Contact

Vous êtes déjà client ? Nous vous invitons à contacter votre banquier privé. 
Vous n’êtes pas client mais aimeriez en savoir plus ? Merci de remplir le formulaire ci-dessous.

Contacts locaux

France : +33 (0) 1 42 14 20 00 (9h - 17h)
Luxembourg : +352 47 93 11 1 (8h30 - 18H00)
Monaco : +377 97 97 58 00 (9h/12h - 14h/17h)
Suisse : Genève au +41 22 819 02 02
et Zurich au +41 44 218 56 11 (8h30 - 17h30)

Vous souhaitez nous contacter au sujet de la protection de vos données personnelles ?

Merci de bien vouloir contacter le Délégué à la Protection des Données de Société Générale Private Banking France en envoyant un email à l'adresse suivante : protectiondesdonnees@societegenerale.fr.

Merci de bien vouloir contacter Bieneke Russon, Délégué à la Protection des Données de Société Générale Bank & Trust Luxembourg par téléphone : +352-47.93.93.11.5046 ou en envoyant un email à l'adresse suivante : lux.dpooffice@socgen.com.

Merci de bien vouloir contacter Julien Garnier, Délégué à la Protection des Données de Société Générale Private Banking Monaco en envoyant un email à l'adresse suivante : list.mon-privmonaco-dpo@socgen.com

Merci de bien vouloir contacter Omar Otmani, Délégué à la Protection des Données de Société Générale Private Banking Suisse en envoyant un email à l'adresse suivante : sgpb-gdpr.ch@socgen.com.

Vous souhaitez faire une réclamation ?

Merci de bien vouloir adresser votre réclamation à Société Générale Private Banking France en envoyant un email à : FR-SGPB-Relations-Clients@socgen.com ou un courrier à l'adresse suivante : 

Société Générale Private Banking France
Direction Commerciale
29 boulevard Haussmann CS 614
75421 Paris Cedex 9

Société Générale Private Banking France s’engage à accuser réception de votre réclamation dans un délai de dix jours ouvrables à compter de la date de sa réception et à vous apporter une réponse dans un délai de deux mois à compter de cette même date. Si nous ne sommes pas en mesure de respecter ce délai de 60 jours, vous en serez informé par courrier.
 

En dernier recours, vous pouvez saisir gratuitement, selon la nature de votre réclamation 

 

Le Médiateur auprès de Société Générale

Il s'engage à étudier votre dossier au vu de votre position et de celle de la banque, à apprécier les arguments des parties et à prendre une décision fondée sur l'équité. Le Médiateur vous répondra directement dans un délai maximum de deux mois.

Vous pouvez saisir le Médiateur auprès de Société Générale par voie électronique sur le site internet du Médiateur : mediateur.societegenerale.fr ou en adressant un courrier à l’adresse suivante :

Le Médiateur auprès de Société Générale
17 cours Valmy
92987 Paris La Défense Cedex 7

 

Le Médiateur de l’Autorité des Marchés Financiers

Vous pouvez saisir le Médiateur de l’Autorité des Marchés Financiers en adressant un courrier à l’adresse suivante :

Le Médiateur de l’Autorité des Marchés Financiers
17 Place de la Bourse
75082 Paris Cedex 2

 

Le Médiateur des Assurances

Vous pouvez saisir le Médiateur des Assurances : ses coordonnées doivent être mentionnées aux termes de votre contrat d’assurance.

Afin d’assurer un traitement optimal de vos demandes, toute réclamation auprès de notre établissement peut être adressée à l'adresse suivante :

Service réclamations Banque privée
11, Avenue Emile Reuter
L-2420 Luxembourg

La Banque s’engage à accuser réception de votre demande dans les 10 jours suivant sa date de réception et à vous apporter une réponse dans un délai maximum de 30 jours à compter de sa réception. Si votre demande devait nécessiter un délai de traitement supplémentaire (recherches complexes…), nous vous en informerons endéans ce même délai de 30 jours.

Dans  l’hypothèse où la réponse qui vous est apportée ne correspondrait pas à vos attentes, nous vous informons de la possibilité :

En premier lieu, d’adresser à la Direction de Société Générale Bank & Trust en charge du traitement des réclamations, votre demande à l’adresse suivante :

Secrétariat Général de Société Générale Bank & Trust
11, Avenue Emile Reuter
L-2420 Luxembourg

En second lieu, si la réponse de la Direction en charge du traitement des réclamations ne permet pas de clore la réclamation, de disposer de la faculté de saisir l’Autorité de tutelle de SGBT, la Commission de Surveillance du Secteur Financier (CSSF) :

Par courrier : 283, Route d’Arlon L-1150 Luxembourg
Par courriel : direction@cssf.lu

Afin d’assurer un traitement optimal de vos demandes, toute réclamation auprès de notre établissement peut être adressée soit par e-mail à l’adresse suivante : servicequalite.privmonaco@socgen.com ou par courrier à notre service dédié :

Societe Generale Private Banking Monaco
Middle Office – Service Réclamation 
11 avenue de Grande Bretagne 
98000 Monaco

La Banque s’engage à accuser réception de votre demande dans les 2 jours suivants sa date de réception et à vous apporter une réponse dans un délai maximum de 10 jours à compter de sa réception. Si votre demande devait nécessiter un délai de traitement supplémentaire (recherches complexes…), nous vous en informerons endéans ce même délai de 30 jours. 

Dans l’hypothèse où la réponse qui vous est apportée ne correspondrait pas à vos attentes, nous vous informons de la possibilité d’adresser à la Direction de Société Générale Private Banking Monaco en charge du traitement des réclamations, votre demande à l’adresse suivante : 

Secrétariat Général de Societe Generale Private Banking Monaco 
11 avenue de Grande Bretagne
98000 Monaco

Toute réclamation auprès de notre établissement peut être adressée par messagerie électronique à l’adresse suivante : sgpb-reclamations.ch@socgen.com.

Les clients peuvent également avoir recours à l’Ombudsman des banques suisses dont les coordonnées figurent sur le site www.bankingombudsman.ch

 

L'espace : la dernière frontière

Article publié le 19 mars par l’Agefi

Tianwen-1 le 10 février, Al Amal, "espoir" en arabe, le 14 février et Persévérance jeudi dernier : ce mois de février voit l'arrivée presque simultanée de plusieurs sondes spatiales dans l'orbite et sur Mars. La première, envoyée par la Chine, doit notamment étudier l'atmosphère et la topographie de la planète rouge ; la seconde, des Emirats arabes unis, se concentre sur l'étude du climat et de la météorologie ; enfin, la troisième, préparée par la NASA, recherchera des traces de vie passée sur Mars.

La course à l’espace était initialement l’apanage des superpuissances de la Guerre froide, les Etats-Unis et l’Union soviétique rivalisant pour envoyer le premier homme en orbite ou sur la lune. C’était une manière de donner la preuve de sa maîtrise technologique et de sa puissance financière, compte tenu des sommes colossales engagées. Ces dernières décennies, cependant, un nombre croissant de pays ont développé des programmes spatiaux. Nous en avons identifié 76 dont 14 ont des capacités de lancement. D’après l’OCDE, les investissements effectués par le secteur public ont augmenté de 52 Md$ en 2008 à 79 Md$ en 2019, et aujourd’hui 82 pays disposent de satellites en orbite.

Les investissements publics dans l’espace ont pris un nouveau tournant en 2018 lorsque l’Administration Trump a annoncé son projet de créer une nouvelle branche des forces armées américaines, le Commandement de l’Espace. Comme cela a souvent été le cas pour de nouveaux projets de défense, cette initiative devrait à coup sûr encourager les investissements dans de nouvelles technologies innovantes. Nombre d’entre elles auront un usage commercial, pacifique, à l’instar du Système mondial de géolocalisation par satellite (« Global Positioning System », GPS) lancé par le Département américain de la défense dans les années 1970 et qui permet le fonctionnement d’une foule d’applications pour smartphones aujourd’hui.

A mesure que l’innovation technologique a progressé, les coûts ont baissé, mettant les capacités de lancement de fusée à portée du secteur privé. Il y a quelques décennies, les lanceurs n’étaient pas réutilisables, tandis que seule la navette spatiale pouvait être utilisée de nouveau. Aujourd’hui, les fusées réutilisables peuvent supporter de multiples lancements, réduisant ainsi fortement les coûts. Le secteur privé développe également des lanceurs aéroportés capables de placer à faible coût des satellites en orbite terrestre.

De fait, le secteur privé s’approprie aujourd’hui certains projets du secteur public. En mai 2020 par exemple, SpaceX a permis aux Etats-Unis d’envoyer des astronautes dans la Station spatiale internationale sans passer par Roscosmos pour la première fois depuis que les navettes ont été abandonnées en 2011. Cette innovation a permis à la NASA de réaliser une belle économie – chaque siège dans les « Space Shuttles » coûtaient 170 M$, les places dans le Soyouz sont facturées 90 M$ alors que SpaceX propose d’acheminer chaque astronaute pour 55 M$.

Les investissements réalisés par le secteur privé dans le domaine spatial encouragent l’innovation dans de nombreux domaines, des communications (l’Internet par satellite que permettra la constellation Starlink de SpaceX) au tourisme (via les vols spatiaux pour particuliers que souhaitent proposer Blue Origin ou Virgin Galactic). Les retombées indirectes des investissements effectués vont bénéficier à une très grande variété de secteurs. L’OCDE relève que des fonds importants sont consacrés à des projets environnementaux – par exemple, la production durable de denrées alimentaires repose de plus en plus sur l’imagerie satellite ou la géolocalisation pour bénéficier d’une amélioration des prévisions détaillées, du rendement et de la productivité.

Les activités spatiales commerciales ont connu une croissance exponentielle ces dernières années. Leurs revenus sont plus de quatre fois supérieurs aux dépenses du secteur public aujourd’hui. D’après la Space Foundation, le revenu des activités spatiales commerciales a augmenté de 78% depuis 10 ans pour s’établir à 350 Md$ actuellement, et cette croissance devrait s’accélérer ces prochaines années – nous estimons que les entreprises commerciales devraient réaliser des revenus supérieurs à 1 000 Md$ d’ici à 2030.

Les revenus du secteur spatial restent toutefois modestes en comparaison avec d’autres secteurs. Les capitalisations boursières des géants américains de la technologie Apple, Microsoft, Amazon et Alphabet ont largement dépassé chacune 1 000 Md$ ces derniers mois. L’histoire regorge d’exemples d’investissements ratés, comme les entreprises de téléphonie par satellite dans les années 1990. De plus, il s’agit d’un domaine hautement risqué, comme en témoignent les nombreux accidents qui ont jalonné l’histoire de la conquête de l’espace. Néanmoins, la diversité des applications et des opportunités commerciales, les progrès technologiques et les baisses de coûts nous rendent confiants dans les perspectives à long terme de ce secteur.

Les investissements dans le secteur spatial ont décollé grâce aux progrès technologiques rapides dans les satellites et les fusées, et à la prolifération de nouvelles start-ups venues perturber le secteur. Une exposition largement diversifiée entre les acteurs émergents et ceux plus établis dans ce secteur devrait ouvrir une nouvelle frontière pour des investissements à long terme.

AVERTISSEMENT GENERAL :

Société Générale Private Banking est la ligne métier du Groupe Société Générale opérant à travers son siège au sein de Société Générale S.A. et son réseau [départements ou entités juridiques distinctes (succursales ou filiales)] localisé sur les territoires mentionnés ci-dessous, agissant sous les marques « Société Générale Private Banking », et « Kleinwort Hambros » et distributeurs du présent document.

Le présent document, de nature publicitaire, n’a pas de valeur contractuelle. Son contenu n’est pas destiné à fournir un service d’investissement, il ne constitue ni un conseil en investissement ou une recommandation personnalisée sur un produit financier, ni un conseil ou une recommandation personnalisée en assurance, ni une sollicitation d’aucune sorte, ni un conseil juridique, comptable ou fiscal de la part d’une quelconque entité relevant d Société Générale Private Banking.

Les informations contenues sont données à titre indicatif, peuvent être modifiées sans préavis, et visent à communiquer des éléments pouvant être utiles à une prise de décision. Les informations sur les performances passées éventuellement reproduites ne garantissent en aucun cas les performances futures.

Avant toute souscription d'un service d’investissement, d'un produit financier ou d’un produit d’assurance, l’investisseur potentiel (i) doit prendre connaissance de l’ensemble des informations contenues dans la documentation détaillée du service ou produit envisagé (prospectus, règlement, statuts, document intitulé « informations clés pour l’investisseur », Term sheet, notice d’information, conditions contractuelles, …), notamment celles liées aux risques associés; et (ii) consulter ses conseils juridiques et fiscaux pour apprécier les conséquences juridiques et le traitement fiscal du produit ou service envisagé. Son banquier privé est également à sa disposition pour lui fournir de plus amples informations, déterminer avec lui s’il est éligible au produit ou service envisagé qui peut être soumis à des conditions, et s’il répond à ses besoins.  En conséquence, aucune entité relevant de Société Générale Private Banking ne peut en aucun cas être tenue responsable pour toute décision prise par un investisseur sur la base des seules informations contenues dans ce document.

Le présent document est confidentiel, destiné exclusivement à la personne qui le consulte, et ne peut être ni communiqué ni porté à la connaissance de tiers, ni reproduit totalement ou partiellement, sans accord préalable et écrit de l’entité Société Générale Private Banking concernée.

AVERTISSEMENTS SPÉCIFIQUES PAR JURIDICTION

France : Sauf indication contraire expresse, le présent document est publié et distribué par Société Générale, banque française autorisée et supervisée par l’Autorité de Contrôle Prudentiel et de Résolution, sise 4, place de Budapest, CS 92459, 75436 Paris Cedex 09, sous la supervision prudentielle de la Banque Centrale Européenne (« BCE ») et enregistrée auprès de l’ORIAS en qualité d’intermédiaire en assurance sous le numéro 07 022 493 orias.fr. Société Générale est une société anonyme française au capital de 1 066 714 367,50 EUR au 1er août 2019, dont le siège social est situé 29, boulevard Haussmann, 75009 Paris, et dont le numéro d'identification unique est 552 120 222 R.C.S. Paris. De plus amples détails sont disponibles sur demande ou sur www.privatebanking.societegenerale.com.

Luxembourg : Le présent document est distribué au Luxembourg par Société Générale Luxembourg, société anonyme enregistrée auprès du registre de commerce et des sociétés de Luxembourg sous le numéro B 6061 et établissement de crédit autorisé et régi par la Commission de Surveillance du Secteur Financier (« CSSF »), sous la supervision prudentielle de la Banque Centrale Européenne (« BCE »), et dont le siège social est sis 11, avenue Émile Reuter – L 2420 Luxembourg.  De plus amples détails sont disponibles sur demande ou sur https://www.societegenerale.lu/. Aucune décision d’investissement quelle qu’elle soit ne pourrait résulter de la seule lecture de ce document. Société Générale Luxembourg n’accepte aucune responsabilité quant à l’exactitude ou autre caractéristique des informations contenues dans ce document. Société Générale Luxembourg n’accepte aucune responsabilité quant aux actions menées par le destinataire de ce document sur la seule base de ce dernier, et Société Générale Luxembourg ne se présente pas comme fournissant des conseils, notamment en ce qui concerne les services d’investissement. Les opinions, points de vue et prévisions exprimées dans le présent document (y compris dans ses annexes) reflètent les opinions personnelles de l’auteur/des auteurs et ne reflètent pas les opinions d’autres personnes ou de Société Générale Luxembourg, sauf indication contraire. Ce document a été élaboré par Société Générale.  La CSSF n’a procédé à aucune analyse, vérification ou aucun contrôle sur le contenu du présent document.

Monaco : Le présent document est distribué à Monaco par Société Générale Private Banking (Monaco) S.A.M., sise 11 avenue de Grande Bretagne, 98000 Monaco, Principauté de Monaco, régie par l’Autorité de Contrôle Prudentiel et de Résolution et la Commission de Contrôle des Activités Financières. Les produits financiers commercialisés à Monaco peuvent être réservés à des investisseurs qualifiés conformément aux dispositions de la loi n° 1.339 du 07/09/2007 et de l’Ordonnance Souveraine n° 1.285 du 10/09/2007.  De plus amples détails sont disponibles sur demande ou sur www.privatebanking.societegenerale.com.

Suisse : Le présent document est distribué en Suisse par SOCIETE GENERALE Private Banking (Suisse) SA (« SGPBS »), dont le siège se trouve à la rue du Rhône 8, CH-1204 Genève.  SGPBS est une banque autorisée par l’Autorité fédérale de surveillance des marchés financiers (« FINMA »). Les placements collectifs et les produits structurés ne peuvent être offerts que conformément à la Loi fédérale sur les placements collectifs de capitaux (Loi sur les placements collectifs, LPCC) du 23 juin 2006 respectivement les Directives de l’Association suisse des banquiers (ASB) concernant l’information des investisseurs sur les produits structurés.  De plus amples détails sont disponibles sur demande auprès de SGPBS ou sur www.privatebanking.societegenerale.com.

Le présent document est distribué par les entités suivantes du groupe Kleinwort Hambros sous le nom de Kleinwort Hambros :

Royaume-Uni : SG Kleinwort Hambros Bank Limited est autorisée par la Prudential Regulation Authority et réglementée par la Financial Conduct Authority et la Prudential Regulation Authority. Le numéro d’identification de la société est 119250.  La société est immatriculée en Angleterre et au Pays de Galles sous le numéro 964058 et son siège social est situé au 5e étage, 8 St. James’s Square, London SW1Y 4JU.Si vous ne souhaitez plus recevoir ce document, n’hésitez pas à contacter votre banquier privé ou contactez-nous au +44 (0) 207 597 3000. Les appels téléphoniques peuvent être enregistrés ou contrôlés.

Iles Anglo-Normandes : SG Kleinwort Hambros Bank (CI) Limited est réglementée par la Jersey Financial Services Commission (“JFSC”) pour les activités bancaires, d'investissement, de services monétaires et de services aux fonds. La société est constituée à Jersey sous le numéro 2693, et son siège social est établi au PO Box 78, SG Hambros House, 18 Esplanade, St Helier, Jersey JE4 8PR. SG Kleinwort Hambros Bank (CI) Limited – Guernsey Branch est également réglementée par la Guernsey Financial Services Commission (“GFSC”) pour les services bancaires, d'investissement et monétaires. Son adresse est située au PO Box 6, Hambros House, St Julian’s Avenue, St Peter Port, Guernsey, GY1 3AE. La société (succursale incluse) est aussi autorisée et réglementée par la Financial Conduct Authority (“FCA”) britannique en ce qui concerne les opérations hypothécaires réglementées au Royaume Uni. La société (succursale incluse) n'est pas autorisée ou réglementée par la Financial Conduct Authority britannique pour accepter les dépôts bancaires britanniques et n'est pas autorisée à détenir des dépôts au Royaume-Uni. Le numéro de référence de l'entreprise est le 310344. Ce document n’a pas été autorisé ou revu par la JFSC, la GFSC ou la FCA.

Gibraltar : SG Kleinwort Hambros Bank (Gibraltar) Limited est autorisée et réglementée par la Gibraltar Financial Services Commission pour ses activités bancaires, d’investissement et d’intermédiation en assurance. La société est immatriculée à Gibraltar sous le numéro 01294 et son siège social est situé Hambros House, 32 Line Wall Road, Gibraltar. 

Kleinwort Hambros fait partie de la ligne métier « Société Générale Private Banking » dédiée à la gestion privée du groupe Société Générale.  Société Générale est une banque française autorisée en France par l’Autorité de Contrôle Prudentiel et de Résolution, sise 4, place de Budapest, CS 92459, 75436 Paris Cedex 09, sous la supervision prudentielle de la Banque Centrale Européenne (« BCE »). Elle est aussi autorisée par la Prudential Regulation Authority et supervisée par la Financial Conduct Authority et la Prudential Regulation Authority. De plus amples informations sur SGPB Hambros Group, incluant des informations complémentaires de nature légale et réglementaire, sont disponibles sur www.kleinworthambros.com