à vos goûts.

Resserrer le champ des possibles

 

Du supermarché à la gestion des finances personnelles, nous en conviendrons, il y a bien plus qu’un pas ! Néanmoins, si nous faisons la transposition, il en ressort qu’une offre trop large de produits et services financiers aura tendance à nous démotiver de passer à l’action et favorisera notre inertie.

Trop souvent, la surabondance de choix dans le domaine financier nous amène à privilégier des décisions dont la mise en œuvre est aisée : investissement dans des actifs dont nous sommes familiers, réplication d’une allocation d’actif… Elle incite également à effectuer des sélections par défaut, celles qui s’imposent d’elles-mêmes et semblent naturelles souvent dans le prolongement de ce qui a déjà été fait, minorant ainsi les efforts de réflexion. Enfin, l’offre excessive de propositions peut favoriser un saupoudrage, allant bien au-delà de la diversification avisée, sans réel axe structurant : par exemple, un nombre excessif de titres vifs dans un portefeuille boursier ne permettant probablement plus de suivre correctement chacun des investissements.

Pour faciliter notre décision, il peut donc être préférable de resserrer le champ des possibles. Au lieu de considérer le marché des actions comme un tout, il est possible, par exemple, le compartimenter en secteur ou nationalité. Au lieu d’être indécis face à une abondance de fonds dans lesquels investir, nous pouvons resserrer le cadre pour nous intéresser, par exemple, à ceux dont les sous-jacents nous intéressent (zone géographique, thématique, ESG (Environnement, Social, Gouvernance)…).

Notre rubrique « Finance Comportementale » étant encore jeune, vous ne serez pas confrontés à une surabondance… c’est l’occasion de (re)lire nos anciennes contributions !

 


(1) « When Choice is Demotivating: Can One Desire Too Much of a Good Thing ? » de Sheena S. Iyengar et Mark R. Lepper, 2000

AVERTISSEMENT :

Le présent document, de nature publicitaire, n’a pas de valeur contractuelle. Son contenu n’est pas destiné à fournir un service d’investissement, il ne constitue ni un conseil en investissement ou une recommandation personnalisée sur un produit financier, ni un conseil ou une recommandation personnalisée en assurance, ni une sollicitation d’aucune sorte, ni un conseil juridique, comptable ou fiscal la part d’une quelconque entité relevant de Société Générale Private Banking.

Les informations contenues sont données à titre indicatif, peuvent être modifiées sans préavis, et visent à communiquer des éléments pouvant être utiles à une prise de décision. Les informations sur les performances passées éventuellement reproduites ne garantissent en aucun cas les performances futures.

Avant toute souscription d'un service d’investissement, d'un produit financier ou d’un produit d’assurance, l’investisseur potentiel (i) doit prendre connaissance de l’ensemble des informations contenues dans la documentation détaillée du service ou produit envisagé (prospectus, règlement, statuts, document intitulé « informations clés pour l’investisseur », Term sheet, notice d’information, conditions contractuelles, …), notamment celles liées aux risques associés; et (ii) consulter ses conseils juridiques et fiscaux pour apprécier les conséquences juridiques et le traitement fiscal du produit ou service envisagé. Son banquier privé est également à sa disposition pour lui fournir de plus amples informations, déterminer avec lui s’il est éligible au produit ou service envisagé qui peut être soumis à des conditions, et s’il répond à ses besoins.  En conséquence, aucune entité relevant de Société Générale Private Banking ne peut en aucun cas être tenue responsable pour toute décision prise par un investisseur sur la base des seules informations contenues dans ce document.

Le présent document est confidentiel, destiné exclusivement à la personne à laquelle il est remis, et ne peut être ni communiqué ni porté à la connaissance de tiers, ni reproduit totalement ou partiellement, sans accord préalable et écrit de Société Générale Private Banking. Pour de plus amples informations, cliquez ici.

Édouard Camblain Responsable projets stratégiques et développement